Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des « cartes topographiques » à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, « Petite histoire de la cartographie chinoise », Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115. Disponible sur Gallica.

Philippe Pelletier, « Trop loin à l’est… c’est l’ouest », Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12. Disponible sur le site de Sciences humaines.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, « Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247. Disponible sur Persée.

Etienne Balazs, « Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593. Disponibles sur Persée.

Pascal Poumailloux. « Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise », in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur « La Chine et les routes de la soie » où il est question d’une « carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon », Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330. Disponible sur Revues.org.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Cartographie chinoise ancienne »

  1. Merci pour ce bel article !

    Une référence, parce que c’est quand même le spécialiste du genre : « L’Empire des cartes – Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire » de Christian Jacob.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *