Archives de catégorie : Lecture au temps du corona

Une phrase à méditer d’Antonio Gramsci

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.

Antonio Gramsci, Cahiers de Prison (1948-1951, cahier 3)

J’ai trouvé cette citation dans le numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine daté du 21 avril 2020. Abonnez-vous, c’est gratuit !

La citation exacte est :

La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés.

Mais il faut bien reconnaître que la première proposée a plus d’allure et de force.

George Sand et le choléra

À peine établie à Paris avec Solange, George Sand tomba de nouveau malade, et cette fois elle inspira plus de craintes encore à ses amis qui prirent la maladie pour un des premiers cas du choléra qui venait d’éclater à Paris. Elle écrit à sa mère : « Mes amis et mes portiers épouvantés ont décidé que j’avais le choléra ; le médecin a eu beau les assurer du contraire. Ils le croient et le croiront toujours. Deux de mes plus dévoués sont couchés dans mon salon, l’un par terre, l’autre je ne sais où. Je m’éveille et m’étonne beaucoup du grand aria que je vois autour de moi, car je vous assure que j’étais bien moins malade qu’ils ne me font. J’ai eu quelques symptômes du choléra, mais si légers, qu’une tasse de thé et des couvertures les ont dissipés et que j’ai dormi comme un sonneur jusqu’à midi[4]. » Il est à croire que ce choléra n’était pas bien effrayant et qu’en général George Sand avait des notions fort peu exactes sur cette maladie, car, lorsqu’elle écrivit un an plus tard, Lélia, dans une scène des plus importantes du roman, elle représenta son héroïne parlant philosophie avec ses amis au milieu d’une attaque trèsintense de choléra, et terrassant le pusillanime moine Magnus par la force de son esprit et de sa libre pensée. George Sand est sans doute l’unique romancière qui ait condamné son héroïne à souffrir de cette maladie si peu poétique ; il est fort probable qu’elle même ne l’a jamais eue et que c’est à tort que ses amis ont eu peur pour elle. Si nous nous sommes permis de citer ici ce passage peut-être peu intéressant de la lettre de George Sand à sa mère, c’est parce que nous avons voulu par là excuser quelque peu cette scène de Lélia absolument invraisemblable.

Wladimir Karénine, George Sand, sa vie et ses œuvres

Épidémies : la leçon d’Elias Canetti

De tous les malheurs dont l’humanité a été affligée de tous temps, les grandes épidémies ont laissé un souvenir particulièrement vivace. Elles éclatent avec la soudaineté de catastrophes naturelles, mais alors qu’un tremblement de terre s’achève après quelques brèves secousses, l’épidémie a une durée qui peut s’étendre sur des mois ou même sur une année. Le tremblement de terre atteint d’un seul coup le sommet de l’horreur, ses victimes périssent toutes à la fois. Une épidémie de peste agit au contraire par sommation, au début quelques-uns seulement sont pris, puis les cas augmentent ; on voit des morts partout, bientôt on en voit rassemblés plus que des vivants. Il se peut que le résultat de l’épidémie soit finalement identique à celui d’un tremblement de terre. Mais les gens sont témoins de la grande mort, elle se joue et s’accroît sous leurs yeux. C’est comme s’ils participaient à une bataille qui dure plus longtemps que toutes les batailles connues. Mais l’ennemi est dissimulé, on ne peut le voir ni le rencontrer nulle part. On se contente d’attendre d’en être touché […]

Elias Canetti, Masse et Puissance(1960), « Les épidémies »

Lire la suite sur Philomag.com

Redécouvrir le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble et autres espèces d’espaces : la leçon de Georges Perec

La lecture de Vivre sans se cogner dans les coins avec Georges Perec, un article de Catherine Portevin paru aujourd’hui sur le site de Philosophie magazine, m’a incité à redécouvrir Espèces d’espaces. Par chance, j’en ai un exemplaire ( comme quoi, une bonne provision de livres, si encombrants soient-ils, peut se révéler utile…) et je n’ai pas été déçu, tant la matière à réflexion y abonde. Dans une volonté très perecquienne d’épuisement du sujet, cet essai traite de la page, du lit, de la chambre, de l’appartement, de l’immeuble, de la rue, du quartier, de la ville, de la campagne, du pays, du monde, de l’espace… et tout cela en partant du vide, du rien, de l’impalpable , du pratiquement immatériel.

Pour ceux qui n’auraient pas la chance d’en avoir un exemplaire papier ou numérique, et qui ne peuvent s’en procurer actuellement… je signale que de nombreux extraits sont disponibles sur internet, que ce soit sur Passages, Remue.net. Vous trouverez ci-dessous une petite sélection.

