Archives de catégorie : Napoleoniana

Chroniques sur divers aspects de notre premier empereur

Napoléon (13) Le coup d’état du général Malet (23 octobre 1812)

Le brave Malet dont je viens de parler, ancien républicain, avait depuis plusieurs années cherché à conspirer contre le despotisme impérial ; c’est même à cette occasion qu’au mois de juillet 1808, Bonaparte crut pouvoir m’envelopper, avec quelques amis, dans une accusation capitale. […]. Malet, enfermé depuis avec des royalistes, sembla donner leur couleur à son audacieux coup de main [d’octobre 1812] ; mais, au tribunal où il fut interpellé par le président : « Le défenseur des droits de son pays, » répondit-il, « n’a pas besoin de défense ; il triomphe ou il meurt.»

Mémoires, correspondance et manuscrits du général Lafayette.

Voici quelques années, j’ai découvert par hasard la tentative de coup d’état de Malet contre Napoléon. C’était en lisant à la bande dessinée de Nicolas Juncker, parue en 2005 aux éditions Treize étranges avant d’être rééditée chez Glénat en 2010. Bien évidemment, il s’agit d’une version romancée des évènements, mais ce roman graphique de 160 pages n’en a pas moins le mérite de rappeler un évènement un peu oublié des livres retraçant l’histoire du Premier Empire. Continuer la lecture de Napoléon (13) Le coup d’état du général Malet (23 octobre 1812)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (12) Napoléon et la Pologne

Sur la base Patrimoines partagés développée par la BNF, une partie concerne les rapports de la France et de la Pologne. En explorant la rubrique Grandes heures, j’ai découvert toute une partie consacrée à Napoléon et la Pologne avec une présentation historique par Urszula Król du Musée national de Varsovie illustrée par de nombreux documents. A découvrir.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (11) Les autres vies de Napoléon

Pour compléter ce que j’ai pu écrire voici quelques années au sujet de la première uchronie napoléonienne, celle de Louis-Napoléon Geoffroy, et de plusieurs uchronies orientales concernant ce triste sire, je me dois de vous signaler Les autres vies de Napoléon, recueil regroupant des uchronies et histoires secrètes publié par Philippe Éthuin dans la collection ArchéoSF.

Table des matières

Présentation – Philippe Éthuin
Napoléon Apocryphe – Louis Geoffroy
Histoire de ce qui n’est pas arrivé – Joseph Méry
Insanité – Alphonse Allais
Évasion d’empereur – Capitaine Danrit
Si Napoléon s’était enfui en Amérique – H.A.L Fisher

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (10) Un pamphlet allemand du temps de l’Empire… doublé d’un assassinat politique

Dans le Livres hebdo n° 1094 du 26 août 2016, était signalé un ouvrage de Michel Michel Kerautret paru aux éditions Vendémiaire : Un Crime d’État sous l’Empire : l’affaire Palm.  Voici une bonne occasion de renouer avec un de mes sujets de prédilection, un peu négligé depuis trois an : le très détestable Napoléon Bonaparte. Comme le montre une rapide recherche dans le SUDOC et dans le catalogue de la BNF, il semble qu’avant cet ouvrage aucun livre en français n’existait sur Johann Philipp Palm. Continuer la lecture de Napoléon (10) Un pamphlet allemand du temps de l’Empire… doublé d’un assassinat politique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale

Dans un précédent billet, je faisais allusion au culte impérial mis en place à partir de 1804.

Bref panorama

Outre la gloire miltaire dont est auréolé le général de la Révolution et l’empereur jusqu’à la campagne de Russie, l’un élément fondateur de ce culte est la fête nationale pour laquelle il choisit la date du 15 août, jour de son anniversaire et de la signature du Concordat, symbole d’un retour à l’ordre civil et religieux. Ce jour devient la saint Napoléon, du nom d’un obscur martyr du IVsiècle, Santo Neopolis (ou Neapolis), exhumé fort opportunément par le cardinal Légat Giovanni Battista Caprara à la grande satisfaction de l’empereur.

