Voyage au Mont Sinaï par Louis de Tesson

J’ai sous les yeux un exemplaire de la deuxième édition du Voyage au Mont Sinaï publiée par Louis de Tesson en 1846 chez Alfred Mame à Tours, dans la collection Bibliothèque des écoles chrétiennes.

Né à La Mancellière dans la Manche en 1805, Louis de Tesson fut ordonnateur du Bureau de bienfaisance d’Avranches et membre de la Société archéologique de cette même ville où il mourut en 1889. Au premier abord, cet auteur de contes édifiants semble ne pas avoir quitté son département d’origine. Il fit pourtant au moins un voyage en Orient, plus précisément en Egypte où il séjourna quelques mois. Ce fut en cette occasion qu’il se rendit au Mont Sinaï.

La date du voyage n’est pas précisée dans l’ouvrage. Sans doute était-ce sans peu avant 1843, année où Louis de Tesson publia chez J.-B. Huart à Dinan ses Réflexions et croquis chemin faisant : voyage au Mont-Sinaï. Ce livre est la préfiguration de l’ouvrage publié chez Alfred Mame, de 1844 à sa onzième édition en 1884.

Les éditions Mame existent encore aujourd’hui comme filiale du groupe Fleurus. Elles s ‘installèrent à Tours en 1796. Il s’agissait alors d’une imprimerie crée par l’imprimeur-libraire angevin Charles-Pierre Mame (1747-1825) qui en confia la direction à son fils cadet, Armand (1776-1848). Cependant, le véritable fondateur fut Alfred Mame (1811-1893), qui en prit pleinement la direction en 1845.

Il donna alors à cette entreprise familiale toute son ampleur en intégrant les différentes composantes des industries du livre. Exemple du patron paternaliste catholique soucieux du bien-être de ses employés, il fit aussi de cette maison d’édition, initialement dédiée à l’impression de la préfecture et de l’évêché, une référence en matière d’édition religieuse (exclusivité de l’édition du missel romain) et de livres pour la jeunesse (livres scolaires, livres de prix…).

Parmi ses collections phares, la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne où sont parus la plupart des contes de Louis de Tesson, et la Bibliothèque des écoles chrétiennes, où a été publié son Voyage au Mont Sinaï. La première, approuvée par l’archevêque de Tours, est active de 1836 à 1906 alors que la seconde, sous le patronage de l’évêque de Nevers, l’est de 1843 à 1883. Il s’agit de deux collections in-12 ou in-8 relativement bon marché caractéristiques des cartonnages romantiques.

Les livres comportent généralement un frontispice et parfois une page de faux-titre gravés. Dans l’exemplaire du Voyage au Mont Sinaï conservée à la BU des Deux Lions, le frontispice représente le couvent de la Transfiguration et la page de faux-titre comporte une gravure intitule Une nuit sur la plage de Suez avec en avant plan deux chameaux de part et d’autre d’une tente devant laquelle un homme armé d’un fusil monte la garde et en arrière plan les remparts d’une ville. Ces gravures ne sont pas signées. Peut-être ont-elles étaient réalisées d’après des dessins de l’auteur.

La quatrième édition de 1859 sur Gallica qui ne comporte ni frontispice, ni page de faux titre.

L’exemplaire conservé à la BU des Deux Lions est un héritage de la bibliothèque d’URBAMA et appartenait au fonds Barbey, constitué de quelques ouvrages de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.