Archives de catégorie : Non classé

Références pour le livre ancien (4) Héraldique et livres anciens

Prévoyant le cas où vous pourriez être un jour  confronté au problème de l’identification des armoiries d’une reliure, j’ai glané sur internet ou sur les rayons de mes bibliothèques habituelles les quelques ressources ci-dessous. Une telle liste ne pouvant être que lacunaire, toute suggestion sera la bien venue.

Commençons par un document imprimé consulté voici quelques mois.Yves Devaux dans “Héraldique et bibliophilie : dix siècles d’art et d’histoire” (Arts & métier du livre, n° 274, sept-oct 2009, p.34-41) fait une présentation synthétique des principaux ouvrages de références sur la question.

Suivent deux ouvrages initialement imprimés et désormais disponibles en ligne.

Michel Popoff est l’auteur d’une Bibliographie héraldique internationale (Le Léopard d’Or, Paris, 2003) qu’il a gracieusement mis à la disposition de la Société française d’héraldique et de sigillographie

L’Armorial général de France dressé par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica. A propos, de quoi s’agit-il ? Voici quelques informations glanées sur le site de la BNF :

L’Armorial général de France ou Armorial d’Hozier, né d’un édit de 1696 portant obligation à tous les sujets du roi de faire enregistrer leurs armoiries, fait aujourd’hui fonction d’armorial quasi officiel de l’Ancien Régime. Il contient plus de 115000 armoiries familiales classées par provinces et 3000 armoiries de villes et communautés. Il regroupe trois séries de manuscrits :

deux séries de textes qui donnent une description des armoiries – l’Armorial général cotes “Français 32146 à 32193” et l’exemplaire dit « authentique » cotes “Français 32194 à 32227”,

une série d’illustrations : les blasons coloriés cotes “Français 32228 à 32262”.

Textes et blasons sont complémentaires. Ils sont classés par provinces puis par généralités.

Il existe deux tables imprimées pour les séries de textes et une table manuscrite pour la série des blasons :

PARIS, Louis, Indicateur du Grand armorial général de France : recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696, publ. sous la dir. de Louis Paris, Paris, Mme Bachelin-Deflorenne, 1865. Document numérisé

ROBERT, Ulysse, Indicateur des armoiries des villes, bourgs, villages, monastères, communautés, corporations, etc. contenues dans l’Armorial général de d’Hozier, Paris, A. Picard, 1879.
Salle X – Ouvrages de référence par discipline [929.6 ROBE i]

Table des blasons coloriés de l’Armorial général de France
Cette table manuscrite en deux volumes reprend le classement des familles par province et généralité : il vaut donc mieux connaître l’origine géographique de la famille pour ne pas avoir à dépouiller l’ensemble des volumes.
Salle de références de Richelieu [017 MSS HOZI B1-B2]

Pour toute recherche sur les ressources généalogiques du département des Manuscrits :

GERARD, Jean-Philippe, Répertoire des ressources généalogiques et héraldiques du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Versailles : Mémoire et documents, 2003 Salle de références de Richelieu [929.1 GER] Manuscrits occidentaux [8° IMPR 8836 double], à demander à la banque de salledressé en vertu de l’édit de 1696 par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica.

Le billet Identifier les armoiries d’une reliure de Pierre Margige, alias aka Reup comporte notamment une étude comparative des meilleurs outils en ligne sur ce thème :

Les meilleurs outils :

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T1 (Maisons souveraines, Femmes & Personnalités ecclésiastiques).

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T2 (Les autres)

Les plus : Assez complet, et spécialisé dans le domaine qui nous intéresse. En fin de volumes, des index des pièces et meubles très utiles.
Les moins : En mode image seulement sur Gallica, et de mauvaise qualité (on n’y voit pas grand chose sur les illustrations). Recherche par mot impossible, donc.

La base Provenance des livres anciens de la bibliothèque de Lyon

Les plus : Richement documentée, spécialisée, illustrée d’excellentes photographies, moteur de recherche efficace, facile d’utilisation… Un modèle.
Les moins : Par nature restreinte aux seules collections lyonnaises, donc parfois insuffisamment riche.

La base blasons sur Euraldic.com

Les plus : Reprend les armoriaux de Rietstap, d’Hozier, et plein d’autres. Le plus riche que j’ai trouvé (il revendique 150.000 blasons !).
Les moins : Une très longue liste triée par noms, sans moteur de recherche.

Le site Armorial général [Ce site semble désaffecté. JS 21/10/2011]

Les plus : Moteur de recherche avancée intégré, nombreuses illustrations.
Les moins : Moins riche que le précédent, et parfois très, très lent, voire inaccessible.

Le site Héraldique Européenne

Les plus : Illustré, organisé, avec des informations sur les détenteurs des blasons.
Les moins : Illustrations modernes et normalisées, parfois éloignées des armoiries anciennes trouvées. Beaucoup moins complet que les autres, et organisation figée donc parfois difficile de s’y retrouver.

Pour effectuer des recherche dans les bases gratuites de blasons, Il a même concocté un moteur Google personnalisé : Akareup-Blasons

Pour approfondire sur l’héraldique en général :

Art du blason et identité graphique

Le hérault d’armes avec son traité d’héraldique où vous trouverez entre autre une bibliographie et des liens

Le site de Laurent Garnier avec son

Les signets BNF sur ce thème

Et ne pas oublier le Traité d’héraldique de Michel Pastoureau.

Références pour le livre ancien (3) Formats des livres

(Dernière mise à jour : 28/11/2011)

Pour commencer : le panorama général donné sur Bibliomab.

Pour approfondir : le livre d’Edouard Rouveyre, Connaissances nécessaires à un bibliophile

Pour préciser quelques questions de vocabulaire :

Cette définition donnée par le glossaire du bibliophile de Galaxidion :

Format

Forme et dimension d’un livre, souvent désignées par les termes: in-folio, in-quarto, in-octavo, etc., Ces termes font référence au nombre de plis dans la feuille imprimée.
Ainsi, in-folio désigne la feuille pliée en deux et formant 4 pages; in-quarto désigne la feuille pliée en quatre et formant 8 pages; in-octavo désigne la feuille pliée en huit et formant 16 pages; etc. Comme le format de la feuille d’origine est variable, la dimension obtenue au pliage l’est aussi.
Les principaux formats de papier sont les suivants, par ordre croissant : pot, couronne, écu, coquille, carré, raisin, jésus, colombier. Ces appellations proviennent des motifs qui étaient autrefois filigranés dans le papier, suivant le format. On parlera donc, pour plus de précision, d’in-octavo jésus, in-octavo couronne, etc. Pourtant ces termes sont de moins en moins utilisés par certains libraires et bibliographes. De nos jours, ceux-ci préfèrent indiquer les dimensions d’un volume en centimètres.
Cependant, voici une désignation moins approximative pour les amateurs de précision :

  • in plano : très grand format ; feuille à plat non pliée
  • in folio : format atlas ; feuille pliée en deux, soit une fois
  • in quarto : format grand cahier ; feuille pliée en 4 soit deux fois
  • in octavo : format petit cahier d’écolier ; feuille pliée en 8 soit trois fois
  • in douze, in seize, in dix-huit : format livre de poche ; feuille pliée en seize ou subdivisée en 6/6 ; 8/4 ; 14/4 ou 12/6 soit quatre fois
  • in vingt et quatre, in trente et deux : très petits formats
  • au-delà on désignera ces ouvrages sous le terme ” minuscule “. Il sera dès lors approprié d’en donner un format en centimètres (on peut toutefois rencontrer des formats très réduits restitués en termes classiques, par exemple, in-364.

Cette précision donnée par Le blog du Bibliophile :

Pour simplifier et codifier les formats, on utilise depuis le 19ème une côte moyenne appelée “format bibliographique”, et qui est la suivante, pour les principaux formats:

(la dimension est celle de la hauteur du livre)
Grand in-folio : plus de 40 cm
In-folio : moins de 40 cm
In-4 : moins de 30 cm
In-8 : moins de 25 cm
In-12 : moins de 20 cm
In-16 : moins de 16 cm
In-18 : moins de 14 cm
In-32 : moins de 10 cm.

Voir aussi ce qui concerne le format du papier dans la papeterie ancienne.

Mise à jour du 30 mai 2017 : une vidéo de Cécile Essentiam sur le sujet.

Références pour le livre ancien (1) Quelques pistes

(Dernière mise à jour : 29/02/2012)

Aux temps lointains où je préparais le CAFB option livre ancien, un de mes outils de travail et d’étude était l’ouvrage de Mireille Védrine, 200 références pour le livre ancien : du manuscrit à 1900, qui en était alors à sa 2e édition revue et augmentée par Caroline Durand et Pierre Guinard (Villeurbanne, École nationale supérieure de bibliothécaires, 1990). Continuer la lecture de Références pour le livre ancien (1) Quelques pistes