L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

De même que le traité d’Amiens, le traité du 30 mai 1814 fut suivi d’une véritable invasion pacifique. En 1814-15, comme en 1802-3, un grand nombre d’Anglais franchirent le détroit et vinrent se distraire en France (voir le Journal de Paris du 28 juin 1814). L’afflux des insulaires eut encore pour résultat la publication de nombreuses estampes satiriques. Mais tandis qu’en 1803 les caricatures contre les Anglais avaient un caractère nettement politique, celles qui parurent sous la Restauration ridiculisèrent surtout les moeurs des gens d’Outre-Manche

Extrait de la notice bibliographique de l’estampe à la BnF

Encore une gravure venue de l’héritage familial. Comme La Promenade à cheval présentée précédemment, elle a été publiée par Aaron Martinet (1762-1841), même si cela ne figure explicitement pas sur la gravure.En bas à droite de l’estampe, la mention “G. de Ca..” désigne le dessinateur et graveur Godissard de Cari, caricaturiste surtout connu par le Musée grotesque, un recueil de caricatures publié par Martinet sous la Restauration. L’exemplaire que j’ai en ma possession porte sur son bord supérieur “Musée Grotesque N° 5”. Je vous en donne ci-dessous une bien médiocre photographie…

… pour que nous puissions jouer au jeu des différences l’exemplaire conservé à la BnF reproduit ci-dessous :

Sans doute aurez-vous remarqué que la tenue de l’aubergiste est plus colorée sur ce dernier de même que le toit en arrière plan. A l’époque, les gravures étaient coloriées à la main, d’où des différences d’un exemplaire à l’autre.

Autre différence : l’exemplaire de la BnF ne porte pas la mention “Musée Grotesque N° 5”. La caricature a paru chez Martinet et a été déposé le le 1er février 1815. La publication du Musée Grotesque. Collection de 64 planches faites pour récréer et instruire les générations présentes et futures daterait de 1818 environ : en cette occasion, Martinet a repris des planches déjà éditées en leur ajoutant leur numéro dans la série. Il faudra que je recherche ces 64 planches (en fait, il y en a 65…) et que j’en établisse la liste. En attendant, en voici quelques unes, trouvées pour l’essentiel sur les sites du musée Carnavalet, du British Museum et du Rijksmuseum :

  • n° 7
  • n° 11 : La Discussion
  • n° 12 : Conduite courageuse de Mr. Pigeon
  • n° 13
  • n° 16
  • n° 17 : Le toucher
  • n° 23 : L’Ecarté
  • n° 25 : La Canaille
  • n° 28
  • n° 32 : Les jouissances de la paternité
  • n° 34
  • n° 35 : La Lecture d’un Testament
  • n° 36
  • n° 37
  • n° 39 : Le Vice à son dernier étage
  • n° 41 : Elles patissent!!
  • n° 45 : Le Marché du Temple
  • n° 48
  • n° 50
  • n° 51
  • n° 52 : Les Mésaventures, N°5
  • n° 53
  • n° 54 : La Famille économe
  • n° 56
  • n° 57
  • n° 58
  • n° 59
  • n° 60
  • n° 62
  • n° 63
  • n° 65 : Le Cheval emporté

L’Arrivée a un complément intitulé Le Départ. Guéri du spleen par la Cuisine Française, l’Anglais retourne à Londres en embonpoint. Curieusement, cette gravure a été déposée le 21 octobre 1814, soit plusieurs mois avant la précédente.

Détail amusant. Avez-vous remarqué en arrière-plan sur les deux gravures un cuisinier fort occupé à pourchasser un chat ? Est-ce pour lui interdire sa cuisine ou pour le transformer en pâté de lièvre ? Quand j’étais enfant, je pensais qu’il s’agissait du fameux père Lustucru de la chanson bien connue

Pour finir, les deux gravures reproduites dans Gallica sont extraites  du volume 56 de la Collection de Vinck. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, lisez la note qui lui est consacrée la Revue d’Histoire Moderne, 1931, tome 6 n° 34 p. 294-297

BONNE ANNEE 2023


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.