Pourquoi rire ?

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum Le Monde Le Mans en 2010. Une partie des actes de ce colloque ont été publiés fin 2011. La recension de Benoît Casen sur son blog insiste surtout sur les interventions des philosophes de même que Le Journal de la philosophie du 14 novembre 2011 sur France culture . Pourtant, comme vous le verrez dans la liste des intervenants et le sommaire, l’ouvrage touche des domaines aussi divers que la philosophie, l’histoire, la littérature et les arts du spectacle. Personnellement j’ai été très intéressé par les contributions des historiens Antoine de Baecque et Claude Gauvard sur le rire comme nouvel objet historiographique, mais il est vrai que j’ai fait des études d’histoire…

Je n’ai pas encore fini la lecture de cet ouvrage, mais je vous invite à découvrir. Quelque soit votre discipline de prédilection, vous y trouverez certainement de quoi faire votre miel.

Voir aussi la bibliographie concernant le rire que je vous ai présentée en avril 2011.


Pourquoi rire?  Paris : Gallimard, 2011. 256 p. (Folio Essais, n° 555) .

 

4e de couverture

Pourquoi rire?

Sous la direction de Jean Birnbaum, Introduction de George Steiner.

Antoine de Baecque, Thomas Benatouïl, Patrice Blouin, Yves Cusset, Anne Dufourmantelle, Élie During, Arlette Farge, Claude Gauvard, Daniel Luzzati, Dominique Noguez, Julia Pecker, Denis Podalydès, Jean-Marie Schaeffer, Alain Vaillant.

Expérience subversive, le rire est une arme de libération massive contre les oppresseurs, un outil pour résister aux forces d’anéantissement, pour briser les fers de l’existence et saluer la reconquête d’une liberté. Il faut rire de tout, et d’abord du pouvoir, de la misère, de la mort, mais, précisait l’humoriste Pierre Desproges, pas avec n’importe qui, et surtout pas avec les ennemis de la liberté.

Pour être digne de ce nom, le rire doit dynamiter nos certitudes, ébranler notre identité au moment même où elle risque de se figer, interrompre le cours ordinaire des choses et introduire dans notre quotidien de la surprise, de l’ouverture, de la rencontre. Mieux : elle dessine les contours d’une communauté. Le rire vient saluer la reconquête d’une reconnaissance mutuelle, d’un partage possible, d’une transmission à venir. Bref, il émancipe.

« Ceux qui cherchent des causes métaphysiques au rire ne sont pas gais », prévenait Voltaire. Ce volume qui reprend les interventions des philosophes, psychanalystes, historiens ou acteurs, spécialistes de la littérature ou du cinéma, femmes et hommes de tribune ou de scène, penseurs ou praticiens du rire, réunis au Forum Le Monde-Le Mans (novembre 2010) entend bien le démentir.

Sommaire

Présentation: Une secousse subversive – Jean Birnbaum

Introduction: Le rire ou le sourire?  – Georges Steiner

1. Rire ou blaguer – Jean-Marie Schaeffer

2.  De quelques formes anciennes du comique philosophique – Thomas Bénatouïl

3. Pour un rire philosophe. Réflexions sur les rapports entre humour et philosophie – Yves Cusset

4. Rire et transgressions – Julia Peker

5. Le rire des historiens: encore un effort… Antoine de Baecque

6. Rire et dérision dans la résolution des conflits au Moyen Âge – Claude Gauvard

7. Rire pour mieux savoir au XVIIIe siècle – Arlette Farge

8. Le rire, le rêve – hors de l’impasse – Anne Dufourmantelle

9. Gaz hilarants: introduction au comique d’atmosphère – Elie During

10. L’humour contre le rire – Dominique Noguez

11. Humours périssable s- Paric Blouin

12. Le propre de l’artiste – Alain Vaillant

13. Rire et langage – Daniel Luzzatti

Envoi: Suis-je drôle? – Denis Podalydès

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.