De Paris à Bucharest : causeries géographiques

Villeneuve-Saint-Georges, 1er août [1860]

Mon cher ami,

Vous êtes bien fidèle à votre titre et, chaque semaine, vous faites faire le tour du monde à vos quarante mille lecteurs. Grâce à vous, nous savons ce qu’il y a sous le pôle et ce qui se trouve sous l’équateur. Vous levez, d’une main fort peu discrète, les voiles dont l’Afrique centrale s’était jusqu’à ce jour enveloppée, et vous suivez pas à pas, sous toutes les latitudes, ces infatigables pionniers de la science, qui veulent achever la reconnaissance de notre globe, pour en livrer la possession au génie de la civilisation moderne.
Il est fort agréable de voyager si lestement et si loin. Vous pensez que ce ne le serait pas moins d’aller un peu plus près, et de laisser un moment les antipodes pour regarder autour de nous. L’Europe vous semble aussi curieuse à étudier que l’Australie ou le pays des Yakoutes et le Rhin ou l’Elbe ne vous paraissent pas moins intéressants que le fleuve Jaune ou le Mackensie. Je suis assez de votre avis, puisque je me propose de descendre le Danube durant quatre ou cinq cents lieues. Vous me demandez les notes que je ramasserai en courant ; je vous les enverrai volontiers, parce qu’après le plaisir de voir et de comprendre, il n’y en a pas de plus grand que de raconter à ses amis, et tout lecteur bienveillant en est un, ce que l’on a vu et ce que l’on a compris.
Seulement je vous préviens que je ne serai probablement le Christophe Colomb d’aucun nouveau monde. Je ne prétends découvrir ni l’Allemagne, ni l’Autriche, ni la Hongrie, pas même les Carpathes ou la Roumanie, comme Alexandre Dumas, à ma place, le ferait certainement. Je ne verrai que de vieilles choses. Il est vrai que le vieux vaut quelquefois le neuf ; il ne s’agit que de sa voir s’y prendre pour regarder

Suite de ce texte sur Gallica

Le texte ci-dessus est extrait de la lettre d’introduction au journal de voyage de Paris à Bucaret entrepris en août 1860 par Victor Duruy (1811-1894). Cet historien connu pour son Histoire des Romains et son Abrégé de l’histoire de France s’adresse à François Edouard Charton (1807-1890), l’éditeur du Tour du monde : nouveau journal des voyages. Ainsi que la lettre le souligne, l’hebdomadaire de vulgarisation géographique créé cette même année 1860 publie non seulement des relations de voyages dans des pays lointains, mais aussi en l’Europe – « Un mois en Sicile » par Félix Bourquelot – et en France – « Excursions dans le Dauphiné » par Adolphe Joanne et Élisée Reclus

Le voyage de Victor Duruy a cette particularité de concerner plusieurs pays d’Europe centrale, du sud d’une Allemagne, encore divisée en plusieurs Etats, jusqu’aux principautés de Moldavie et de Valachie dont l’union de 1859 annonce la future Roumanie. Les nombreuses nationalités vivant dans cette vaste zone géographique sont encore pour la plupart soumises à l’Empire austro-hongrois ou sous domination ottomane, même si cette dernière est de plus en plus contestée, comme le suggère cet extrait concernant Belgrade, dans une livraison du premier semestre 1865  :

J’ai dit que ce qui m’attirait surtout à Belgrade c’était le désir caressé depuis ma jeunesse de voir une ville turque. Je faisais bien de me hâter ; car ce qu’on nomme, ou plutôt ce qu’on nommait à Belgrade la ville turque, allait bientôt disparaître. Il ne reste plus aujourd’hui aux Osmanlis que la forteresse qui dans peu, il faut l’espérer, suivra l’exemple de la ville, et retournera à ses possesseurs légitimes.

Les gravures qui illustrent le texte nous font découvrir une Europe variée par ses paysages naturels, ses architectures et ses populations. Selon une note de la première livraison, elles sont l’œuvre d’un collaborateur régulier du Tour du monde, Dieudonné Lancelot (1823-1895), qui a bien voulu suivre très-exactement […] l’itinéraire de M. V. Duruy. Son propre voyage va se révéler fort utile à l’éditeur, car, suite à sa nomination au ministère de l’Instruction publique, Victor Duruy interrompt la publication de son journal lors du premier semestre 1863. L’illustrateur va donc prendre le relais et poursuivre la publication de ces causeries géographiques de 1865 à 1868.

