Le groupe Manouchian et la poésie

Alors que Missak Manouchian vient d’entrer au Panthéon et le Printemps des poètes va bientôt débuter, voyons un peu les liens de la poésie avec Missak Manouchian et son groupe de résistants.

Les poèmes de Missak Manouchian

Présentation sur le site de l’éditeur

Missak Manouchian. Ivre d’un grand rêve de liberté, poésies, traduction de Stéphane Cermakian, préface d’André Manoukian, introduction de Didier Daeninckx, collection dirigée par Alain Mabanckou. Paris : Points, 2024.

Pour la première fois, 56  poèmes du résistant communiste écrits dans les années  1930, sont réunis dans une édition bilingue français-arménien. Car, avant de choisir la lutte armée, Missak Manouchiant fut poète. Lire à ce propos l’article de Serge Venturini, “Missak Manouchian, le poète”, sur le site Global Armenian Heritage,

Lire en ligne trois poèmes de Missak Manouchian :

“Légion” par Paul Éluard (1949)

Publié d’abord dans le journal Les Lettres françaises, ce poème accompagne en 1951 la publication par David Diamant d’un ouvrage illustré de 200 pages sur le même sujet, Pages de gloire des 23. Le texte a été repris dans “Poème pour tous”, une anthologie des poèmes d’Éluard, qu’il n’aura pas le temps de voir paraître, ainsi que dans la préface du livre Les commandos de l’Affiche rouge. La vérité historique sur la première section de l’Armée secrète publié par Arsène Tchakarian, en 1986.

Il ne mentionne pas Missak Manouchian, mais insiste sur l’action collective de ces résistants étrangers.

Si j’ai le droit de dire en français aujourd’hui
Ma peine et mon espoir, ma colère et ma joie
Si rien ne s’est voilé définitivement
De notre rêve immense et de notre sagesse
C’est que des étrangers comme on les nomme encore
Croyaient à la justice ici bas et concrète

Lire le poème sur Clio-Texte ou Global Armenian Heritage

“Strophes du souvenir” par Louis Aragon (1951)

Paru d’abord dans le journal L’Humanité  du 6 mars 1955, ce poème est repris dans le recueil de poésies Le Roman inachevé. C’est le texte de L’Afficche rouge chanté par Léo Ferré et tant d’autres.

S’inspirant dans sa seconde parie de la lettre de Missak Manouchian à sa faemme, Mélinée, il donne au groupe de résistants un visage unique même s’il revient au groupe dans sa conclusion :

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient La France en s’abattant

Lire le poème sur Clio-Texte, Poésie française, Souviens-toi
Pour aller plus loin :

Poètes en résistance, poèmes de résistance



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 4 mars). Le groupe Manouchian et la poésie. Biblioweb. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy63

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.