Désormais, l’Empire aurait son saint ! Il en fit également une date fétiche pour marquer ses réalisations ou ses libéralités. La Saint-Napoléon fut fêtée le 15 août 1806, pour la première fois.

Et ce ne fut pas un hasard, si la première pierre de l’Arc de Triomphe à Paris, fut posée le 15 août 1806. Le 15 août 1809, Berthier sera fait prince de Wagram, Davout, prince d’Eckmühl, Fouché, duc d’Otrante et Masséna, prince d’Essling. C’est encore un 15 août (1810) que fut inaugurée la colonne de la Grande Armée, place Vendôme à Paris et promulgué, le Code civil, dans le grand-duché de Varsovie. Le 15 août 1811, à Bercy, on posa la première pierre de la halle aux vins et le 15 août 1813, le canal de l’Ourcq fut ouvert à la navigation.

Extrait du site Napoléon 1er

Continuer la lecture de Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (8) Figures ambigües et jeux d’ombres

En complément de ma chronique sur les caricatures de Napoléon, je voudrais m’intéresser ici à ces images si particulières que sont les figures ambigües.  Mais en fait, le site Figures ambigües consacre déjà un long article à cette question. Que puis-je y ajouter ? Simplement qu’il ne faut pas se limiter à ce seul texte, mais explorer ce site où vous trouverez d »autres images de Buonaparte ici et . Continuer la lecture de Napoléon (8) Figures ambigües et jeux d’ombres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (7) Uchronies orientales

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’empereur. Il est vrai qu’avant de se faire sacrer à Notre Dame, Bonaparte fut Premier Consul et, avant cela encore, général victorieux de la Révolution. Victorieux, vraiment ? Parmi ses campagnes, celle d’Egypte conduit aux atrocités de Jaffa et à l’échec devant Saint-Jean-d’Acre de sorte que, malgré sa victoire à la bataille terrestre d’Aboukir, le général Bonaparte juge préférable de regagner la France, abandonnant au général Kléber le soin de tenir le pays avec une armée épuisée. Bref, le bilan de la campagne d’Egypte n’est pas, finalement, des plus reluisants pour le petit caporal. Continuer la lecture de Napoléon (7) Uchronies orientales

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (6) Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?

(Dernière mise à jour : 19/09/2012)

Dans une avant-critique parue dans le Livres hebdo n° 909 (11 mai 2012), Laurent Lemire nous présente un ouvrage du logicien, économiste et théologien anglican Richard Wathely (1787-1863) intitulé Peut-on prouver l’existence de Napoléon ? Ce livre doit paraître le 6 juin prochain aux éditions Vendémiaire dans la traduction de 1835 et vous pouvez en écouter un extrait sur YoutubeLe texte original, publié en 1828 sous le titre Historic Doubts relative to Napoleon Bonaparte est accessible sur Google livres en plusieurs exemplaires (exemplaire 1 ; exemplaire 2) et sur le site du projet Gutenberg.
Continuer la lecture de Napoléon (6) Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.

 

Biographies

 

Sur les sites

Wikipedia

Assemblée nationale

Hérodote

1789-1815

Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale

Wars175x

 Ouvrages récents

Philippe Arnould. Pichegru, général en chef de la République : imposture et trahison. Paris : Les impliqués, 2014.

Henri Lambert. Accusé Pichegru, levez-vous ! : gloire et misère d’un grand soldat. Bordeaux : les Dossiers d’Aquitaine, 2004. Partiellement consultable sur Google livres.

Bernard Saugier. Pichegru : de la gloire de la Hollande à la prison du temple. Stasbourg : Coprur, 1995.

 Biographies anciennes

Histoire du General Pichegru : précédée d’une notice sur sa vie. Paris : Barba, 1802.

« Pichegru (Charles) », in François-Xavier Feller,François Marie Pérennès, Jean Baptiste Pérennès. Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, , tome 10.  Paris : Gauthier frères, 1834. Consultable sur Google livres.

Ne pas oublier les deux chroniques que lui consacre Ernest Girard dans ses Chroniques arboisiennes.

