Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène par Catulle Mendès

La couverture illustrée du recueil édité par Francis Lacassin est signée par Gino Starace. C’est celle d’une réédition de Monsieur Lecoq (Librairie Arthème Fayard, 1908), le roman d’Émile Gaboriau.

La première fois que j’ai lu Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène, ce devait être en 2018 dans Premières enquêtes, un recueil de roman et nouvelles policières édité par Francis Lacassin, en 2008 chez Omnibus1. Parue initialement en 1895 chez G. Charpentier et E. Fasquelle, cette nouvelle policière de Catulle Mendès (1841-1909) a une grande originalité qui apparait dans son étrange sous-titre, l‘héautonparatéroumène, que seuls les hellénistes peuvent le décrypter, mais à l’époque de Catulle Mendès, ils étaient sans doute plus nombreux qu’aujourd’hui.

Vous ne l’êtes pas et vous souhaitez savoir ce que signifie ce mot ? Ce serait divulgâcher le fin mot de l’énigme. Allez, je vous donne quand même un indice. Une pièce de Sophocle parue dans la collection Série noire et mettant en scène un roi de Thèbes . Sinon, je vous conseille vivement de lire la nouvelle avant de passer à l’article ci-dessous.

_________________________________________

  1. Ce n’était pas un hasard si j’avais emprunté cet ouvrage. Outre Maximilen Heller, ce précurseur de Sherlock Holmes inventé en 1871 par Henri Cauvain, je savais que j’y trouverais cette nouvelle dont la référence m’avait été donné dans Du polar, un recueil d’entretiens de François Guérif avec Philippe Blanchet (Payot, 2013 ; Rivages, 2016).


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 14 mars). Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène par Catulle Mendès. Biblioweb. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzv9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.