Archives de catégorie : Napoleoniana

Chroniques sur divers aspects de notre premier empereur

Napoléon (10) Un pamphlet allemand du temps de l’Empire… doublé d’un assassinat politique

Dans le Livres hebdo n° 1094 du 26 août 2016, était signalé un ouvrage de Michel Michel Kerautret paru aux éditions Vendémiaire : Un Crime d’État sous l’Empire : l’affaire Palm.  Voici une bonne occasion de renouer avec un de mes sujets de prédilection, un peu négligé depuis trois an : le très détestable Napoléon Bonaparte. Comme le montre une rapide recherche dans le SUDOC et dans le catalogue de la BNF, il semble qu’avant cet ouvrage aucun livre en français n’existait sur Johann Philipp Palm. Continuer la lecture de Napoléon (10) Un pamphlet allemand du temps de l’Empire… doublé d’un assassinat politique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale

Dans un précédent billet, je faisais allusion au culte impérial mis en place à partir de 1804.

Bref panorama

Outre la gloire miltaire dont est auréolé le général de la Révolution et l’empereur jusqu’à la campagne de Russie, l’un élément fondateur de ce culte est la fête nationale pour laquelle il choisit la date du 15 août, jour de son anniversaire et de la signature du Concordat, symbole d’un retour à l’ordre civil et religieux. Ce jour devient la saint Napoléon, du nom d’un obscur martyr du IVsiècle, Santo Neopolis (ou Neapolis), exhumé fort opportunément par le cardinal Légat Giovanni Battista Caprara à la grande satisfaction de l’empereur.

Désormais, l’Empire aurait son saint ! Il en fit également une date fétiche pour marquer ses réalisations ou ses libéralités. La Saint-Napoléon fut fêtée le 15 août 1806, pour la première fois.

Et ce ne fut pas un hasard, si la première pierre de l’Arc de Triomphe à Paris, fut posée le 15 août 1806. Le 15 août 1809, Berthier sera fait prince de Wagram, Davout, prince d’Eckmühl, Fouché, duc d’Otrante et Masséna, prince d’Essling. C’est encore un 15 août (1810) que fut inaugurée la colonne de la Grande Armée, place Vendôme à Paris et promulgué, le Code civil, dans le grand-duché de Varsovie. Le 15 août 1811, à Bercy, on posa la première pierre de la halle aux vins et le 15 août 1813, le canal de l’Ourcq fut ouvert à la navigation.

Extrait du site Napoléon 1er

Le clergé catholique se fait fort bien à l’idée de fêter l’empereur le jour même de l’Assomption et on peut lire dans le Journal des curés des 15 et 16 août 1809 :

Cent peuples divers se sont réunis au pied des Autels pour célébrer la naissance de celui que l’univers admire, par qui le Dieu des destinées change et refait, agrandit ou resserre, détruit ou conserve les Etats et leurs barrières, et leurs Chefs et leurs Lois.
La Terre raconte la gloire de Napoléon comme les Cieux racontent celle du Seigneur !

Comme l’écrit Gérard Oberlé dans une de ses chroniques, les catéchismes imprimés en 1806 comportent, en complément du quatrième commandement :

Nous devons à Napoléon Ier, l’amour, le respect, l’obéissance, la fidélité et des prières pour son salut. Honorer et servir notre empereur c’est honorer et servir Dieu lui-même. Ceux qui manqueraient à leur devoir envers notre empereur résisteraient à l’ordre établi par Dieu et se rendraient dignes de damnation éternelle.

Les protestants ne sont pas en reste, comme en témoigne le Service solennel d’action de grâces, célébré par l’église réformée consistoriale du département de la Seine, dans le temple de la rue St-Thomas-du-Louvre, à Paris, le vendredi 15 août 1806, anniversaire de la naissance de S.M. l’Empereur et Roi. Les francs-maçons quant à eux multiplient les loges placées sous le vocable de Napoléon et autres témoignages de dévotion impériale. C’est ainsi qu’ Auguste Mame, frère-maçon de la loge Saint-Napoléon de Gloire se fend d’un cantique d’une flagornerie finalement assez répandue à l’époque.

Pendant neuf ans, de toutes parts retentit un concert de louanges à la gloire de saint Napoléon et de l’empereur, lequel se trouve pratiquement déifié, comme dans l’œuvre d’Antoine Aubert datée de 1812 représentée ci-dessous. 

Napoleon-divin
« Astre brillant, immense, il éclaire, il féconde, Et seul fait à son grès tous les destins du monde ». Antoine Aubert

Même pendant les Cents jours, il se trouvera quelqu’un, resté d’ailleurs prudemment anonyme des fois que les Bourbons reviennent, pour écrire une sidérante Épître selon saint Napoléon.

Avec la Seconde Restauration, le culte napoléonien se fait clandestin et trouve d’autres moyens d’expressions (gravures ambigües, cannes séditieuses). Les survivants de la Grande Armée, démobilisés, entretiennent partout le souvenir de l’Empereur et dès 1823, Las Casas donne une image exemplaire de Napoléon dans son Mémorial de Sainte-Hélène. Cinq ans plus tard,  malgré la censure, Béranger présente dans Souvenirs du peuple un empereur proche du peuple et révéré de tous à l’égal d’un saint dont on conserve les reliques :

Bien, dit-on qu’il nous ait nui,
Le peuple encor le révère,
Oui, le révère.

[…]

Il part ; et comme un trésor
J’ai depuis gardé son verre.
Gardé son verre.
– Vous l’avez encor, grand’mère !
Vous l’avez encor !

