Autour d’une représentation de la classification Dewey, quelques bribes sur l’organisation des connaissances humaines

Cohérence et logique de la classification décimale Dewey. Gérard Martin, compilateur ; J. Ant. Pelletier, réalisateur. © Ottawa, 1947. Grossir l’image.

Nous partirons du “mandala” ci-dessus. Il s’agit d’une représentation de la classification Dewey. Il fusionne deux conceptions de l’organisation des savoirs.

Facultés de l’entendement et tripartition des savoirs

Il peut d’abord être mis en relation avec le Système figuré des connaissances humaines proposés par l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert, qui divise le savoir humain selon les facultés de l’entendement que sont la mémoire, la raison et l’imagination.

Il s’agit d’un héritage direct des conceptions de Francis Bacon. Dans The Advancement of Learning (1605, Livre II) et De Dignitate et Augmentis scientiarum (1623), ce dernier fonde la connaissance sur l’entendement de l’homme, siège du savoir, et distribue les sciences selon les facultés de l’entendement : l’histoire pour la mémoire, la poésie pour l’imagination et la philosophie pour la raison.

Extrait de l’édition établie par William Aldis Wright (Oxford, Clarendon Press, 1868 puis 1926). Grossir l’image

A noter que cette tripartition est représentée sous la forme d’un arbre faisant écho à certaines représentions médiévales des savoirs.

Le cercle encyclopédique des connaissances

Graphique réalisé sous la direction de Ruby Ethel Cundiff (1890-1973). Extrait d’un ensemble créé pour une série d’affiches dans les années 1930 et 1940 par la Peabody College for Teachers School of Library Science de l’Université Vanderbilt à Nashville, Tennessee. Autres publications de cet auteur.

A cette représentation tripartite se superpose le cercle des connaissances de Thomas d’Aquin et tant d’autres auteurs. Dans un article cité plus loin en bibliographie, Éric Letonturier écrit à ce propos :

« Harmonia mundi », « encyclie », cyclopédie, « galliade », etc. Nombreuses seront pendant la Renaissance les appellations et variantes autour du projet de constitution d’un savoir total où le cercle, comme symbole de concaténation, de clôture et de hiérarchie, gardera à chaque fois son pouvoir structurant. Du Bellay parlera de ce « rond de Sciences que les Grecz ont nommé encyclopedie » tandis que dans De arte cyclognomica (1569), C. Gemma inventera une « méthode circulaire » permettant de tout connaître, et R. Fludd, un ars rotunda(1).

The Circle of Knowledge, jeu publié en Angleterre par John Passmore vers 1845. Plus d’informations. Grossir l’image.

Cette conception est restée en vigueur jusqu’à une époque récente. Un exemple nous en est donné au XXe siècle avec The Circle of Knowledge: A Classified, Simplified, Visualized Book of Answers édité en 1917 sous la direction Henry W. Ruoff, ou avec le graphique (ci-dessus à droite) réalisé sous la direction de Ruby Ethel Cundiff (1890-1973).

Directement issu de cette représentation en cercle, celle en pétale, dont nous pouvons voir les pémisses dans un jeu publié en Angleterre par John Passmore vers 1845, The Circle of Knowledge (ci-contre à gauche), et que nous pouvons rencontrer ici et .

Enfin, dans dans la figure ci-dessous extraite du site Thoughtfarm, le cercle se combine avec d’autres formes géométriques (carré, triangle, octogone…) où les connaissances forment un réseau complexe.

Grossir l’image.

D’autres organisations des connaissances existent ou ont existé, se référant à l’arbre, au tableau, au réseau… J’y reviendrai peut-être. En attendant je vous propose cette micro-bibliographie

Amorce de bibliographie

Widad Mustafa El Hadi et Ismaïl Timimi, “Organisation des connaissances : approche historique et critique des classifications des savoirs”Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome X – n°2 | 2021.

André Hayen. “Le «Cercle» de la connaissance humaine selon saint Thomas d’Aquin”, Revue Philosophique de Louvain, n° 44, 1956, p. 561-604.

Éric Letonturier. “Petite géométrie des savoirs encyclopédiques : cercle, arbre et réseau”, Hermès, La Revue, n° 66, 2013, p. 46-53.

Raphaël Sandoz. “La classification des sciences au regard des dispositifs schématiques : arbre, tableau, cercle”, Actes du colloque Matières à raisonner, sous la dir. de Françoise Briegel, 2022.

Naïs Virenque. “De l’arbre à l’arborescence : mémoire et matérialité des raisonnements du Moyen Âge à l’époque moderne”, Actes du colloque Matières à raisonner, sous la dir. de Françoise Briegel, 2022


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean Stouff (8 janvier 2024). Autour d’une représentation de la classification Dewey, quelques bribes sur l’organisation des connaissances humaines. Biblioweb. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.