Le jeu de patchisi façon Akber et autres jeux à pions humains

Le patchisi est un jeu de dames très-antique, pour lequel les Indiens se sont montrés de tout temps passionnés. On le joue avec des pions, sur un damier presque semblable à celui dont on se sert en Europe; il y a quatre joueurs, ayant chacun quatre pions. La marche des pions est réglée par des coups de dés; la victoire consiste à, réunir ses quatre points sur le carreau central. Les proportions du patchisi d’Akber sont vraiment impériales; la cour elle-même, divisée en carreaux rouges et blancs, constitue le damier et une énorme pierre placée sur quatre pieds représente le point central. C’est là-dessus qu’Akber et ses courtisans jouaient le patchisi; seize jeunes esclaves du harem, portant les couleurs des joueurs, remplaçaient les pions d’ivoire, et exécutaient les mouvements ordonnés par les dés. La tradition rapporte que l’empereur prit. un tel goût à ce patchisi vivant, qu’il en fit établir dans tous ses palais on en voit encore les traces à Agra et à AIlahabad.

C’est drôle, cet extrait d’un long article de Louis Rousselet (Le Tours du monde, juillet 1872, p. 170-171) m’a rappelé un épisode de la série Le Prisonnier. Mais voyez plutôt :

Voici quelques autres exemples de jeux à pions humains :

Un jeu d’échecs traditionnels avec des pions humains se pratique aussi dans le nord du Vietnam. Voir aussi ici.

Dans son cycle de Mars, Edgar Rice Burroughs consacre un roman au jetan, le jeu d’échecs à pions humains de Mars.

Margny-lès-Compiègne, partie de dames avec des pions humains 14 juillet 1927. Voir plus sur Gallica.

Dernière mise à jour : 11 septembre 2023.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.