 

Couplets

Sous la Monarchie de Juillet, la saint Napoléon revient à l’honneur, parmi les anciens soldats bonapartistes ralliés à Louis-Philippe. En témoigent les Couplets chantés dans une réunion d’anciens militaires pour fêter le Saint-Napoléon, 1834 (ci-contre). En 1840 a lieu le retour des cendres. La même année, Horace Vernet  livre au graveur bonapartiste Jean-Pierre Jazet un tableau destiné à être gravé, représentant Napoléon sortant de son tombeau,  allégorie de la résurrection du nouveau messie. L’image aura un grand succès. Localement, les élites bonapartistes réintroduisent  la fête qu’avait supprimé l’ordonnance royale du 16 juillet 1814. Ainsi fait en 1845 Jean Jaubert, maire Moulins-Engilbert, dans le Nivernais.

Après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte impose de nouveau le 15 août comme fête nationale en hommage à son grand oncle et comme ciment unificateur du Second Empire. Il est vrai que les Français étaient mûrs pour l’accepter, puisque dès le 15 août 1850, le prince-président de passage à Lyon reçoit ce touchant « compliment  d’une députation des Ecoles primaires »

C’est aujourd’hui saint Napoléon. Les Ecoles mutuelles de Lyon saluent le Président dé la République et souhaitent une bonne fête au neveu du grand empereur.

De nombreux documents datant des années 1850 et 1860 lient le 15 août à l’empereur et sa famille.

Famille-Napoleon3

Après la défaite de Sedan et la mort de Napoléon III, c’est encore un signe de ralliement pour les partisans de l’Empire qui viennent célébrer la fête du 15 août à Camden, en l’honneur du Prince Impérial et en 1882 la châtelaine de Rocquencourt dont la fille épouse le général Michel Napoléon Ney, 3e duc d’Elchingen, offre un vitrail représentant saint Napoléon à l’église Saint-Germain du Chesnay. Cependant, hors des milieux bonapartistes, ce saint et sa fête  semblent tomber dans l’oubli.Le 15 août redevient alors à part entière la fête de l’Assomption et le 14 juillet notre fête nationale.

Quelques douments disponibles sur Gallica

Je vous invite à découvrir les résutats de mes recherches dans Gallica avec les mots suivants dans le champ titre :

« saint napoleon »

15 aout empereur

« fete de l’empereur »

Vous serez édifiés par le contenu de la plupart des documents trouvés.

Bibliographie succincte

Saint-NapoSudhir Hazareesing, La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, traduit de l’anglais par Guillaume Villeneuve, Paris, Tallandier, 2007. Vous trouverez plusieurs présentation de cet ouvrage sur la sites suivants : France culture ; Napoléon prisonnier ; Lavie des idées.

Jean Lucas-Dubreton, Le Culte de Napoléon. 1815-1846, Paris, Albin Michel, 1960.

Napoléon. Le Retour des cendres. Mort et Résurrection, catalogue de l’exposition du Musée de la Malmaison, Courbevoie, Musée Roybet-Fould, 1990.

Vincent Petit « Religion du souverain, souverain de la religion : l’invention de saint Napoléon », Revue historique 3/2012 (n° 663), p. 643-658. En ligne sur Cairn.

Bernard Richard « La Saint-Napoléon à Joigny (quand on célébrait la fête nationale le 15 août) », Napoleonica. La Revue 3/2011 (N° 12), p. 98-125. En ligne sur Cairn

Claude Van Hoorebeeck. La Saint-Napoléon et ses représentations. Editions de l’Hayette, 2012.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (8) Figures ambigües et jeux d’ombres

En complément de ma chronique sur les caricatures de Napoléon, je voudrais m’intéresser ici à ces images si particulières que sont les figures ambigües.  Mais en fait, le site Figures ambigües consacre déjà un long article à cette question. Que puis-je y ajouter ? Simplement qu’il ne faut pas se limiter à ce seul texte, mais explorer ce site où vous trouverez d »autres images de Buonaparte ici et .

Une bonne part les images présentées sont des allusions postérieures à la chute de Napoléon. On se situe dans le souvenir, le regret et aussi dans l’opposition aux Bourbons. C’est notamment le cas des pions séditieux dont l’ombre présente la silhouette de l’empereur. Les cannes napoléoniennes dont les pommeaux ont la même particularité font l’objet de plusieurs articles sur le site du Centre de recherche sur la canne et le bâton :

Jeux d’ombres des-pommeaux de cannes… politiques

Napoléon révélé par une pomme de canne

Quand la police cherchait des cannes napoleoniennes

Vous trouverez plusieurs exemples de ces deux types d’objets dans la collection François Binétruy.

Nous passons de la caricature au culte napoléonien tel qu’il s’est transformé dans la clandestinité sous la Restauration, culte qui est lui-même un avatar du culte impérial mis en place à partir de 1804 et auquel je m’intéresserai prochainement.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (7) Uchronies orientales

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’empereur. Il est vrai qu’avant de se faire sacrer à Notre Dame, Bonaparte fut Premier Consul et, avant cela encore, général victorieux de la Révolution. Victorieux, vraiment ? Parmi ses campagnes, celle d’Egypte conduit aux atrocités de Jaffa et à l’échec devant Saint-Jean-d’Acre de sorte que, malgré sa victoire à la bataille terrestre d’Aboukir, le général Bonaparte juge préférable de regagner la France, abandonnant au général Kléber le soin de tenir le pays avec une armée épuisée. Bref, le bilan de la campagne d’Egypte n’est pas, finalement, des plus reluisants pour le petit caporal.

Certes l’Institut d’Égypte est créé ainsi qu’une une revue scientifique, la Décade égyptienne, et l‘égyptologie et l’égyptomanie vont se développer avec la redécouverte de la civilisation pharaonique dans le sillage des travaux de Champollion et de Vivant Denon. Cependant, celui qui entretemps s’est proclamé empereur et a ravagé l’Europe d’Austerlitz à Moscou, garde au soir de sa vie le souvenir de ce fiasco militaire, alors qu’il nourrissait les ambitions d’Alexandre:

Saint-Jean-d’Acre lui ouvrirait les portes de la Perse, puis de l’Inde où il joindrait ses forces à celles Tippoo Sahib, un prince indien en rébellion contre les Anglais. Un message adressé par lui à Tippoo Sahib intercepté par les services britanniques avait d’ailleurs jeté l’alarme dans leur camp. Cette lettre les inquiétait d’autant plus qu’un de leurs agents à Francfort avait su, par les indiscrétions d’un Français, un certain Foujas de Saint-Fond, que l’expédition de Bonaparte consistait, « après avoir pris possession de certaines parties de l’Égypte, à poursuivre par l’Arabie, vers la Perse et l’Indus, à travers le fleuve, à peu près à l’endroit où Alexandre l’avait passé, et ensuite à avancer vers les possessions britanniques »

[…]

Il reviendra sur ce rêve fracassé, à Sainte-Hélène, confiant à Las Cases : « Saint-Jean-d’Acre enlevé, l’armée française volait à Damas et à Alep. Elle eût été en un clin d’oeil sur l’Euphrate… J’aurais atteint Constantinople et les Indes, j’eusse changé la face du monde. » Malheureusement, Saint-Jean-d’Acre, par sa résistance, stoppe ce rêve : « Un grain de sable arrêta ma destinée. »(1)

Ces rêves orientaux ont nourris les œuvres des auteurs d’uchronies depuis la chute de l’Empire, à commencer par Joseph Méry, auteur de la deuxième uchronie napoléonienne connue(2). Il s’agit d’une nouvelle  intitulée « Histoire de ce qui n’est pas arrivé », récit de la conquête de l’Orient par Bonaparte après la chute de la tour maudite de Saint-Jean-d’Acre, publiée initialement dans Les Nuits d’Orient : contes nocturnes en 1854(3).

Parue entre 2006 et 2009, la série Empire de Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey appartient à cette tradition uchronique, puisqu’elle décrit un monde où, victorieux à Saint Jean D’Acre, Bonaparte a conquis l’Empire Ottoman et s’est lancé à la conquête des Indes. En 1815, alors que les Anglais enregistrent leurs premiers succès, les espions français Saint-Elme et Charles Nodier partent à la recherche du général fantôme responsable de ces désastres. Ils trouveront sur leur route Lady Shelley et une mystérieuse machine à cartes perforées…

L’épisode égyptien imprègne le monde de « L’Apopis républicain », nouvelle d’Ugo Bellagamba,

qui décrit la découverte sur Titan d’un observatoire que certains croient d’origine divine et d’autres de facture extraterrestre. Mais les Francs-Maçons prévoient de renverser Cyprien II Bonaparte et de tuer son fils, l’Aiglon, chef de l’expédition vers le satellite de Saturne dans cet univers où la religion égyptienne a permis à la dynastie napoléonienne de garder le pouvoir(4).

Appartient également à ces uchronies orientales la création supposée d’un foyer juif par le général Bonaparte plus de cent ans avant Lord Balfour. A l’origine de cette légende incertaine, une déclaration dont il serait soi-disant l’auteur, mentionnée dans le Moniteur Universel de Paris, à la date du 22 mai 1799, dans laquelle il invite tous les juifs de l’Asie et de l’Afrique à se ranger sous sa bannière en vue de rétablir l’ancienne Jérusalem. Des doutes  demeurent cependant sur le véritable auteur de ce texte dont une copie en allemand a été redécouverte en 1940. Je vous renvoie sur ce sujet à l’article de  Renée Neher-Bernheim(5).

__________

(1) Jean-Marie Rouart. Napoléon ou la destinée. Gallimard, 2012. Cité par Le Point.

(2) La première étant celle de Louis-Napoléon Geoffroy dont je vous ai déjà dit un mot dans une précédente chronique

(3) Cet ouvrage est disponible sur Gallica. L’édition de 1859 se trouve sur Gallica et Google. Récemment, la nouvelle a été rééditée sous format électronique par publie.net avec une préface de Philippe Ethuin. Fondateur du site ArchéoSF, chroniqueur à la revue Galaxies Science-Fiction et au site ActuSF et contributeur au site BDFI, ce dernier s’intéresse particulièrement à l’anticipation ancienne et à la littérature populaire : collaborateur de la revue Le Rocambole, membre de l’Association des Amis du Roman Populaire et administrateur du forum À propos de littérature populaire (cf. le site Babelio)

(4) Cf. Pierre-Paul Durastanti. La nouvelle a été initialement publiée dans Aventures Lointaines avant de paraître dans La cité du soleil et autres récits héliotropes.

(5) Cf. Renée Neher-Bernheim. « Bonaparte en Orient », in L’Arche, n° 153, novembre-décembre 2009. Disponible sur le site Israël vivra.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (6) Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?

