Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – « Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné » !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Blablabla, un mot de Paul Gordeaux »

  1.   « Bla bla bla » ; Onomatopée lancée par le Canard sous la plume de Pierre Bénard le 27 février 1946 (Mon ami Paul Gordeaux, lorsque on lui présente un reportage ou il y a plus de mauvaise littérature que d’informations, dit en repoussant le papier: – Tout çà c’est du bla bla bla !)

  2. Je ne connaissais pas le trésor de la langue française ! On se lasse de tout exempté de connaître Je peux par contre citer Claude Ganière « Pour tout l’or des mots » page 437 Expressions ou mot inventé Papa aurait pu piquer a Jule Renard  » mes mots feront fortune pas moi! » 36 mots dont on connais l’auteur deux dans les A :Antibiotique, Antisémite ! Un seul dans les B : blablabla ! Serge July dans son dictionnaire amoureux de la presse , je passe les vieilles info que l’on ne trouve pas dans GOOGLE Nice Matin ,France Soir, Paris Match, sept jour du monde, l’almanach Hachette, ou Pierre Lazareff : Dans cette académie c’est vous Paul qui devriez siéger parce que vous êtes le meilleur journaliste de ce temps et que si je suis quelque chose-je vous le dois et je ne l’oublie pas . Un jour on écrira notre histoire qui peut à la foi figurer dans les Amours Célèbres ou le Crime ne Paie Pas Pour Amable pour vous pour les enfants (je sais que André est Fiancé a mademoiselle Prévert) encore tous mes vœux avec mes remerciements Pierre Lazareff Janvier 61 ou extrait Discours de Pierre Lazareff, lors de la remise de la rosette de la légion d’honneur à Paul Gordeaux, 15 Mars 1962
    Le grammairien :
    Ceux qui ont entendu les rugissements que vous poussez lorsque se glisse, par hasard, dans vos articles ou dans les légendes de vos bandes dessinées, la moindre erreur, savent à quel point vous tenez la connaissance du langage, de ce langage que vous avez enrichi d’un mot, dont vous êtes l’inventeur, et qu’après demain vos futurs collègues de l’Académie Française accueilleront dans leur dictionnaire : le bla-bla-bla.
    Quand j’eus l’honneur, Cher Paul, dans mes jeunes années professionnelles, de travailler sous votre haute direction, c’est ce mot, si heureusement par vous inventé, par lequel vous m’avez accueilli.
    – D’abord, m’avez vous dit, dans vos articles pas de bla-bla-bla. J’espère avoir retenu parmi toutes les leçons que je vous dois celle-ci avant toute autre. Et, en ce moment, même, je m’efforce d’y penser et d’enlever de cette petite allocution tout bla-bla-bla. je stop la moi aussi sous peine d’écrire une trilogie sur ce pilier de la presse Francaise qui comme il me le disait « Tu pourras dire que ton père a vécu à cheval sur 3 siècles et même 4 comme disent les mousquetaires
    revenons au no 1 Hervé Bazin qui utilise ce borborigme paternel devenu mot mondial ! ( je l’ai entendu prononcer en Papouasie ) bla-bla-bla, des ….consignes et de l’action directe.H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.
    Paul Gordeaux auteur des  » Contes de Madame « préfacé par Marcel Pagnol page 4 de l’édition originale HC no 2 ligne 9 « Je les rapporte telle qu’elles se sont passées ,sans broderies, sans ornements, sans blablabla… 25 Juin 1946 éditions des quatre vents . Cette expression de rédac chef qui payait à la ligne a renvoyé à sa copie Celine à qui on l’avait injustement attribué ! Mon père était d’une époque où les bons mots ne rapportaient que des rires ! Président de l’académie de l’humour avec son ami Marcel Achard parrain de Marcel Pagnol pour cette académie, seul critique dramatique ami de Sacha Guitry ! il avait fait jouer Lucien son père……. blablabla je trouve injuste que des gens genre princesse Erica soit payé en droit d’auteur pour Zéro tracas Zéro blabla ou que ce mot soit employé commercialement par la poste la SNCF ou déposé à l’INPI genre Blabla car ! Un mot d’auteur ne se dépose pas !merci à vous d’avoir levé ce lièvre
    André Gordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *