Archives de catégorie : Histoire et géographie

Une exposition virtuelle sur Le congrès de Tours

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours en 1920, la Ville de Tours s’est associée à l’Université de Tours pour donner un contenu scientifique à cette commémoration. Une exposition initialement prévue en décembre 2020 se tiendra du 20 novembre au 12 décembre 2021. Les organisateurs ont en présenté une préfiguration, au moment de la date anniversaire, sous la forme d’une exposition virtuelle dur le site de Tours magazine.

Locus Ludi, une invitation à découvrir les jeux antiques

C’est grâce l’excellente émission de Xavier Mauduis, Le cours de l’histoire du 15 décembre 2020, que j’ai découvert un site fort intéressant créé par Ulrich Schädler, directeur du Musée suisse du Jeu. Locus Ludi propose une découverte des jeux antiques non seulement par des publications scientifiques, des bibliographies, des bases de données fort sérieuses… mais aussi en y jouant !

 

L’odyssée de l’écriture, Les hiéroglyphes et la naissance de l’alphabet

L’odyssée de l’écriture. 3. Une nouvelle ère

Passionnant, ce documentaire en 3 parties sur l’odyssée de l’écriture réalisée par le Britannique David Sington. Diffusé sur Arte, il reste visible en ligne jusqu’au 19 janvier 2021. A voir et écouter absolument.

L’odyssée de l’écriture. 1. Les origines (extraits)

La partie sur les humbles origine de l’alphabet dans le temple égyptien de Serabit el-Khadim dans le Sud Sinaï m’a notamment frappé.

Les préfets de Gambetta

Vincent Wright, Les préfets de Gambetta, texte complété, mis à jour et présenté par Éric Anceau et Sudhir Hazareesingh, préface de Jean-Pierre Machelon, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, 482 p. ISBN : 978-2-84050-504-4. 45 euros. Extraits sur Google Livres.

Cet ouvrage publié à titre posthume rassemble principalement un ensemble de notices individuelles minutieusement établies par Vincent Wright sur les 136 préfets nommés par Gambetta, ministre de l’Intérieur du Gouvernement de la Défense Nationale formé le 4 septembre 1870. Ces préfets nommés dans l’urgence, dans une double situation de guerre et de transition politique, ont pour la plupart quitté leur fonction au moment de la démission de Gambetta, le 6 février 1871, ou dans les semaines suivantes. Ils n’ont pas toujours eu bonne réputation : certains d’entre eux ont ainsi pu être comparés aux représentants en mission de la Révolution et être qualifiés de « petits dictateurs ».

Continuer la lecture de Les préfets de Gambetta

La peste, le choléra et d’autres épidémies en Provence

J’ai eu l’idée de cette bibliographie sur les épidémies en Provence en découvrant l’article de Jean-Charles Geslot ci-dessous sur les épidémies dans la production imprimée à Marseille au XIXe siècle.

J’ai divisé cette bibliographie selon les localités et aires géographiques concernées par les épidémies. Cependant, la partie générale sur la Provence ne doit pas faire illusions : la plupart des documents indiqués se divisent en articles ou renvoient à des références concernant telle ou telle localité, les synthèses étant plutôt rares…

Je me suis notamment appuyé sur la bibliographie d’Odile Cailux à la fin de son ouvrage sur la peste à Arles et, pour les ouvrages plus anciens, sur les articles de Jean-Charles Geslot et d’Annick Richard.

Continuer la lecture de La peste, le choléra et d’autres épidémies en Provence

L’Amérique latine en lutte pour les droits humains : souvenirs des années 1970-1980

J’étais trop jeune lors des putschs du général Pinochet en septembre 1973 ou de la junte militaire argentine en mars 1976. Par contre je me souviens fort bien de la révolution sandiniste au Nicaragua en 1979, révolution qui mettait fin à 40 ans de dictature sanglante de la famille Somoza. Elle devait bientôt faire face aux Contras soutenus par la CIA.

Je me souviens aussi qu’en 1980, au Salvador voisin, Óscar Romero, archevêque de San Salvador et défenseur des droits de l’homme, était assassiné en pleine messe pour s’être élevé contre les exactions de l’armée et des escadrons de la mort.

