Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Communards

Je viens de regarder sur Arte Les damnés de la Commune, remarquable docu-fiction que Raphaël Meyssan a tiré son roman graphique. Du coup, j’ai eu envie d’évoquer les Communards.

Hommes et femmes de la Commune de Paris

Illustres communards sur le site des Amis et Amies de la Commune de Paris

Personnalités sur le site de Michèle Audin

Portraits de communards sur le site de L’Humanité

Ecrits contemporains

La Commune de Paris vue par deux Versaillais et un Communard, une de mes chroniques

Témoignages de communards et Témoignages d’anti-communards sur Gallica > voir le billet intitulé Gallica déroule le fil de la Commune sur le blog de Gallica

Chansons de la Commune sur Wikisource

La semaine sanglante, paroles de Jean-Baptiste Clément, interprétée par Les Glottes Rebelles

Le roi Stevan

Mendiant ayant vécu dans le Vannetais du XVIIIe siècle, le roi Stevan (Roue Stevan en breton) est connu pour ses nombreuses prophéties. En 1891, l’abbé Jean-Marie Guilloux (1848-1900) a publié sur cet étonnant personnage un long article :

  • Jean-Marie Guilloux. « Le Roi Stevan », Revue morbihannaise, vol. 1 1891, p. 51-64, 84-96 et 103-117

Il est accessible en ligne sur Google livres et sur le site de l’association Ram’Dam et une présentation en est donnée sur le site de Christian Souchon.

Ce texte a été réédité dernièrement chez Stéphane Batigne éditeur sous le titre Le roi Stevan, mendiant et prophète.

Réaction païenne et fin du paganisme

Si ce sont des moines, pourquoi y en at-il tant ? et s’il y en a tant, comment sont-ils des solitaires ? O multitude de solitaires qui fait de la solitude un mensonge !

Palladas, Anth. Pal., 384, trad. Fr. Jacob

Voici quelques années, j’avais lu avec un grand intérêt Chronique des derniers païens de l’helleniste Pierre Chuvin. Parmi les ouvrages cités dans sa bibliographie, je signalerai les deux suivants ;

Continuer la lecture de Réaction païenne et fin du paganisme

La Vie d’un simple par Émile Guillaumin

Dans Nous paysans, remarquable documentaire de Fabien Béziat et Agnès Poirier diffusé hier soir sur France 2, il est un instant question d’Émile Guillaumin, un écrivain-paysan et militant syndicaliste.

Il fut le premier à décrire la condition paysanne de l’intérieure avec notamment un ouvrage paru initialement en 1904, La vie d’un simple, mémoires d’un métayer. Plusieurs éditions sont disponibles en ligne si vous souhaitez les lire :

Continuer la lecture de La Vie d’un simple par Émile Guillaumin

Steven Spielberg Digital Yiddish Library

Ma courte chronique sur Nokhem Shtif et The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust m’a permis de découvrir une pépite pour ceux qui s’intéresseraient à la culture yiddish.

Il s’agit de la Steven Spielberg Digital Yiddish Library où, depuis 2009, ont été mis en ligne plus de 11 000 titres comprenant œuvres de fiction, mémoires, poésie, pièces de théâtre, nouvelles, manuels scientifiques, livres de cuisine, abécédaires, etc., des auteurs yiddish les plus renommés et des écrivains moins connus.

Deux accès possibles :

Pour plus d’informations

Une exposition virtuelle sur Le congrès de Tours

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours en 1920, la Ville de Tours s’est associée à l’Université de Tours pour donner un contenu scientifique à cette commémoration. Une exposition initialement prévue en décembre 2020 se tiendra du 20 novembre au 12 décembre 2021. Les organisateurs ont en présenté une préfiguration, au moment de la date anniversaire, sous la forme d’une exposition virtuelle dur le site de Tours magazine.

If… de Kipling

Le poème

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you,
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream – and not make dreams your master;
If you can think – and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build ’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breathe a word about your loss[es];
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your [or our] turn long after they are gone,
And so hold on [to it] when there is nothing in you
Except the Will which says to them: ‘Hold on!’

If you can talk with crowds and keep your virtue,
‘ Or walk with Kings – nor lose the common touch,
if neither foes nor loving friends can hurt you,
If all men count [on you,] with you, but none too much;
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds’ worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And – which is more – you’ll be a Man, my son! Continuer la lecture de If… de Kipling

L’attention au présent

Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont point nôtres et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent d’ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu’il nous afflige, et s’il nous est agréable nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé ou à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la  lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin. Le passé et le présent sont nos moyens, le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

Blaise Pascal, Les Pensées.

Je suis souvent surpris de lire chez Pascal, à propos du moi, du divertissement ou, dans l’extrait ci-dessus, du peu d’attention que nous portons au présent, des réflexions que l’on retrouvent sous une forme proche dans les préceptes du yoga et du bouddhisme : Continuer la lecture de L’attention au présent

La Recherche d’une première vérité par Jules Lequier

En feuilletant Les livres de la semaine n° 1284 du 19 novembre 2020, j’ai repéré un ouvrage de Ghislain Deslandes intitulé Court traité sur la recherche d’une vérité première aux éditions Ovadia. Il s’agit d’une introduction à l’œuvre de Jules Lequier (1814-1862), philosophe méconnu du milieu du XIXe siècle.

Ses principaux manuscrits, qui portent sur la question philosophique du libre arbitre dans sa relation avec le déterminisme et la prescience divine, ont été publiés de manière posthume en 1865 par Charles Renouvier sous le titre de La Recherche d’une première vérité qui est disponible sur Archive.org et Gallica. La réédition de 1924 est accessible sur Gallica. Celle parue sous le titre Comment trouver, comment chercher une première vérité ? aux éditions de l’Éclat en 1985 existe aussi en format Lyber.

Vous pourrez trouver deux autres éditions en bibliothèques ou en librairie : l’une parue en 1993 aux Presses universitaires de France, l’autre aux éditions Allia en 2009.

Pour en savoir plus

Les comptes-rendus fait à l’occasion de la réédition de 1924 par :

Les Cahiers Jules Lequier, publications annuelles des Amis de Jules Lequier.

Goulven Le Brech. « Jules Lequier, le spectre du beau », Philosophoire, 2012, n° 38, p. 155-165.

Autres études sur Jules Lequier.

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent pour le plus vrai et assuré, je l’ai appris des sens, ou par les sens : or j’ai quelquefois éprouvé que ces sens étaient trompeurs, et il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompés.

Descartes, Méditations métaphysiques, I

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques, trompe-l’œil et objets impossibles sont une illustration parfaite de ce qu’écrit Descartes à propos du caractère trompeur de nos sens et notamment de la vue. Mon intérêt pour ces étrangetés iconiques remonte à loin, à ma découverte des œuvres de M. C. Escher. Je voudrais réunir ici quelques exemples de ces images trompeuses et quelques sites et ouvrages où il en est question.

Continuer la lecture de Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles