Napoleon (4) Anecdotes

Je suis en train de lire Napoléon, croquis de l’épopée de G. Lenotre. Ce prolifique historien (cf. sa bibliographie réalisée par Georges Fenoglio Le Goff) a sévi entre la guerre franco-prussienne et la Seconde Guerre mondiale. Grand compilateur de sources, il a pu s’attirer ce trait peu amène d’un  de ses contemporains : « Après tout, que fait-il ? Il prend du tien, il prend du mien et il signe Lenotre… » (cf. article de Pierre Assouline, “La peste soit de Roth”, daté du 29 décembre 2010). Cela ne l’empêcha pas d’être élu in extremis à l’Académie français, où il n’eut pas le loisir de siéger, étant rattrapé par la grande faucheuse.

Comme ce sera le cas d’Alain Decaux ou d’André Castelot, sa conception de l’histoire est avant tout basée sur l’anecdote. Ce n’est pas vraiment celle que j’ai apprise lors de mes lointaines études. Pourtant, il me faut bien reconnaître que je lis sans déplaisir ces chroniques qui apportent sur certains événements bien connus un éclairage insolite.

Connaissez-vous Marianne Peusol, malheureuse victime de l’attentat de la rue Saint-Nicaise ? Si tel n’est pas le cas, vous pouvez lire la chronique de G. Lenotre la concernant sur le site de Jean-Paul Doucet.

Savez vous dans quelles conditions s’effectua  le referendum de floréal an X où Napoléon Bonaparte fut confirmé comme consul à vie ? Pour commencer, imaginez qu’à l’époque, il n’existait pas d’isoloirs et qu’au greffe de chacun des tribunaux, deux registres étaient déposés : l’un était destiné à recevoir les signatures des électeurs partisans de la nouvelle mesure ; sur l’autre devaient écrire leurs noms ceux qui la repoussaient. Le plus surprenant est que malgré tout, il se trouva des citoyens pour réclamer le registre des opposants, et que, si 3 568 885 d’électeurs se déclarèrent favorables à la mesure, il y eut quand même 8 374 courageux pour dire non.

Sur l’élection de Napoléon à l’Institut le 25 décembre 1797 (5 nivôse an VI), vous aurez des détails sur le site de Henri Cabannes.

Comme d’autre part G. Lenotre cite souvent quelles sont ses sources, cela m’incite à partir à leur recherche. J’y reviendrai ultérieurement.

Il va sans dire que G. Lenotre n’a pas inauguré la série des recueils d’anecdotes sur Napoleon. En attendant une liste plus étendue, voici deux ouvrages ouvrages de deux de ses contemporains :

Napoléoniana, ou recueil d’anecdotes, saillies, bons mots, reparties, etc., etc., pour servir à l’histoire de la vie de Buonaparte (1814) par Charles Malo,ouvrage qui tient plutôt du pamphlet, étant écrit par un partisan des Bourbons.

Bonapartiana, ou Recueil choisi d’anecdotes, de traits sublimes, de bons mots, de saillies, de pensées ingénieuses, de réflexions profondes de Napoléon Bonaparte (1831) par Charles-Yves Cousin d’Avallon,grand spécialiste de ce genre d’écrits, dont l’ouvrage est nettement plus favorable à l’ex-empereur.

Chronique mise à jour le 27 février 2013.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.