Vous trouverez ci-dessous les différents chapitres de ce voyage avec leur lien vers Gallica. Il en existe aussi une version html disponible dans Wikisource.

Cette chronique a était rédigée à l’occasion de la préparation l’exposition d’une partie de ces fascicules à la BU des Deux Lions à Tours. Cette exposition est prévue de la mi-mai à la fin juin, dans le cadre des élections européennes…

Victor Durruy. De Paris à Bucharest : causeries géographiques, Le Tours du monde,  t. 3, 1861, p.337-372

DANS L’ILE-DE-FRANCE ET LA CHAMPAGNE. – La chemin de fer et la diligence. – Les Mortemart et les Clicquot. – La craie champenoise. – L’Ay et l’empereur Wenceslas. – La maréchale d’Estrées et le duc de Montébello. – Gloire récente du mousseux. – Quatre-vingt-dix-neuf moutons. – Un paysage de la Champagne Pouilleuse. – Pourquoi Champaubert et Montmirail sont-ils où les Prussiens les ont trouvés?………. Page(s) ………. 338

ENTRE CHAMPAGNE ET LORRAINE. – La Champagne et un moine tonsuré. – Les hauts fourneaux de la Blaise. – L’Argonne et Goethe. ………. Page(s) ………. 343

EN LORRAINE. – La Lorraine est une place forte. – Bar-le-Duc. – Commercy et le cardinal de Retz. – Les monastères d’autrefois et les usines d’aujourd’hui. – Les vins lorrains. – La croix de pierre de l’Étang-Saint-Jean. – Pourquoi les Évêchois? – Un camp volant. – Vue de montagne en chemin de fer.………. Page(s) ………. 346

EN ALSACE. – Deux ennemis. – Une Venise allemande. – Du haut du Münster; Castor et Pollux. – Les cigognes. – L’Alsace à vol d’oiseau.………. Page(s) ………. 354

AU BORD DU RHIN. – L’île des Épis et Desaix. – Le pont de Kehl. – Les allures du fleuve. – Concurrence du canal. – L’homme rouge et jaune. – Les chutes de Lauffen et Montaigne. – Voltaire et Goethe en Alsace. – Les châteaux et les ondines du Rhin.………. Page(s) ………. 360                        >>>> Voir la gravure du pont de Kehl

DANS LE GRAND-DUCHÉ DE BADE. – Première apparition de l’Allemagne militaire. – La coiffure d’assaut. – Time is money. – Un gardien d’une Wartsaal. – Le jardin de l’Europe. – Près de Baden-Baden. – Turenne et Erwin de Steinbach. – Rastatt et la veste autrichienne. – Calsruhe. – Inconvénients et avantages des villes trop jeunes. – Le salut allemand. – Dans le parc de Carlsruhe. ………. Page(s) ………. 366

Victor Durruy. De Paris à Bucharest : causeries géographiques (suite), Le Tours du monde,  t. 5, 1862, p.193-224

SUR LA FRONTIÈRE DU WURTEMBERG. – Bruchsal, 7 août. – Paul de Kock et la Bibliothèque des chemins de fer. – Le goût de la duchesse du Maine.………. Page(s) ………. 193

DANS LE WURTEMBERG. – Stuttgart, 8 août. – Les wagons wurtembergeois. – La sentimentalité et la rêverie allemandes. – Quatre étudiants. – Sous le cimetière de Bruschal. – Le Schwartzwald et les routes des armées. – Paysage de la forêt Noire. – Le bassin du Neckar. – Le gothique neuf. – Ludwigsbourg.………. Page(s) ………. 194

A STUTTGART. – Différences nationales de l’ivresse. – Une erreur de naissance. – La France en Allemagne. – Une couronne royale sur les toits. – Les vainqueurs de la Fère et de Brienne. – Le palais du roi. – Les Vénus du roi Guillaume et la statue de Schiller. – Les cuisines royales et leur suisse.………. Page(s) ………. 199

