Jeux enfantins des rues inspirés par l’actualité pendant l’Occupation

L’article ci-dessous est extrait du Bulletin folklorique d’Ile-de-France, 9e année, n° 1, janvier mars 1947, p. 17-18.

JEUX ENFANTINS DES RUES
inspirés par l’actualité pendant l’occupation
par Roger LECOTTÉ

I. JEU DU BOMBARDEMENT

Nous sommes le 12 octobre 1943, rue Nollet (XVII e arr.) dans la partie située entre la rue des Dames et la rue La Condamine. Sept enfants d’une dizaine d’années commandés par une petite fille à l’air résolu jouent au «bombardement». Formés en « bec de canard » comme une escadrille d’avions, la petite fille en tête, ils s’avancent à petits pas en traînant les pieds : ils ont les bras en croix et leur bouche imite le bruit de l’avion.
Au signal du chef de file (un bras levé verticalement) ils font tous : « boum ! » « boum ! » « boum ! » les uns après les autres (c’est l’époque où Paris est, en effet, bombardé). Les grandes personnes qui passent ne rient pas…
— Le surlendemain, sous les arbres longeant le square des Batignolles, en
descendant la rue Cardinet (XVII e arr.), même jeu par d’autres enfants, au nombre de cinq seulement et à la « queue-leu-lèu » Ils rasent de près les bancs sous lesquels d’autres garçons plus jeunes et des petites filles se cachent apeurés au commandement du chef d’îlot muni d’un sifflet et portant le brassard.
Quand les avions arrivent au banc, les petits se recroquevillent davantage, un tout petit pleure… pour de vrai, On entend des boum ! boum ! puis dés cris et, alors que les avions continuent vers le banc suivant où se trouvent aussi des enfants, on « enterre les morts » du premier banc, au coup de sifflet du chef d’îlot qui évacue l’abri c’est à chacun son tour de faire le mort qui est porté par les épaules et les pieds et étendu sur un banc plus haut où le docteur vient constater le décès.
Un article de presse, une semaine après, relate un fait analogue dans un
square d’un autre quartier, cette fois. Trois garçons font les. bombardiers en montant sur le banc alors que les autres sont en dessous dans « l’abri » ; un autre fait la « défense passive », un autre la sirène; les «bombardiers» trépignent sur le banc en faisant aussi boum ! boum ! et en laissan tomber des briques ramassées sur un tas voisin.
Les petits du dessous sont effrayés au point que l’un d’eux fait pipi dans sa culotte.
« Espèce de dégoûtant ! (crie la « Défense passive ») quinze francs d’amen de pour avoir pissé , dans la cave ! »
Une petite fille, qui s’embête là-dessous, essaye d’exciter l’envie des « bombardiers » :
« — Oh ! comme il y a du bon vin dans la cave ! et du champagne ! et de la liqueur ! et du sirop ! »
L’animateur du jeu, là aussi, annonce:
« On va enterrer les morts ! »
Et comme l’observateur demandait aux gosses s’ils ne pouvaient pas jouer à autre chose, le « metteur en scène » lui répondit : « Ben mince, alors ! si on ne peut plus rigoler !… » (1)

(1) Fouchardiène (G. de la). Jeux puérils, l’Œuvre, 21-10-43.

II. JEU DU MARCHÉ NOIR

Une belle journée de juin 1944, sur un banc du square des Batignolles encore (ces bancs bien connus des « manilleurs » septuagénaires du quartier). Mais le jeu est plus pacifique cette fois, bien qu’il soit inspiré d’une actualité aussi cuisante.
Une -petite fille à la langue bien pendue fait la « commerçante »; des cailloux, du sable, des boîtes d’allumettes vides représentent la marchandise; les clients (une dizaine de gosses) font docilement la « queue ».
Chacun demande ce dont il a besoin et l’on entend (suivant le cas où le de
mandeur est sympathique ou non à la marchande) des phrases de ce genre :
— Je n’en ai plus, je viens de vendre le dernier.
— Il ne me reste que du «factice » et encore pas pour tout le monde. ,
— Pensez, ma pauvre dame, je n’en ai même pas pour moi.
— Sortez les tickets ! et votre inscription ? votre ticket n’est plus valable
Il y a maintes disputes, reproches, jalousies, cruautés verbales de tous or
dres.
A un petit blondin très « Saint-Jean », la marchande attendrie déclare : « Je vais vous en donner parce que c’est vous, mais vous savez, c’est très cher ! » et elle plonge sous le banc vers des réserves imaginaires. A ce moment sur vient un féroce « inspecteur du ravitaillement » qui lui met la main au collet. « Je vous y prends ! flagrant délit ! » et il fait mine de prendre des notes sur un carnet et finit par l’emmener sous les cris hostiles de la « queue » qui saute sur le banc abandonné, piétine la mar
chandise et mène dessus une danse sauvage du plus bel effet. »
Cela se passe exactement face à la rue Brochant, devant le poste de police où l’agent de faction suit ces divertissements d’un regard débonnaire.

III. JEU DES TERRORISTES

C’est en 1943, les journaux parlent des « terroristes » ; alors naît un nouveau jeu :
Les gosses de la rue Nollet ont un mouchoir sur la figure (à l’américaine), des pistolets à amorces en mains, ils partent en courant vers les boutiques où s’allongent les files d’attente et leur grand plaisir est de faire partir leurs amorces derrière les femmes qui bavardent, pour leur faire pousser des cris. Ils pénètrent de même dans les immeubles et déchargent leurs pistolets sous le nez du concierge qui les poursuit, furieux.
Il s’agissait d’amorces assez fortes, et le commerce des pièces pyrotechniques étant interdit, on dut faire une enquête Mît
pour découvrir d’où venait cette poudre. Les gosses, questionnés, et même battus par les parents excédés de recevoir des plaintes des voisins, ne voulurent jamais indiquer leur dépôt. Je n’aisu qu’après la libération que c’était une petite mercière d’une rue voisine qui avait ainsi liquidé un stock d’avant guerre.

IV. JEU DU CAMOUFLAGE

Aux heures graves de la libération, alors que les rues de Paris étaient sil
lonnées par les derniers véhicules allemands en fuite, camouflés de feuillages plus que de raison, Robert Doisneaux, photographe, saisit sur le vif, dans une rue déserte, deux fillettes couvertes de verdure, poussant devant, elles une voiture d’enfant où un petit riait tant qu’il pouvait, dissimulé lui aussi sous des branches fraîches*coupées (1).
Ainsi, à l’heure où se jouait le destin de la capitale et où les balles commen çaient à siffler dans les rues, deux fillettes de Paris, inconscientes du danger, tiraient, d’une actualité brûlante, le thème d’un nouveau jeu.

(1) Les Etoiles,, 22-5-45.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean Stouff (17 juin 2024). Jeux enfantins des rues inspirés par l’actualité pendant l’Occupation. Biblioweb. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://biblioweb.hypotheses.org/69156


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.