Quelques ouvrages sur les artistes modernes et leurs courants

Les éditions Schlaraffenland de Selestat sont spécialisées depuis plusieurs années dans la publication d’ouvrages sur l’art contemporain et ce qu’il est convenu d’appeler les “écoles marginales”.

Parmi ses publications récentes, je signalerai Georges Braque et Nat Tate : la rencontre des géants. Il s’agit tout à la fois des actes du colloque tenu à Varengeville et du catalogue de l’exposition qui l’a accompagné en juin 2009, à l’occasion du cinquantenaire de la rencontre entre le maître cubiste et l’un des plus remarquables représentants de l’expressionnisme abstrait.

Le professeur Gérard Nommier qui a été un des principaux organisateurs de l’exposition de 2009,  prépare pour ces mêmes éditions un catalogue raisonné de l’œuvre  de Nat Tate. Sa parution, initialement prévue fin 2011, a été reportée à la suite de la découverte de tableaux inconnus du peintre dans le grenier d’une maison d’Offranville où il aurait séjourné.  Depuis d’autres découvertes ont eu lieu dans diverses localités de Normandie. Voilà qui va amener William Boyd à apporter quelque modifications à sa biographie  du peintre new-yorkais(1), puisqu’il y estimait que seulement douze de ses œuvres avaient survécu à l’autodafé des 8 et 10 janvier 1960, qui précéda de peu son suicide.

Deux des toiles découvertes ont été acquises par la célèbre galeriste et critique d’art Peggy d’Argenson dont les éditions Schlaraffenland ont publié dernièrement L’esthétique du vide : précurseurs et continuateurs du vacuisme. Elle y souligne notamment l’influence exercée par l’œuvre de Nat Tate sur Philippe Dussaert(2).

Coucher de soleil sur l’Adriatique, Boronali

Les éditions Schlaraffenland annoncent également une biographie du peintre Joachim-Raphaël Boronali, le fondateur de l’excessivisme(3), une réédition de l’étude de Denys Riot consacrée sur la peinture monochrome(4), et le catalogue du musée de la Convergence(5).

___________________

(1) Vous en trouverez un résumé dans un billet du blog Lunettes rouges.

(2) Sur le fondateur du vacuisme, l’ouvrage de référence reste sans conteste L’affaire Dussaert que Jacques Mougenot a tiré de sa conférence. La 2e édition est parue en 2010 aux éditions Edite. Voir aussi la chronique que lui consacre Le Bibliothécaire.

Manifeste de l'excessivisme(3) Découvert par Roland Dorgelès, qui en dresse un portait sensible dans Bouquet de bohème (Paris, 1931), ce peintre a connu une courte période de gloire lors  du salon des Indépendants de 1910 avec la toile Coucher de soleil sur l’Adriatique  et un manifeste théorique, le Manifeste de l’excessivisme. Le tableau figure depuis 1953 dans la collection particulière de Paul Bédu à Milly-la-Forêt. Longtemps introuvable, le Manifeste a été réédité par les éditions Allia pour le centenaire de l’excessivisme. En voici le passage le plus caractéristique :

Nous proclamons que l’excès en tout est une force, la seule force … Ravageons les musées absurdes, piétinons les routines infâmes. Vivent l’écarlate, le pourpre, les gemmes coruscantes, tous ces tons qui tourbillonnent et se superposent.

Plus d’informations sur Artnet et le site du Lapin agile, restaurant montmartois où le peintre avait ses habitudes lors de ses passages à Paris. Voir aussi l’article de Daniel Grojnowski paru dans les Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, vol. 88,  p. 41-47.

(4) Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre. Les précédentes éditions sont parues chez J. Chambon en 1996, puis chez Gallimard en 2006 pour une édition revue et augmentée. Voir aussi ma chronique sur ce thème.

(5) Cet établissement culturel est bien connu pour sa collection d’œuvres de la nouvelle école artistique lyonnaise fondée par Sébastien Brunel et Thomas Girard, plus connue sous le nom de conisme. La boutique du musée propose aussi de nombreux ouvrages parus chez d’autres éditeurs. A lire notamment le roman que Patrick Poivre d’Arvor a consacré à Sébastien Brunel.

Dernière mise à jour : 23 novembre 2015.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.