DE STUTTGART A ULM. – La Wilhelma. – L’Alpe de Souabe et l’Alp-Rude. – Le Hohenstaufenberg et les oiseaux noirs. – La porte de l’Orient.………. Page(s) ………. 206

A ULM. – Vue du Danube à vol d’oiseau. – Le vieux père et la vieille mère de la blonde Germanie. – Un grand fleuve est un personnage historique. – L’Allemagne est un carré et la France un cercle. – La poésie du Danube. – Ses villes, ses ponts et ses forteresses. – Ulm. – Une erreur de la nature pour les Bavarois. – Une traînée de sang et de gloire.………. Page(s) ………. 209

ENTRE WURTEMBERG ET BAVIÈRE. – Le Wurtemberg et la Lorraine. – Population. – Transformation de la propriété. – La plume et le bâton. – Les moutons wurtembergeois à Poissy. – Commerce.………. Page(s) ………. 215

EN BAVIÈRE; AUGSBOURG. – Les Amazones aïeules des Augsbourgeois. – Traitement des fonctionnaires payé en truites. – Les bonnets bavarois et la confession d’Augsbourg. – La guerre à l’hôpital Saint-Jacques. – Le feu de la Saint-Jean et Perlach Michel. – La raison et l’architecture. – Le Falerne d’Horace. – Un club littéraire et l’éloquence des maillets. – Les premières pipes allemandes. – Deux voyageurs: l’un qui arrive à tout, l’autre qui n’arrive à rien.………. Page(s) ………. 216

Victor Durruy. De Paris à Bucharest : causeries géographiques (suite), Le Tours du monde,  t. 6, 1862, p.177-208

A MUNICH. – Les villes nécessaires et les villes artificielles. – Munich est né de la querelle d’un duc et d’un évêque. – Le roi Louis. – Un coup de cravache. – Munich à vol d’oiseau. – La vieille ville et la nouvelle ville. – L’architecture: un musée de pastiches pris pour une renaissance. – La Rumeshalle et la Bavaria. – La Siegesthor et ses lions. – L’obélisque de bronze et l’obélisque de pierre.………. Page(s) ………. 177

SUITE DE MUNICH. – La sculpture et la peinture; la Glyptothèque et les marbres d’Égine. – La peinture; la Pinacothèque; Albert Durer et Rubens. – Les fresques. – Faut-il des fresques à Munich, et l’architecture est-elle la servante de la peinture? – Munich une des capitales du nouvel art chrétien. – Origine de cette renaissance catholique.………. Page(s) ………. 186

SUITE DE MUNICH. – La colonie allemande à Rome. – Le mysticisme d’Overbeck et les synthèses génésiaques de Cornélius. – La maladie du cosmos et la peinture philosophique. – Infécondité des hybrides.………. Page(s) ………. 194

SUITE DE MUNICH. – La brasserie royale. – Une manière de monter la garde à Munich. – Les balafres des étudiants. – Une cérémonie funèbre. – Les cimetières. – L’Angelus. – La retraite. – La procession de la Fête-Dieu. – Le masque olympien de Goethe.………. Page(s) ………. 197

DE MUNICH A RATISBONNE. – Landshut. – Les hauteurs d’Altdorf. – La grande plaine bavaroise. – De Kelh à Munich, trois régions distinctes et trois États. – Abensberg et Eckmühl.………. Page(s) ………. 203

A RATISBONNE. – Une ville au clair de la lune. – Ratisbonne est une nécessité géographique. – Le canal Louis. – La navigation du Danube.………. Page(s) ………. 206

Victor Durruy. De Paris à Bucharest : causeries géographiques (suite), Le Tours du monde,  t. 7, 1863, p.145-192

A RATISBONNE. – La bière de l’évêque. – Un Français au four. – Des chevaux logés comme des princes. – Une héroïne de Jules Janin.………. Page(s) ………. 145

DE RATISBONNE A PASSAU. – Les ruines et la sombre fiancée. – Un paysan du Danube. – Straubing, Agnès Bernauer et une reine d’Égypte. – Les pèlerins du Danube et Satan. – Hohenlinden. – Le pont du Dampschiff.………. Page(s) ………. 149

DE PASSAU A LINTZ. – Passau et ses trois fleuves. – Harmonie entre la plaine et les montagnes. – Le sanctuaire de Mariahilf. – Une troupe de pèlerins à bord du Dampschiff.………. Page(s) ………. 156

DE PASSAU A LINTZ (suite). – L’entrée en Autriche. – Pourquoi se trouve-t-il moins de ruines féodales sur le Danube que sur le Rhin. – Le Traunstein et Louis XVI.………. Page(s) ………. 161

DE LINTZ A VIENNE PAR LE DANUBE. – Le losange des montagnes de Bohême. – Importance militaire de Lintz. – Le char d’Indra. – Le Strudel et le Wirbel. – Les caves de l’abbaye de Moelk.………. Page(s) ………. 163

DE LINTZ A VIENNE PAR LE CHEMIN DE FER. – Le marché de Lintz. – Un enterrement. – Aspect des campagnes de l’archiduché. – Un homme coiffé d’une chouette. – L’architecture polychrome et féodale. – Un Milanais autrichien.………. Page(s) ………. 169

VIENNE. – M. de Metternich botaniste. – E pure si muove. – Le Prater et le bois de Boulogne. – La nuit officielle. – L’Opéra. – La moralité viennoise et la littérature autrichienne. – Un sac vide ne peut se tenir debout.………. Page(s) ………. 172

VIENNE (suite). – Schoenbrunn. – Pourquoi Louis XIV portait les cheveux si longs et pourquoi le Nôtre taillait les arbres si court. – Le Belvédère. – De la ferraille héroïque. – Un cheval emporté et un général méthodique. – Le Saint-Denys de l’Autriche. – Saint-Étienne; une cloche patriotique.………. Page(s) ………. 177

SUITE DE VIENNE. – Les deux parties de la ville. – Le Léopoldsberg. – Pourquoi Vienne se trouve-t-elle où elle est? – Le Wienerwald limite de deux régions géographiques. – Rapport entre l’histoire et la géographie de l’Autriche.………. Page(s) ………. 182

DE VIENNE A PRESBOURG. – Un village de moulins. – La Lobau. – Les Français et les Turcs à Vienne; une grande ingratitude. – L’ancien Carnuntum; pourquoi Vienne a pris son rôle? – Hainbourg et la porte de Hongrie. – La March. – Theben. – Presbourg.………. Page(s) ………. 188

Dieudonné Lancelot . De Paris à Bucharest : causeries géographiques (suite), Le Tours du monde,  t. 11 , 1865, p. 33-96

DE PRESBOURG A PESTH. – Vue du Danube. – Les deux Schutt. – Raab. – Comorn. – Souvenirs de la guerre austro-hongroise. – La vierge de Comorn. – Gran. – Saint-André. – Waïtzen. – Arrivée à Pesth.………. Page(s) ………. 33

PESTH. – Premier coup d’oeil. – Costumes et physionomies de femmes. – Campement de paysans. – Un petit-fils d’Attila portant une crinoline. – Les Slovaques. – Une maison bâtie en dansant. – La chambre des députés. – M. Deak. – Un paysan du Danube.………. Page(s) ………. 36

SUITE DE PESTH. – Points de vue pris de Bude: le Danube; Pesth ; la puzsta. – Bude et ses habitants. – Le drapeau de Solférino. – Courtes biographies qui en disent long. – Le sentiment national à Pesth. – Tolérance intéressée de l’Autriche. – Anecdotes.………. Page(s) ………. 40

SUITE DE PESTH. – La musique et les chansons populaires hongroises. – Les bohémiens chanteurs. – Une soirée à Komlo.………. Page(s) ………. 46

SUITE DE PESTH. – Une soirée à Komlo (suite). – Le Stadtvallchen. – Brückenbad et les bains turcs. – Le musée national. – Départ.………. Page(s) ………. 49

DE PESTH A SEMLIN. – Paysages. – Une ferme; souvenir de Granville. – Une noce sur la grande route. – Le champ de bataille de Mohacz. – Pêcheries d’Apatin. – Embouchures de la Drave et de la Theiss. – Neusatz. – Peterwardein. – Carlovitz et les Serbes d’Autriche. – Titel et le bataillon tchaïkiste. – Approches de Semlin.………. Page(s) ………. 53

SEMLIN. – Le débarcadère de Semlin. – Vue du Danube. – Les Serbes d’Autriche. – Une ruelle. – Danger de dessiner des ânes. – La police. – Départ pour Belgrade.………. Page(s) ………. 59

BELGRADE. – Belgrade vu de loin et de près. – La forteresse. – Le vieux et le nouveau Belgrade. – Courte digression politique. – Turcs et chrétiens. – Avenir de la Serbie.………. Page(s) ………. 65

DE SEMLIN A BASIACH. – Retour à Semlin. – Départ. – Les confins militaires autrichines. – Le salon des deuxièmes classes. – Grodska et Semendria. – Basiach.………. Page(s) ………. 72

DE BASIACH A ORSOVA. – Rama. – Un mari cicérone. – Golubacz et son héros Borutchaous. – L’histoire et la légende. – L’antre aux cousins. – La caverne de Veterani. – Tours et détours. – Iutz. – Le défilé de Cazan.………. Page(s) ………. 78

SUITE DE BASIACH A ORSOVA. – La route du comte Szechnyi et le chemin de Trajan. – Explications, insinuations et réclamations de sior Nicolo.………. Page(s) ………. 81

ORSOVA. – L’ancien et le nouvel Orsova. – La ville autrichienne et la forteresse turque. – Un pacha de la Réforme. – Souvenir de la Restauration. – Boutade d’un voyageur hellène. – Paysage au clair de lune. – Un poste élevé difficile à prendre. – Négociation malheureuse avec une sentinelle. – Un mauvais coup manqué. – Un miracle.………. Page(s) ………. 82

D’ORSOVA A VIDINE. – Mehadia. – Les Portes de Fer. – Un anglais érudit et gastronome. – L’esturgeon et la tour de Severin. – Le pont de Trajan. – Croquis de la rive droite. – Le pont de bateaux. – Types et costumes turcs. – Calafat. – Souvenirs de la guerre d’Orient. – La vieille et la jeune Turquie ………. Page(s) ………. 82

Dieudonné Lancelot . De Paris à Bucharest : causeries géographiques (suite), Le Tours du monde,  t. 13 , 1866, p. 177-224

VIDDIN. – Viddin. – Les gamins turcs. – Une apostrophe italienne. – Costumes turcs. – Le peuple turc jugé par un Anglais. – Paysage bulgare. – Grand coucher des Turcs. – Visions noires et blanches ………. Page(s) ………. 177

RACOVA. – NICOPOLIS. – ROUTSCHOUCK. – Grand lever et petit coucher des Turcs. – Un repos fatigant Racova. – Nicopolis. – Salon et cuisine. – La fraternité sur le plat. – Contemplation ou ahurissement. – Routschouck ………. Page(s) ………. 182

GIURGEVO. – Débarquement à Giurgevo. – Les douaniers. – Une patrouille. – Une victoire de Michel le Brave. – Grand savonnage à Giurgevo. – En route pour Bucharest. – Trois espèces de voitures incommodes ………. Page(s) ………. 187

DE VIDDIN A GIURGEVO. – Tanières villageoises. – Grande halte. – Costumes valaques. – Fêtes de village. – Musiciens tziganes. – La hora………. Page(s) ………. 190

DE GIURGEVO A BUCHAREST. – La hora (suite). – Souvenirs de Rubens et de Michel Ange. – Chevaux et cocher. – Comme quoi il ne suffit pas de parler sept langues pour avoir de l’eau à boire. ………. Page(s) ………. 193

[BUCHAREST]. Des différentes races de la population de la Valachie. – Les privilégiés et les contribuables. – Les Boyards. – Formation de la noblesse par Radu ………. Page(s) ………. 196

[BUCHAREST]. Le jardin public. – Question de costume. – Un air national. – Promenade des voitures. – Un Turc pour rire. – Portraits et tableaux de genre. – Le maître d’hôtel. – Un voleur. – Un vrai bohémien. – Un baron allemand bon enfant. – La question de l’eau froide. – Les frères ennemis. – Une prima donna à la cuisine. – Les complaisants. – Transactions commerciales. ………. Page(s) ………. 202

A BUCHAREST. – Du style architectural. – Du sentiment national et du sentiment religieux. – Les maisons turques. – L’hôtel Manuk. – Amphitrite et la Dimbovitza ………. Page(s) ………. 205

