Antisionisme, une histoire juive

Le sionisme et l’antisémitisme sont les ennemis jumeaux des Juifs et le premier est potentiellement plus dangereux.

The American Israelite, 19 janvier 1902

Le seul pays au monde dans lequel les Juifs sont en danger, c’est… l’État d’Israël.

Yeshayahou Leibowitz

La politique criminelle d’Israël en Palestine nuit aussi aux juifs !

Michèle Sibony

Voici quelques années, lors de la cérémonie officielle commémorant lors du 75e ­anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv, le 16 juillet 2017, le président Macron eut une phrase malheureuse, pour ne pas dire mensongère et diffamatoire.

Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme.

Emmanuel Macron

Cela ne fit pas l’unanimité, même au sein de la communauté juive, car les personnes un peu mieux renseignées que le locataire de l’Élysée savent bien que le signe d’égalité placé entre les termes « antisionisme » et « antisémitisme » constitue un véritable déni d’histoire, une forme de révisionnisme qui veut effacer toute trace de la longue tradition juive, religieuse ou séculière, d’opposition à l’idée d’État-nation juif (cf.Union Juive Française pour la Paix).

Une anthologie a été publiée en septembre dernier aux éditions Syllepse sous la direction de Béatrice Orès, Michèle Sibony et Sonia Fayman. Intitulée Antisionisme, une histoire juive, elle apporte un nouveau démenti au président de la République. On y retrouve des prises de position de personnalités ou d’organisations juives de 1885 à 2020, fondées sur des convictions diverses, religieuses, révolutionnaires, libérales ou humanistes, contestant pour des raisons morales ou politiques la légitimité, l’intérêt et les conséquences du projet sioniste.

Comme le souligne une des coordinatrices, Sonia Fayman, dans une courte présentation sur le site du Monde diplomatique, il ne s’agit pas seulement de rappeler la tradition juive diasporique antinationaliste, et les courants assimilationniste ou anti-impérialiste de l’antisionisme, mais de montrer qu’il est possible d’envisager un après-sionisme, avec la construction d’un État commun. Les récents évènements en Palestine/Israël mettent malheureusement à mal cet espoir…

Articles pour compléter

Le compte rendu de l’ouvrage par Gustave Massiah dans Le Journal des alternatives.

“Quelques mot sur Yeshayahou Leibowitz, l’antisémitisme, l’antisionisme et la critique du gouvernement Israélien”, une chronique datée du 18 mai 2022, qui résume mes idées sur la question.

Bibliographie (très) sommaire

Antisionisme : une histoire juive comporte une bibliographie très riche.

Je ne vous en donne ici que quelques références, dont les titres sont on ne peut plus clairs…

L’antisionisme et le sionisme

Jacques Aron. Le sionisme n’est pas le judaïsme. Bruxelles : Didier Devillez, 2003.

Dominique Vidal. Antisionisme = antisémitisme ? : réponse à Emmanuel Macron. Montreuil : Libertalia, 2018. Nouvelle éd. actualisée et augmentée 2019. > SUDOC

Présentation

Ilan Pappé. La propagande d’Israël. Investig’Action, 2016. > SUDOC

Traduit le l’anglais : The idea of Israel : a history of power and knowledge. 2014. > SUDOC

Ilan Pappé. Les dix légendes structurantes d’Israël. Les Nuits rouges, 2021.

Shlomo Sand. Deux peuples pour un état ? : relire l’histoire du sionisme. Seuil, 2024.

Les Juifs orientaux victimes du sionisme

Ella Shohat. Le sionisme du point de vue de ses victimes juives : les juifs orientaux en Israël (trad. de l’anglais). Paris : La Fabrique, 2006. > SUDOC

Traduit le l’anglais : Sephardim in Israel : Zionism from the standpoint of its Jewish victims, 1988.

Voir aussi un documentaire de Michale Boganim, Mizrahim, les oubliés de la terres promise, 2022.

