De l’usage des livres désherbés

Connaissez-vous le sens bibliothéconomique du mot désherbage ? C’est l’opération qui consiste à retirer définitivement des rayons d’une bibliothèques les ouvrages considérés comme périmés ou ne répondant pas aux besoins du public  visé. Ils sont alors

  • soit donnés  à une autre institution,
  • soit vendus (mais les contraintes juridiques pèsent lourdement sur cette solution, relativement peu fréquente),
  • soit pilonnés (gros mot que l’on évite ordinairement de prononcer devant des personnes n’appartenant pas au monde des bibliothèques, c’est à dire la majeure partie de la population mondiale, et qui signifie tout simplement, abomination de la désolation, que le livre est détruit).

Deux architectes-paysagistes berlinois, Thilo Folkerts et Rodney LaTourelle ont trouvé une nouvelle utilisation quelque peu dérangeante pour ceux qui  entourent le livre d’une certaine sacralité.

Cela ne va pas sans controverse comme en témoigne, sur  Le blogue de Biblio-Web, un billet rédigé par le bibliothécaire québecois Daniel Marquis. Le même article est accessible sur le site du journal Le Devoir.

Comme vous pourrez le constater, les habitants de la Belle Province préfèrent le terme d’élagage à celui de désherbage. De jardin dont il convient de nettoyer les allées et les plates-bandes, la bibliothèque se transforme en arbre dont il faut couper les branches mortes ou superflues. Faut-il voir là un héritage des profondes forêts canadiennes ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.