SUITE DE BUCHAREST. – Le prince Brancovano. – Les écoles de jeunes filles ………. Page(s) ………. 209

DE BUCHAREST A PITESTI. – Départ de Bucharest. – Un maître de poste incorruptible. – Les postes aux chevaux. – Les postillons. – Un tzigane forgeron. – La presse des chevaux et des postillons. – Gaesti. – Un pont. – Les corvéleurs. – La vallée de l’Argis. – Pitesti. – Travaux forcés champêtres ………. Page(s) ………. 210

UN PEU D’HISTOIRE. – Les Valaques catholiques, puis schismatiques. – Fondation de la Valachie. – Radu-Negru. – Argis capitale. – Egalité du treizième au seizième siècle. – Noblesse personnelle et viagère. – Prépondérance du clergé. – Nagu Ier. – Consécration du monastère d’Argis ………. Page(s) ………. 214

AU MONASTERE D’ARGIS. – Légende de l’église d’Argis. – Arrivée à Argis. – L’évêque. – Le Père Athanase. – Le carême et le cognac. – Ce que permet la règle. – Description de l’église d’Argis ………. Page(s) ………. 218

D’ARGIS A COSIA. – Les adieux du Père Athanase. – La montagne. – Une tribu de goitreux. – Une sous-préfecture dans les champs. – Maisons de paysans. – Costume des enfants. Porcs à la cangue ………. Page(s) ………. 222

Dieudonné Lancelot . De Paris à Bucharest : causeries géographiques (suite), Le Tours du monde,  t. 15 , 1868, p. 289-352

D’Argis à Cosia. – Escalade du Gibla. – Traversée de l’Olto. – Un village d’affranchis. – Un mauvais pas. – Nouveau genre de locomotion. – Le couvent de Cosia. – Délabrement. – Misère. – Folie. – Cosia n’est pas un évêché. – Paysages. – Souvenirs des temps romains. – Cours de l’Olto. – Les orpailleurs. – Richesses minéralogiques. – Les salines. – Prévoyance de l’administration. – De Cosia à Intrulemn’ü. – Romnic (la Rome du Vallon). – La roue cassée. – Intrulemn’ü. – Sa légende. – Un cimetière.………. Page(s) ………. 289

A Intrulemn’ü. – Un couvent-école. – Des confitures à propos d’un couvent de femmes. – Les Tziganes, leur origine, leur caractère. – Un village des Tziganes chrétiens. – D’Intrulemn’ü à Orèzu. – Départ d’Intrulemn’ü. – Les fontaines en Valachie. – Le monastère d’Orèzu. – L’igoumène. – Croyances populaires. – Superstitions. – Sorcellerie. – Moeurs roumaines. – Demandes en mariage. – Fiançailles. – Fêtes religieuses. – Funérailles. – Culte des mânes.………. Page(s) ………. 305

A Orèzu. – L’étiquette du monastère. – Les moines. – Les lois de servitude. – Un paysan de l’Olto. – Le chant du Pruth. – Souvenirs des Russes. – La maison rustique de la Valachie. – Chevaux, ânes et mulets. – Boeufs. – Buffles. – Brebis, laines et tissus de laine. – Chèvres, porcs, etc. – Bistriza. – Le monastère et son Igoumène. – Polovrad’j. – Montagnes et forêts. – Industries forestières. – Prairies et pâturages. – Polovrad’j.………. Page(s) ………. 321

Polovrad’j (suite). – La nature. – Baïa-de-Fier. – Danger de monter un cheval borgne. – De Polovrad’j à Tirgu-Giulu. – Tirgu-Giulu. – L’invasion des sauterelles. – Une partie de trente et un. – Les aïeux du poëte Ronsard. – Un hospodar poëte. – Une fable. – Tizmana. – Un curé de campagne. – Le monastère de Tizmana. – Un homme sous un moine. – Une prière. – Tchoclovin. – Souvenir des Turcs. – Un centenaire. – Un bandit orthodoxe. – De Tizmana à Témesvar. – Baïa-de-Arama. – Turnu-Sévérinu. – Orsova. – Méhadia. – Témesvar.………. Page(s) ………. 337



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 18 avril). De Paris à Bucharest : causeries géographiques. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8s1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.