Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Qui suis-je ? Que suis-je ? Suis-je ?

La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu est un exemple intéressant de bande-dessinée dont le personnage principal est amnésique. Pour une fois, c’est une personne ordinaire, banale, pas comme XIII

Qui suis-je ? Telle est la question que (se) pose l’amnésique prenant soudain conscience de son amnésie, question suivie immédiatement de la recherche de son moi passé, une quête pleine d’obstacles et de mystère. Le thème est bien connu de la bande-dessinée, de la littérature et du cinéma. C’est qu’il semble impensable que l’amnésique ne désire pas retrouver la mémoire, cette mémoire conçue comme le fondement de sa personnalité et aussi de sa responsabilité morale et juridique. Je suis mon passé et la conscience que j’en ai me rend responsable des mes actes, tel est le credo commun.

Continuer la lecture de Qui suis-je ? Que suis-je ? Suis-je ?

Asanas, une édition du Joga Pradīpikā

En sanskrit, le terme āsana désigne d’abord une posture assise, un siège de méditation, puis une posture ou un exercice corporel, assis, debout, en torsion, en équilibre. Il s’inscrit dans la tradition du yoga. Le Joga Pradīpikā rédigé en 1737 par Ramanandi Jayatarama en recense ainsi 84 asanas. Le texte ne sera illustré qu’un siècle plus tard par un ensemble de dessins repris récemment dans Asanas aux éditions Marguerite Waknine dans la collection Le cabinet de dessins.

Images du Joga Pradīpikā

Public domain review | Open culture

Quelques mot sur Yeshayahou Leibowitz, l’antisémitisme, l’antisionisme et la critique du gouvernement Israélien

Le nationalisme doit s’arrêter quand on a obtenu l’indépendance. Quand il devient la valeur suprême, il mène l’homme à la bestialité et l’Etat au fascisme.

Yeshayahou Leibowitz (1903-1994)

J’ai découvert Yeshayahou Leibowitz voici bien des années, lors de la diffusion à la télévision (était-ce sur Arte ?) d’Izkor, les esclaves de la mémoire, documentaire réalisé par Eyal Sivan. Ce film réalisé par un réalisateur juif israélien autour d’un philosophe juif israélien, sioniste, mais très critique vis à vis de la politique du gouvernement israélien a été taxé d’antisionisme. Faudrait-il en conclure qu’il est antisémite selon la simplification abusive faite par certains, dont des hommes politiques “éminents”, assimilant toute critique du gouvernement israélien à de l’antisémitisme ?

Continuer la lecture de Quelques mot sur Yeshayahou Leibowitz, l’antisémitisme, l’antisionisme et la critique du gouvernement Israélien

Un ciné-débat de La SEPANT autour du film documentaire Anthropocène l’époque humaine

La SEPANT (Société d’Etude, de Protection, et d’Aménagement de la Nature en Touraine) animera un ciné-débat le lundi 16 à 20h au CGR Tours – Centre avec la diffusion du film documentaire Antropocène : l’époque humaine (2017) de Jennifer Baichwal, Nicholas De Pencier et Edward Burtynsky.

Critique du film

  • par Sarah Petitbon sur Polka.

En mémoire de Jean Tabet (1940-2011), bibliothécaire militant

J’ai retrouvé dernièrement dans ma bibliothèque un numéro hors-série de Livres : bulletin bimestriel d’information sur le livre et les métiers du livre en région Provence-Alpes-Côtes d’Azur daté de juillet 1997. Publié à l’occasion du Salon du livre anti-fasciste de Gardanne et intitulé Éléments bibliographiquesFascismes d’hier et d’aujourd’hui, ce fascicule de 36 pages comportent de nombreuses références issues de l’édition antifasciste, mais aussi une toute partie fort intéressante de 8 pages présentant l’édition d’extrême-droite1.

Une recherche sur internet m’a rappelé qu’entretemps, en1998, le livre Fascismes d’hier et d’aujourd’hui avait été publié aux éditions de l’Atelier. Comprenant les contributions de spécialistes de l’extrême droite, chercheurs, historiens, bibliothécaires, artistes, journalistes, écrivains sur la montée de l’influence de Front national dans les instances politiques locales et régionales, il avait pour éditeur scientifique Benamar Médiène, Maryse Souchard et Jean Tabet.

Continuer la lecture de En mémoire de Jean Tabet (1940-2011), bibliothécaire militant

Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Le temps s’en va, le temps s’en va, madame,
Las! Le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame.

Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve ; c’est un tigre qui me déchire, mais je suis le tigre ; c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

  • Jorge Luis Borges. Une Nouvelle réfutation du temps.

Qu’est-ce que donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si quelqu’un pose la question et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus. Toutefois, j’affirme avec force ceci : si rien ne passait, il n’y aurait pas de passé ; si rien n’advenait, il n’y aurait pas de futur ; si rien n’était, il n’y aurait pas de présent. Mais ces deux temps, le passé et le futur, comment peut-on dire qu’ils “sont”, puisque le passé n’est plus, et que le futur n’est pas encore ? Quant au présent, s’il restait toujours présent sans se transformer en passé, il cesserait d’être “temps” pour être “éternité”.

Après ma chronique sur les voyages temporels, je voudrais essayer de rassembler ici de la documentation en ligne ou pas sur le temps qui passe sous ses divers aspects. C’est peu dire que le sujet m’intéresse et ma bibliothèque personnelle a quelques ouvrages sur ce thème. J’en compléterai la liste par ce que j’ai pu trouver en ligne.

Continuer la lecture de Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Elections. Comment choisir ? Faut-il choisir ?

Cette indifférence que je sens, lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d’aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, et fait plutôt apparaître un défaut dans la connaissance, qu’une perfection dans la volonté ; car si je connaissais toujours clairement ce qui est vrai et ce qui est bon, je ne serais jamais en peine de délibérer quel jugement et quel choix je devrais faire ; et ainsi je serais entièrement libre, sans jamais être indifférent.

Douze candidats à ces présidentielles. Cela ne vous donne pas moins de quatorze choix, car l’abstention et le vote blanc ne sont pas moins des choix que celui de l’un ou l’autre candidat. Certes, Descartes estimerait qu’il s’agirait là du plus bas degré de la liberté, mais liberté il y a quand même.

Du reste notre choix fait pour un candidat donné est-il vraiment d’essence supérieure, plus éclairé, libre et rationnel ? N’y rentre-t-il aucun préjugé et de conditionnements social ? Si je vote à gauche, n’est-ce pas en bonne partie parce que mon écosystème familial gravitait autour du PCF ? Et si je rejette aujourd’hui un candidat de gauche, fort sympathique par ailleurs, au seul motif qu’il est pour le développement du nucléaire civil, n’est-ce pas là encore un conditionnement social lié à l’air du temps et à mon propre cheminement vers des préoccupations plus écologistes sur le changement climatique ?

Continuer la lecture de Elections. Comment choisir ? Faut-il choisir ?

Demain, la Commune ! une anthologie

Je suis en train d’achever la lecture d’une anthologie intitulée Demain, la Commune ! publiée l’an dernier et regroupant des anticipations sur la Commune parues entre 1872 et 1899, Les textes ont été réunis par Philippe Éthuin, que nous avons déjà rencontrés à propos d’une anthologie d’uchronies sur Napoléon. Il faut dire qu’il s’y connait un peu dans ce domaine et dans celui des anticipations anciennes dont il explore la richesse dans la collection Archéosf, chez Publie.net.

La préface donne un panorama des ouvrages littéraires inspirés par la Commune de Paris. Son auteur est Jean-Guillaume Lanuque, professeur d’histoire-géographie et collaborateur de la revue Dissidence et du Maitron, où il est spécialiste de l’extrême-gauche marxiste, ce qui n’exclut pas un intérêt certain pour l’histoire de la science-fiction et du merveilleux scientifique.

Vous trouverez ci-dessous les textes qui figurent dans l’anthologie. Les genres littéraires représentés sont divers, de la pochade fantaisiste (Allais) à la nouvelle anarchiste (Souêtre) en passant par la pièce revancharde (Bailly) et la chanson révolutionnaire (Pottier).

Continuer la lecture de Demain, la Commune ! une anthologie

Crime de guerre et armes non-conventionnelles : une réflexion de 1872

Dans Histoire de la décadence d’un peuple (1872-1900), une anticipation d’Émile Second publiée en 1872, l’auteur imagine qu’après le retour de la monarchie en 1874, avec l’Orléans Louis-Philippe II, une nouvelle guerre franco-allemande a lieu une douzaine d’année plus tard. Comme en 1870-1871, Paris est assiégé.

A ce moment du récit, Second introduit une réflexion que je trouve assez pertinente sur les soi-disant lois de la guerre. Comme vous le verrez, les fusées-satan employées par les assiégés rappellent les bombes à phosphores et autres armes chimiques dont nous feignons de nous indigner à l’occasion le la guerre d’Ukraine. N’est-ce pas la guerre elle-même qu’il faudrait condamner ? Le pacte Briand-Kellog l’a tenté en 1928.

Quant à Second, désabusé, il semble se résigner à une course à l’armement annonciatrice de la dissuasion nucléaire, voire même de la destruction totale. N’est-ce pas ce qu’il faut comprendre quand il évoque une pacification générale et définitive ?

Continuer la lecture de Crime de guerre et armes non-conventionnelles : une réflexion de 1872

Le Codex Borbonicus

Voir l’image dans Wikipédia

Sous la direction de José Contel et Sylvie Perperstaete, les éditions Citadelles & Mazenod viennent de publier un témoigage du Mexique ancien, le Codex Borbonicus. Acquis en 1826 par l’Assemblée nationale, ce manuscrit présente les trois cycles du calendrier aztèque : le tōnalpōhualli et ses 260 jours, le xiuhpōhualli de 365 jours et le xiuhpōhualli de 52 ans, dit siècle mésoaméricain.

Continuer la lecture de Le Codex Borbonicus