Napoléon (17) Oraison funèbre de Buonaparte, par une Société de gens de lettres… [par Adrien-Jean-Quentin Beuchot]

L’Oraison funèbre de Buonaparte, par une Société de gens de lettres, prononcée au Luxembourg, au Palais-Bourbon, au Palais-Royal et aux Tuileries est parue en 1814, pendant la Première Restauration, alors que Napoléon se morfond à l’île d’Elbe. Ce n’est donc pas un véritable oraison funèbre, hélas, puisque les Cent Jours et Waterloo sont encore à venir… Par contre, le nom Buonaparte au lieu de Bonaparte figurant dans le titre indique assez clairement son caractère anti-bonapartiste.

Il s’agit d’un centon, un texte constitué d’éléments repris à une ou plusieurs autres œuvres et réarrangés. Il s’agit ici d’un recueil des adulations adressées à Napoléon par certains fonctionnaires, ces derniers étant cités en notes de bas de page, histoire de bien leur rappeler leur turpitudes si, d’aventure, ils s’étaient ralliés aux Bourbon. Quant aux notes figurant en fin de cette mince brochure de quarante-huit pages, elles ne sont guère favorables à l’Ogre corse.

Adrien-Jean-Quentin Beuchot (1777-1851) a déjà trente-sept ans quand il publie cette fantaisie littéraire qui aura cinq éditions. Auparavant, après avoir été notaire, puis médecin, il s’est essayé au journalisme et au théâtre. Il collabore depuis 1810 à la Biographie de la France de Louis-Gabriel Michaud auquel il participera jusqu’en 1827. Parallèlement, il entreprendra entre 1820 et 1824 l’édition du Dictionnaire historique de Pierre Bayle en 16 volumes in-8. Puis il s’attaquear à partir de 1831aux Oeuvres de Voltaire… en 72 volumes in-8 !



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 5 avril). Napoléon (17) Oraison funèbre de Buonaparte, par une Société de gens de lettres… [par Adrien-Jean-Quentin Beuchot]. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w62y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.