Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Voici la couverture d’un ouvrage de C. A. Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914)(1) dont l’illustration reprend un portrait du chef de la tribu de Ngaiterangi, Tomika Te Mutu peint par  Gottfried Lindauer en  1880. Ce tableau fait partie des nombreux portraits de maori réalisé par cet artiste néozélandais originaire de l’Empire austro-hongrois. Plusieurs représentent des chefs maoris arborant de superbes tatouages faciaux ou tā moko et habillés à l’européenne, comme ceux de Hori Ngakapa Te Whanaunga ou du major Waata Pihikete Kukutai. Ce contraste entre les éléments culturels disparates rassemblés sur une même personne est une des manifestations du métissage culturel qui a accompagné l’expansion européenne dans le monde(3). On ne pouvait rêver meilleure illustration pour le livre de C. A. Bayly,. Continuer la lecture de Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bagatelles pour un massacre et autres pamphlets céliniens : beaucoup de bruit pour rien

La polémique qui enfle actuellement autour d’une hypothétique réédition des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline par Gallimard me laisse perplexe. Que certains s’inquiètent d’une parution sous format papier de textes par ailleurs parfaitement accessibles ici et  sur internet me semble risible et vain. Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, Bagatelles pour un massacre, L’Ecole des cadavres et Les Beaux draps sont bel et bien accessibles à n’importe quel internaute amateur et ce sans le moindre appareil critique…

Alors, la perspective d’une édition permettant de contextualiser ces écrits devrait plutôt nous réjouir, non ? Ce n’est pas en interdisant la publication de tels textes qu’on peut espérer en combattre l’influence délétère, mais bien en les étudiant, en les analysant, en pointant leur inanité. La censure est toujours contreproductive, et les censeurs, si bonnes soient leurs intentions, s’exposent à bien des ridicules.

En tout cas, l’éditeur ne pouvait rêver meilleure publicité, ce qui n’était sans doute pas le but de ses détracteurs…

__________________________________

Mise à jour du 15 janvier 2018

Il semble que Gallimard renonce à publier ces fameux pamphlets. C’est son choix, mais je pense que le résultat obtenu par les censeurs aura surtout été un regain d’intérêt pour les versions disponibles sur internet, et malheureusement pas seulement de la part de chercheurs et de curieux. Dans le genre contreproductif, on ne fait pas mieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Discours véritable contre les chrétiens de Celse

Un fait remarquable des origines chrétiennes est le peu d’intérêt que suscita dans la société païenne la propagation de la nouvelle religion jusqu’au milieu du second siècle. […]

Louis Rougier

Qui s’intéresse, comme Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, aux origines du christianisme est nécessairement confronté aux témoignages des païens et notamment aux pamphlets et écrits polémiques visant la religion nouvelle. Certains ont disparus, comme celui du précepteur de Marc-Aurèle, L. Cornelius Fronton. D’autres au contraire ont été préservés de la destruction comme le traité Contre les Galiléens de l’empereur Julien. Beaucoup ne subsistent que sous forment de fragments tel celui de Porphyre.

L’exemple le plus remarquable de cette polémique anti-chrétienne est Discours véritable (Λόγος Ἀληθής) écrit vers 178 par le philosophe Celse ce qui en fait l’auteur le plus ancien pour lequel nous bénéficions d’écrits constituant une polémique argumentée contre la nouvelle sensibilité religieuse. Le texte a été partiellement préservé par celui-là même qui en était le plus farouche adversaire : Origène, auteur d’un Contre Celse écrit vers 248. Continuer la lecture de Discours véritable contre les chrétiens de Celse

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jésus selon Gérard Mordillat et Jérôme Prieur

Jésus annonçait le Royaume, et c’est l’Église qui est venue

Alfred Loisy

Depuis une vingtaine d’années Gérard Mordillat et Jérôme Prieur nous régalent de séries télévisées et de livres sur Jésus et les origines du christianisme. Cela  n’est pas allé sans critiques et polémiques, mais j’estime que nous pouvons leur être reconnaissant d’avoir attiré l’attention d’un large public sur un sujet ardu tout en faisant appel à des spécialistes reconnus internationalement. Il m’a semblé utile de rassembler ici un peu de documentation en ligne sur leur travail et notamment de les écouter s’exprimer sur Jésus, la religion et le reste.

Continuer la lecture de Jésus selon Gérard Mordillat et Jérôme Prieur

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie ; j’abandonne mon esprit à tout son libertinage ; je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit, dans l’allée de Foi, nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées ce sont mes catins.

