Impostures et mystifications littéraires

(Dernière mise à jour : 17/11/2011)

A l’occasion du 1er avril, une exposition sur les impostures littéraires a été organisée à bibliothèque universitaire de Lettres de l’université de Tours. J’ignore jusqu’à quand elle va durer, mais du moins m’a-t-elle donné le thème de cette chronique qui nécessitera sans doute quelques compléments.

Quelques ouvrages récents

Cela faisait quelques temps que je souhaitais aborder ce sujet. Depuis que j’ai fait l’acquisition, l’an dernier, de l’excellent ouvrage de Frédéric Rouvillois, Le collectionneur d’impostures (Flammarion, 2010). Sous la forme d’articles d’une à trois pages généralement accompagnés de références bibliographique, l’auteur présente toute une série d’impostures et de mystifications dans les domaines les plus divers (littérature, peinture, cinéma, politique, religion…) classées dans un ordre semi-alphabétique selon le nom du principal protagoniste (Claude des Armoises, Minou Drouet, Perkin Warbeck…) ou de l’objet ou ouvrage concerné (faux morceaux de la Vraie Croix, Les Protocoles des Sages de Sion…).

Autre ouvrage organisé dans l’ordre alphabétique d’un dictionnaire, mais cette fois circonscrit à la littérature : Les grandes impostures littéraires de Philippe Di Folco (Ecriture, 2006). Outre des notices bien faites commençant à chaque fois par un résumé de l’affaire avant d’en aborder l’analyse, l’auteur propose un « Petit guide à l’usage des futurs imposteurs » (p.285-342) et d’une conséquente bibliographie commentée (p. 343-355).

L’ouvrage le plus récent présenté à l’exposition citée ci-dessus est l’ouvrage de Jacques Finné, Des mystifications littéraires (José Corti, 2010). Son organisation est tout autre que celle des deux précédents. Après deux parties intitulées « Des mystifications en général » (p.11-44) et « Du plagiat » (p. 49-171), l’auteur étudie, dans « Des mystifications littéraires » (p. 173-404) plusieurs cas d’apocryphes (ex. : le Journal de Jack l’Eventreur), de supposés (ex. : Adoré Flouquette), de pseudonymes, de mystifications involontaires (ex. : Omar Khayyam) sans oublier « les petites guerres personnelles : les premières traductions des Mille et une nuits » (p. 335-381). La quatrième partie de l’ouvrage (p. 403-493) est entièrement consacrée à Howard Phillips Lovecraft et à son Necronomicon. L’ouvrage comporte également de nombreuses références bibliographiques en notes et une bibliographie sélective (p. 501-507) où figure un autre livre de Jacques Finné : Les grandes mystifications (Verviers : André Gérard, 1975).

Je voudrais citer enfin deux ouvrages que je n’ai pas encore consultés, tous deux de Jean-François Jeandillou :

Supercheries littéraires : la vie et l’oeuvre des auteurs supposés (Droz, 2001), incontournable tant pour Jacques Finné que pour Philippe Di Folco. Je laisse ce dernier en faire la présentation :

Anthologie très universitaire mais assez complète sur les cas de supercheries littéraires français les plus marquants depuis le XVIIe siècle.

Esthétique de la mystification : tactique et stratégie littéraires. Paris, les Ed. de Minuit, 1994. 239 p. (Propositions).

Numéros thématiques de revues

La Revue de la Bibliothèque nationale de France a consacré son n° 13, « Autour du faux » (juillet 2003), et son n° 31, « Blagues et supercheries » (2009). Les sommaires sont accessibles sur le site de la BNF.

Le n° 116 (2002) de Romantisme, « Canulars, mystifications et impostures littéraires », est accessible sur Persée.

Ouvrages anciens sur la question

Charles Nodier a fait paraître anonymement en 1812 un ouvrage intitulé Questions de littérature légale: Du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres, accessible su Gallica et Google livres. En 2003, Jean-François Jeandillou en a publié une édition chez Droz, dont la préface et la quatrième de couverture sont également accessible sur Google livres.

En 1872, Octave Delepierre fait paraître à Londres Supercheries littéraires, pastiches, suppositions d’auteurs dans les lettres et les arts accessible sur Archive.org.

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, publie en 1875 Mystificateurs et mystifiés : histoires comiques, accessible sur Gallica. Il avait déjà publié entre 1856 et 1858 les trois volumes de son Histoire des mystificateurs et des mystifiés dont le premier volume est accessible sur Google.

En 1911 paraît un livre d’Augustin Thierry, Les grandes mystifications littéraires. Une deuxième série est publiée en 1913. Ces deux volumes sont consultables sur Archive.org.

Ne pas oublier ces deux références incontournables :

Joseph-Marie Quérard. Les supercheries littéraires dévoilées, galerie des écrivains français de toute l’Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facécieux ou bizarres. Paris, 1847-1853. 5 vol. Une 2e édition par Gustave Brunet en 1866 avec de nouvelles notice. Réédition de 1964 chez Maisonneuve & Larose accessible sur Gallica.

Antoine Barbier. Dictionnaire des ouvrages anonymes. Paris, P. Daffis 1872-1879. 4 vol. Accessible sur Gallica.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion sur « Impostures et mystifications littéraires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.