Oulipien par anticipation (2)

Texte oulipien par anticipation extrait de la Bibliothèque des calembours (cf. article Oulipien par anticipation (1) du 3 décembre 2009)

Lettre en monosyllabes.

( Une femme est supposée l’écrire a son amant.)

« Non, je n’ai point dit du mal de vous, ni ne vous ai fait de tort. Ce sont des sots et des gens peu vrais qui vous font tant de peur. Je suis sans fiel. Ne vous fiez pas à de vains bruits. Le grand Roch est faux et fou; vingt fois par jour on lui dit tout net qu’il est plat; mais il n’en croit rien; il ne voit ni ne sent.

« La Le Brun a le ton vain, et je crains ses coups de dents. Je lui fais peu ma cour. Elle m’en veut, et me hait; mais je le lui rends bien. Ils sont tous les deux trop sots pour vous et pour moi. Ils vont à leur but; mais je ne crains rien de leurs vues et de leurs traits. Mon cœur est franc, sans art; et quand il est pris, je m’y tiens. Je vous dois tout; mais l’or seul n’a pas fait le nœud qui nous a joints. Je vous vis, je vous crus bon, doux et sûr; je vous plus et tout fut dit, tout fut fait, et je n’eus plus rien à moi : tout fut a vous. Mon sort est beau, quand je vis près de vous en paix. « Mes fers n’ont rien de dur ; et cent fois je vous ai vu sous mes lois plus fier qu’un coq et plus gai qu’un roi. Si ce temps n’est plus, la mort est mon lot, et j’y cours…. ; mais le trait est fou. Non, je sens qu’il vaut mieux, pour vous et pour moi, nous être chers de plus en plus. Oui, je vis pour vous; la clef de mon cœur est dans vos mains. Je vis pour vous voir, je m’en fais la loi, et je suis à vous pour la vie. »


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *