Archives de catégorie : Histoire et géographie

Histoire, anticipation et uchronie et dystopie : La Grande Librairie du 30 octobre 2019

Le thème de la semaine était « Faut il écrire ou réécrire l’histoire? »

Les invités et leurs livres

Laurent Binet. Civilizations (Grasset)

Léonora Miano. Rouge impératrice (Grasset)

Michelle Perrot. Le chemin des femmes. (Robert Laffont, Bouquins)

Margaret Atwood. Les Testaments (Robert Laffont), suite de La Servante écarlate et Booker Prize 2019

Suggestions du libraire de La Flibuste à Fontenay-sous-Bois

Jack London. Le talon de fer > lire en ligne

Jack Finney. Le voyage de Simon Morley

Roland C. Wagner. Rêves de gloire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

1989, la fin d’un monde et le début… de quoi au fait ?

J’ai grandi dans un monde bipolaire. En ce temps là, missiles américains et soviétiques stationnaient de part et d’autre d’un rideau de fer qui coupait l’Europe en deux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ailleurs, la Guerre froide avait aussi des points chauds où Etats-Unis et Union soviétiques s’affrontaient par alliés et supplétifs interposés (Afghanistan, Ethiopie…).

Ce monde s’est effondré en 1989, et comme beaucoup de mes contemporains, je n’ai rien vu venir. Après lui, avec le triomphe du libéralisme ou, pour mieux dire, du capitalisme sur l’ensemble de la planète serait venue la fin de l’histoire. Mais l’histoire peut-elle avoir une autre fin… que la fin de l’humanité ?

Je vous propose ici une petite sélection sur cette année pivot… et les élucubrations (?) de Francis Fukuyama. A compléter au fur et à mesure…

Articles

Aleksander Smolar. Révolutions de l’an 1989 : fin d’un monde et naissance d’un siècle. Politique étrangère, vol. 65 n° 3-4 (2000), p.901-913

Jean-Noël Jeanneney. La « fin de l’histoire » faribole ou forfanterie ? Vingtième Siècle, no 69 (2001), p. 95 à 104.

Dossiers

Johanna Luyssen. 1989-1990 : l’année de la chute du Mur, site de Libération, 30 octobre 2019.

Emissions radiophoniques

1989, la fin des certitudes, 5 épisodes de l’émission Le cours de l’histoire de Xavier Mauduit sur France Culture.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Fins du monde – ou plutôt fins des temps médiévales,

Je poursuis mon tour d’horizon autour des fins du monde ou fins d’un monde par deux références sur la fin des temps telle qu’elle était au Moyen-Âge :

Huguette Taviani-Carozzi et Claude Carozzi (éd. et trad.). La fin des temps : terreurs et prophéties au Moyen Age. Nouv. éd. corr. et augm. Paris : Flammarion, 1999. (Champs, n° 446).

  • Cet ouvrage est paru initialement chez Stock en 1982, avec une préface de Georges Duby. D’ailleurs, seul le nom de Georges Duby apparaissait en gros sur la couverture : les éditeurs savent vendre, et tant pis pour ceux qui prennent la peine de traduire et éditer les textes…

Centre universitaire d’études et de recherches médiévales d’Aix. Fins des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1993.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Romans de la fin d’un monde

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.
 
Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins ; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire.
 
Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie… ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les œuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.

Paul Valéry, La Crise de l’ Esprit, première lettre (1919)

Avant la fin du monde à laquelle j’ai consacré trois chroniques récécentes, il y a eu de multiples fins d’un monde au cours de la longue histoire de l’humanité. Fin de l’Empire perse face à Alexandre, fin de l’Empire romain d’Occident par pourrissement interne, fin de la Chrétienté médiévale avec la déflagration de la Réforme.

Continuer la lecture de Romans de la fin d’un monde

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’effondrement et les collapsologues

Il y a une incompatibilité radicale entre notre système économique et politique et la biosphère. L’un ou l’autre doit mourir.

Pablo Servigne

Après l’anthropocène, il était inévitable que je m’intéresse aux notions d’effondrement et de collapsologie. Sur la question, l’Institut Monumentum est une mine d’informations, il est vrai un peu partiale, puisqu’il s’agit d’un laboratoire d’idées où se regroupent les principaux collapsologues français comme Pablo Servigne, l’inventeur du terme, et Yves Cochet. Ceux-ci sont souvent considérés comme des prophètes de malheur, des catastrophistes, un peu comme Cassandre pendant la guerre de Troie. Ces discours, qui dérangent notre confort, nos habitudes, nos certitudes, ont du mal à être entendus. Mais Cassandre avait raison et Troie s’est bien effondrée sous les assauts des Achéens. Alors, pourquoi ne pas s’intéresser un peu à ces idées qui nous dérangent, des fois que certaines se révèlent exactes ? En attendant mieux, voici un peu de documentation.

Continuer la lecture de L’effondrement et les collapsologues

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Le monde va finir ; la seule raison pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? []

Charles Baudelaire, Fusées

Je suis en train de lire un très intéressant essai de Jean-Paul Engélibert sur les fictions d’apocalypse. Du coup, j’ai commencé une petite bibliographie sur les les fins du monde dans la littérature et les autres arts au temps de l’anthropocène, ce dernier terme pris dans son acception d’ère débutant à la fin du XVIIIe siècle, avec le début de la révolution industrielle. Si ce petit programme de lecture vous intéresse…

Continuer la lecture de Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La mort des Présidents sous la Cinquième République : panorama télévisuel

La mort de François Mitterand (8 janvier 1996) avec une déclaration deJacques Chirac…

… et ses doubles obsèques à Notre Dame et à Jarnac (11 janvier 1996)

La mort de Georges Pompidou (3 avril 1974)

La mort de Charles De Gaulle (9 novembre 1969) et ses obsèques (12 novembre 1969)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts