Archives de catégorie : Histoire et géographie

Fonds culinaires en bibliothèques : quelques pistes

Suite à une question de Sophie Danis(1) sur les fonds culinaires ou gastronomiques, certains membres de la listes Bibliopat(2) ont apporté quelques informations sur le sujet. Je trouverais dommage de ne pas en faire profiter un plus large public.

Continuer la lecture de Fonds culinaires en bibliothèques : quelques pistes

Le Sonderbund, une guerre de sécession helvétique : petite webo-bibliographie

Cette guerre du Sondrebond, qu’il dit, c’est la faute des catholiques, ils auraient voulu avoir la Suisse rien qu’à eux et puis c’est fini. Voyez-vous, cette guerre a été finie vite : une bataille et rien de plus. Tant mieux après tout, les guerres, c’est triste. On n’est pas plus riche de s’être battu.

Charles-Ferdinand Ramuz, La Grande Guerre du Sondrebond

Durant trois semaines, du 3 au 29 novembre 1847, la Suisse fut le théâtre d’une guerre de sécession, la guerre du Sonderbund, opposant le Sonderbund, ligues sécessionniste de cantons catholiques conservateurs, à la plupart des autres cantons du pays qui défendent la Confédération suisse. La défaite des sécessionnistes fut suivie de la création l’État fédéral de 1848,

Pourquoi vous rappeler ce bref conflit annonciateur du grand chambardement européen de 1848 ? C’est qu’il ne fut pas sans conséquence pour les perdants, les catholiques conservateurs. Deux décennies plus tard, ils seront même soumis à une version helvétique du Kulturkampf et certains, un peu inquiets pour l’avenir, se tourneront vers le Jura français voisin pour y trouver un éventuel point de chute au cas où. Sans cela, je ne connaîtrais pas Arbois. Il est même certain que je n’existerais pas…

Continuer la lecture de Le Sonderbund, une guerre de sécession helvétique : petite webo-bibliographie

Hercule assyrien

L’image ci-dessus est extraite d’un article de Louis Vivien de Saint-Martin intitulé “Nivive” paru dans Le Tour du monde pendant le premier semestre 1873.

Elle vous rappelle plutôt Gigamesh ? A moi aussi, mais à l’époque où l’article est paru, son Épopée venait à peine d’être redécouverte par George Smith. Les assyriologues nourris à la mythologie greco-romaine avaient donc baptisé ce personnage maîtrisant un lion du nom d’Hercule assyrien.

La référence sur le sujet était à l’époque un ouvrage de Raoul Rochette publié en 1848 par l’Imprimerie nationale : Premier mémoire, Sur l’Hercule assyrien et phénicien considéré dans ses rapports avec l’Hercule grec principalement à l’aide des monuments figurés, Paris, 1848.

Ce bas relief a été découvert vers 1843-1844 dans le palais de Sargon II à Dur-Sharrukin par le consul français de Mossoul, Paul-Émile Botta Il fait partie des collections du Louvre.

Lettre ouverte par les chefs coutumiers, les notables et les commerçants de la Boucle du Niger (Tombouctou, Gao et Goundam), à sa majesté Monsieur le Président de la République Française, 30 juin 1958.

Le contexte de la lettre est expliqué dans un billet de Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

_______________________________________________

Tombouctou, le 30 mai 1958

Par les chefs coutumiers, les notables et les commerçants de Boucle Niger : TOMBOUCTOU, GAO et GOUNDAME.

A sa majesté Monsieur le Président de La REPUBLIQUE FRANCAISE
À P A R I S

Monsieur le PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

Nous avons l’honneur de vous réitérer très respectueusement notre Pétition du 30 octobre 1957 en sollicitant votre haute bienveillance une suite très favorable.

Nous avons l’honneur de vous déclarer très sincèrement une fois de plus que Nous voulons rester toujours français musulmans avec notre cher statut privé.

Nous vous affirmons notre opposition formelle au fait d’être compris dans un système autonome ou fédéraliste d’Afrique noire ou d’Afrique Nord.

Continuer la lecture de Lettre ouverte par les chefs coutumiers, les notables et les commerçants de la Boucle du Niger (Tombouctou, Gao et Goundam), à sa majesté Monsieur le Président de la République Française, 30 juin 1958.

Imprimer ! L’Europe de Gutenberg 1450-1520 : une biblio-webographie autour de l’exposition de la BnF

Cette exposition est passée, mais lui sont consacrées une vidéo (ci-dessus) et une page sur le site de la BnF. Parmi les merveilles exposées, la Bible de Gutemberg

… mais aussi bien des documents correspondant aux origines de l’imprimerie comme le bois Protat.

Continuer la lecture de Imprimer ! L’Europe de Gutenberg 1450-1520 : une biblio-webographie autour de l’exposition de la BnF

Palestine/Israël en bande dessinée

Les bandes dessinées indiquées ci-dessous ne représentent qu’une faible part de celles où il est question d’Israël et de la Palestine, voire plus largement du Proche et Moyen-Orient comme vous pourrez le constater en consultant BDtheque. J’ai insisté ici sur les documentaires (témoignages autobiographiques, reportages, essais historiques), mais il ne faut pas oublier les fictions, comme celles de Rutu Modan, Boaz Yakin ou Maximilien Le Roy.

Continuer la lecture de Palestine/Israël en bande dessinée

Métissages culturels (3) Une réflexion sur le passage progressif et inachevé du paganisme au christianisme

Le symbolisme constituait toute la religion des anciens, sous forme d’images idéalisant les qualités d’un personnage ou les phénomènes naturels. C’était tout ce qu’y voyait la foule, tandis que les esprits éclairés n’y cherchaient qu’une expression métaphorique des forces de. la nature, sentiment panthéiste qui appar tient en propre à la race aryenne. Aussi chez eux la transition entre le paganisme et le christianisme fut-elle bien plus difficile et moins complète que chez les sémites, dont les instincts monothéistes acceptaient la simplicité synthétique de la nouvelle doctrine.

L’Église, aux premiers siècles, dut prendre bien des ménagements pour ne pas heurter de front les préjugés et les vieilles croyances, ne pas détrôner trop précipitamment Jupiter, ni briser trop brutalement les roseaux de Pan. Il lui fallut demander l’assistance des divinités déchues pour rallier la foule au dogmede l’unité.

C’est de cette nécessité impérieuse qu’est née cette quantité prodigieuse de symboles qui dénaturent quelque peu le culte orthodoxe. La cérémonie sacrée du feu, pratiquée jadis dans toute la Grèce, s’est conservée jusqu’à nos jours, si ce n’est sous forme d’hommage direct, du moins comme symbole, et à Jérusalem, dans la chapelle du Saint-Sépulcre, j’ai vu un pappas inspiré distribuant le feu sacré à des milliers de pèlerins munis de cierges, et qui se renversaient, se battaient, s’injuriaient pour approcher du petit orifice derrière lequel le prêtre, vestale d’un nouveau genre, était posté, spectacle fort peu édifiant et qui reportait l’imagination aux scènes les plus bruyantes du paganisme populaire. J’ai vu, à Naples, les femmes injurier la statue de saint François parce qu’il n’avait pas empêché un tremblement de terre; j’ai vu, dans l’Amérique du Sud, des paysans, fervents catholiques, attacher une statuette de saint Jacques au bout d’une ficelle et lui faire faire trois ou quatre plongeons dans un puits, parce qu’il ne les avait pas préservés d’une maladie. Ne se dirait-on pas à l’époque où les jeunes chasseurs d’Arcadie fouettaient la statue de Pan en haut du mont Lycée ? Quelle étude curieuse et un peu humiliante à faire que celle de l’esprit humain dans les manifestations de ses sentiments religieux, à toutes les époques et dans tous les pays!

Henri Belle (1837-1908). “Voyage en Grèce”, Le Tour du monde : nouveau journal des voyages, 1er semestre 1879, p. 318

Autres métissages culturels

Métamorphoses d’un quartier autour de la rue Saint-Nicaise

Extrait du Nouveau plan routier de la ville et faubourgs de Paris divisé en 48 sections… (1794)

Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel).

Charles Baudelaire. Le Cygne

La parution d’un livre sur le chevalier de Limoëlan(1) m’a rappelé l’attentat de la rue Saint-Nicaise dont il fut un des tristes acteurs(2). Du coup j’ai souhaité repérer où se trouvait cette rue aujourd’hui disparue en consultant les plans de Paris du XVIIIe et du début du XIXe siècle accessibles sur Gallica. Comme vous le verrez, la physionomie du quartier était loin d’être celle que nous connaissons aujourd’hui, notamment en ce qui concerne le Louvre.

C’est du reste à cette époque qu’une transformation radicale a lieu autour de cette rue ouverte au XVIe siècle et qui partait de la rue des Orties-du-Louvre (encore une ancienne voie de Paris aujourd’hui disparue) et aboutissait à la rue Saint-Honoré en face de la rue Richelieu.

Continuer la lecture de Métamorphoses d’un quartier autour de la rue Saint-Nicaise