Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Autour de… Capital et travail, ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) par Ferdinand Lassalle


Le théoricien socialiste prussien Ferdinand Lassalle (1825-1864) a publié Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder: Capital und Arbeit en janvier 1864, année de sa mort tragique. Dans ce dernier écrit publié de son vivant, il s’en prend à son principal en­nemi, l’économiste libéral Hermann Schulze-Delitzsch (1808-1888), qu’il assimile à l’économiste libéral Frédéric Bastiat (1801-1850), et expose ses conceptions de l’économie dominées par l’idée d’association.

La première traduction française a été réalisée par Benoît Malon (1841-1893) et a eu deux éditions successives.

  • Ferdinand Lassalle. Capital et travail : ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) ; première traduction française avec une notice sur le développement du socialisme en France et en Allemagne et sur la vie de Ferdinand Lassalle par B. Malon. 2e édition. Paris : Derveaux, 1881. (Oeuvres complètes de Benoît Malon).

La bibliothèque universitaire des Deux Lions (Tours) conserve un exemplaire de la première édition parmi les ouvrage du fonds Elleinstein provenant de la bibliothèque de l’historien spécialiste du communiste Jean Elleinstein (1927-2002).

Quant à la deuxième édition, il ne vous a pas échappé qu’elle a été publiée parmi les Oeuvres complètes de Benoît Malon. C’est que Benoît Malon (1841-1893), le traducteur et commentateur de l’ouvrage de Lassalle n’est pas n’importe qui au sein le mouvement ouvrier. Il figure parmi les fondateurs de l’Internationale et les membres de la Commune de Paris et a collaboré a de très nombreux journaux et revues en France et à l’étranger.

Mais d’autres traductions existent. D’abord celle d’Eugène Montin, avec une préface et une biographie par le socialiste belge César de Paepe (1841-1890) dès 1881.

Enfin celle du journaliste et socialiste libertaire Victor Dave (1845-1922) et du syndicaliste et militant socialiste Léon Remy (1871-1910).

Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Georges Valois. La monarchie et la classe ouvrière. Paris : Nouvelle Librairie Nationale, [préf. 1909].

La bibliothèque universitaire des Deux Lions à Tours recelle dans son fond Elleinstein au moins deux ouvrages en rapport avec Georges Valois : l’ouvrage dont il est l’auteur, publié en 1909 et dont la notice figure ci-dessus, et Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois en 1932.

Sur le surprenant itinéraire de Georges Valois, je vous renvoie à la chronique que j’ai consacrée à l’ouvrage de Victor Serge voici quelques années. Je remarquerai simplement que La monarchie et la classe ouvrière a été publié du temps de ses années à l’Action français, mouvement auquel il a adhéré en 1906, et peu avant la création du Cercle Proudhon en 1911 où il tentera de regrouper syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens dans l’espoir de réaliser d’une synthèse des deux mouvements.

Continuer la lecture de Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

L’écologie dans la bande dessinée

Pour un panorama de la question

Parmi les 1087 thèmes proposés sur BDthèque pour explorer l’univers de la bande dessinée, s’en trouve plusieurs liés à l’écologie et à l’environnement :

Petite sélection personnelle

Je voudrais vous proposer ici quelques titres d’albums ou de séries qui me semblent particulièrement intéressants.

Continuer la lecture de L’écologie dans la bande dessinée

Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

En plus de vingt siècles d’histoire et de tradition spirituelle, mystique et théologique, le christianisme a d’abord vu la nature comme une création bonne dont Dieu a confié à l’homme l’intendance jusqu’à leur salut commun dans et par le Christ à la fin des temps. Mais à partir du XVIIème siècle la philosophie rationaliste instaure un dualisme méthodologique entre matière et esprit, tandis que le protestantisme et le jansénisme renforcent le hiatus entre nature et grâce. Ceci légitime la désacralisation de la nature et sa prise de possession utilitariste par l’homme, parfois en complicité mais souvent en conflit avec le christianisme.

L’émergence de l’écologie dans la deuxième moitié du XXème siècle a mis le christianisme au défi de renouer avec ses racines.

Je souhaite approfondir ici la question des rapports entre christianisme et écologie, rapidement évoquée dans Écologie et religion(s) : un peu de documentation. C’est que, comme le suggère la citation ci-dessus, l’anthropocentrisme despotique et destructeur auquel est souvent réduit la relation du christianisme et de la création n’est peut-être pas si caractéristique du message biblique. Après tout, les précédents de François d’Assise ou de Hildegarde de Bingen ne sont-ils pas là pour montrer qu’un autre rapport est possible entre les chrétiens et l’ensemble des créatures ? L’évolution des dernières décennies amène l’apparition d’une écologie chrétienne, dite écologie intégrale.

Continuer la lecture de Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

Quand l’écologie entre en politique ou les deux origines de l’écologie politique : une webo-bibliographie

L’écologie est entrée en politique par deux voix différentes et parfois opposées : l’écologisme, né dans la société civile, va nourrir les premiers mouvements et partis écologistes pendant que les Etats vont tenter, avec plus ou moins de conviction et de sincérité, d’apporter une réponse à la crise environnementale.

Continuer la lecture de Quand l’écologie entre en politique ou les deux origines de l’écologie politique : une webo-bibliographie

Tombeau d’Axel Kahn

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C’est vous qui le savez, sublimes animaux !
À voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse,
Seul, le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
— Ah ! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au cœur !
Il disait : « Si tu peux, fais que ton ame arrive,
À force de rester studieuse et pensive,
Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
Gémir, pleurer, prier, est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »

Alfred de Vigny, « La mort du Loup », III

Le dernier message d’Axel Kahn
Son blog
Bibliographie de ses ouvrages

L’abstention aux élections est-elle condamnable ? Et le vote blanc ?

Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher.

Blaise Pascal

Se moquer de la politique, est-ce vraiment faire de la politique ?

Sujet de philo imaginaire

Un peu plus de 66 % d’abstentionnistes au premier tour des élections régionales et départementales dimanche dernier. Deux électeurs sur trois ne se sont pas déplacés. Un record. Et partout le même lamento éploré.

Personnellement, à l’abstention définie comme le fait de ne pas se rendre aux urnes un jour d’élections, je préfère le vote blanc, où l’électeur se déplace pour exprimer son non-adhésion aux propositions des divers partis en lice. Il témoigne ainsi d’un engagement dans le non-engagement, voire même d’une critique du système politique en place. Malheureusement, il n’est toujours pas reconnu de manière pleine et entière, car, s’il est bien comptabilisé, il n’est toujours pas intégré dans les suffrages exprimés.

Continuer la lecture de L’abstention aux élections est-elle condamnable ? Et le vote blanc ?

Le chamanisme selon Corine Sombrun

Début novembre 2019, j’avais vu un film de Fabienne Berthaud inspiré d’une histoire vraie, celle de Corine Sombrun, devenue chamane après une expérience de transe en Mongolie. Cela m’avait fort intéressé et j’avais commencé à m’informer une peu sur le sujet, notamment avec les vidéos ci-dessous. Puis j’étais passé à autre chose…

Or voici que ce mercredi 23 juin 2021, à La Grande Librairie, François Busnel a eu l’excellente idée d’inviter Corine Sombrun pour son livre, La diagonale de la joie : voyage au coeur de la transe. Du coup, je retrouve ce bouillon en friche que je reprends et complète avant de vous le proposer. Outre les vidéos ci-dessous, je vous renvoie à ses livres sur le chamanisme et aux émissions qui lui ont été consacrées sur France Inter, France Culture ou RFI.

Continuer la lecture de Le chamanisme selon Corine Sombrun

Catastrophisme environnemental

Notion sujette à controverses, le catastrophisme environnemental désigne selon ses détracteurs une forme de concentration irrationnelle (voire pathologique) sur les désastres écologiques présents et à venir (réchauffement climatique entraînant une montée des eaux rendant certaines régions de la planète inhabitables, villes asphyxiées par la pollution de l’air, explosion démographique entraînant un état de guerre permanent pour le contrôle de l’eau potable, collapse énergétique faisant suite à l’épuisement des ressources fossiles, recrudescence dramatique des cancers environnementaux, réduction massive de la biodiversité, etc.), dont la possible survenue serait supposée dicter sa conduite à l’humanité. […]

Les écrits sur l’Anthropocène et l’effondrement ne sont pas exempts de catastrophisme. Leurs adversaires, notamment les climatosceptiques, ont choisi d’en rire ou, au contraire, d’en dénoncer les dangers pour la démocratie et l’humanisme, car ils feraient le lit d’un futur totalitarisme vert. Mais peut-on échapper au catastrophisme quand il s’agit d’éveiller les consciences ? Cassandre n’avait-elle pas raison ? Pour s’en faire une idée, voici une petite bibliographie d’auteurs dont les avis sur la question peuvent-être diamétralement opposés…

Continuer la lecture de Catastrophisme environnemental