Archives de catégorie : Histoire et géographie

Quelques ouvrages anciens sur la Chine accessibles en ligne dans Nordnum

En cherchant des versions en ligne de l’ouvrage de Gabriel de Magalhães, Nouvelle relation de la Chine, j’ai trouvé plusieurs autres ouvrages anciens sur la Chine accessibles sur Nordum, la bibliothèque numérique d’histoire régionale du Nord et du Pas-de-Calais.

Continuer la lecture de Quelques ouvrages anciens sur la Chine accessibles en ligne dans Nordnum

Cartes et plans concernant la ville de Tours, ses environs immédiats et la Touraine

La présente webographie comporte trois parties :

  • La première partie, la plus longue, porte sur les cartes et plans de Tours et de ses environs immédiats. Les cartes y sont classées par ordre chronologique.
  • La deuxième donne des liens vers des plans de monuments de Tours.
  • La troisième porte sur les cartes de la Touraine.

Il s’agit surtout pour l’instant de cartes et plans accessibles sur Gallica.

Voir aussi ici dans Kartenportal.ch.

Continuer la lecture de Cartes et plans concernant la ville de Tours, ses environs immédiats et la Touraine

Autour de… The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust, par Nokhem Shtif

Plus de vingt ans avant la Shoah, les pogroms en Ukraine

Aujourd’hui, j’ai catalogué The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust. Ce ouvrage numérisé est en libre accès non seulement sur OpenEdition, mais aussi sur Archive.org et Google livres. Il s’agit de la traduction de Pogromen in Ukrayne: di tsayt fun der frayviliger armey, un livre en yiddisch de Nokhem Shtif, paru chez Wostok à Berlin en 1923, un témoignage sur les pogroms qui ont eu lieu en Ukraine en 1918 et 1919, du temps de la guerre civile. Ils ont fait de 100 000 à 150 000 victimes et 105 communautés ont été détruites.

Continuer la lecture de Autour de… The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust, par Nokhem Shtif

Initiation aux études historiques

POURQUOI ÉTUDIER L’HISTOIRE ?

La question peut paraître absurde, sa réponse évidente – ou au contraire plonger dans les gouffres d’incertitude décrits par Patrick Boucheron dans sa Lettre à un jeune historien. Il est néanmoins nécessaire de la poser à l’orée d’un ouvrage dont l’objectif est de communiquer aux étudiants qui commencent l’Université le goût et les méthodes d’une discipline exigeante aux ambitions multiples.

L’histoire a pour objet l’étude et la connaissance des sociétés passées sous ses aspects les plus variés dont ce manuel présentera quelques-uns. Mais pourquoi étudier le passé ? Cela fait bien longtemps que l’on sait que nul ne tire de « leçons de l’histoire », que les guerres d’hier n’ont jamais évité celles de demain et que les erreurs des autres n’empêchent pas les nôtres. En ce sens, l’histoire est un vaste exercice d’humilité, qui nous enseigne que chaque situation est unique, imprévisible et incontrôlable. Elle nous invite à produire des synthèses et à proposer des systèmes explicatifs, à construire des analogies avec le temps présent qui peuvent être fécondes – mais à toujours laisser une large marge à la variation. L’histoire nous apprend l’importance de l’inattendu.

Être historien, c’est alors s’efforcer d’identifier nos croyances et nos idées reçues pour sortir de nous-mêmes en regardant l’autre, en nous confrontant à des civilisations éloignées, pas forcément géographiquement, mais chronologiquement. Ce ne sont pas les ressemblances qui doivent nous frapper, mais les différences qui donnent à penser. C’est dans la considération des écarts entre deux situations qui pourraient sembler identiques que se loge peut-être la meilleure leçon : savoir ne pas considérer le présent comme l’aboutissement logique d’un progrès inéluctable.

Certains étudient l’histoire pour savoir d’où ils viennent. Cette ambition transparaît encore dans de nombreux discours : l’histoire pour expliquer, pour justifier, pour construire des identités collectives, des théories et des revendications. L’histoire est éminemment politique et risquée. Faire de l’histoire aujourd’hui, c’est ainsi savoir reconnaître ces usages et ces manipulations du passé, en démonter les rouages, en comprendre les implications. C’est accepter que l’histoire soit l’affaire de tous, et reconnaître qu’il faut parfois soi- même se départir de ses fonctions d’historien pour revêtir l’habit de penseur et de citoyen. Comme le montre l’historien Jean-Clément Martin, comparant les traditions d’enseignement de l’histoire dans différents pays du monde, « indépendamment de toutes considérations nationales ou régionales, l’enseignement de l’histoire tel qu’il est pratiqué ici et là répond ainsi à trois exigences communes que l’on peut résumer ainsi : il doit assurer la formation du citoyen 1) capable de prendre des responsabilités dans la cité, mais aussi 2) capable de transmettre et de défendre les valeurs de la communauté, tout en étant 3) suffisamment critique pour établir la vérité scientifique et savoir démêler le vrai du faux contre les déformations mémorielles ».

