Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Je voudrais vous présenter ici deux autres gravures, cette fois d’après Jenny Berger-Desoras. Tout comme les gravures abolitionnistes d’après George Morland que je vous ai présentées en janvier dernier, elles me sont chères, même si les exemplaires auxquels je pense ne sont pas en couleur, au contraire de ceux que j’ai pu trouver en ligne. Les deux tableaux dont elles sont inspirées figuraient en 1817 (qu’en est-il aujourd’hui ?) dans les collections du musées de la ville de Lille.

Comme vous le verrez, les sujets sont plus légers que pour les gravures faites d’après Georges Morand ou Pierre-Alexandre Wille, sans aller jusqu’à friser l’érotisme coquin du Réfractaire amoureux. Autant de gravures que j’ai connues grâce aux collections familiales…

Un mot de Jenny Berger-Désoras

Jenny Berger, née Desoras, serait née en 1780. Elle exposa son premier tableau intitulé Le Catéchisme l’an XIII (1804)… et se fait éreinter par un critique mal embouché, Jacques-Philippe Voïart, dans ses Lettres impartiales sur les expositions de l’an XIII. Cela ne la décourage pas et elle participe à la plupart des salons de Paris jusqu’en 1835. Elle expose aussi à Douai en 1819 et 1825 et à Lille en 1822 et 1825.

Dans la capitale elle habite successivement , 41, rue Croix des Petits-Champs en 1806, 25, rue Helvétius en 1810, et 1812, 15, rue du Four Saint-Honoré en 1817 à 1824, et 1, rue des Quinze-Vingt en 1833 et 1835. Elle devient veuve entre 1824 et 1833, mais j’ignore quand elle s’est marié. Sans doute après son exposition de 1812 où elle est encore Mademoiselle Désoras. A moins que son tableau de 1810, Ah ! c’en est fait je me marie ne soit autobiographique… Quant à savoir qui était Monsieur Berger, avec ce patronyme….

Si je n’ai pas trouvé la date de son décès, je sais qu’en 1851, elle touchait encore une pension de 120 francs de la part de l’Association des artistes peintres, sculpteurs, architectes, gaveurs et dessinateurs.

Voilà, c’est ce que j’ai trouvé grâce à Wikidata et à la base Salons 1673-1914.

Ni l’un ni l’autre, une gravure (1806)
Voir plusieurs versions dans Wikimedia Commons et au British Museum
Voir l’image sur Wikimedia Commons

Ni l’un ni l’autre a été réalisée d’après un tableau exposé lors du salon de 1806 par un graveur franco-britannique Jean-Pierre Simon ( 1764-vers 1810). L’impression a été faite en 1808 chez Joubert fils et Charles Bance.

  • Véronique Meyer, « Jean-Pierre Simon (1764-1813) : Un graveur anglais à Paris sous le Consulat et l’Empire », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 2001, p. 167-193.

Lors du même salon, Jenny Berger avait exposé un tableau intitulé La petite fille au chat, ou La Malice, dont Madame Lebel s’est inspiré pour la gravure La Malice dangereuse (voir ci-contre).

Ah ! c’en est fait je me marie (1810)
Voir l’image dans Wikimedia Commons

Signalé parfois sous le titre Oui, c’en ai fait je me marie, le tableau a été exposé au salon de 1810, année où paraît la gravure qui est l’œuvre de Jean-François-Gabriel Delegorgue-Cordier (1781-1856). Lors de ce même salon, elle expose trois autres tableaux :

  • L’hymen est un lien charmant
  • L’or ne vaut pas la sagesse
  • Une allégorie


Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 25 novembre). Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras. Biblioweb. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzuv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.