(Dernière mise à jour : 19/09/2012)

Dans une avant-critique parue dans le Livres hebdo n° 909 (11 mai 2012), Laurent Lemire nous présente un ouvrage du logicien, économiste et théologien anglican Richard Wathely (1787-1863) intitulé Peut-on prouver l’existence de Napoléon ? Ce livre doit paraître le 6 juin prochain aux éditions Vendémiaire dans la traduction de 1835 et vous pouvez en écouter un extrait sur YoutubeLe texte original, publié en 1828 sous le titre Historic Doubts relative to Napoleon Bonaparte est accessible sur Google livres en plusieurs exemplaires (exemplaire 1 ; exemplaire 2) et sur le site du projet Gutenberg.

Voici le résumé qu’il en est fait

dans la base Electre :

En réponse à la remise en question historique des évangiles, l’auteur met en doute l’existence de Napoléon. Au-delà du pamphlet irrévérencieux et satirique, ce texte engage aussi à une réflexion sur l’histoire, la propagande, la vérité et les moyens de vérifier l’information, ce qui est toujours un sujet d’actualité.
sur le site My Boox :

« Quant aux personnes qui font profession d’avoir personnellement connu Napoléon Bonaparte, et d’avoir été les témoins oculaires de ses principales actions, ce n’est pas pour elles que nous écrivons. S’il en existe qui aient la conviction intime de la vérité de tout ce qu’elles avancent, nous n’avons qu’à les exhorter à la tolérance et à la charité envers ceux de leurs semblables qui n’ont pas les mêmes moyens de s’assurer de la vérité, et qui sont bien excusables de douter d’événements aussi extraordinaires dans l’absence de preuves irrécusables »… Toute l’épopée napoléonienne passée au crible de l’irrévérence et de la satire. Un pamphlet qui s’inscrit évidemment, d’abord, dans l’affrontement national entre les deux grandes puissances qu’ont dressées l’une contre l’autre les guerres de l’Empire. Mais ce texte est aussi, au-delà, une réflexion sur la vérité en histoire, sur la mémoire et la rumeur, sur la propagande et les doctrines officielles, sur ce que l’on croit savoir et les moyens que l’on a de le vérifier, sur les stratégies de communication des États et la tyrannie de l’information obligée… Au fil d’un texte savoureux, une réflexion politique d’une grande actualité : les pages sur la disparition providentielle d’un ennemi que l’on a inventé de toutes pièces sont d’une troublante modernité.

Il me tarde de pouvoir lire ce livre dont le propos me rappelle quelque peu le pamphlet antimythiste de Jean-Baptiste Pérès paru en 1835, l’année même de la parution en France de l’ouvrage de Richard Wathely. S’agit-il d’une simple coïncidence ?  Sans doute, car Pérès avait conçu l’idée de son Grand erratum en 1827.Cependant un certain flou semble régner au sujet de la première édition des Historic Doubts, car si j’en crois l’extrait d’article ci-dessous paru dans Du canular dans l’art et la littérature et quelques autres sources comme Wikisource, cet ouvrage est d’abord paru en 1819 :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.

 

Biographies

 

Sur les sites

Wikipedia

Assemblée nationale

Hérodote

1789-1815

Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale

Wars175x

 Ouvrages récents

Philippe Arnould. Pichegru, général en chef de la République : imposture et trahison. Paris : Les impliqués, 2014.

Henri Lambert. Accusé Pichegru, levez-vous ! : gloire et misère d’un grand soldat. Bordeaux : les Dossiers d’Aquitaine, 2004. Partiellement consultable sur Google livres.

Bernard Saugier. Pichegru : de la gloire de la Hollande à la prison du temple. Stasbourg : Coprur, 1995.

 Biographies anciennes

Histoire du General Pichegru : précédée d’une notice sur sa vie. Paris : Barba, 1802.

« Pichegru (Charles) », in François-Xavier Feller,François Marie Pérennès, Jean Baptiste Pérennès. Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, , tome 10.  Paris : Gauthier frères, 1834. Consultable sur Google livres.

Ne pas oublier les deux chroniques que lui consacre Ernest Girard dans ses Chroniques arboisiennes.

 

Sources iconographiques

 

De la gloire au cachot : principaux épisodes

 La campagne de Hollande et la capture de la flotte hollandaise

Le grand épisode de la campagne de Hollande est la capture de la flotte hollandaise au Helder près de île de Texel (23 janvier 1795), glorifié par représentations iconographiques. Le souvenir en subsiste dans cet extrait de La Chamborant, marche du 2e Hussard (plus d’info ici) :

Fils de ceux dont les grands sabres frappent,

Bousculant les rangs de l’ennemi,

Des héros d’Austerlitz, de Jemmapes,

Friedland et Valmy,

Des houzards qui chargeant botte à botte,

Au Texel au milieu des glaçons

La cernant, virent toute une flotte

Baisser pavillon

La « trahison » de Pichegru

 G. Caudrillier. La trahison de Pichegru et les intrigues royalistes dans l’est avant fructidor. Paris, 1908. Disponible sur Gallica.

H. Bourdeau. Pichegru a-t-il trahi à Mannheim ? (septembre 1795). Paris, 1909. Disponible sur Gallica.

La déportation en Guyane et l’évasion vers l’Angleterre

[A compléter]

De sa participation au complot de Cadoudal à son suicide

Hippolyte Treille. La Vérité dévoilée par le temps, ou le Vrai dénonciateur du général Pichegru signalé. Paris, 1805. Disponible sur Gallica.

Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul ; recueilli par des sténographes. (27 pluviôse-4 messidor). Paris, 1804. 8 vol. 4 Tomes 1, 2, 4 et 6 disponibles sur Google livres.

