La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Le graveur de cette estampe n’est pas précisé, même si figure un monogramme avec les lettres AG entrelacées dans l’angle en bas à droite de la gravure. Grâce aux notices d’autres estampes appartenant à la même série, j’ai fini par identifier ce graveur comme étant Adrien Godefroy (1777-1865), fils et élève de François Godefroy (1743-1819).

Si j’en crois la notice bibliographique de la BnF, les deux personnages représentés seraient deux officiers étrangers, dont l’un, un Anglais, abrite son bel uniforme rouge sous un superbe parapluie vert. J’avoue que depuis des années que j’ai cette gravure sous les yeux – depuis toujours en fait… je n’avais pas compris qu’il s’agissait d’une charge contre les Coalisés qui occupaient la France après les Cent Jours. Beaucoup de gravures de la série prennent les Anglais pour cible. Il est vrai que du temps de l’Empire et au début de la Restauration, nos compatriotes étaient peu enclins à apprécier nos voisins d’Outre-Manche….

Vous trouverez ci-dessous les diverses estampes de la série Le suprême bon ton, dont La Promenade à cheval est le n° 25. Bien que plusieurs liens pointent vers le catalogue de la BnF, je n’y ai pourtant pas trouvé la série complète. Heureusement, le British Museum, le MET et le Rijksmuseum m’ont permis de compléter l’essentiel. Il semble que la série d’Aaron Martinet reprend en partie une série britannique, à moins que ce soit le contraire : en tout cas le n° 3 de The Suprerme Bon Ton rappelle fortement le n° 5 de la série française.

Par ailleurs, comme vous le remarquerez, certaines estampes ne portent pas de numéro et certains numéros sont attribués deux fois. En fait, si j’y regarde de plus près, me vient le soupçon que des concurrents de Martinet ont repris l’expression “Suprême bon ton” pour écouler leur propres productions.

  • L’un des n° 17, Caffé du Jardin des Tuileries, sans mention d’imprimeur et où le numéro est indiqué en chiffre romain au contraire des autres estampes de la série me semble aussi ne pas appartenir à la collection éditoriale de Martinet.

Malgré tout, je vous donne ci-dessous la liste de toutes les estampes “suprême bon ton” que j’ai pu trouver, ne serait ce que pour comparer la production de Martinet avec celle de ses concurrents.

n° ? : Modes et nouveautés

n° ? : Petit Lever des Grisettes de Paris

n° ? : La Salle de danse : les ridicules du jour

n° ? : Le thé parisien : le suprême bon ton au début du 19ème siècle

n° ? : Les Milords Pouffes à Paris ou la famille Anglaise du suprême bon ton de Londres

n° 1 : Le suprême bon ton actuel dont le graveur serait Pierre Nolasque Bergeret (1782-1863)

n° 2 : Caricatures parisiennes[représentant deux couples à la mode] dont le graveur serait Nicolas François Joseph (1760-1809)

n° 2 : Les Petits-Maîtres anglais

n° 3 : Caricatures parisiennes [représentant deux couples et un homme au centre]

n° 3 : Officiers anglais, et Soldat écossais

n° 4 : La Bouiilotte Parisienne

n° 5 : Les décorateurs en boutique

n° 5 : Les Alliés sortant du restaurant

n° 6 : L’envie réciproque

n° 7 : Caricatures Parisiennes [représentant des femmes dans une église]

n° 8 : La Salle d’armes

n° 8 : Caricatures parisiennes [représentant un couple entre deux hommes]

n° 9 : Caricatures Parisiennes [représentant un groupe de patineurs]

n° 10 : Les chapeaux à l’Irato

n° 11 : La famille anglaise à Paris

n° 12 : La Parisienne à Londres

n° 13 : La société littéraire

n° 14 : La danse au Bois de Vincennes

n° 15 : Les Nageurs

n° 16 : Les Invisibles en tête-à-tête

n° 17 : Caffé du Jardin des Tuileries

n° 17 : Le baiser perfide

n° 18 : Le thermomètre à 27 degrés. Ouf qu’il fait froid

n° 19 : Les nouveaux habits à longue taille

n° 20 : Le thermomètre à 8 degrés. Aye qu’il fait froid

n° 21 : L’élégant chez son maréchal ferrant

n° 22 : Les modes anglaises à Paris dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865).

n° 23 : Rencontre d’Anglais à Paris dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865).

n° 24 : L’Amour et les Graces arrivant de Londres dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865)

n° 25 : La Promenade à cheval dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865)

n° 26 : La Promenade en Bokei dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865)

n° 27 : Le boulevard de Gand à Paris dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865)

n° 28 : L’avenue des Champs Elisées dont le graveur est Adrien Godefroy (1777-1865)

n° 29 : La course des montagnes russes à Paris

n° 30 : Lady Cauchemar au Café des Mille Colonnes, dont le graveur serait Georges-Jacques Gatine (1773-1841?).

Une dernière question se pose. Le titre de la collection a-t-il été inspiré à Martinet par Le suprême bon-ton, ou Etrennes de la mode aux personnes curieuses de leur parure, un calendrier illustré publié par Pierre-Étienne Jamet (1746-1830) en 1802 ? Comme il existe une certaine incertitude sur la date de publication des premières gravures de la série, ce pourrait aussi bien être le contraire. Mais il est certain que l’expression “suprême bon ton” était à la mode en ces deux premières décennies du XIXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.