Les Français en Algérie, par Louis Veuillot

La première édition de l’ouvrage de Louis Veuillot Les Français en Algérie date de 1845 chez Alfred Mame. La deuxième édition devait suivre chez le même éditeurs dès 1847 et c’est un exemplaire de cette dernière qui est conservé à la BU des Deux Lions. Bien d’autres éditions devaient suivre.

Le livre porte comme complément de titre souvenirs d’un voyage fait en 1841. A cette date, la conquête de l’Algérie n’est pas encore achevée. L’émirAbd-el-Kader, qui est représenté sur le frontispice et dont Louis Veuillot dresse un portrait plutôt flatteur (p. 266-289), ne se rendra qu’en 1847. Il dirige alors un État indépendant, avec Mascara comme capitale. Cependant, celle-ci tombe aux mains des Français le 30 mai 1841.

Bien qu’il accompagne le général Bugeaud comme secrétaire, la guerre de conquête menée alors par les Français depuis 1830 n’est pas le principal objet de curiosité du voyageur. Ce catholique ultamontain s’intéresse plus particulièrement aux mœurs et à la religion des habitants. Dans les chapitres “Le Coran et l’Evangile” (p. 152-164) et “La guerre sainte” (p. 178-191), il n’est pas tendre envers Mahomet, le Coran et l’Islam. Journaliste catholique ultramontain proche de l’abbé Migne, il déplore que le peu d’efforts entrepris pour convertir les populations (p. 165-177).

Qui est Louis Veuillot en 1841 ? Un journaliste catholique ultamontain proche de l’abbé Migne et le rédacteur en chef de L’Univers, mais aussi et peut-être surtout pour le public catholique, l’auteur des Pélerinages de Suisse (1838) et de Rome et Lorette (1841), les deux titres qui apparaissent au dessous de son nom sur la page de titre des Français en Algérie.

Tout comme Les Pélerinages de Suisse, Les Français en Algérie est paru dans la collection Bibliothèque de la jeunesse chrétienne éditée par Alfred Mame sous le patronage de l’archevêque de Tours.

L’exemplaire conservé à la BU des Deux-Lions, comme du reste celui disponible sur Archive.org, comporte quatre planches gravées : celles du frontispice et de la page de faux titre (voir plus haut) et deux autres à l’intérieur de l’ouvrage (p. 120 et p. 241). Elles ont été dessinées par le peintre franco-suisse Karl Girardet (1813-1871), dont la collaboration avec la maison d’édition tourangelle a été décrite par Françoise Fièvre dans un article paru en 2010 dans la revue Romantisme,(1) et gravées par Théodore Ruhierre (1804-1888). Les deux artistes collaborent à plusieurs ouvrages édités par Mame : Les artisans célèbres par François Valentin ; Rome : souvenirs religieux, historiques, artistiques de l’expédition francaise en 1849 et 1850 par Eugénie Dutheil de La Rochère ; Histoire de Théodose le Grand par Esprit Fléchier…

Notre exemplaire est un héritage de la bibliothèque d’URBAMA et appartenait au fonds Barbey, constitué de quelques ouvrages de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle.

______________________________________________________________

  1. François Fièvre. “Karl Girardet illustrateur chez Mame, ou le voyage pittoresque à destination de la jeunesse”, Romantisme, n° 147, 2010, p. 97 à 108


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.