Augustin Charles Guichard. Procès célèbres de la révolution; ou, Tableau historique de plusieurs procès. Paris, 1814. 2 vol. Disponible sur Google livres.

C. M. Pierret. Pichegru, son procès et son suicide. Paris, 1825. Disponible sur Google livres.

Léonce Grasilier. Par qui fut livré le général Pichegru : d’après des documents entièrement inédits. Paris, 1906. Disponible sur Gallica.

Frédéric Barbey. La mort de Pichegru. Paris : Perrin, 1909. Disponible sur Archive.org.

Le souvenir de Pichegru au temps de la Restauration et après

Charles Nodier se fit un ardent défenseur de son compatriote franc-comtois (cf. Souvenirs et portraits. Paris : Eugène Renduel, 1833. Disponible sur Google livres) non sans susciter les critiques de ses contemporains comme  on le voit chez Sainte-Beuve ou dans cette réaction d’un lecteur du Globe en 1826, à la fin de la Restauration , période pourtant très favorable au souvenir de Pichegru.

De ce regain de notoriété attestent les statues élevées à Besançon et à Lons-le-Saunier.

De Pichegru et de sa statue, ou recueil de renseignements relatifs à la vie privée, militaire et politique de ce Gal ; avec des notes historiques et biographiques concernant les souscriptions ouvertes en son honneur…: Par une société de souscripteurs et de gens de lettres. Impriemerie de Sétier, 1828.

Infos complémentaires sur ce monument érigé entre 1826 et 1828 sur la base Mérimée.

Sur sa dernière demeure, voir ce billet du site de Tombes-sepultures.com.

En 1911, Georges Denola tourne un film Pathé  intitulé Bonaparte et Pichegru. Plus d’information.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (5) Itinéraire(s)

G. Lenotre, dans ses croquis de l’épopée, débute ainsi sa chronique intitulée « L’art de vérifier les dates » :

Dépouillant la correspondance de l’Empereur, imprimée ou encore inédite, les papiers de la secrétairerie d’Etat, le publication de Chuquet, d’Henry Houssaye, de Frédéric Masson, d’Albert Vandal, les registres de la guerre, le Moniteur, le Journal de l’Empire, les bulletins de l’armée, les Mémoires des contemporains, cent et cent autres dcuments, M. Albert Schuermans est parvenu à dresser sous le titre de l’Itinéraire général de Napoléon Ier, un « calendar », du 15 août 1769 au 5 mai 1821, indiquant pour chaque date – sauf, bien entendu, les lacunes obligées des premières années – l’endroit où se trouvait le grand homme et ce qu’il faisait ce jour là.

L’ouvrage dont il est question est paru chez A. Picard en 1908 et a fait l’objet d’un seconde édition chez Jouve en 1911. Toutes deux sont disponibles sur Archive.org, Préfacé par Henry Houssaye, l’ouvrage a été couronné́ par l’Acacdémie française (Prix Thérouanne). De son auteur, je n’ai pu trouvé qu’un seul autre livre, sur lequel je reviendrai bientôt. Il semble que son Itinéraire a été son grand-œuvre.

Une première tentative de ce genre peut être signalée dès 1842, sous la plume de Charles Dolly : Itinéraire de Napoléon Bonaparte depuis son départ de Corse jusqu’à son arrivée à Longwood, recueilli d’après sa correspondance et les documents authentiques, accessible sur Google livres et sur Archive.org.  Il ne s’agit encore que d’un mince ouvrage de 43 pages.

En 1845,  le cartographe et essayiste Aristide-Michel Perrot (1793-1879) publie à son tour un Itinéraire général de Napoléon, chronologie du Consulat et de l’Empire, indiquant jour par jour, pendant toute sa vie, le lieu où était Napoléon, ce qu’il a fait et les évènement les plus remarquables qui se rattachent à son histoire ; suivi d’un dictionnaire géographique napoléonien, contenant tous les lieux parcourus par Napoléon. Cet ouvrage, disponible sur Google livres, est loin d’être le seul publié par cet auteur. C’est quand même une somme de 567 pages.

Après Albert Schuermans, Louis Garros (19..-1975) fait paraître en 1947 « Quel roman que ma vie ! » : itinéraire de Napoléon Bonaparte. En 1992, Jean Tulard reprend et enrichit cet ouvrage sous le titre Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821, Une édition revue et corrigée de 665 pages en a été donnée en 2002. Voir à ce propos l’article de Josiane Bourguet-Rouveyre dans le n° 342 des Annales historiques de la Révolution française, consultable sur Revues.org.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoleon (4) Anecdotes

Je suis en train de lire Napoléon, croquis de l’épopée de G. Lenotre. Ce prolifique historien (cf. sa bibliographie réalisée par Georges Fenoglio Le Goff) a sévi entre la guerre franco-prussienne et la Seconde Guerre mondiale. Grand compilateur de sources, il a pu s’attirer ce trait peu amène d’un  de ses contemporains : « Après tout, que fait-il ? Il prend du tien, il prend du mien et il signe Lenotre… » (cf. article de Pierre Assouline, « La peste soit de Roth », daté du 29 décembre 2010). Cela ne l’empêcha pas d’être élu in extremis à l’Académie français, où il n’eut pas le loisir de siéger, étant rattrapé par la grande faucheuse.

Comme ce sera le cas d’Alain Decaux ou d’André Castelot, sa conception de l’histoire est avant tout basée sur l’anecdote. Ce n’est pas vraiment celle que j’ai apprise lors de mes lointaines études. Pourtant, il me faut bien reconnaître que je lis sans déplaisir ces chroniques qui apportent sur certains événements bien connus un éclairage insolite.

