Napoléon (17) Napoléon et l’Empire étaient-ils nécessaires ?

Que tel grand homme, et précisément celui‐ci apparaît à tel moment, dans tel pays, cela n’est évidemment que pur hasard. Mais supprimons‐le, il y a demande pour son remplacement et ce remplacement se fait tant bien que mal, mais il se fait à la longue. Que le Corse Napoléon ait été précisément le dictateur militaire dont la République française épuisée par ses guerres avait besoin, ce fut un hasard ; mais qu’en cas de manque d’un Napoléon un autre eût pris la place, cela est prouvé par ce fait que chaque fois l’homme s’est trouvé, dès qu’il était nécessaire : César, Auguste, Cromwell, etc. […]

Engels à W. Borgius le 25. 1. 1894

Que la Révolution recourût à dictature, ce n’était point un hasard ; une nécessité interne l’y poussait, et non pour la première fois. Qu’elle ait fini par la dictature d’un général, ce ne fut pas un hasard non plus. Mais il se trouva que ce général était Napoléon Bonaparte. Dont le tempérament, plus encore que le génie, ne pouvait s’accommoder spontanément de la paix et de la modération. Ce fut l’imprévisible qui fit pencher la balance du côté de la « guerre éternelle ». […]

[La] dictature militaire elle même ne comportait pas en soi le rétablissement de la monarchie héréditaire et moins encore d’une aristocratie nobiliaire ; le meilleur moyen de défendre les frontières naturelles n’était pas non plus de provoquer les coalitions en les dépassant. Telle fut, pourtant, l’initiative personnelle de Napoléon ; les circonstances assurément ont favorisé son essor ; elle n’en a pas moins jailli du plus profond de sa nature.

Georges Lefebvre, Napoléon, 2005, p. 89 et 679.

J’ai trouvés les citations ci-dessus dans le support “Si Marx et Freud n avaient jamais vécu…”, une communication de Jon Elster dans le cadre du séminaire intitulé Usages et enjeux du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales coordonné par Jean-Matthias Fleury (Collège de France), Quentin Deluermoz (Paris XIII) et Pierre Singaravelou (Université Paris I) de du 26 janvier au 8 juin 2011. Il n’y a malheureusement pas d’enregistrements en ligne des séances de ce séminaire…

Si la citation de Marx souligne le caractère inéluctable d’une évolution de la Révolution vers un régime autoritaire, Georges Lefebvre insiste bien sur l’impulsion particulière que lui a donnée Bonaparte en raison de sa personnalité. Imaginons qu’un autre général ait pris le pouvoir, un Kléber qui n’aurait pas été assassiné en Égypte, un Pichegru qui n’aurait pas été déporté en Guyane, un Dumouriez qui aurait réussi son coup d’état dès 1793, un Murat, un Bernadotte, un Ney dont le destin aurait été différent. Aurions nous eu l’Empire, un régime présidentiel, une junte militaire ou le retour prématuré de Louis XVIII ? Allez savoir. Mais nous aurions peut-être évité la guerre sans fin de l’ogre corse.

Son culte n’aurait pas pesé lourdement sur la mémoire nationale jusqu’à aujourd’hui. Ses cendres ne seraient pas aux Invalides et la propension française à l’adulation de l’homme providentiel n’aurait peut-être pas été si forte. Ainsi, René Rémond n’aurait pas scinder la droite française en trois familles, mais seulement en deux, les libéraux et les contre-révolutionnaires, le bonapartisme et son avatar gaulliste n’ayant plus lieu d’être.

A l’étranger, les Russes, qui n’auraient pas étaient traumatisés par l’invasion napoléonienne, auraient peut-être été moins réticents à s’ouvrir à l’Occident, comme sous les règnes de Pierre le Grand et de Catherine II. Comme lors du traité de Teschen, le tsar aurait pu arbitrer les différents entre l’Autriche et la Prusse au sein d’un Saint-Empire romain germanique qui aurait évolué peu a peu en état fédéral purilinguistique où les locuteurs de l’allemand, du tchèque, du sorabe, du danois, du danois ou du polonais auraient coexisté … mais la Pologne serait toujours divisée entre les puissance.

Dans les domaines littéraires et artistiques, Hugo n’aurait pas écrit “L’expiation”, pas plus qu’il n’aurait publié Napoléon le petit et Histoire d’un crime contre un Louis-Napoléon Bonaparte qui n’aurait jamais rêvé de suivre les traces de son oncle. Le roi de de Rome n’étant pas né, Rostand nous aurait épargné L’Aiglon. Fabrice del Dongo n’aurait pas traversé la bataille de Waterloo sans y comprendre rien, le colonel Chabert n’aurait pas eu à combattre à Eylau, Tolstoï n’aurait jamais écrit Guerre et paix, ni Heine “Les Deux Grenadiers”. David, Gros et Girardet auraient exercé leurs talents sur d’autres sujets, de même qu’Abel Gance pour son plus grand film, tandis que Jean Dujardin n’aurait pas pu jouer dans Le Retour du héros. Bref, les historiens, romanciers et autres plumitifs, de même que bien des peintres, sculpteurs et réalisateurs nous auraient épargné une littérature pléthorique, une iconographie répétitive, des films en costumes et autres séries télévisées.

Quant au général Bonaparte, ayant échoué dans ses ambitions, il serait devenu gouverneur de la Corse(1). On peut rêver… On peut aussi imaginer que le porte sabre qui se serait substitué à lui ait causé autant, voire plus de dégâts(2).

___________________________________________________________________

  1. Raymond Iss, “Le dernier rêve de Napoléon” in Stéphanie Nicot (éd.) Et si Napoléon… : treize récits d’uchronies napoléoniennes : anthologie. Mnémos, 2021).
  1. Voir sur un personnage également peu plaisant Le faiseur d’histoire de Stephen Fry, où le fait qu’Adolf Hitler ne soit pas né, n’empêche en rien l’émergence du parti nazi, le “remplaçant” de l’excité de Braunau se révélant tout aussi néfaste, voire pire que lui…


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 5 mai). Napoléon (17) Napoléon et l’Empire étaient-ils nécessaires ? Biblioweb. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzvf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.