L’Atlas des régions naturelles d’Eric Tabuchi et Nelly Monnier

Au moment d’entreprendre ce travail, cela faisait déjà un moment que nous nous demandions comment documenter l’architecture vernaculaire française et, plus largement, comment représenter un territoire dans toutes ses nuances. 

C’est en cherchant quel outil utiliser, car il fallait d’abord définir une trame, une échelle de représentation, que nous avons découvert sur internet la carte des régions naturelles. Bien qu’inutilisable car dépourvue de tout repère, celle-ci a attiré notre attention. 

En approfondissant, nous nous sommes procurés les deux tomes du Guide des Pays de France de Frédéric Ziegerman (éd. Fayard) qui contenaient des cartes détaillées. Très vite nous avons commencé le récolement puis la superposition de ces documents à nos cartes routières pour aboutir à ce qui allait devenir notre géographie de référence.

A la bibliothèque où je travaille, un lecteur nous a signalé l’Atlas des régions naturelles, un site réalisé par Eric Tabuchi et Nelly Monnier. Bien que le premier ait étudié la sociologie, les deux photographes ne prétendent pas avoir une quelconque autorité scientifique. Pourtant leur travail n’en constitue pas moins une remarquable ressource en ligne pour qui cherche des photographies sur les paysages et l’architecture vernaculaire des différentes “régions naturelles” ou “pays traditionnels” de France. Les géographes, sociologues et autres chercheurs en sciences sociales, mais aussi les architectes et spécialistes d’histoire de l’art, auraient tord de l’ignorer. Enfin, c’est mon opinion…

Je vous invite donc à explorer ce site selon un index des régions naturelles – sachant qu’une seule à la fois peut être sélectionnée… – ou avec diverses listes thématiques, les différents critères pouvant être croisés. Mais voyez plutôt le mode d’emploi.

Toutes les régions ne sont pas encore couvertes, et c’est bien normal : il y en a quand même 450 et le projet ne sera achevé qu’en 2024. Certains sujets, qui semblent avoir été omis, figurent en fait sous un [quasi-]homonyme : par exemple les monuments aux morts sont à chercher dans la rubrique plus large “monument commémoratif”. De toute façon, même si les thèmes sont très nombreux, ils ne visent pas à l’exhaustivité.

Cette exploration du site principal est à compléter par une visite de l’atelier de l’ARN où vous trouverez les publications qui permettent aux deux auteurs d’autofinancer leur projet, car contrairement à la mission photographique de la DATAR entre 1984 et 1989), l’ANR est une initiative indépendante, initiée en 2017 et concrétisée par le site web en 2020. Sont ainsi proposées aux éditions Poursuite 3 cartes et 3 volumes.

Si vous souhaitez plus d’informations sur l’ARN, outre l’inévitable article wikipédien, je vous conseille un des entretiens Images Cité de la Cité de l’architecture et du patrimoine du 16 mars 2022 :

1:53:03

…. et si vous n’avez pas assez de temps pour le visionner, vous pouvez voir cet interview du Centre d’art GwinZegal :

13:01

….. et cette présentation de l’ARN par Eric Tabuchi au Centre de création contemporaine Oliver Debré à Tours en juin 2021 :

22:17

Et pour finir, cette petite bibliographie succincte :

  • Frédéric Zégierman, Le guide des Pays de France (tome 1 : nord et tome 2 : sud). Paris : Éditions Fayard, 1999.

A noter que les deux premiers auteurs dénombre 546 “pays” et le second 426 avec 1800 unités naturelles. C’est dire le flou de cette notion…



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 21 novembre). L’Atlas des régions naturelles d’Eric Tabuchi et Nelly Monnier. Biblioweb. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.