Mutants et épidémies

Je voudrais revenir ici sur un aspect particulier concernant les mutants, aspect que je n’ai fait qu’effleurer dans ma précédente chronique sur ce thème de science-fiction. Il s’agit du rapport entre mutants et épidémies, ou pour parler plus clairement des épidémies à l’origine de mutations parmi les personnes infectées(1).

Les premiers mutants issus d’une épidémie sont sans doute ceux de Je suis une légende, publié par Richard Matheson en 1954. Ce sont des vampires pour qui le dernier homme, Robert Neville, est devenu une terrifiante légende, un croquemitaine les assassinant dans leur sommeil. Le livre sera adapté trois fois à l’écran. D’autres films comme Daybreakers ont repris la même thématique des vampires épidémiques.

Cependant les zombies décérébrés les ont largement remplacés. D’abord à l’écran, avec les films de George Romero aux zombies modernes détachés du folklore vaudou, des monstres cannibales qui contaminent leurs victimes. Des romans comme World War Z de Max Brooks ou La nuit a dévoré le monde de Pit Agarmen (Martin Page), sans parler de séries télévisées et bandes dessinées comme Walking Dead, reprennent cette idée du mutant épidémique et cannibale.

Au-delà de ces emprunts à ces deux grands motifs du fantastique et de l’horreur, nous assistons plus récemment, avec Erectus de Xavier Müller, à une régression des infectés à une étape antérieure de l’évolution, le virus Kruger touchant non seulement l’homme, mais aussi de nombreuses autres espèces animales. Un film comme Le Règne Animal de Thomas Cailley reprend l’idée d’une pandémie qui entraîne des mutations transformant certains humains en animaux(2).

Si les mutations évoquées plus haut touchent les personnes infectées dans leur apparence physique, il n’en va pas de même pour celles qui leur donnent des pouvoirs psychiques. Tels sont Les Insoumis de la série romanesque d’Alexandra Bracken. Cette thématique reste cependant relativement peu répandue parmi les mutants épidémiques(3)..

Ces différents types de mutants renvoient d’une manière ou d’une autre à l’extinction de l’espèce humaine, que celle-ci ait déjà eu lieu, le principal protagoniste étant le dernier humain sur la Terre (Je suis une légende), ou qu’elle ait été évitée de justesse au prix de bien des épreuves (World War Z). Les hordes de vampires ou de zombies y apparaissent comme une foule, une masse d’agents pathogènes propageant une pandémie foudroyante et exponentielle.

Dans d’autres cas, les mutants encore peu nombreux sont traqués, parqués, assassinés, par crainte de leur expansion, pendant que se met en place un ordre politique sécuritaire, une dystopie où les libertés sont limitées, suspendues, supprimées au nom de la lutte contre l’épidémie. D’obscure menace, le mutant épidémique se fait victime et paria, de majorité oppressive, les voici minorité opprimée, comme le sont d’ailleurs la plupart des autres mutants.

Biblio-webographie

« Virus, épidémies et pandémies dans la littérature, le cinéma et les séries : imaginaire épidémique, modalités et enjeux », Appel à contribution, Calenda,, 5 mai 2020,

Vincent Paris. Zombies. Sociologie des morts-vivants. Les éditions XYZ, 2013. 180 p.

Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF, dossier thématique dans Caliban, n° 63, 2020, p. 7-229. Lire notamment :

Apocalypse Now? Visions de fins du monde, dossier thématique dans : 24 images, n° 160, décembre 2012, janvier 2013, p. 4-30

Notes

  1. Cette chronique développe deux paragraphes d’un article intitulé “Épidémies et littérature : thèmes et motifs littéraires” à paraître dans le Dictionnaire de litt&nature coordonné par Philippe Chomety et Jérôme Lamy. Elle est en également à mettre en relation avec Épidémies et littérature : bibliowebographie mise en ligne le 20 mars 2020 et plusieurs fois remise à jour.
  1. Ce thème du retour à l’animalité par le biais d’une épidémie est présent dès 1959, mais sous forme métaphorique, dans la pièce d’Eugène Ionesco, Rhinocéros, où les humains atteints par la rhinocérite figurent le conformisme, première marche vers le totalitarisme.
  1. Si la télépathie et les autres pouvoirs psychiques sont au centre de nombreuses œuvres de science-fiction, ces facultés proviennent plutôt d’autres facteurs comme les radiations atomiques, une mutation isolée ou l’évolution “naturelle” de l’espèce humaine (les Slans).


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 23 septembre). Mutants et épidémies. Biblioweb. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzw8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.