Les manuscrits des robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise à jour : 29 mars 2012)

En décembre 2010, je vous proposais une chronique sur les traductions françaises des robâiyât d’Omar Khayyâm en vous promettant d’aborder prochainement la question des manuscrits. Ce projet est resté à l’état de brouillon que je vous communique ci-dessous en attendant de le compléter.

Les manuscrits

Manuscrits conservés à la bibliothèque nationale, indiqués par Charles Grolleau dans la bibliographie qui accompagne sa traduction :

Supplément Persan 745. Diwan de Emad, daté de l’an 786 de l’Hégire (1384). Sur le côté blanc de la feuille 64, un des possesseurs de ce manuscrit a écrit 6 rubaiyat d’Omar. Sur les feuilles contenant le colophon se trouve une variante du quatrain 112 du manuscrit de la Bodléienne.

Ancien fonds 349, ff. 181-210, 213 rubaiyat, daté de l’an 920 de l’Hégire (1514).

Supplément Persan 823, ff. 92-113, 349 rubaiyat: A. H. 934(1527).

Supplément Persan 826, ff. 391-394, 75 rubaiyat: A. H. 937 (153o).

Supplément Persan 793, f. 104, 6 rubaiyat d’une écriture du xi” siècle de l’Hégire.

Supplément Persan 833 (Ms de l’Atash Kadah), 31 rubaiyat: A. H. 1217 (1802).

Manuscrit du XVIIIe siècle conservé parmi les manuscrit orientaux de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Manuscrit écrit à Schiraz en 1460/1461 (866 de l’Hégire), conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Garcin de Tassy l’a utilisé  pour sa “”Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm” parue en juin 1857 dans le Journal asiatique. Les 158 quatrains ont été traduits, en anglais par Fitzgerald (1859), en français par Charles Grolleau (1909) ou Jules de Marthold (1910). Une centaine de ces quatrains sont incertains. Ce manuscrit, qui porte la cote MS Ouseley 140, est accessible en ligne sur le site de la Bodleian Library.

Manuscrit d’Istanbul, 375 quatrains.

Manuscrit de 464 quatrains traduits en français par J.-B. Nicolas (1861).

Manuscrit de Calcutta, 516 quatrains.

Manuscrit de Lucknow, 845 quatrains.

Manuscrit de 1259 du scribe Mohammed al Qâwim de Nichapour, acheté en 1949 par le bibliophile anglais Chester Beatty, et contenant 172 quatrains traduits en français par Vincent Monteil (1983).

Manuscrit de 1207 dit de “Cambridge”, acheté en 1950 à Téhéran. Anthologie de 252 quatrains qui ont été traduits par le professeur Arthur J. Arberry (en 1952, il a expertisé le manuscrit “Chester-Beatty”).

Manuscrit de 1206, conservé aux Etats-Unis et contenant 247 quatrains.

Manuscrit de 1153 découvert  “dans une immense bibliothèque familiale”, 111 quatrains traduits en anglais par Omar Ali-Shah.

Au sujet des manuscrits

Barthélemy Csillik. Les Manuscrits mineurs des Rubâʼiyât de Omar Khayyâm dans la Bibliothèque nationale. Société anonyme Szeged Városi nyomda és Könyvkiadó, 1933. (Travaux de la Bibliothèque Universitaire de Szeged. N° 2)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.