Métamorphoses d’un quartier autour de la rue Saint-Nicaise

Extrait du Nouveau plan routier de la ville et faubourgs de Paris divisé en 48 sections… (1794)

Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel).

Charles Baudelaire. Le Cygne

La parution d’un livre sur le chevalier de Limoëlan(1) m’a rappelé l’attentat de la rue Saint-Nicaise dont il fut un des tristes acteurs(2). Du coup j’ai souhaité repérer où se trouvait cette rue aujourd’hui disparue en consultant les plans de Paris du XVIIIe et du début du XIXe siècle accessibles sur Gallica. Comme vous le verrez, la physionomie du quartier était loin d’être celle que nous connaissons aujourd’hui, notamment en ce qui concerne le Louvre.

C’est du reste à cette époque qu’une transformation radicale a lieu autour de cette rue ouverte au XVIe siècle et qui partait de la rue des Orties-du-Louvre (encore une ancienne voie de Paris aujourd’hui disparue) et aboutissait à la rue Saint-Honoré en face de la rue Richelieu.

Le plan ci-dessus et les deux premiers ci-dessous situent la rue Saint-Nicaise telle qu’elle était au moment de l’attentat.

Extrait du Nouveau plan de Paris avec ses augmentations tant finies que projetées / levé et dessiné par L. Brion de La Tour… (1796)
Extrait du Nouveau plan routier de la ville et faubourgs de Paris, divisé en 12 arrondissemens ou municipalités : an IX (1801)

Lors de l’attentat de la rue Saint-Nicaise, 46 maisons furent détruites ou rendues inhabitables du côté de la rue Saint-Honoré. Faut-il s’étonner si, dès 1802, nous n’en voyons plus de trace sur le plan ci-dessous, où la rue Saint-Nicaise semble avoir disparu au profit d’une place du Caroussel élargie.

Extrait du Plan de l’Inondation de Paris en Nivôse de l’An 10 (1802).

En fait, le plan suivant nous montre que la rue Saint-Nicaise subsiste, mais ce n’est plus qu’une “demi-rue” qui longe la place du Carrousel sur son flan oriental. Nous constatons au passage que la rue Impériale a été percée, reliant le Vieux Louvre aux Tuileries qui depuis le 19 février 1800 servent alors de lieu de résidence à Napoléon Bonaparte.

Extrait du Plan routier de la ville et faubourg de Paris, divisé en 12 mairies (1806)

Sur le plan ci-dessous, daté de 1814, la rue Saint-Nicaise ne subsiste que comme un petit tronçon au nord de la nouvelle aile des Tuileries, au début de la rue de Rivoli. Au nord-est la place du Carrousel, les bâtiments qui en faisaient partie ont disparu : Napoléon a poursuivi peu à peu le Grand Dessein voulu par Henri IV en préparant la réunion des Tuileries au Louvre qui se fera sous Napoléon III. Le plan porte d’ailleurs la trace de ce projet encore inachevé.

Extrait du Plan routier de la ville de Paris, divisé en XII arrondissements ou mairies et en 48 quartiers (1814)

____________________________________________

  1. René d’Ambières. Le fulgurant destin du chevalier de Limoëlan. Le Chesnay (Yvelines) : Via romana ; Neuillac (Morbihan) : Ar Gedour, 2023.
  1. Si je m’exprime ainsi, soulignant mon peu de sympathie pour ce personnage et ses complices, ce n’est pas tant parce qu’ils ont voulu assassiner le Premier Consul. Les habitués de ce carnet savent bien ce que je pense pour l’ogre corse et, après tout, que ses opposants veuillent le faire disparaître est la chose la plus naturelle du monde. Non, ce que je leur reproche surtout, c’est que leur attentat raté ait fait 22 victimes, dont la pauvre gamine qu’ils avaient chargé de tenir le cheval attelé à une charrette. Ils s’étaient bien gardé, évidemment, de lui dire que s’y trouvait la machine infernale. Elle se nommait Marianne Peusol (cf. G. Lenotre). Alors qu’il ait par la suite exprimé des regrets et que, devenu prêtre à Georgetown (États-Unis), il ait chaque 25 décembre, jour anniversaire e l’attentat, passé sa nuit en prière en demandant pardon à Dieu, n’empêche pas que lui et ses complices ait bel et bien assassiné une enfant. La fin justifie-t-elle les moyens ? Une personne peut-elle être considérée comme un moyen ? Dans ce cas précis, je ne le pense pas.


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 13 septembre). Métamorphoses d’un quartier autour de la rue Saint-Nicaise. Biblioweb. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzw6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.