A propos de deux concours de plaidoiries

Depuis 22 ans, le Mémorial de Caen invite les avocats du monde entier à plaider la cause, réelle et individuelle, d’une victime dont les droits fondamentaux ont été bafoués. Chaque année, 10 avocats prononcent leur plaidoirie devant un jury composé de personnalités du monde juridique, politique, culturel engagées dans la défense des Droits de l’Homme. A ce concours de plaidoiries des avocats se sont ajoutés celui des élèves avocats depuis 2011 et celui des lycéens qui existe depuis 14 ans.

Les sujets abordés ne prêtent guère à rire puisqu’il s’agit toujours d »atteintes au droit de l’homme, à la dignité, à la liberté, tant en France qu’à l’étranger. Lors du concours des lycéens de cette année, la plaidoirie qui a reçue le premier prix, « Il fait si bon vieillir… », est un remarquable réquisitoire contre l’état calamiteux des maisons de retraites françaises et le sort déplorable auquel notre société abandonne nos vieux(1). Alma Adilon-Lonardoni y est remarquable de justesse, de sensibilité et de conviction. Vous pourrez en juger en visionnant la vidéo de sa plaidoirie.

Je voudrais ajouter un petit mot à propos d’un concours de plaidoirie tout différent, la conférence Berryer des avocats du barreau de Paris, où sont proposés des sujets assez fantaisistes. En voici une représentation littéraire par Hervé Le Tellier dans Assez parlé d’amour (2). Louise, future avocate, doit broder autour du thème : « Pourquoi la concierge est-elle dans l’escalier ? ». Cette question incongrue l’amène à aborder un des épisodes les plus sinistres de notre histoire nationale. Mais lisez plutôt :

La « conférence Berryer » est le concours d’éloquence du barreau de Paris. Devant un président d’opérette, invité d’honneur – ce soir un écrivain -, face à des assesseurs féroces et implacables, les jeunes avocats se doivent de donner un numéro d’humour et de virtuosité. L’exercice est de haute voltige, les places y sont convoitées et les élus rares.[…]

Louise semble absente. Les joues sont devenues pâles, les yeux bleus se sont vidés de toute vie. Il se passe quelque chose, le silence se creuse encore, on n’est plus au spectacle.

– Oui, bien sûr, je sais pourquoi la concierge est dans l’escalier.

Sa voix a changé, abandonné tout effet. Louise ne consulte plus ses notes, l’énergie de la plaidoirie a laissé la place à la seule tension. Louise respire plus vite, elle ne voit plus la salle

– … nous sommes en 1942. La concierge est dans l’escalier et derrière elle il y a deux policiers en képi ils montent l’escalier

puisqu’elle est dans l’escalier c’est marqué sur le panneau sur la poignée de la porte de la loge la concierge est dans l’escalier

et ils disent Bonjour madame s’il vous plaît dites-nous à quel étage habitent les Blum ? Blum comme Léon Blum

elle répond la concierge elle répond Quatrième gauche les Blum habitent le quatrième gauche

et c’est vrai qu’ils habitent au quatrième gauche

les Blum

on répond aux policiers quand on est une concierge on ne se rebelle pas

alors oui les policiers sonnent à la porte des Blum […]

La suite ? Découvrez la dans ce roman léger et grave comme la vie. Une soixantaine de chapitres de pur bonheur de lecture.

Un dernier mot encore. Les sujets de la Berryer me rappellent les éloges paradoxaux qui traversent les siècles depuis les orateurs et sophistes grecs et latins (Lucien de Samosate, Fronton, Ménandre le rhéteur) jusqu’à Antoine Audouard en passant par Erasme, Rabelais, Du Bellay, Molière, Montesquieu, Lafargue ou Octave Mirbeau. Ce genre d’exercice est loin d’être vain, entrainant un pas de côté hors du cercle étroit de nos routines langagières qui sont aussi celles de notre pensée. Mais ce sujet mériterait une chronique particulière(3)

__________________________________________

(1) Oui, j’ai bien écrit vieux et non personnes âgées, du troisième âge, aînés, seniors et autres vocables politiquement corrects. Le mot vieux employé comme substantif n’est une insulte, pas plus du reste que jeune n’est une louange. Il se rapporte tout simplement à un âge de la vie : la vieillesse. Je vous renvoie à la chanson de Jacques Brel, Les vieux. Le caractère péjoratif de ce mot ne repose au total que dans l’esprit de deux catégories de personnes :

  • les crétins méprisants qui considèrent la vieillesse comme une tare, un signe d’infériorité, les personnes qui en sont frappées étant pour eux autant de sous-hommes ;
  • les bien-pensants qui utilise des euphémismes pour nommer cette catégorie de la population tout en la parquant dans des mouroirs, pour leur bien, disent-ils, du fait de leur dépendance.

(2) C’est du reste grâce à ce livre que j’en ai appris l’existence, car j’ai beau travailler dans une bibliothèque universitaire vouée aux sciences juridiques, je connais assez mal les mœurs et coutumes des juristes. De l’utilité de la littérature comme source de connaissance sur le monde qui nous entoure…

(3) Grand merci à Weblettres où j’ai pu trouver quelques pistes sur le sujet.

 


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion sur « A propos de deux concours de plaidoiries »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.