Liberté de pensée, recul et humilité sont ainsi trois maîtres mots de la formation au métier d’historien.

Continuer la lecture de Initiation aux études historiques

Un historien dominicain, Paul Amargier

Je viens d’apprendre avec beaucoup de tristesse le décès de l’historien médiéviste et Père dominicain Paul Amargier, auquel j’ai déjà consacrée une brève chronique voici plusieurs années.

Originaire de Montpellier en Languedoc, mais Provençal d’adoption depuis ses années d’études à Saint-Maximin, il faisait partie avec mon père de l’équipe constituée autour de Georges Duby à l’université de Provence. Historien de la Provence médiévale, et notamment de Marseille où il fut membre de l’Académie locale et exerça son ministère à l’abbaye de Saint-Victor et dans la paroisse des Acoules, il était aussi passionné par la littérature, ce qui donnait lieu à des discussions animées quand il venait déjeuner chez mes parents. Une fois à la retraite, il avait consacré un site à ses deux passions.

Une personnalité érudite et généreuse perdue de vue, hélas, depuis trop d’années…

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de Un historien dominicain, Paul Amargier

Une exposition virtuelle sur Le congrès de Tours

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours en 1920, la Ville de Tours s’est associée à l’Université de Tours pour donner un contenu scientifique à cette commémoration. Une exposition initialement prévue en décembre 2020 se tiendra du 20 novembre au 12 décembre 2021. Les organisateurs ont en présenté une préfiguration, au moment de la date anniversaire, sous la forme d’une exposition virtuelle dur le site de Tours magazine.

Locus Ludi, une invitation à découvrir les jeux antiques

C’est grâce l’excellente émission de Xavier Mauduis, Le cours de l’histoire du 15 décembre 2020, que j’ai découvert un site fort intéressant créé par Ulrich Schädler, directeur du Musée suisse du Jeu. Locus Ludi propose une découverte des jeux antiques non seulement par des publications scientifiques, des bibliographies, des bases de données fort sérieuses… mais aussi en y jouant !

 

L’odyssée de l’écriture, Les hiéroglyphes et la naissance de l’alphabet

L’odyssée de l’écriture. 3. Une nouvelle ère

Passionnant, ce documentaire en 3 parties sur l’odyssée de l’écriture réalisée par le Britannique David Sington. Diffusé sur Arte, il reste visible en ligne jusqu’au 19 janvier 2021. A voir et écouter absolument.

L’odyssée de l’écriture. 1. Les origines (extraits)

La partie sur les humbles origine de l’alphabet dans le temple égyptien de Serabit el-Khadim dans le Sud Sinaï m’a notamment frappé.

Les préfets de Gambetta

Vincent Wright, Les préfets de Gambetta, texte complété, mis à jour et présenté par Éric Anceau et Sudhir Hazareesingh, préface de Jean-Pierre Machelon, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, 482 p. ISBN : 978-2-84050-504-4. 45 euros. Extraits sur Google Livres.

Cet ouvrage publié à titre posthume rassemble principalement un ensemble de notices individuelles minutieusement établies par Vincent Wright sur les 136 préfets nommés par Gambetta, ministre de l’Intérieur du Gouvernement de la Défense Nationale formé le 4 septembre 1870. Ces préfets nommés dans l’urgence, dans une double situation de guerre et de transition politique, ont pour la plupart quitté leur fonction au moment de la démission de Gambetta, le 6 février 1871, ou dans les semaines suivantes. Ils n’ont pas toujours eu bonne réputation : certains d’entre eux ont ainsi pu être comparés aux représentants en mission de la Révolution et être qualifiés de « petits dictateurs ».

Continuer la lecture de Les préfets de Gambetta

La peste, le choléra et d’autres épidémies en Provence

J’ai eu l’idée de cette bibliographie sur les épidémies en Provence en découvrant l’article de Jean-Charles Geslot ci-dessous sur les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle.

J’ai divisé cette bibliographie selon les localités et aires géographiques concernées par les épidémies. Cependant, la partie générale sur la Provence ne doit pas faire illusions : la plupart des documents indiqués se divisent en articles ou renvoient à des références concernant telle ou telle localité, les synthèses étant plutôt rares…

Je me suis notamment appuyé sur la bibliographie d’Odile Cailux à la fin de son ouvrage sur la peste à Arles et, pour les ouvrages plus anciens, sur les articles de Jean-Charles Geslot et d’Annick Richard.

Continuer la lecture de La peste, le choléra et d’autres épidémies en Provence