Cartes de l’Europe politique de 1815 aux années 1920

Les cinq cartes ci-dessous sont appartiennent à quatre ouvrages dont des exemplaires sont conservés à la BU des Deux Lions de Tours. Les sites suivants ont été utilisés pour les images et les liens :

David Rumsey Map Collection | Gallica | Imago Mundi | NuBIS

A travers ces cinq cartes, nous assistons à la progressive émergence de la souveraineté des nations qui se sont construites contre la domination des grands empires, mais aussi contre leur voisins, ce à quoi l’Union européenne est censée remédier avec plus moins de succès depuis les années 1950…

L’Europe politique en 1815

Paul Vidal-Lablache. Atlas classique Vidal-Lablache,… 342 cartes et cartons, index alphabétique de 30 000 noms. Nouvelle édition.Paris, Armand Colin, 1905. Pages 44-45.

La carte principale intitulée Europe en 1815 est complétée par 6 cartons :

  1. Frontière française du Nord et du Rhin en 1815
  2. Pologne de 1793 (3e partage) à 1815
  3. Saxe d’après l’acte final du Congrès de Vienne (1815)
  4. Puissances coloniales en 1815, avec un carton dans le carton pour les Petites Antilles
  5. Bavière d’après l’acte final du Congrès de Vienne (1815) et le Recez général de Francfort (1819)
  6. Remaniements territoriaux le long de la frontière française de l’Est.

Texte de présentation par l’historien Charles Seignobos, collaborateur de Paul Vidal-Lablache.

La fin des guerres de l’Empire aboutit à un remaniement général des territoires de l’Europe, réglé au congrès de Vienne par les grandes puissances qui venaient de se coaliser contre Napoléon.

La carte centrale montre l’économie générale du nouveau système, avec les agrandissements de territoire en faveur des grandes puissances (Russie, Autriche, Prusse) et de leurs alliés dans la dernière lutte (Pays-Bas, Suède, Sardaigne).

Les cartons sont destinés à montrer dans le détail les changements de territoire :

2° En Pologne. L’empereur de Russie reconstitue avec la part de la Prusse en 1795 un petit royaume de Pologne dont il est le souverain et qui perdra son autonomie en 1832 : le cercle de Bielostock enlevé à la Prusse en 1807 reste annexé à la Russie. Un morceau de la part de l’Autriche en 1795 est érigé en république de Cracovie; l’Autriche l’annexera en 1847.

1° Sur la frontière du Nord. L’ancienne république des Provinces-Unies, reconstituée sous la forme de royaume des Pays-Bas, reçoit le, provinces belges agrandies de quelques villes enlevées à la France de 1792 (marquées par la couleur violette). Ces provinces, détachées des Pays-Bas par l’insurrection de 1830, formeront en 1834 le royaume de Belgique; le Luxembourg, insurgé aussi, sera détache pour former un grand-duché uni aux Pays-Bas par une simple union personnelle.

3° En Saxe. Le royaume de Saxe, menacé d’une annexion complète à la Prusse en 1813, est sauvé par les diplomates du Congrès, moyennant la restitution à la Prusse des parties annexées par Napoléon et une cession de territoires que la Prusse organise en province de Saxe.

4° Sur le Rhin et les Alpes. La maison de Bavière recouvre ses possessions de la rive gauche du Palatinat pour lesquelles elle avait déjà été indemnisée en Allemagne. La Prusse reçoit les anciens territoires ecclésiastiques dont elle forme en 1824 la province du Rhin (de ce côté, les traités de 1815 enlèvent à la France quelques-unes des villes qu’elle possédait avant la Révolution, elle conserve Montbéliard et Mulhouse). La Suisse et la Sardaigne recouvrent les territoires annexés par Napoléon.

5° En Bavière. Le royaume conserve les territoires qu’il a reçus de Napoléon en Franconie, il rend les pays enlevés à l’Autriche. Les anciennes possessions en Palatinat donnent lieu à des contestations avec le Wurtemberg et Bade, terminées seulement en 1819 par la cession de tout ce que la Bavière possédait sur la rive droite du Rhin.

L’Angleterre, qui ne reçoit rien en Europe, s’agrandit dans les colonies aux dépens de la France et de la Hollande.

Un carton montre l’état des possessions européennes hors d’Europe en 1815. La France à cette date ne figure plus parmi les grandes puissances coloniales. (S.).

L’Europe politique en 1861

Alexander Keith Johnston. The Royal atlas of modern geography, exhibiting, in a series of entirely original and authentic maps,the present condition of goegraphical discovery and research in the several countries, empires, and states of the world. Edinburgh ; Londres : William Blackwood and Sons, 1861. Planche 3.

Trois nouveautés par rapport à 1815.

A la suite de la révolution belge de 1830, l’ancien royaume uni des Pays-Bas a éclaté en trois entités : le royaume des Pays-Bas, le nouveau royaume de Belgique et le grand-duché du Luxembourg au statut encore incertain.

Après des siècles de domination ottomane et onze ans de guerre de libération, la Grèce a gagnée son indépendance en 1832, après onze ans de guerre.

L’Italie s’est unifiée au dépend du royaume de Naples qui a disparu et de l’Empire austro-hongrois, même si ce dernier conserve encore la Vénétie et le Trentin (Sud-Tyrol). La France y a gagné la Savoie et le comté de Nice pour l’aide apportée par Napoléon III à Victor-Emmanuel II, roi de Piémont-Sardaigne.

L’Europe politique en 1885

Félix Oger. Atlas de géographie générale, à l’usage des lycées, collèges et institutions préparatoires aux écoles du gouvernement et de tous les établissements d’instruction publique. 13e éd. Paris : Gauthier-Villars, 1885. Planche 14 .

Carte physique et politique de l’Europe.

Par rapport à 1861, nous pouvons deux changements principaux.

L’unification de l’Allemagne autour de la Prusse, suite à la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Pour la France, cela a eu pour conséquence la de l’Alsace et de la Moselle qui ne seront récupérées qu’après 1918.

A l’est, le démantèlement de l’empire ottoman se poursuit, souvent avec l’appui de la Russie. Les principautés de Moldavie et de Valachie, unies dès 1859 sous le sceptre d’Alexandre Jean Cuza, ont fusionné sous le nom de “principautés unies de Roumanie” en janvier 1862, puis de “principauté de Roumanie” en 1866. Suite à de nombreuses révoltes, la Serbie, qui jouissait d’une relative autonomie depuis 1830, a gagné son indépendance en devenant le royaume de Serbie en 1882. Devenue autonome à la suite de la guerre russo-turque de 1877, la Bulgarie, , s’apprête à annexer la Roumélie orientale. Quant au Monténégro, il est une principauté indépendante depuis 1852.

Malgré leur rejet commun de la domination turque, ces nouveaux États, ne sont pas alliés pour autant : entre novembre 1885 et mars 1886, la Serbie tente d’envahir la Bulgarie.

L’Europe politique en 1905

Paul Vidal-Lablache. Atlas classique Vidal-Lablache,… 342 cartes et cartons, index alphabétique de 30 000 noms. Nouvelle édition.Paris, Armand Colin, 1905. Pages 86-87.

Europe. Divisions politiques de l’Europe.

La carte principale est accompagnée de 3 cartons :

  1. Densité de population
  2. Ethnographie
  3. Religions

Texte de présentation par Paul Vidal-Lablache :

Si l’on partage l’Europe en deux moitiés, celle de l’Est, qui est la plus uniforme par sa configuration et son relief, est comprise dans un seul État, l’Empire russe; tous les autres États se concentrent dans la moitié occidentale. Une plus grand variété d’articulations de tout genre y a permis à un plus grand nombre de peuples de se créer une existence nationale. C’est ce que montre la répartition d’États nombreux et variés dans les péninsules ou archipels qui en garnissent la périphérie. C’est ce qu’indique également le groupement autour des Alpes de cinq nations différentes, dont l’une peut même être regardée comme exclusivement alpestre. Le bassin du Danube prête son cadre à une grande monarchie. La péninsule des Balkans se découpe en États nouveaux, devant lesquels l’Empire ottoman, comme autrefois l’Empire byzantin, se contracte peu à peu dans la direction de Constantinople.

La densité de la population montre d’assez grandes inégalités, bien qu’aucune partie de l’Europe ne mérite le nom de désert. Si l’on écarte les régions peu hospitalières au nord du 60° de latitude, on voit qu’il y a encore de sensibles différences entre la moitié orientale et la moitié occidentale. Ce n’est pas que dans les gouvernements agricoles de la Russie, la densité d’habitants soit inférieure à celle des contrées qui ont gardé un caractère rural dans l’Europe occidentale. Mais celle-ci doit surtout sa supériorité à la population urbaine. Les grandes villes sont rares en Russie; elles se pressent, au contraire, dans une zone qui s’étend de l’Allemagne du Nord à l’Angleterre, en passant par la Belgique et la France septentrionale. Une rangée moins importante d’agglomérations urbaines dessine à distance la périphérie des Alpes.

Le cours de l’histoire a tant remanié les populations de l’Europe, que leur groupement actuel par langues ne peut fournir un indice certain de leur origine. La plupart des Celtes, dont les dialectes propres n’existent plus qu’à l’état de reliques aux extrémités de l’Europe, se partagent entre les langues romanes et germaniques; beaucoup de Slaves sont germanisés. Ce sont donc plutôt des groupements linguistiques qu’ethnographiques, que montre le carton n° 2. Mais, de nos jours, le réveil de l’esprit de nationalité leur a donné beaucoup d’importance.

Entre Allemands et Tchèques ou Polonais, entre Magyars et Slaves, c’est un procès national qui s’agite à propos des langues. Isolé par son idiome d’origine finnoise, le Magyar est d’autant plus jaloux de le défendre. Ce conflit de langues se montre moins et n’a guère, en effet, de raison d’être dans les contrées dont une longue histoire a déjà cimenté la nationalité. 

Des questions de nationalité se cachent aussi sous des différends confessionnels en Pologne, en Irlande, dans les provinces Baltiques. Ajoutons que pour les Orientaux, enclins à confondre nationalité et religion, la classification des Européens par Grecs, Romains et Protestants, prime toutes les autres.(V.-L.).

L’Europe politique en 1929

Louis Gallouédec et Fernand Maurette. Cours complet de géographie : brevet élémentaire. Paris : Hachette, 1929. Page 79.

Carte politique de l’Europe. Voir l’image dans Gallica.

Cette carte extraite d’un manuel de l’enseignement primaire présente une Europe qui nous est un peu plus familière que celle qui la précèdent. A la suite des traités qui ont suivis la Première Guerre mondiale, la Pologne s’est reconstituée au dépend de l’Allemagne, de l’Autriche et de l’empire russe et les provinces baltes sont devenues des républiques indépendantes.

Cependant, que de différences par rapport à l’Europe actuelle ! L’Allemagne s’étend encore largement à l’est de l’Oder et jusqu’à Königsberg, territoires qu’elle perdra après la Seconde Guerre mondiale au profit de la Pologne et de l’Union soviétique. Divisée dès 1939 par l’occupant allemand, puis reconstituée en 1945, la Tchécoslovaquie se partage en deux républiques après l’effondrement du bloc soviétique. Encore cette division a-t-elle été pacifique. Il n’en est pas de même pour la Yougoslavie, démantelée dès 1940, puis reconstitué après 1945 sous le nom République fédérative populaire, puis socialiste de Yougoslavie, qui éclater en 1991 non sans entraîner de longues années de guerres civiles.



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 24 avril). Cartes de l’Europe politique de 1815 aux années 1920. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9lt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.