Je me souviens de la théologie de la libération et des prêtres guérilleros. Continuer la lecture de L’Amérique latine en lutte pour les droits humains : souvenirs des années 1970-1980

La peste à Arles en 1720 et 1721 : un peu de documentation en ligne

La fameuse peste de 1720, qui débute Marseille en juin, se répand en Provence et atteint Arles en décembre. La ville va perdre un tiers de sa population. Voici un peu de documentation sur le sujet :

Sources

« La peste à Arles en 1720 et 1721. Notes laissées par Joachim Guillaume de Nicolay » Le Musée. Revue arlésienne, historique et littéraire. 1876-1877, 3e série

Victorin Laval. Lettres et documents pour servir à l’histoire de la peste d’Arles en Provence de 1720-1721, Nîmes, Éd. A. Catelan, 1878.

Études

Régis Bertrand et al., La peste en Provence aux temps modernes, sources et représentations, n° spécial de Provence historique, t. 47, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997.

Caroline Boyer. « Les morts de la peste de 1720-1721 à Arles », Aspects de la mort à Arles de l’Antiquité à nos jours, actes du colloque du groupe archéologique arlésien, novembre 2002.

Odile Cailux. Arles dans les premières décennies du XVIIIe siècle : l’impact de la peste, thèse, Aix-en-Provence, 2006

Odile Caylux. Arles et la peste de 1720-1721. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2009. Voir sa bibliographie.

Études Marines et autres revues « militaires »

Nous venons de recevoir un fascicule d’Études Marines, une revue semestrielle qui fait partie des publications du Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine (CESM). Elle parait depuis 2011 et contient des publications scientifiques faisant intervenir des auteurs reconnus sur des sujets transversaux , bref, le type de revues que je préfèrent : celles qui ne comportent que des numéros thématiques. Ses fascicules sont accessibles en ligne et ils ne me semblent plutôt dignes d’intérêt. A vous de voir si cela peut vous intéresser.

Continuer la lecture de Études Marines et autres revues « militaires »

La peste à Marseille en 1720, une source d’inspiration littéraire

Il y a deux-cents ans, une grave épidémie de peste touche la ville de Marseille et une partie de la Provence, s’étendant bientôt au Languedoc et au Comtat et jusqu’au Gévaudan. Il faudra deux ans pour enrayer l’épidémie au cours de laquelle les églises sont fermées pendant que les gens tentent de se prémunir en se frictionnant à l’aide de vinaigre. Cela ne vous rappelle rien en ces temps de covid-19 ?Je voudrais vous signaler ici deux des représentations littéraires de cet évènement.

Continuer la lecture de La peste à Marseille en 1720, une source d’inspiration littéraire

Les ravages de la com’ : la Méjanes devient « les » Méjanes

Dernière idée brillante de… De qui au fait ? La mairie d’Aix ? Le directeur de la Méjanes ? Le service de com’ qui n’avait rien a faire ? Bref, si j’en crois le dernier numéro de Côté Méjanes, notre bonne vieille bibliothèque municipale portera désormais un nom au pluriel, histoire de bien montrer, s’il en était besoin, qu’elle est en fait constituée d’un réseau. Et puis, il faut bien donner du travail aux créateurs graphiques qui ont concocté le nouveau logo. L’argent utilisé pour ce genre d’opération de communication n’aurait-il pas pu être mieux employé ?

Peut-être aussi voulait-on justifier le « s » final de « Méjanes » hérité du père fondateur de la bibliothèque, laquelle a, depuis plus de deux siècles, porté ce nom sans que personne ne s’avise d’y toucher. Comme le rappelle Philippe Ferrand dans la Lettre aux Amis de la Méjanes

la Méjanes a la chance d’appartenir, depuis 1810, au cercle restreint des bibliothèques assez célèbres pour être identifiées par le seul nom de leur fondateur : la Bodleyenne (Oxford, 1602), l’Ambrosienne (Milan, 1609), la Mazarine (Paris, 1643), l’Inguimbertine (Carpentras, 1745). . Il est possible qu’elle soit la première et la dernière à mettre son nom au pluriel.

D’autres institutions, comme la Sorbonne (Robert de Sorbon, chapelain de Louis IX), auraient aussi de bonnes raisons d’adopter le pluriel, mais elles s’en gardent pour conserver le prestige de leur nom au singulier.

Mais après tout, il se pourrait bien que cette brillante idée tombe à l’eau face à la force de l’usage et à l’ancrage profond de la Méjanes dans la mémoire aixoise. La communication, ce n’est jamais que de l’éphémère et du futile. Seul importe ce qui demeure, une institution culturelle riche de deux siècles d’histoire et d’un fabuleux patrimoine.