La généalogie, ce n’est pas ringard, bien au contraire

Depuis quelques années, je me consacre épisodiquement à la généalogie. Par rapport à mon arrière-grand-père qui avait rempli 8 gros volumes reliés de copies d’actes divers concernant ses (nos) ancêtres, mes petites recherches restent encore bien modestes, même si je me suis découvert des ancêtres dans des coins incroyables. Imaginez un peu, la Bretagne… et Pondichéry ! Pour quelqu’un dont les origines récentes s’étendent essentiellement sur le Sud-Est et l’Est de la France, c’est un peu surprenant…

Enfin, il y a encore du travail. Figurez-vous qu’en généalogie ascendante, si un individu normal(1) remonte jusqu’à la douzième génération, il contera 4094 ancêtres (2 048 individus pour la douzième génération et 2046 pour les générations intermédiaires). Avec mes 120 individus recensés, certains jusqu’au XVIIe siècle, je ne suis qu’au début de mes investigations…

Comme pour les exporateurs de l’Afrique ou des Amériques au XIXe siècle, il existe beaucoup de blanc sur la carte, comprenez l’arbre généalogique. Je fait pousser le sur Geneanet, en utilisant les ressources existant sur cet excellent site. C’est sur son blog que j’ai appris la tenue des rencontres généalogiques de Saint-Avertin, tout près de Tours, le 8 septembre prochain.

Le bibliothécaire que je suis note immédiatement la présence parmi les participants d’une librairie spécialisée en ligne, GénéaPrime. Celle-ci propose des guides de recherches généalogiques, des documents sur divers sujets, des revues

Parmi ces dernières la Revue d’Archives & Culture. Youtubeur à mes heures , je remarque également que l’association Archives & Culture dispose d’une chaîne, Généalogie Archives & Culture, dont les playlistes ci-dessous donnent une idées des thématiques multiples abordées dans une recherche généalogique (voir le détali des vidéos ici) :

Les vidéos sont très vivantes, pas du tout réalisées par de vieux barbons auxquels sont trop souvent identifiés les généalogistes, mais par des jeunes femmes fort dynamiques. Elles ont même monté une comédie musicale, Le cours de généalogie. Voilà qui dépoussière un sujet réputé ennuyeux !… Tout comme d’ailleurs les jeux comme Généalogik et Généalogie : remonter le temps que j’ai découvert sur les rayons de GénéaPrime.

__________________________________________________________

  1. Je veux dire dont aucun ancêtre n’aurait épousé un cousin germain, ce qui est plus rare qu’on ne pourrait croire dans des sociétés relativement fermées où l’endogamie est souvent la règle…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.