L’euthanasie et autres régulations démographiques dans les œuvres de science-fiction

Vu le bel avenir qui nous attend (effondrement écologique, guerre atomique, dégradations des conditions sanitaires et sociales), j’évoquais dernièrement devant des collègues la perspective peu réjouissante que soit voté d’ici quelques années une loi sur l’euthanasie obligatoire des plus de ** ans. Comme chacun se récriait sur le fait qu’une telle abomination puisse advenir dans nos irréprochables démocraties, je rappelais que bien des auteurs de SF, qui ont souvent une longueur d’avance sur les sociétés dont ils ne font qu’accentuer les tendances, ont évoqué cette éventualité et quelques autres d’une inspiration proche. En voici quelques exemples.

Dans L’Âge de cristal (Logan’s Run) de George Clayton Johnson et William Francis Nolan, une loi exige que tout individu, à son vingt-et-unième anniversaire, entre dans le “Profond Sommeil”, c’est-à-dire la mort. L’âge choisi est le doute celui qui est le moins avancé dans les exemples que j’ai pu repéré. Il correspond à celui de la majorité dans la plupart des pays occidentaux à l’époque où a été écrit le livre.

Voir aussi l’article sur la série et le détail des épisodes dans Wikipédia

Dans les exemples suivants, le moment du départ à la retraite vers soixante ans est un moment crucial, voire la date de péremption d’une vie humaine. Dans Cailloux dans le ciel d’Isaac Asimov, les lois visant à limiter la population d’une Terre appauvrie frappent d’euthanasie tous les résidents de plus de soixante ans.

Il existe des conceptions plus “souples”, cet âge devient un cap à partir duquel notre existence est conditionnée à notre utilité sociale et à note autonomie. L’Examen de Richard Matheson (l’auteur de Je suis une légende) nous présente ainsi une société où le maintien en vie des personnes âgées de plus de soixante ans est conditionné à la réussite d’une série de tests passés tous les cinq ans.

Quant au deuxième tome de la bande dessiné La Guerre éternelle de Marvano et Joe Haldeman (d’après le roman de ce dernier), nous y apprenons, avec le lieutenant Mandella récemment revenu sur Terre, que le Système de Protection Médical instauré pendant son absence a attribué un code à chacun lors de ses soixante-dix ans. Ce code est établi en fonction de l’utilité sociale de la personne. Le code 3 est le maximum. Le code 2 donne seulement accès aux médicaments, mais pas pas aux soins pouvant prolonger la vie. Il n’est pas précisé ce qu’est le code 1, mais le code 0 signifie aucun médicament et aucun soin, autant dire un arrêt de mort pour la mère de Mandella, quatre-vingt-huit ans, sérieusement malade, qui finit par trépasser…

Des dérives de l’euthanasie et du suicide assisté sont épinglées dans deux nouvelles de Futurs insolites, « SuissID » où Vincent Gerber met en scène une entreprise spécialisée dans le suicide à domicile, épingle les dérives d’un marché de l’euthanasie libéral, et « Exit », de Denis Roditi, qui mêle téléréalité et euthanasie avec une émission sponsorisée par l’industrie pharmaceutique et des candidats aux chances infimes de survie.

« Aujourd’hui, le Parlement a voté la loi dite “Plan 75”, qui accorde aux citoyens de 75 ans et plus le droit à l’euthanasie, pour lutter contre le vieillissement de la population. » Ouverture du film Plan 75

Au cinéma, deux dystopies, Soleil vert de l’Américain Richard Fleischer et Plan 75 de Chie Hayakawa, prenant le contre-pied de l’écrasante majorité des films sur la question, qui défendent le droit à mourir, proposent une critique radicale de l’euthanasie, lorsque celle-ci est prise dans les rets d’un capitalisme effréné. (cf The Conversation). Certes dans les deux cas, l’euthanasie résulte d’un choix individuel, mais dans quelles conditions ce choix s’effectue-t-il ? S’il s’agit une société où tout est fait pour que les vieux se sentent de trop et sont considérées comme des poids inutiles plutôt que comme des personnes faisant pleinement partie de la communauté, il ne faut pas s’étonner s’ils choisissent cette issue. Et leurs corps, sans valeur lorsqu’ils sont vifs, sont cyniquement recyclés par les entreprises…

Il ne s’agit là que d’un tout petit échantillon des œuvres de science-fiction ayant abordé l’euthanasie et comme on le voit, ce n’est certainement pas pour en souligner la fraternité dont se gargarise un certain “responsable” politique. L’euthanasie à la place du soin, de l’attention, l’affection, des petits gestes et des sourires qui donnent envie de vivre, oui, vraiment, c’est fraternel… façon Abel et Caïn…



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 21 mars). L’euthanasie et autres régulations démographiques dans les œuvres de science-fiction. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w282

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.