Métissages culturels (3) Une réflexion sur le passage progressif et inachevé du paganisme au christianisme

Le symbolisme constituait toute la religion des anciens, sous forme d’images idéalisant les qualités d’un personnage ou les phénomènes naturels. C’était tout ce qu’y voyait la foule, tandis que les esprits éclairés n’y cherchaient qu’une expression métaphorique des forces de. la nature, sentiment panthéiste qui appar tient en propre à la race aryenne. Aussi chez eux la transition entre le paganisme et le christianisme fut-elle bien plus difficile et moins complète que chez les sémites, dont les instincts monothéistes acceptaient la simplicité synthétique de la nouvelle doctrine.

L’Église, aux premiers siècles, dut prendre bien des ménagements pour ne pas heurter de front les préjugés et les vieilles croyances, ne pas détrôner trop précipitamment Jupiter, ni briser trop brutalement les roseaux de Pan. Il lui fallut demander l’assistance des divinités déchues pour rallier la foule au dogmede l’unité.

C’est de cette nécessité impérieuse qu’est née cette quantité prodigieuse de symboles qui dénaturent quelque peu le culte orthodoxe. La cérémonie sacrée du feu, pratiquée jadis dans toute la Grèce, s’est conservée jusqu’à nos jours, si ce n’est sous forme d’hommage direct, du moins comme symbole, et à Jérusalem, dans la chapelle du Saint-Sépulcre, j’ai vu un pappas inspiré distribuant le feu sacré à des milliers de pèlerins munis de cierges, et qui se renversaient, se battaient, s’injuriaient pour approcher du petit orifice derrière lequel le prêtre, vestale d’un nouveau genre, était posté, spectacle fort peu édifiant et qui reportait l’imagination aux scènes les plus bruyantes du paganisme populaire. J’ai vu, à Naples, les femmes injurier la statue de saint François parce qu’il n’avait pas empêché un tremblement de terre; j’ai vu, dans l’Amérique du Sud, des paysans, fervents catholiques, attacher une statuette de saint Jacques au bout d’une ficelle et lui faire faire trois ou quatre plongeons dans un puits, parce qu’il ne les avait pas préservés d’une maladie. Ne se dirait-on pas à l’époque où les jeunes chasseurs d’Arcadie fouettaient la statue de Pan en haut du mont Lycée ? Quelle étude curieuse et un peu humiliante à faire que celle de l’esprit humain dans les manifestations de ses sentiments religieux, à toutes les époques et dans tous les pays!

Henri Belle (1837-1908). “Voyage en Grèce”, Le Tour du monde : nouveau journal des voyages, 1er semestre 1879, p. 318

Autres métissages culturels


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean Stouff (14 septembre 2023). Métissages culturels (3) Une réflexion sur le passage progressif et inachevé du paganisme au christianisme. Biblioweb. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzw7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.