Le Caravage est grand

J’ai vu cet après-midi Caravage, un beau film franco-italien réalisé par Michele Placido autour des dernières années de la vie de ce géant de la peinture italienne. Au début du récit, nous sommes en 1610, l’année même de sa mort et l’Ombre, un espion du Vatican, est chargé par le pape Paul V d’enquêter sur le peintre qui a fuit Rome quatre ans auparavant après avoir tué un homme lors d’un duel.

Au fil des témoignages, il est dépeint comme un caractère à la fois violent, sensuel, passionné et mystique. Ses actes, ses mœurs et surtout ses tableaux scandalisent et inquiètent une partite de la hiérarchie de l’Eglise catholique romaine alors que le propre neveu du pape, Scipione Borghese, fait figure, avec le cardinal Del Monte, de mécène du peintre.

C’est qu’il prend le petit peuple des mendiants, rufians et catins, pour figurer les grandes figures de l’histoire sainte, comme dans la scène où il compose La mort de la Vierge, une des plus belles du film. Mais ces modèles trop terrestres s’attirent les foudres pontificales et à l’époque, il n’est pas bon d’aller contre la volonté de l’Eglise. Giordano Bruno, que le peintre rencontre en prison, en est un exemple.

Pourtant, n’est-il pas un esprit profondément religieux, mystique. Il a fréquenté l’église Santa Maria in Vallicella où l’Oratorien Philippe Néri accueillait les pauvres de Rome. Le Caravage y trouva ses premiers modèles, dont la rousse Anna, tout en interprétant l’Evangile, comme s’en souvient la jeune Artemisia Gentileschi.

Sa protectrice, la marquise Costanza Colonna, était elle aussi proche de l’esprit de simplicité des Oratoriens. Elle connait le Caravage depuis qu’il était enfant, quand elle lui faisait le catéchisme dans ses terres du Milanais. Son fils, Fabrizio, sera bien malgré lui l’instrument de la perte du peintre…

Telle est à grand traits la trame de ce film que je ne saurais trop vous conseiller pour la reconstitution historique, malgré quelques libertés romanesques, et pour la grande beauté des images. Ceci dit, tout le monde n’est pas de mon avis. Tant pis, je persiste, ce film est une réussite.

Voilà qui m’incite à me procurer prochainement une autre œuvre inspirée par le peintre, cette fois dans le neuvième art : Le Caravage de Milo Manara, dont le premier tome était paru en 2015, suivi du second trois ans plus tard. Je ne l’ai pas encore lu, mais je voudrais comparer les deux approches.

Critique sur Le blog de Guy

Et pour en savoir un peu plus sur le caravagisme, voici quelques vidéos :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.