Le début du Neveu de Rameau de Denis Diderot me ravit toujours tant je me sens proche alors en esprit du grand maître d’oeuvre de l’Encyclopédie… toute proportion gardée, évidemment.  🙂 Continuer la lecture de Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliothèque orientale elzévirienne

C’est à la suite de ma recherche d’ouvrages du XIXe siècle sur la bouddhisme que j’ai découvert la Bibliothèque orientale elzévirienne, collection de livres consacrée à l’Orient, le terme «oriental» étant à entendre au sens large. Publiée par les éditions Ernest Leroux, son  premier volume est paru en 1873, le quatre-vingt-dixième et dernier volume en 1916. On y trouve des œuvres de spécialistes bien connus, pour la plupart français (philologues, orientalistes, fonctionnaires coloniaux, diplomates, etc.). La série visant un large public, son niveau scientifique est en partie inégal.

Ce qui précède et ce qui suit suit est en bonne partie une adaptation d’une notice de Wikipedia en allemand que je tente d’adapter et d’enrichir. Vous trouverez ci-dessous une liste des ouvrages parus dans cette collection avec les accès au texte intégral  quand j’ai pu les trouver. Continuer la lecture de Bibliothèque orientale elzévirienne

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques ouvrages du XIXe siècle sur le bouddhisme

Je rassemble ici quelque ouvrages du XIXe siècle sur le bouddhisme. C’était le temps de la (re)découverte de cette école de pensée par l’Occident, avec ce que cela peut comporter de  fascination et de malentendus  soulignés par Roger-Pol Droit (Le culte du néant : les philosophes et le Bouddha) et Frédéric Lenoir (La rencontre du bouddhisme et de l’Occident).

La présente liste fera l’objet de mises à jour plus ou moins régulières. Les titres y figurent en ordre chronologique avec des renvois vers les versions en ligne quand elles existent et vers les notices biographiques des auteurs. Continuer la lecture de Quelques ouvrages du XIXe siècle sur le bouddhisme

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Ami des enfans de Berquin

Dans la fameuse annexe de la bibliothèque familiale que j’ai plusieurs fois évoquée ici, j’ai découvert douze petits volumes in-16 de L’Ami des enfans (oui, ça s’écrivait comme ça avant la réforme orthographique de 1835) mis en ordre par Jean-Joseph Regnault-Warin (1773-1844) dans une édition de 1824 publiée à Paris chez Louis Mame-Delaunay (1775-1839). En cette période de Restauration, cet imprimeur-libraire royaliste juge bon de réimprimer ce qui fut initialement un périodique pour enfants français paru en en vingt-quatre volumes in-12 aux cours des années 1782 et 1783 et qui eut un succès certain dans les dernières années de l’Ancien Régime. L’écrivain et pédagogue Arnaud Berquin (1747-1791) en était le fondateur ainsi que celui de L’Ami de l’adolescence paru les deux années suivantes. On trouve dans les deux périodiques des histoires morales, des dialogues, des drames en un, deux ou trois actes, des poèmes, visant toujours l’éducation enfantine, ce qui explique qu’après la tourmente révolutionnaire les éditions se succédent pendant tout le XIXsiècle bourgeois et bien pensant jusqu’en 1910. Voici ce qu’en dit le prospectus inséré dans le premier volume en janvier 1782 : Continuer la lecture de L’Ami des enfans de Berquin

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est sensé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La polémique autour de L’homme révolté d’Albert Camus

La parution de L’homme révolté d’Albert Camus suscita une de ces polémiques, dont les intellectuels français sont si friants, avec comme principaux protagonistes, outre l’auteur :

les surréalistes autour d’André Breton qui mènent une vigoureuse critique dans plusieurs fascicules de la revue Arts  à partir d’octobre 1951 et un numéro spécial de La rue intitulé Révolte sur mesure,

les existentialistes Francis Jeanson et Jean-Paul Sartre qui écrivent des articles peu amènes  dans les numéros de mai et d’août 1952 des Temps modernes,

Georges Bataille qui prend la défense de Camus contre les surréalistes dans « Le temps de la révolte » paru dans les n° 55 et 56 de la revue Critique en décembre 1951 et janvier 1952, puis en décembre 1952, avec un nouvel article, « L’affaire de L’homme révolté », cette fois contre Sartre, dans le n° 67 de la même revue (ces deux articles sont

Voir aussi :

d’autres documents sur l’affaire Camus sur le site dédié à André Breton

un article riche en annexes documentaires dans

Voir aussi l’article suivant : Marina Galletti. « Notes sur Bataille, Camus et le surréalisme« . Les Temps Modernes, 2005/1, n° 629, p. 35-42.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts