Autour d’Oliver Byrne et de son ouvrage sur les éléments d’Euclide

Exemplaires sur Archive.org. : exemplaire 1 ; exemplaire 2 ; exemplaire 3

A la Noël 2015, je trouvais dans mes petits souliers une curieuse bande-dessinée de Bezian intitulé Le courant d’art (ci-contre) avec en sous-titre, selon le sens où je prenais cet album en accodéon, De Byrne à Mondrian ou De Mondrian à Byrne. C’est qu’il y était question de l’influence qu’avait exercé sur Piet Mondrian et Walter Gropius The first six books of the Elements of Euclid, in which coloured diagrams and symbols are used instead of letters (voir ci-dessus) publié en 1847 par le mathématicien Oliver Byrne. A moins que ce ne soit ce dernier qui, par une curieuse interférence temporelle, ait été marqué par les artistes du Bauhaus et de De Stijl, selon le principe du plagiat par anticipation, bien connu des Oulipiens, de Jorge Luis Borges et de Paul Bayard

L’ouvrage de Byrne a été réédité en 2017 chez Taschen. Il semble connaître un regain d’intérêt,plus de cent-septante ans après sa parution. Le designer Nicholas Rougeux l’a transposé dans un site web interactif et le photographe et plasticien Laurent Millet s’en inspire pour son exposition “À peu près Euclide” présentée au Studio Fotokino à Marseille du 15 avril au 4 juin 2023 (voir catalogue). Curieuse postérité pour un ouvrage dont la finalité première était pédagogique, Byrne ayant utilisé la couleur pour faciliter l’apprentissage et “diffuser un savoir permanent”.

Biographie d’Oliver Byrne sur les sites suivants :



Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 29 mai). Autour d’Oliver Byrne et de son ouvrage sur les éléments d’Euclide. Biblioweb. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzvn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.