 

Sources iconographiques

 

De la gloire au cachot : principaux épisodes

La campagne de Hollande et la capture de la flotte hollandaise

Le grand épisode de la campagne de Hollande est la capture de la flotte hollandaise au Helder près de île de Texel (23 janvier 1795), glorifié par représentations iconographiques. Le souvenir en subsiste dans cet extrait de La Chamborant, marche du 2e Hussard (plus d’info ici) :

Fils de ceux dont les grands sabres frappent,

Bousculant les rangs de l’ennemi,

Des héros d’Austerlitz, de Jemmapes,

Friedland et Valmy,

Des houzards qui chargeant botte à botte,

Au Texel au milieu des glaçons

La cernant, virent toute une flotte

Baisser pavillon

La « trahison » de Pichegru

 G. Caudrillier. La trahison de Pichegru et les intrigues royalistes dans l’est avant fructidor. Paris, 1908. Disponible sur Gallica.

H. Bourdeau. Pichegru a-t-il trahi à Mannheim ? (septembre 1795). Paris, 1909. Disponible sur Gallica.

La déportation en Guyane et l’évasion vers l’Angleterre

[A compléter]

De sa participation au complot de Cadoudal à son suicide

Hippolyte Treille. La Vérité dévoilée par le temps, ou le Vrai dénonciateur du général Pichegru signalé. Paris, 1805. Disponible sur Gallica.

Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul ; recueilli par des sténographes. (27 pluviôse-4 messidor). Paris, 1804. 8 vol. 4 Tomes 1, 2, 4 et 6 disponibles sur Google livres.

Augustin Charles Guichard. Procès célèbres de la révolution; ou, Tableau historique de plusieurs procès. Paris, 1814. 2 vol. Disponible sur Google livres.

C. M. Pierret. Pichegru, son procès et son suicide. Paris, 1825. Disponible sur Google livres.

Léonce Grasilier. Par qui fut livré le général Pichegru : d’après des documents entièrement inédits. Paris, 1906. Disponible sur Gallica.

Frédéric Barbey. La mort de Pichegru. Paris : Perrin, 1909. Disponible sur Archive.org.

Le souvenir de Pichegru au temps de la Restauration et après

Charles Nodier se fit un ardent défenseur de son compatriote franc-comtois (cf. Souvenirs et portraits. Paris : Eugène Renduel, 1833. Disponible sur Google livres) non sans susciter les critiques de ses contemporains comme  on le voit chez Sainte-Beuve ou dans cette réaction d’un lecteur du Globe en 1826, à la fin de la Restauration , période pourtant très favorable au souvenir de Pichegru.

De ce regain de notoriété attestent les statues élevées à Besançon et à Lons-le-Saunier.

De Pichegru et de sa statue, ou recueil de renseignements relatifs à la vie privée, militaire et politique de ce Gal ; avec des notes historiques et biographiques concernant les souscriptions ouvertes en son honneur…: Par une société de souscripteurs et de gens de lettres. Impriemerie de Sétier, 1828.

Infos complémentaires sur ce monument érigé entre 1826 et 1828 sur la base Mérimée.

Sur sa dernière demeure, voir ce billet du site de Tombes-sepultures.com.

En 1911, Georges Denola tourne un film Pathé  intitulé Bonaparte et Pichegru. Plus d’information.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (5) Itinéraire(s)

G. Lenotre, dans ses croquis de l’épopée, débute ainsi sa chronique intitulée « L’art de vérifier les dates » :

Dépouillant la correspondance de l’Empereur, imprimée ou encore inédite, les papiers de la secrétairerie d’Etat, le publication de Chuquet, d’Henry Houssaye, de Frédéric Masson, d’Albert Vandal, les registres de la guerre, le Moniteur, le Journal de l’Empire, les bulletins de l’armée, les Mémoires des contemporains, cent et cent autres dcuments, M. Albert Schuermans est parvenu à dresser sous le titre de l’Itinéraire général de Napoléon Ier, un « calendar », du 15 août 1769 au 5 mai 1821, indiquant pour chaque date – sauf, bien entendu, les lacunes obligées des premières années – l’endroit où se trouvait le grand homme et ce qu’il faisait ce jour là.

Continuer la lecture de Napoléon (5) Itinéraire(s)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts