A propos des éditions de la Géographie de Ptolémée imprimés par les frères Trechsel en1535 et en 1541 et de celles qui les ont précédé

Mon collègue Didier Simler a récemment titillé ma curiosité au sujet d’un exemplaire d’une édition de 1541 de la géographie de Claude Ptolémée. D’après une inscription manuscrite, il a appartenu au XVIIe siècle à un chanoine de Colombes qui en fit don à la bibliothèque du chapitre de Bayeux. Mais je ne vous en dirai pas plus sur cet exemplaire, car il appartient aujourd’hui à un collectionneur privé. Par contre je voudrais m’étendre un peu sur cette édition de la Claudii Ptolemaei Alexandrini Geographicæ enarrationis libri octo, ainsi que sur celle qui l’a précédée en 1535 (voir ci-dessus), avant d’évoquer rapidement la redécouverte de la Géographie de Ptolémée au siècle précédent.

Les éditions lyonnaises de 1535 et 1541

Edition de 1535.
Les imprimeurs et leurs marques parlantes

Cette dernière a été imprimée à Lyon par les deux frères Melchior et Gaspard Trechsel. Par contre l’impression de 1541 (ci-dessous) a été réalisée à Vienne par le seul Gaspard, comme l’indique le colophon “Excudebat Gaspar Trechsel, Vienae, MDXLI”, les deux frères ayant été obligés de fermer leur atelier lyonnais à la suite des grandes grèves de compagnons qui ont lieu à partir de 1539.

Edition de 1541.

L’indication “Prostant Lugduni apud Hugonem à Porta” en page de titre nous signale que Gaspard Trechsel a réalisé cette édition pour un autre imprimeur-libraire, Hugues La Porte, chez qui se trouvent les livres. Nous reconnaissons sa marque parlante (voir ci-dessus et ci-dessous).

Elle représente Samson emportant la porte de Gaza sur lesquels est inscrit la devise « Libertatem meam mecum porto » à traduire par « Je porte ma liberté avec moi ». Sur le fronton on lit « Aeternitati » ou « Pour l’éternité ». Au sommet, dans un ovale est affichée une tête de Janus avec les mots « Recondita a pando » traduit par « Je dévoile ce qui est caché »

Cf. “Les marques parlantes : représentation imagée du nom de l’imprimeur” dans le carnet Estampilles et pontuseaux.
Justinien Ier. Institutiones.Lyon : Hugues de La Porte, 1545 (détail de la page de titre).

Et puisque nous nous sommes intéressés à la marque parlante d’Hugues La Porte, voyons un peu à celle des frères Trechsel (ci-dessous). En fait, cette marque est également utilisée par Hugues La Porte dans une édition princeps de la Bible d’Holbein en 1538. Serait- un indice d’une collaboration dès cette date entre les frères Trechsel et cet autre imprimeur libraire ? Mystère.

Grossir l’image. Reproduction de la première planche de l’Ars Memorendi dans Idée générale d’une collection complette d’estampes par C. H. de Heineken, 1771.

La curieuse figure tricéphale n’est pas sans rappeler celle qui figure sur la première planche de l’Ars Memorendi, notabilis per figuras evangelistarum publié vers 1475-1480. Elle renvoie à Jean l’évangéliste (ci-contre à gauche et à droite).

Cependant, à la place de la colombe, nous avons une couronne de laurier, la tête de l’aigle est remplacée par un visage féminin (la Sagesse ?) et au milieu du front se trouve une étoile à six branches. Cette dernière n’est-elle qu’un simple ornement ou renvoie-t-elle aux mystères de la kabbale et plus généralement à la recherche de la vérité ? Il serait par contre surprenant qu’elle renvoie directement au judaïsme dans un royaume de France d’où les Juifs ont été officiellement expulsés au cours du XIVe siècle…

Sur le livre ouvert, nous pouvons lire la célèbre formule de Socrate/Platon : ΓΝῶΘΙ ΣΕΑΥΤΟΝ, connais-toi toi-même. L’inscription au bas du piédestal “Usus me genuit” renvoie à des vers du poète Afranius extraits de sa comédie Sella et cités par Aulu-Gelle dans ses Nuit attiques (XIII, 8) : “Usús me genuit, máter peperit Memoria, Sophiám vocant me Grái, vos Sapientiam”. Ce qui peut être traduit de la sorte : “L’Usage m’a engendré, je dois le jour à la Mémoire, les Grecs m’appellent Sophie et vous [Latins] Sagesse”.

Autre version moins sophistiquée de la marque des frères Trechsel pour Les Simulachres & historiées faces de la Mort, 1538.
Le traducteur, l’éditeur et les dédicataires

Outre celui de Claude Ptolémée et ceux des imprimeurs, deux noms apparaissent sur la page de titre des deux éditions : celui du traducteur, l’humaniste allemand Willibald Pirckheimer, décédé en 1530, et celui d’un certain Michel de Villeneuve (Michaële Villanovano) qui s’est chargé de corriger la traduction, dont la première publication date de 1525 à Nuremberg, et de mettre en forme la nouvelle édition.

Peut-être aurez-vous reconnu sous ce nom un humaniste natif de Villanueva de Sigena dans le royaume d’Aragon, un hétérodoxe qui en 1553 aura maille à partir de manière tragique et définitive avec les autorités catholiques de Vienne, et surtout avec les calvinistes genevois (voir ci-contre). Oui, vous l’avez reconnu, il s’agit de Michel Servet (1511-1553). Alors âgé de vingt-quatre ans, il a déjà commis quelques ouvrages en théologie, à commencer par De Trinitatis erroribus (Des erreurs de la Trinité) qui lui a valu quelques soucis avec les protestants et l’Inquisition catholique. L’emploi d’un pseudonyme est destiné à le protéger.

Dans sa première édition, l’ouvrage est dédié par Willibald Pirckheimer à Sébastien, évêque de Brixen dans le Tyrol, alors que Michel de Villeneuve, alias Servet, signe la dédicace de la seconde à Pierre Palmier, évêque de Vienne. Autant dire qu’il s’est pleinement approprié cette traduction en latin, qui n’est pas la première de cet ouvrage de Ptolémée. Il s’agit aussi de se mettre dans les grâces de l’autorité épiscopale de la ville où cette traduction est imprimée…

Exemplaires en ligne

L’édition de 1541 est plus complète que la précédente. Vous en trouverez une description détaillée sur le site de ventes aux enchères Fraysse & associés. Et si vous n’avez pas les moyens d’acquérir une de ces éditions, vous pouvez toujours en consulter un des exemplaires accessibles en ligne à partir des liens ci-dessous. Internet, c’est ça aussi : la mise à disposition de merveilles bibliophiliques à la portée de tous !

Edition de 1535Edition de 1541
Archiveexemplaire 1
exemplaire 2
exemplare 3
exemplaire
cartes et texte
Gallicaexemplaire 1
exemplaire 2
cartes
cartes
Hati Trustexemplaire
Numélyoexemplaire

Une dernière remarque. Si a traduction de Willibald Pirckheimer fait l’objet en 1540 et en 1542 et en 1552 à Bâle d’une autre édition par Sebastian Münster, celle réalisée par Michel Servet ne sera plus publiée après 1541.

La redécouverte de Ptolémée (1400-1535) :
manuscrits et premières éditions imprimées

La Géographie de Ptolémée a été redécouverte en Occident au XVe siècle, alors qu’elle avait été traduite en arabe dès le XIe siècle. En 1400, un manuscrit byzantin fut apporté à Florence par Emmanuel Chrysoloras, venu s’installer comme professeur de grec. L’un de ses élèves, Jacopo d’Angelo ou de Scaperia, entreprit de le traduire en latin et en fit hommage au pape Alexandre V en 1409. Reçue comme une révélation, cette traduction se répandit en l’Europe. On en connaît aujourd’hui une quarantaine de manuscrits, certains contenant vingt-sept cartes qui sont à l’origine de la renaissance de la cartographie européenne.

A la fin du XVe siècle paraissent les premières éditions imprimées du livre, en Italie d’abord, à Vicence (1475, sans carte), à Bologne(1477), à Rome (1478), à Florence (1480) puis en Allemagne, à Ulm (1482). C’est toujours la traduction de Jacopo d’Angelo qui est utilisée, jusqu’à ce que Johannes Werner en 1514, puis Willibald Pirckheimer en 1525 publient les leurs à Nuremberg.

Enfin, signe que les lettrés se sont enfin mis au grec, en 1533, une édition de l’ouvrage en grec est publiée à Bâle par  Érasme (1469-1536). Une autre, réalisée par Chrétien Wechel (1595-1554) suit à Paris en 1546.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette redécouverte de la Géographie de Ptolémée, voici quelques pistes :



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 19 mai). A propos des éditions de la Géographie de Ptolémée imprimés par les frères Trechsel en1535 et en 1541 et de celles qui les ont précédé. Biblioweb. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11op7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.