Sherlock entre science-fiction et fantastique

J’ai lu dernièrement un comics intitulé Une étude en émeraude. Paru tout récemment à Paris chez Black River, il s’agit de l’adaptation par Rafael Albuquerque et Rafael Scavone d’une nouvelle de l’écrivain britannique Neil Gaiman. Curieuse uchronie où se côtoie les Grands Anciens de Lovercraft et le détective de Baker Street, lequel a pour acolyte le major Sebastian Moran, alors que le chirurgien boîteux John (ou peut-être James) Watson est un des “restaurationnistes” qui souhaitent mettre fin à la domination des Grands Anciens. Bref, il y a de quoi dérouter les holmesiens classiques, mais la nouvelle initiale a remporté le prix Hugo de la meilleure nouvelle courte 2004 ainsi que le prix Locus de la meilleure nouvelle longue 2004. Si j’en juge d’après la lecture de son adaptation en bande-dessinée, cela me semble mérité. Je note au passage que cette nouvelle figure dans le recueil Des choses fragiles paru en 2009 au Diable Vauvert…

Les transpositions des aventures de Sherlock Holmes dans le domaine de la science-fiction ne manquent pas. Il peut s’agir d’uchronies ou d’univers parallèles comme dans le roman de Thomas Day, L’Instinct de l’équarrisseur : Vie et mort de Sherlock Holmes, où le héros éponyme, aidé du fidèle Watson, est l’assassin royal. Quant au dyptique Sherlock Holmes & les Voyageurs du Temps de Sylvain Condurié et Laci, son titre est suffisamment parlant.

Dans La porte de l’éternité, où Sherlock Holmes fait partie des protagonistes, Brian Stableford associe ce thème des voyages dans le temps à celui du vampirisme. Ce n’est d’ailleurs pas le seul ouvrage où le grand détective se trouve confronté à Dracula et ses semblables, qu’il s’agisse des romans, comme ceux de Loren D. Estleman (Sherlock Holmes vs. Dracula) et de Fred Saberhagen (Le dossier Holmes-Dracula), ou de bande dessinée comme Sherlock Holmes & les Vampires de Londres de Sylvain Condurié et Laci.

Après les hybridations de l’univers holmésien avec celui de Bram Stocker, voici quelques unes de celles nées de la rencontre avec Lovecraft. Outre les Grands Anciens d’Une étude en émeraude, le détective est confronté à Cthulhu, dans les séries de Lois H. Gresh (Sherlock Holmes vs Cthulhu) ou de James Lovegrove (Les Dossiers Cthulhu). Quant au Necronomicon, il fait l’objet d’un dyptique en bande dessinée de Sylvain Condurié et Laci, qui fait l’objet d’une suite, Les Chroniques de Moriarty, avec cette fois Andrea Fattori au dessin.

Bon, je m’arrête là pour l’instant. Mais évidemment, cette chronique devra être complétée. En attendant, vous pouvez vous reporter à celles-ci :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.