Connaissez-vous Marianne Peusol, malheureuse victime de l’attentat de la rue Saint-Nicaise ? Si tel n’est pas le cas, vous pouvez lire la chronique de G. Lenotre la concernant sur le site de Jean-Paul Doucet.

Savez vous dans quelles conditions s’effectua  le referendum de floréal an X où Napoléon Bonaparte fut confirmé comme consul à vie ? Pour commencer, imaginez qu’à l’époque, il n’existait pas d’isoloirs et qu’au greffe de chacun des tribunaux, deux registres étaient déposés : l’un était destiné à recevoir les signatures des électeurs partisans de la nouvelle mesure ; sur l’autre devaient écrire leurs noms ceux qui la repoussaient. Le plus surprenant est que malgré tout, il se trouva des citoyens pour réclamer le registre des opposants, et que, si 3 568 885 d’électeurs se déclarèrent favorables à la mesure, il y eut quand même 8 374 courageux pour dire non.

Sur l’élection de Napoléon à l’Institut le 25 décembre 1797 (5 nivôse an VI), vous aurez des détails sur le site de Henri Cabannes.

Comme d’autre part G. Lenotre cite souvent quelles sont ses sources, cela m’incite à partir à leur recherche. J’y reviendrai ultérieurement.

Il va sans dire que G. Lenotre n’a pas inauguré la série des recueils d’anecdotes sur Napoleon. En attendant une liste plus étendue, voici deux ouvrages ouvrages de deux de ses contemporains :

Napoléoniana, ou recueil d’anecdotes, saillies, bons mots, reparties, etc., etc., pour servir à l’histoire de la vie de Buonaparte (1814) par Charles Malo,ouvrage qui tient plutôt du pamphlet, étant écrit par un partisan des Bourbons.

Bonapartiana, ou Recueil choisi d’anecdotes, de traits sublimes, de bons mots, de saillies, de pensées ingénieuses, de réflexions profondes de Napoléon Bonaparte (1831) par Charles-Yves Cousin d’Avallon,grand spécialiste de ce genre d’écrits, dont l’ouvrage est nettement plus favorable à l’ex-empereur.

Chronique mise à jour le 27 février 2013.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (3) Bibliographie(s)

Bibliographies napoléoniennes générales récentes

Il s’est écrit plus de livres sur Napoléon que de jours écoulés depuis sa mort, affirme l’historien Jean Tulard qui a du reste contribué à cette production éditoriale pléthorique (voir sa notice dans Wikipedia).

Est parue dernièrement aux éditions Cléa une Bibliographie napoléonnienne réalisée par Roger Martin et Alain Pigeard et qui référence près de 10 000 titres et comporte

un classement général permettant de voir d’un seul coup d’œil tous les thèmes abordés,

un classement alphabétique de tous les auteurs avec le nom, prénom et références de l’ouvrage (éditeur, pagination, etc…),

un classement thématique permettant de retrouver rapidement tous les ouvrages sur le thème recherché,

un index alphabétique permettant de retrouver son thème de recherche et qui renvoie aux pages correspondantes.

Vous trouverez plus d’informations sur cet ouvrage sur le site Bibliothèque Empire.

Le site Napoléon Bonaparte propose quant à lui, outre une liste de sources, une bibliographie réalisée en collaboration avec Chapitre.com et comportant plus de 400 ouvrages listés en ordre alphabétique des auteurs.

 

Bibliographies napoléoniennes générales du XIXe et du début du XXe siècle

Faisons maintenant un saut dans le temps et voyons quelques tentatives antérieures.

En 1854, Eduard Maria Oettinger avait proposé une bibliographie déjà abondante sur Napoléon dans le tome 2 de sa Bibliographie biographique universelle disponible sur Google livres. Le classement semble plus ou moins suivre l’ordre chronologique de la période étudié, mais sa consultation est mal commode.

Dans le volume 27 de sa Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus reculés parue en 1863 et disponible sur Google livres, Hoefer écrit au début de la bibliographie jointe à une longue « Biographie de Napoléon, de sa dynastie et des membres de la famille Bonaparte » :

La bibliographie napoléonienne est si étendue qu’on ne saurait espérer de l’avoir complète. Napoléon a beaucoup écrit ; les ouvrages qui lui ont été attribués sont à leur tour assez nombreux; mais ce qui n’est pas encore entièrement connu et dépasse déjà toute imagination, c’est l’amas de livres composés dans les diverses langues du genre humain sur Napoléon Bonaparte, ses opérations militaires, ses institutions civiles, son caractère, son gouvernement, etc. Obligé par les limites toutes biographiques de cette notice de nous en tenir à ce qui concerne l’homme lui-même et sa part personnelle d’action dans l’œuvre générale de son temps, nous allons donner ci-après une liste des écrits authentiques de Napoléon et de ceux qui lui ont été attribués. Quant a tous les ouvrages qui ont été publiés à son sujet, nous n’en ferons qu’un choix et un choix assez restreint; nous tâcherons toutefois de ne laisser en dehors de nos indications aucun livre d’une réelle importance ; nous donnerons même quelques-uns de ces écrits qui ne sont pas tous, il est vrai, rccommandables pour la plénitude et la sûreté de leurs renseignements, mais qui ont du moins l’avantage de représenter, plus particulièrement, les opinions, les théories, les systèmes dont la, vie et l’œuvre de Napoléon ont été le sujet ou le prétexte ; à ce titre, nous ne négligerons même pas de citer quelques pamphlets.

Les ouvrages répertoriés y sont classés selon les thèmes annoncés avec une première distinction entre ceux dont Napoléon est l’auteur au moins supposé (écrits de la jeunesse, ceux écrits depuis les premières campagnes d’Italie jusqu’en 1815, dictées de Sainte-Hélène, recueils divers des écrits de Napoléon, œuvres apocryphes) et ceux qui lui sont consacrés (biographies, histoires générales, histoires particulières, pamphlets, théories).

Viennent ensuite deux sommes du début du XXe siècle :

Biblographie du temps de Napoléon par Friedich Max Kircheisen, initialement parue en allemand en deux volumes parus en 1908 et 1912, et rapidement traduite en anglais et en français, les éditions dans ces trois langues étant disponible sur Archive.org ; la biblographie en allemand ayant été rééditée en 1977

Bibliographie napoléonienne française jusqu’en 1908 par Gustave Davois, dont les trois volumes parus entre 1909 et 1911 sont accessibles sur Archives.org

 

Bibliographies napoléonienne thématiques

Sur la jeunesse de Napoléon, voir la bibliographie commentée proposée par le site Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale.

Sur les hommes de Napoléon, voir le site Les monuments de l’Empire et celui de Thierry Pouliquen.

Sur les mémoires, sources importantes pour l’histoire de cette période, voir l’importante section que lui consacre Literature.on the Age of Napoleon.

Sur la bataille de Waterloo, voir la bibliographie chronologique (française, anglaise et belge) du site Champ de bataille de Waterloo.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Le 8 juillet dernier, j’avais consacré une chronique aux caricatures de l’ogre de Corse. En voici une nouvelle, portant cette fois sur deux ouvrages parus au début de la Monarchie de Juillet. D’autres suivront, tant notre premier empereur offre une matière quasi-inépuisable.

La première uchronie napoléonienne

L’uchronie est un récit imaginaire basé sur une évolution alternative de l’Histoire. Si  Louis-Napoléon Geoffroy-Château (1803-1858) n’a pas inventé le mot – le philosophe Renouvier s’en chargera vingt plus tard – ni même l’idée – voir Pascal et son nez de Cléopatre ou Tite-Live imaginant Alexandre le Grand en Italie -, il est le fondateur de ce genre littéraire, avec le roman Napoléon et la conquête du monde: 1812 à 1832. Dans cet ouvrage, l’empereur, loin d’être vaincu en Russie,étend avec succès ses conquêtes au monde entier. Pourtant, cela ne l’empêche pas d’avoir une aversion « incompréhensible »… pour l’île de Saint-Hélène (voir l’extrait reproduit sur le blog Et si…).

Ce roman est non seulement la première uchronie proprement dite, mais aussi la première uchronie napoléonnenne, Napoléon et son règne ayant inspiré mille variations aux auteurs du genre : voir quelques références proposées par le Guichet du avoir et le site Napoleon & Empire.

Sur Louis-Napoléon Geoffroy-Château, je vous renvoie au Corpus étampois, lequel est plus bavard sur son père que sur lui.

Sur son ouvrage, voici quelques références glanées au Guichet du avoir :

  •  Eric Henriet. L’uchronie. Paris : Klincksieck, 2009

  •  Eric Henriet. L’histoire revisitée, panorama de l’uchronie sous toutes ses formes. 2e éd. revue et augmentée . Paris : les Belles lettres, 2004. La 1ère édition est de 1999.

  •  Jacques Van Herp. Napoléon et l’uchronie. Bruxelles : Recto-Verso, 1993

  • Pierre Versin. Encyclopédie de l’Utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction. Lausanne : L’Age d’homme, 1984

Voir aussi le dossier Uchronie du Cafard cosmique ou le site La porte des mondes.

Editions successives :

  • Napoléon et la conquête du monde, 1812-1832, histoire de la monarchie universelle. Ed. H.-L. Delloye, 1836. Disponible dans Gallica.

  • Napoléon apocryphe, histoire de la conquête du monde et de la monarchie universelle, 1812-1832. Ed. Paulin, 1841. Disponible sur Gallica et Google livres.

  • Napoléon et la conquête du monde, 1812-1832, histoire de la monarchie universelle. J. Bry, 1851.

  • Napoléon apocryphe 1812-1832. Histoire de la conquête du monde et de la monarchie universelle, nouvelle édition précédée d’une préface de Jules Richard. Ed. La Librairie Illustrée, 1896.

  • Histoire de la Monarchie universelle: Napoléon et la conquête du monde (1812-1832), Tallandier, 1983. En appendice… « Comme quoi Napoléon n’a jamais existé », par Jean-Baptiste Pérès. 

  • Napoléon apocryphe, 1812-1832 : histoire de la conquête du monde & de la monarchie universelle, Monein, Éd. PyréMonde, 2007. 

  • Napoléon apocryphe : 1812-1832, préface de Thierry Lentz, Paris, Éd. le Manuscrit, 2009

Un pamphlet anti-mythiste

En 1835, Jean-Baptiste Pérès (1752-1840), bibliothécaire de la ville d’Agen, publie anonymement Comme quoi Napoléon n’a jamais existé ou Grand erratum, source d’un nombre infini d’errata à noter dans l’histoire du XIXe siècle. L’auteur serait-il fou ? Pas vraiment. Son propos n’est pas d’écrire une histoire révisionniste, mais de ridiculiser les thèses mythistes de Charles-François Dupuis.

En effet, en 1794 et 1798, ce dernier a fait paraître deux ouvrages, Origine de tous les Cultes, ou la Religion universelle et Abrégé de l’Origine de tous les Cultes, plusieurs fois réédités au cours des décennies suivantes. Il entendait y démontrer que le Christ n’avait jamais existé et qu’il s’agissait en fait d’un autre nom pour le soleil (cf. Wikisource).

Voici les circonstances qui ont amené à la rédaction de ce délirant opuscul.

Selon les auteurs de La littérature française contemporaine, tome 5,1854 (cf. Google livres),

M. Pérès, se trouvant à la campagne chez un de ses amis.y rencontra un jeune étudiant, partisan effréné de Dupuis et de ses systèmes. M. Pérès chercha à le convaincre de l’inanité des démonstrations de Dupuis, et il fnit par lui offrir de lui prouver en suivant la même méthode que Napoléon n’a jamais existé. L’offre fut acceptée. M. Pérès se mit à l’œuvre, et au bout de quelques jours il lut à son adversaire le charmant petit écrit que vous savez. On s’en amusa beaucoup, et M. Pérès le laissa imprimer à Agen. Depuis, M. MoNNOT.et, plus tard, M. P. Bohel, qui y ajouta une petite préface signée P. B., en donnèrent à Paris des èdilions avec la permission de l’auteur. C’est à tort que nous avons mis le livre au nom de M. P. Borel.

Selon un correspondand du Bulletin de l’Alliance des arts, dirigé par Paul Lacroix, alias bibliophile Jacob (cf. Google livres)

Agen, 20 mars 1845.

Monsieur le rédacteur,

Permettez-moi de consacrer quelques lignes à la mémoire de M. Pérès, bibliothécaire de cette ville pendant quinze ans.

« Il avait publié sous le voile de l’anonyme, «en 1827, dit la Biographie universelle, « tome LXXVI, page 438, une brochure assez piquante, intitulée : Comme quoi Napoléon n’a jamais existé » (l).

Cette indication, sans aucun détail, est une énigme pour ceux qui n’ont pas Iu l’opuscule en question, lequel ne fut imprimé qu’en 1835. Il est vrai qu’il en conçut l’idée en 1827. — Il étail à Auch, chez M.de Lascours, préfet du Gers, en qualité de précepteur de son fils. Un jour qu’il se promenait avec un sien ami, devisant de choses et autres, de religion surtout, celui-ci lui dit : « Je viens de lire un ouvrage qui m’a singulièrement frappé, sans cependant ébranler en rien mes convictions; c’est celui du citoyen Dupuis, l’Origine des Cultes. Savez vous bien qu’il sape toutes les croyances, et principalement le christianisme? — Ah ! répond H. Pérès, il faut bien se garder des séductions de ces rapprochements ; les fables du paganisme sont essentiellement élastiques, elles se prêtent facilement à toutes les combinaisons. Les choses même les plus étranges pourraient, à leur aide, se prouver d’une manière irréfragable. » Les deux amis se séparent, et à huit jours de là, notre savant oratorien va trouver ce même ami, et lui dit sans préambule : « Napoléon n’a jamais existé… » Celui-ci était habitué aux idées excentriques qui traversaient la tète du père Pérès, aussi rapides que les météores ignés traversent l’espace; mais cette idée, lancée à brûle-pourpoint, lui parut trop forte; il s’étonne, et ne peut s’empêcher de rire. « Riez tant que vous voudrez, repartit M. Pérès, puis écoutez-moi. » Il lui donna les preuves que vous connaissez, et promit de les livrer à l’impression ; ce qui n’eut lieu qu’au bout de huit ans.

Le véritable titre de la brochure de M. Pérès est : Grand erratum, source d’un nombre infini d’errata, titre encore plus énigmatiqueque le premier. Aussi l’éditeur, ou plutôt l’auteur nous dit dans sa postface, qu’il faudrait l’intituler le Nouveau Dupuis, ou l’Imagination se jouant de la Vérité.

Cet opuscule est un joli in-32 de 45 pages, sorti des presses de M. Noubel, en 1835.

Agréez, etc.

Pr Placelet,
Bibliothécaire d’Agen.

(1 ) C’est sous ce litre que l’opuscule a paru dans plusieurs journaux de Paris et des départements. (Note du rédacteur.)


Si les milieux catholiques accueillent favorablement l’opuscule, les rationalistes s’indignent d’une « facétie à la portée des intelligences les plus vulgaires » et défendent les théories mythistes (cf. Miron dans Le Rationaliste du 18 septembre 1864 sur Google livres)

Editions anciennes disponibles sur internet

Autres anciennes édtions non disponibles sur internet : 1849, 1863, 1864, 1865, 1877

Editions en d’autres langues

  • Henry Ridgely Evans, The Napoleon myth, contenant un reprint du Grand erratum, avec une introduction par Paul Carus, Chicago, 1905.

Edition récentes :

  • Jean-Baptiste Pérès / Michel Ohl,  Comme quoi Napoléon n’a jamais existé suivi de L’Affaire Louis XVII, Bordeaux : Schéol, 1981.

  • Pour l’édition de 1983, voir plus haut.

  • Jean-Baptiste Pérès / Leonardo Sciascia, Le grand erratum, suivi de Jette le masque, Bonaparte !. Grenoble : Cent pages, 2003.

Voir aussi l’ouvrage de Richard Wathely, Historic Doubts relative to Napoleon Bonaparte, qui a peut-être inspiré Jean-Baptiste Pérès, et l’article concernant le Grand erratum dans  Du canular dans l’art et la littérature.

Dernière mise à jour : 20 septembre 2012

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts