Noël dystopiques

A l’approche d’un Noël qui s’annonce calamiteux, je voudrais vous inviter à (re)lire deux bandes-dessinées où cette fête est au centre de dystopies. Les Pères Noël y constituent d’inquiétantes milices, à mille lieues du sympathique bonhomme au couleur de Coca Cola, et la fête obligatoire se révèle une vraie dictature.

Les éditions originales de ces histoires sont parues entre 1997 et 1999, ce qui ne nous rajeunit pas. Elles sont signées Tronchet et O’Groj et il serait tentant de les placer du côté de la bande dessinée humoristique, catégorie à laquelle elles appartiennent indubitablement. Cependant le rire est jaune, pour ne pas dire tragique et désespéré. Non, ce n’est pas de la gaudriole et leurs résonances avec le monde actuel sont plutôt faites pour nous interroger sur la société que nous souhaitons.

Houppeland par Tronchet

© Dupuis – 1997, 1998. Une planche sur BDGest. Commentaires de BDThèque.

Tronchet réinvente le rire jaune
À Houppeland, on célèbre Noël chaque jour que Dieu fait. Chapeaux pointus, serpentins et confettis de rigueur. C’est la fête, quoi. La fiesta. Mais forcée, comme les travaux du même nom. Que tu le veuilles ou non, tu réveillonnes tous les jours jusque tard dans la nuit. Sinon, embarquement immédiat par l’impitoyable Brigade des Joyeux Drilles. Un véritable cauchemar ? Absolument ! Dans ce monde fictif mais aussi vrai que le nôtre, le rire obligatoire peut tuer.
[…]
Pour son arrivée dans la collection “Aire Libre”, Tronchet, avec Houppeland, signait un récit grinçant qui dénonçait avec jubilation l’obligation de bonne humeur. Salué par la presse et les libraires, il obtient en 1998 le Prix de l’Humour noir

Extrait du résumé sur le site de l’éditeur.

La Semaine des 7 Noël par O’Groj

© Casterman – 1999. Une planche sur BDGest Commentaires de BDThèque.

2041. Paris-la-crise, Paris-misère. À la suite d’une crise économique apocalyptique, une dictature de Père Noël a pris le pouvoir en France et impose à tous son implacable politique de réveillon permanent. Un insaisissable tueur en série (71 Pères Noël à son actif) vient jouer les trouble-fête et oblige le régime à dégainer ses deux meilleurs superflics : Staline et Stalone. Dans un Paris aux allures de Calcutta, une pauvre famille de cordonniers, les Prion, va se retrouver propulsée pour son plus grand malheur au beau milieu du dispositif policier. Une mécanique infernale, kafkaïenne, qui démarre d’une situation horrible pour basculer dans le cauchemar absolu : le récit des plus épouvantables réveillons de Noël que l’on puisse imaginer…
Humour noir en deux couleurs, rouge et blanc comme le Père Noël !

Résumé repris de BDGest.



Citer ce billet
Jean Stouff (2022, 3 décembre). Noël dystopiques. Biblioweb. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzuz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.