Continuer la lecture de Redécouvrir le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble et autres espèces d’espaces : la leçon de Georges Perec

Le logis est un univers : la leçon de Bachelard

La maison est notre coin du monde. Elle est (…) notre premier univers. Elle est vraiment un cosmos. Un cosmos dans toute l’acception du terme. Vue intimement, la plus humble demeure n’est-elle pas belle ? Les écrivains de l’humble logis évoquent souvent cet élément de la poétique de l’espace. Mais cette évocation est bien trop succincte. Ayant peu à décrire dans l’humble logis, ils n’y séjournent guère. Ils caractérisent l’humble logis en son actualité, sans en vivre vraiment la primitivité, une primitivité qui appartient à tous, riches ou pauvres, s’ils acceptent de rêver. (…) Par les songes, les diverses demeures de notre vie se compénètrent et gardent les trésors des jours anciens. Quand, dans la nouvelle maison, reviennent les souvenirs des anciennes demeures, nous allons au pays de l’Enfance Immobile, immobile comme l’Immémorial. Nous vivons des fixations, des fixations de bonheur. Nous nous réconfortons en revivant des souvenirs de protection. Quelque chose de fermé doit garder les souvenirs en leur laissant leurs valeurs d’images. Les souvenirs du monde extérieur n’auront jamais la même tonalité que les souvenirs de la maison. En évoquant les souvenirs de la maison, nous additionnons des valeurs de songe ; nous ne sommes jamais de vrais historiens, nous sommes toujours un peu poètes et notre émotion ne traduit peut-être que de la poésie perdue.

Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace,

En lisant l’entretien de la philosophe Claire Marin dans le dossier Covid-19. Les philosophes face à l’épidémie, j’ai été amené à m’intéresser à cet ouvrage de Bachelard qui fait partie de ses lectures actuelles. Et sur une page de France culture consacrée à Bachelard et La poétique de l’espace, j’ai trouvé l’extrait ci-dessus. Et vive internet, la bibliothèque universelle !

Confinement : la leçon de Rousseau

Rousseau en quarantaine italienne, un article paru sur le site de Philosophie magazine le 10 mars dernier, au début des mesures de confinement décrétées en Italie, nous rappelle que le philosophe genevois fut mis en quarantaine dans un lazaret à Gênes. Comment prit-il la chose ? Stoïquement. Voir ci-dessous l’extrait des Confessions, Livre Septième, où il est question de cet épisode.

Continuer la lecture de Confinement : la leçon de Rousseau

Comment lutter contre l’épidémie : la leçon de Camus

– C’est une idée qui peut faire rire, mais la seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté
– Qu’est-ce que c’est l’honnêteté ? dit Rambert, d’un air soudain sérieux.
 – Je ne sais pas ce qu’elle est en général. Mais dans mon cas, je sais qu’elle consiste à faire mon métier

Albert Camus, La peste

J’ai trouvé cette citation dans le premier numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine.

Covid-19. Les philosophes face à l’épidémie, un dossier de Philosophie Magazine au temps de la drôle de guerre

Pour alimenter la réflexion sur la crise sanitaire actuelle, je vous recommande le dossier ouvert par Philosophie magazine qui s’alimente quotidiennement d’interview de philosophes contemporains. Vous pouvez vous abonner gratuitement aux Carnets de la drôle de guerre tenu par les rédacteurs de cette excellente revue. Puisse cette période de confinement être aussi un temps de réflexion et de retour aux questions essentielles…

Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Face aux feux du soleil (titre original : The naked sun) d’Isaac Azimov fait partie du cycle des Robots. Pour être précis, il s’agit de la suite des Cavernes d’acier, qui met en scène le tandem formé par l’inspecteur Lije Baley et son collègue R. Daneel Olivaw. R. pour Robot, car R. Daneel est un androïde.

Pourquoi s’intéreser à cet ouvrage ? C’est que m’est revenue en mémoire une des caractéristiques les plus frappantes de Solaria, la planète où se déroule la deuxième enquête de notre duo de policiers : les habitants y sont habitués dès l’enfance à ne communiquer que par les moyens de télécommunication (écrans, hologrammes) et à n’avoir aucun contact physique direct. Cela ne vous rappelle rien, en ces temps de réseaux sociaux omniprésents et de distanciation sociale décrétée d’en haut ?

Continuer la lecture de Relire Face aux feux du soleil au temps du corona