A propos d’une lecture de Sherlock Holmes

Hier soir dans Le Signe des Quatre, je notais ce conseil de lecture donné par Sherlock Holmes au Docteur Watson :

Laissez moi vous recommander ce livre, l’un des plus remarquable jamais écrit. C’est Le Martyre de l’homme de Winwood Reade.

Quand la nouvelle de Conan Doyle est publié en 1890, cela fait dix-huit ans qu’a paru la première édition The Martydom of Man et quinze ans que son auteur est décédé. L’explorateur et historien William Winwood Reade (1838–1875) souhaitait promouvoir dans cet ouvrage la philosophie du libéralisme politique et du darwinisme social. Considéré comme une “bible de substitution pour les laïques”, son ouvrage avait été violemment condamné comme irréligieux par le premier ministre lui-même, William Gladstone. C’est qu’il osait s’en prendre au dogme chrétien.

Ces différentes caractéristiques permettent-elles de deviner quelles sont les valeurs – libéralisme, laïcité, agnosticisme, darwinisme social – de Holmes et de son créateur ? Il est souvent imprudent d’identifier un lecteur à ses lectures, mais l’enthousiasme dont fait preuve le détective ne laisse guère de doute sur sa propre adhésion – et sans doute celle de Conan Doyle – aux idées développées par Winwood Reade(1).

Si l’ouvrage semble avoir eu un certain succès dans le monde ango-saxon, ce dont témoignent plusieurs rééditions jusqu’à la fin des années 1940, il n’en est pas même en France : il est très peu présent dans les bibliothèques universitaires et aucune traduction dans notre langue ne semble avoir été réalisée.

Winwood Reade a également écrit trois ouvrages sur l’Afrique qu’il a exploré, parfois à ses risques et périls, de 1862 à sa mort. Il fait part de son expérience dans la correspondance qu’il entretient avec Darwin, qui utilisera ses observations dans The Descent of Man.

Avant cela, il a publié à vingt-trois ans The Veil of Isis or Mysteries of the Druids, un ouvrage toujours réédité. Quatre romans romans complètent sa carrière littéraire, le dernier étant paru l’année de sa mort.

Pour aller plus loin

Liens sur Windwood Reade

Biographies : British Museum | Wikipedia | Wikisource

Liens concernant The Martydom of Man

Texte intégral : Archive.org | BHL | Ex-Classics | Google Livres

Localisation : SUDOC | BnF | BM Lyon

Liste des ouvrages de Winwood Reade

(1859). Charlotte and Myra: A Puzzle in Six Bits.

(1860). Liberty Hall, Oxon. (A Novel)

(1861). The Veil of Isis or Mysteries of the Druids. > voir traduction

(1864). Savage Africa.

(1865). See-Saw : A Novel (écrit sous le pseudonyme de Francesco Abati).

(1872). The Martyrdom of Man.

(1873). African Sketch-Book.

(1874). The Story of the Ashantee Campaign.

(1875). The Outcast.

(1972). Religion in History.

Correspondance avec Darwin

_________________________________________________________________________

  1. Cet intérêt pour des questions touchant à la philosophie et à la poliique peuvent surprendre, si nous nous rappelons que dans Une étude en rouge Watson juge nulles ou médiocres les connaissances de son colocataire dans ces domaines. Voir ci-dessous :

Résumé du savoir de Sherlock Holmes.

1o En littérature. Connaissances nulles.

2o En philosophie. Connaissances nulles.

3o En astronomie. Connaissances nulles.

4o En politique. Connaissances très médiocres.

5o En botanique. Connaissances variables. Très ferré sur tout ce qui concerne la belladone, l’opium et les poisons en général, complètement ignorant en horticulture pratique.

6o En géologie. Connaissances renfermées dans certaines limites bien définies ; discerne à première vue les différents terrains les uns des autres : me montre après ses promenades les taches de boue de son pantalon et m’explique comment leur couleur et leur consistance lui permettent de reconnaître dans quelle partie de Londres chacune a été faite.

7o En chimie. Connaissance approfondie.

8o En anatomie. Connaissances très grandes, mais acquises sans aucune méthode.

9o En littérature sensationnelle. Érudition incroyable selon toute apparence pas une abomination n’a été perpétrée dans le courant du siècle, sans qu’il en ait connaissance.

10o ………………… Joue bien du violon.

11o ……………………… Est très fort à la canne, à la boxe et à l’épée.

12o ……………………… A une bonne connaissance pratique de la loi anglaise.



Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 1 juin). A propos d’une lecture de Sherlock Holmes. Biblioweb. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzvo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.