Archives de catégorie : Chroniques aixoises et provençales

Marseille en quelques cartes

Voici quelques années, dans une chronique intitulée Paysages du temps, j’ai évoqué une maison aujourd’hui disparue, celle de mes grands-parents. Elle se trouvait à l’entrée du boulevard Margaillan qui, comme son nom ne l’indique pas, est une impasse du quartier de Saint-Barnabé, dans le 12e arrondissement de Marseille.

La deuxième ville de France par sa population et la première par l’ancienneté – pensez aux Phocéens ! – a un peu compté dans les premières décennies de ma vie. Je voudrais m’y intéresser ici par le biais des cartes et plans disponibles en ligne, notamment dans CartoMundi, Gallica et MARius, la banque d’images numérisées de la ville de Marseille.

Continuer la lecture de Marseille en quelques cartes

Le quartier aixois de mes jeunes années

A titre d’application de diverses ressources en ligne que j’ai pu trouver pour mes chroniques sur Aix-en-Provence, je vous propose ci-dessous une petite balade dans le quartier où j’ai passé pratiquement les trente premières années de ma vie, le quartier comtal. Je me limiterai à trois ensembles qui me sont particulièrement chers : la places des Prêcheurs et celle du Palais, la rue Jaubert et la place des Trois Ormeaux. J’en rajouterai sans doute d’autres lors de futures mises à jour.

Continuer la lecture de Le quartier aixois de mes jeunes années

Cartes postales et photographies anciennes d’Aix-en-Provence

Si vous souhaitez vous faire une idées de ce qu’était Aix au XIXe et au XXe siècle, rien ne vaut les cartes postales anciennes. Voici quelques ressources sur ce thème.

Documents sur supports matériels

L’ouvrage de Fabienne Texier, Aix-en-Provence il y a cent ans en cartes postales anciennes, publié en octobre 2016 aux éditions Patrimoine et médias, propose environ 240 cartes postales de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle.

Treize ans plus tôt, les Amis de la Méjanes ont publié un disque optique numérique , Aix et la Provence : photographies du XIXe siècle : Claude Gondran, Charles Heiries, Marie Pellechet, qui reproduit une collection de photographies conservées par la bibliothèque Méjanes.

Continuer la lecture de Cartes postales et photographies anciennes d’Aix-en-Provence

Les courts-métrages des Films du Soleil

En cherchant un film réalisé par Alain Paire sur André Breton et la Villa Bel Air, j’ai découvert une importante collection de documentaires et de reportages, souvent en rapport avec la Provence disponibles sur Viméo. Il s’agit de courts-métrages réalisés pendant 60 ans par Les Films du Soleil.

Ces documentaires portent sur des sujets très divers. En voici quelques thématiques :

Continuer la lecture de Les courts-métrages des Films du Soleil

Visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine

Une visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine est depuis peu accessible en ligne.

Bonne occasion de (re)découvrir cette bibliothèque publique crée au milieu du XVIIIe siècle par Joseph-Dominique (en religion dom Malachie) d’Inguimbert, évêque de Carpentras, bibliophile et bibliothécaire. Elle est, avec la bibliothèque Séguier de Nîmes, le musée Calvet d’Avignon et la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, une des quatre grandes bibliothèques publiques fondées par des érudits dans l’espace bas-rhodanien. Elle a du reste été la première à ouvrir dès 1735.

Les ravages de la com’ : la Méjanes devient “les” Méjanes

Dernière idée brillante de… De qui au fait ? La mairie d’Aix ? Le directeur de la Méjanes ? Le service de com’ qui n’avait rien a faire ? Bref, si j’en crois le dernier numéro de Côté Méjanes, notre bonne vieille bibliothèque municipale portera désormais un nom au pluriel, histoire de bien montrer, s’il en était besoin, qu’elle est en fait constituée d’un réseau. Et puis, il faut bien donner du travail aux créateurs graphiques qui ont concocté le nouveau logo. L’argent utilisé pour ce genre d’opération de communication n’aurait-il pas pu être mieux employé ?

Peut-être aussi voulait-on justifier le “s” final de “Méjanes” hérité du père fondateur de la bibliothèque, laquelle a, depuis plus de deux siècles, porté ce nom sans que personne ne s’avise d’y toucher. Comme le rappelle Philippe Ferrand dans la Lettre aux Amis de la Méjanes

la Méjanes a la chance d’appartenir, depuis 1810, au cercle restreint des bibliothèques assez célèbres pour être identifiées par le seul nom de leur fondateur : la Bodleyenne (Oxford, 1602), l’Ambrosienne (Milan, 1609), la Mazarine (Paris, 1643), l’Inguimbertine (Carpentras, 1745). . Il est possible qu’elle soit la première et la dernière à mettre son nom au pluriel.

D’autres institutions, comme la Sorbonne (Robert de Sorbon, chapelain de Louis IX), auraient aussi de bonnes raisons d’adopter le pluriel, mais elles s’en gardent pour conserver le prestige de leur nom au singulier.

Mais après tout, il se pourrait bien que cette brillante idée tombe à l’eau face à la force de l’usage et à l’ancrage profond de la Méjanes dans la mémoire aixoise. La communication, ce n’est jamais que de l’éphémère et du futile. Seul importe ce qui demeure, une institution culturelle riche de deux siècles d’histoire et d’un fabuleux patrimoine.

Le Centre d’Etudes des Sociétés Méditerranéennes (CESM)

J’ai découvert dernièrement un article de Laure Verdon paru dans le n° 48 (2014) de Rives méditerranéennes, numéro spécial consacré à un Essai d’ego-histoire collective. Intitulé “Georges Duby et le Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes. Une ambition aixoise”, il porte sur le CESM qui compta beaucoup dans la vie de mon père et dont la création remonte aux années aixoises de Georges Duby.

Fondé en 1960 par Georges Duby et le géographe Hildebert Isnard, c’est un laboratoire interdisciplinaire auxquels participent des chercheurs issus des sciences sociales et humaines (histoire, géographie, sociologues) parmi lesquels se trouvent des boursiers étrangers du CESM venus notamment du Royaume-Uni  ou des pays de l’Est (Pologne, Tchécoslovaquie).

En 1969, il devient une des composantes de l’Institut de Recherches Méditerranéennes (IRM) regroupant des laboratoires travaillant sur le monde méditerranéen. L’année 1976 voit la création d’un GIS (Groupement d’intérêt scientifique) Méditerranée avec pratiquement les mêmes composantes…

Si Georges Duby part au Collège de France en 1970, le centre n’en continue pas moins ses travaux, notamment sur le village méditerranéen,  chantier interdisciplinaire qui se poursuit jusque dans les années 1980. Est alors créé le Groupement de recherche Nord-Méditerranée devenu depuis TELEMMe. Mais ceci est une autre histoire…

A propos du monument Joseph Sec à Aix en Provence

A la mémoire de Michel Vovelle

Dans ma bonne ville d’Aix-en-Provence se trouve un curieux monument maçonnique érigé à la fin de l’Ancien Régime par Joseph Sec Joseph_Sec (1716-1794), un bourgeois éclairé dont l’historien Michel_Vovelle décrivit l’irrésistible ascension dans un ouvrage paru en 1975.

Alain Paire lui a consacré voici quelque mois un article bien documenté où il s’appuie notamment un ouvrage de ce même Michel Vovelle et de Pierre Donaint, Le mystérieux monument Joseph Sec à Aix en Provence (A. Barthélémy, 2009) et sur les recherches de l’historien de l’art Alexandre Maral (cf. Des jésuites d’Aix-en-provence au monument sec l’étonnante destinée des statues de la chapelle des messieurs, Bibliothèque de l’École des chartes, 2003, vol. 161 n°1, p. 289-321).