Archives de catégorie : Histoire naturelle

La désextinction, réel enjeu scientifique ou pur fantasme ?

La désextinction ou dé-extinction est la résurrection d’une espèce éteinte par la création d’une espèce apparentée à la dite espèce grâce aux avancées récentes de la génétique ou de la biologie synthétique. Si la thématique a été popularisée auprès du public par des films comme Jurassic Park et ses suites, les recherches en la matière ne datent pas d’hier, même si elles ont porté et portent encore sur des espèces éteintes plus récemment, la résurrection des dinosaures est pour l’instant impossible, car l’ADN retrouvé sur des fossiles vieux de 65 millions d’années et plus est trop dégradé.

Ces recherches ont pris les deux directions suivantes :

  • des croisements entre races voisines de l’espèce éteinte : dans les années 1920 et 1930, l’aurochs de Heck censé ressusciter l’aurochs disparu en 1627 ;
  • le clonage à partir de l’ADN prélevés chez des d’individus d’une espèce sur le point de s’éteindre : la tentative faite en 2009 pour le bouquetin des Pyrénées disparu en 2000.

Récemment, le débat public et scientifique s’est intensifié à la suite de la découverte en 2007 du jeune mammouth Lyuba présentant un matériel génétique très bien conservé et de plusieurs conférences TEDx sur la dé-extinction en 2013.

Continuer la lecture de La désextinction, réel enjeu scientifique ou pur fantasme ?

Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Parmi les ouvrages dont ma bibliothèque universitaire a hérité d’URBAMA, j’ai trouvé un extrait du Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord intitulé Notes géographiques sur le Sud Tunisien.. Paru a Alger à l’imprimerie S. Léon, il reprend un article paru en trois parties dans les tomes suivants du périodique sus-nommé :

L’auteur, Alexandre Joly (1870-1913), est un géographe arabisant alors titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Constantine. Fils aîné du chimiste Alexandre Joly (1845-1897), il a fait ses études au lycée Henri-IV, puis choisit pour des raisons de santé une carrière algérienne. Opérateur dessinateur aux Ponts et Chaussées, il prépare les diplômes d’arabe et d’études historiques à l’école des Lettres d’Alger. Professeur de sciences à la médersa d’Alger en 1896, il participe en 1899-1900 à la mission de Georges-Barthélemy-Médéric Flamand dans l’extrême Sud oranais. Nommé à la médersa de Constantine, il effectue aussi des missions dans le Sud algérois et en Tunisie. En 1907, il est nommé à la chaire publique d’arabe de Constantine. C’est dans cette ville qu’il décède subitement le 27 février 1913.

Continuer la lecture de Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Un monde minuscule : insectes et autres petites bêtes

En 1996, un documentaire animalier de Claude Nuridsany et Marie Pérennou obtenait un grand succès public et critique. Il s’agissait de Microcosmos : Le Peuple de l’herbe, un film produit par Jacques Perrin. Ce grand acteur et cinéaste récemment disparu a joué un rôle important dans une nouvelle prise de conscience de la nature et du monde animal en réalisant et/ou produisant des films comme Le Peuple singe (1989), Le Peuple migrateur (2001), Les Ailes de la nature (2002), Océans (2009) et Les Saisons (2016).

Les insectes et autres petites bêtes m’ont toujours fasciné. Je ne suis apparemment pas le seul. J’ai rassemblé quelques vidéos glanées ici et là sur le sujet. Le profil des auteurs varie de l’entomologiste amateur passionné à l’universitaire-chercheur en passant par le curieux encyclopédiste…

Continuer la lecture de Un monde minuscule : insectes et autres petites bêtes

Florence Nightingale, une femme exceptionnelle aux origines des soins infirmiers

J’avoue avoir rencontré pour la première fois Florence Nightingale dans La Dame de Scudari, le quatrième volume de Holmes, l’excellente série de Cecil et Brunschwig et c’est avec un grand intérêt que j’ai regardé ce samedi un documentaire d’Aurine Crémieu, Florence Nightingale, la première des infirmières, à voir jusqu’au 19 avril sut Arte.tv. C’est vraiment très intéressant sur son rôle dans la naissance du métier d’infirmières tel qu’il existe aujourd’hui dans le monde entier, avec ses très nombreuses disciples comme Anna Hamilton en France, mais aussi sur l’importance du rôle qu’elle a joué dans la politique de santé publique en s’appuyant notamment sur de solides statistiques.

Continuer la lecture de Florence Nightingale, une femme exceptionnelle aux origines des soins infirmiers

Anthropocène ou capitalocène ? Encore des mots, toujours des mots, rien que des mots

L’ère géologique dans laquelle le système Terre est entré s’appelle pudiquement Anthropocène pour la différencier de l’Holocène dont la Terre est sortie sous l’action humaine[4]. Toutefois, un terme plus adéquat est Capitalocène car l’écrasante majorité des humains ne portent qu’une responsabilité marginale dans ces processus. La destruction de la nature résulte de l’accumulation du capital par les multinationales qui exploitent sols, sous-sols, écosystèmes, eau douce etc. La production industrielle de marchandises est en croissance pour maintenir le taux de profit des investisseurs. Cette croissance du profit, présentée comme un objectif vertueux, est accompagnée d’une pollution irréductible qui dépasse déjà les limites de la régénération naturelle. Comme les détenteurs de capitaux gardent la mainmise sur les processus de production, ils contrôlent l’organisation du travail, les choix d’investissement et donc les flux de pollution. Pour le moment, les travailleurs n’ont pas de contrôle sur le processus de production. Ils n’ont accès qu’à des choix de consommation dont les effets sont – par construction – marginaux sur la gestion de la pollution. Que faire, alors, quand les multinationales outrepassent les limites physiques du système Terre ?

Continuer la lecture de Anthropocène ou capitalocène ? Encore des mots, toujours des mots, rien que des mots

La Société de Géographie, une bicentenaire en pleine forme

La Société de géographie, deux cents ans d’aventures : tel est le titre du 4e épisode de L’histoire à la carte, la série présentée cette semaine dans Le Cours de l’histoire sur France Culture.

L’historien Xavier Mauduit et ses invités, les géographes Jean-Robert Pitte et Christian Grataloup,se sont intéressés à cette société savante créée en 1821, la doyenne des sociétés de géographie dans le monde, qui fête cette année son bicentenaire. C’est vraiment très intéressant.

Continuer la lecture de La Société de Géographie, une bicentenaire en pleine forme

Écologie ou écologisme : du flou dans les termes…

Écologie et écologisme sont deux termes souvent employés l’un pour l’autre, mais qui recouvrent pourtant chacun plusieurs sens bien différents variant en plus selon les auteurs. Pour tenter d’y voir (un peu) plus clair, voici quelques références, sur la question.

Écologie et écologisme, un article de Wikipédia.

Fabrice Flipo, “Qu’est-ce que l’écologisme ?”Socio-logos, n° 12, 2017.

Jean-Dominique et Philippe Lebreton. “Ecologie et Ecologisme : une frontière poreuse ?”, SFE², 15 février 2019.

Jean Baechler. Écologie ou écologisme ? Raison et pertinence des politiques environnementales. Paris : Hermann, 2020. Présentation.

  • Cet ouvrage, fort intéressant par ailleurs dans son analyse approfondie des ressorts de l’écologisme, est aussi un réquisitoire contre un certain écologisme radical. Cependant, sans ce dernier, y aurait-il eu prise de conscience de la crise écologique actuelle ?

Le réchauffement climatique : contexte et constat

Histoire du climat

Le réchauffement ou changement climatique actuel s’inscrit dans une histoire beaucoup plus longue, celle du climat, popularisée dès les années 1960 par l’historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie, suivi par l’historien des sciences Pascal Acot et le spécialiste de chrono-écologie Michel Magny.

L’homme face au climat : symposium annuel [organisé par le] Collège de France. Odile Paris : Jacob, DL 2006.

Pascal Acot. Histoire du climat. Paris : Perrin, 2003.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire du climat depuis l’An mil. Flammarion, 1967.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire humaine et comparée du climat. Fayard, 2004-2009. 3 vol.

1 – Canicules et glaciers (XIIIe-XVIIIe siècles).

2 – Disettes et révolutions (1740-1860).

3 – Le réchauffement de 1860 à nos jours.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Naissance de l’histoire du climat. Préface d’Anouchka Vasak ; postface de Pascal Acot. Paris : Hermann, 2013.

Michel Magny. Une histoire du climat des derniers mammouths au siècle de l’automobile. Paris : éd. Errance, 1995.

Continuer la lecture de Le réchauffement climatique : contexte et constat

Herbier de Gallica

Renoncule âcre, Les Fleurs des prairies et des pâturages, E.-G. Camus, Paris, 1914 – Voir l’article consacré à la renoncule

Aux amis de la botanique et aux Gallicanautes, je voudrais signaler sur le blog de Gallica une catégorie intitulée Herbier de Gallica vous conviant à (re)découvrir les fleurs de nos campagnes à travers les collections numérisées de la célèbre bibliothèque en ligne. A voir absolument.

Voir aussi ma petite sélection d’herbiers anciens.

Matériaux pour une webo-bibliographie sur l’écologie

Dans le cadre d’un travail collaboratif au sein de ma bibliothèque, je vais regrouper ici des matériaux en vue d’une webo-bibliographie sur l’écologie.

A propos, de quoi parlons nous ? De l’écologie comme science, celle des écologues, de l’écologie politique ou de l’écologisme comme courant de pensée ? Et que dire des termes nature et environnement, qui semblent interchangeables quand on parle d’écologie, mais qui sont cependant porteurs de sens différents. Enfin, il ne faut pas en négliger les aspects éthique, philosophique, religieux… sans parler de la tension entre décroissance et développement durable qui s’ajoute à la nébuleuse terminologique gravitant autour de l’écologie.

C’est bien évidemment de tout cela dont il s’agit, car ces différents domaines ont fortement tendance à s’interpénétrer. Autant dire qu’il y a du boulot !

Continuer la lecture de Matériaux pour une webo-bibliographie sur l’écologie