L’Algérie par Ferdinand Quesnoy

Quand il publie L’Algérie en 1885, Ferdinand-Désiré Quesnoy est médecin-inspecteur en retraite. Mais avant ce repos mérité, il a connu diverses affectations au cours de sa carrière de médecin militaire, de l’Algérie à l’hôtel des Invalides en passant par l’armée d’Orient en Crimée et l’armée du Rhin de la guerre de 1870. En attestent ses divers ouvrages parus de 1850 à 1892.

Parmi ceux-ci, plusieurs concernent l’Algérie :

Publiés par la Librairie Furne, Jouvet et Cie éditeurs, les deux derniers ouvrages sont parus dans la collection Bibliothèque instructive. Marquée par un certain esprit militaire et conquérant, celle-ci propose surtout des titres sur les colonies françaises, quelles soient perdues ou récemment conquises (Madagascar, Océanie, Afrique noire).

Dans L’Algérie, Ferdinand Quesnoy ne s’intéresse pas directement à la conquête française. Sans doute réserve-t-il ce thème à son ouvrage sur l’armée d’Afrique. Il commence par une présentation géographique du pays qui occupe quand même les 194 pages d’un ouvrage qui en compte 305… – les limites, les régions naturelles (le Tell, les hauts plateaux, le Sahara), la météorologie et l’histoire naturelle – avant de s’intéresser à l’aspect proprement humain – l’histoire, les populations et leur état moral et de conclure brièvement sur l’état de l’Algérie.

L’ouvrage est illustré 100 gravures sur bois, la plupart non signées, mais certaines visiblement inspirées de Fromentin et autres Orientalistes (voir ci-dessus). La plupart sont incluses dans le texte (voir plus haut), à quelques exceptions qui occupent une page entière (voir en-tête et ci-dessous).

A cela s’ajoute une carte de l’Algérie gravée par J. Geisendörfer, un graveur fort actif dans la seconde moitié du XIXe siècle et exclusivement dans le domaine des cartes géographiques.

L’exemplaire de L’Algérie conservé à la BU des Deux Lions est un héritage de la bibliothèque d’URBAMA et appartenait au fonds Barbey, constitué de quelques ouvrages de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.