Les révolutionnaires juifs face le sionisme

Enguerran Massis (éd. et trad.). “Non, nous ne sommes pas un peuple élu !” : sionisme et antisémitisme dans les années trente : la doctrine du Bund polonais dans les textes. La Bussière (Vienne) : Acratie, 2016. > SUDOC

Les autorités religieuses juives face le sionisme

Emmanuel Lévyne. Judaïsme contre sionisme. Paris : Éditions Cujas, 1969. > SUDOC

Contient également un recueil de lettres de grands rabbins sur le sionisme.

Extraits de textes figurant dans le recueil

Table des matières du recueil

1902. Le fléau du sionisme

Le texte ci-dessous est extrait d’un article de The American Israelite, premier journal du judaïsme réformé aux État-Unis, qui défendait les droits civils et religieux des juifs et s’opposait au sionisme.

Les motivations devraient certes être toujours prises en considération, mais les sages ont toujours tenu un fou pour plus dangereux qu’un scélérat délibéré, en particulier envers ceux auxquels il cherche à rendre service. Aussi croyons-nous fermement que le sionisme juif a, au cours de ses quelques années d’existence, fait plus de mal à Israël que l’antisémitisme chrétien, et que Herzl et Nordau et leurs adeptes mal conseillés ont été les meilleurs alliés de Drumont, Stocker et leur complices.

1947. Manifeste de la Ligue Juive contre le sionisme

La Ligue Juive contre le sionisme se constitue en Égypte en 1946 sous la direction de Marcel Israël ou Marsil Shirizi (1913-2002), un marxiste d’origine italienne. Le manifeste est publié en arabe et en français. La Ligue est dissoute dès 1947 par le Premier ministre égyptien.

Les sionistes prétendent que la seule solution au problème de l’antisémitisme réside dans le rassemblement des Juifs en Palestine et la constitution d’un État juif sur le modèle des autres États. Nous déclarons que nous ne sommes pas opposés a priori et par principe à la constitution des Juifs en nation quelque part sur la terre. Mais nous considérons qu’il est utopique et pratiquement impossible dans les conditions actuelles du monde de constituer en nation l’ensemble, la majorité ou même simplement une fraction importante des Juifs. De plus, nous contestons que la Palestine soit le pays où les Juifs pourraient se rassembler en nombre suffisant au point de résoudre le problème juif. Ce que nous reprochons aux sionistes c’est de vouloir drainer les Juifs en Palestine malgré l’opposition de la population arabe qui y réside et avec l’appui des forces impérialistes qui l’oppriment.
Loin de résoudre le problème juif, le sionisme ne fait que le compliquer et le rendre plus aigu. Il n’est pas un pays au monde où les Juifs vivent autant qu’en Palestine au milieu de l’hostilité de la majorité de la population et sous un régime colonial aussi oppressif. Le sionisme est en train de faire du monde arabe, réputé pour son amitié traditionnelle envers les Juifs, un terrain propice à l’antisémitisme. Le fait que 6 millions de Juifs aient été massacrés après un demi-siècle d’action sioniste est une preuve sanglante de la faillite du sionisme. Le sionisme, né dans les ghettos en tant qu’aspiration sentimentale, n’est aujourd’hui qu’un instrument aux mains des forces impérialistes mondiales qui veulent se servir des Juifs pour mieux dominer le Proche-Orient. C’est parce qu’il sert en définitive des intérêts étrangers et nuisibles aux Juifs que le sionisme doit être considéré comme un mouvement antijuif.

1994. Charte de l’Union Juive Française pour la Paix

L’Union Juive Française pour la Paix est une association juive laïque fondée en 1994. Voici le dernier article de sa charte.

L’UJFP se déclare antisioniste. Le sionisme, idéologie sur laquelle se fonde Israël, a installé un régime qui, au nom de “l’État-nation du peuple juif”, nie les droits du peuple palestinien. Conduite au nom des Juifs du monde entier et avec l’assistance ou le silence des grandes puissances impérialistes, cette politique qui usurpe la mémoire du génocide nazi favorise l’antisémitisme.



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 8 février). Antisionisme, une histoire juive. Biblioweb. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs7g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.