Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

If… de Kipling

Le poème

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you,
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream – and not make dreams your master;
If you can think – and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build ’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breathe a word about your loss[es];
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your [or our] turn long after they are gone,
And so hold on [to it] when there is nothing in you
Except the Will which says to them: ‘Hold on!’

If you can talk with crowds and keep your virtue,
‘ Or walk with Kings – nor lose the common touch,
if neither foes nor loving friends can hurt you,
If all men count [on you,] with you, but none too much;
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds’ worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And – which is more – you’ll be a Man, my son! Continuer la lecture de If… de Kipling

L’attention au présent

Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont point nôtres et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent d’ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu’il nous afflige, et s’il nous est agréable nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé ou à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la  lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin. Le passé et le présent sont nos moyens, le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

Blaise Pascal, Les Pensées.

Je suis souvent surpris de lire chez Pascal, à propos du moi, du divertissement ou, dans l’extrait ci-dessus, du peu d’attention que nous portons au présent, des réflexions que l’on retrouvent sous une forme proche dans les préceptes du yoga et du bouddhisme : Continuer la lecture de L’attention au présent

La Recherche d’une première vérité par Jules Lequier

En feuilletant Les livres de la semaine n° 1284 du 19 novembre 2020, j’ai repéré un ouvrage de Ghislain Deslandes intitulé Court traité sur la recherche d’une vérité première aux éditions Ovadia. Il s’agit d’une introduction à l’œuvre de Jules Lequier (1814-1862), philosophe méconnu du milieu du XIXe siècle.

Ses principaux manuscrits, qui portent sur la question philosophique de du libre arbitre dans sa relation avec le déterminisme et la prescience divine, ont été publiés de manière posthume en 1865 par Charles Renouvier sous le titre de La Recherche d’une première vérité qui est disponible sur Archive.org et Gallica. La réédition de 1924 est accessible sur Gallica. Celle parue sous le titre Comment trouver, comment chercher une première vérité ? aux éditions de l’Éclat en 1985 existe aussi en format Lyber.

Vous pourrez trouver deux autres éditions en bibliothèques ou en librairie : l’une parue en 1993 aux Presses universitaires de France, l’autre aux éditions Allia en 2009.

Pour en savoir plus

Les comptes-rendus fait à l’occasion de la réédition de 1924 par :

Les Cahiers Jules Lequier, publications annuelles des Amis de Jules Lequier.

Goulven Le Brech. « Jules Lequier, le spectre du beau », Philosophoire, 2012, n° 38, p. 155-165.

Autres études sur Jules Lequier.

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent pour le plus vrai et assuré, je l’ai appris des sens, ou par les sens : or j’ai quelquefois éprouvé que ces sens étaient trompeurs, et il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompés.

Descartes, Méditations métaphysiques, I

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques, trompe-l’œil et objets impossibles sont une illustration parfaite de ce qu’écrit Descartes à propos du caractère trompeur de nos sens et notamment de la vue. Mon intérêt pour ces étrangetés iconiques remonte à loin, à ma découverte des œuvres de M. C. Escher. Je voudrais réunir ici quelques exemples de ces images trompeuses et quelques sites et ouvrages où il en est question.

Continuer la lecture de Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

L’Amérique latine en lutte pour les droits humains : souvenirs des années 1970-1980

J’étais trop jeune lors des putschs du général Pinochet en septembre 1973 ou de la junte militaire argentine en mars 1976. Par contre je me souviens fort bien de la révolution sandiniste au Nicaragua en 1979, révolution qui mettait fin à 40 ans de dictature sanglante de la famille Somoza. Elle devait bientôt faire face aux Contras soutenus par la CIA.

Je me souviens aussi qu’en 1980, au Salvador voisin, Óscar Romero, archevêque de San Salvador et défenseur des droits de l’homme, était assassiné en pleine messe pour s’être élevé contre les exactions de l’armée et des escadrons de la mort.

Je me souviens de la théologie de la libération et des prêtres guérilleros. Continuer la lecture de L’Amérique latine en lutte pour les droits humains : souvenirs des années 1970-1980

Études Marines et autres revues « militaires »

Nous venons de recevoir un fascicule d’Études Marines, une revue semestrielle qui fait partie des publications du Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine (CESM). Elle parait depuis 2011 et contient des publications scientifiques faisant intervenir des auteurs reconnus sur des sujets transversaux , bref, le type de revues que je préfèrent : celles qui ne comportent que des numéros thématiques. Ses fascicules sont accessibles en ligne et ils ne me semblent plutôt dignes d’intérêt. A vous de voir si cela peut vous intéresser.

Continuer la lecture de Études Marines et autres revues « militaires »

La liberté d’expression et la tolérance, ça s’apprend, le second degré et l’irrévérence aussi !

Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur.

Stendhal (citation trouvée ici)

Samuel Paty avait simplement fait son métier en illustrant son cours d’enseignement moral et civique (EMC) avec une caricature de Mahomet. En réaction à son assassinat, Nicolas Gastineau a publié sur le site de Philosophie magazine un article intitulé « Jules Ferry, la laïcité et le fanatisme » où il remonte à l’origine de ces cours d’instruction civique et morale en s’appuyant sur la lettre aux instituteurs du 17 novembre 1883. Une lettre où les fameux hussards noirs de la République sont appelés à redoubler d’efforts pour préparer à notre pays une génération de bons citoyens.

Continuer la lecture de La liberté d’expression et la tolérance, ça s’apprend, le second degré et l’irrévérence aussi !

Les bureaucrates se ramassent à la pelle et autres chansons de l’album « Pour en finir avec le travail »

En écoutant une émission consacrée à Guy Debord et la société du spectacle, j’ai entendu cette chanson chantée par Vanessa Hachloum, alias Jacqueline Danno

… extraite de Pour en finir avec le travail (1974), album de chansons détournées par les situationnistes produit par Jacques Le Glou. La vie s’écoule, la vie s’enfuit, autre chanson déjà signalée ce carnet, en est également tirée. : .

Ces « chansons du prolétariat révolutionnaire » ont été écrites par Guy Debord, sa compagne Alice Becker-Ho, Raoul Vaneigem, Étienne Roda-Gil et Jacques Le Glou. Elles sont chantées par Jacques Marchais, Jacqueline Danno et Michel Devy. Il s’agit pour la plupart détournements de chansons connues (Il est cinq heures d’après Dutronc-Lanzman, La bicyclette de Barouh-Lai devenue La mitraillette, Les bureaucrates se ramassent à la pelle d’après Prévert-Kosma, La makhnovstchina d’après A l’appel du grand Lénine…). L’bon dieu dans la merde, est la seule chanson historique : elle a été chantée par Ravachol en montant à l’échafaud.

Le disque a été réédité en 1998 par EPM, et à nouveau en 2008 sous le titre Les Chansons Radicales de Mai 68.

Ecouter l’album

Essai sur l’indifférence en matière politique par Armand Granel

En ces temps où, paraît-il, l’indifférence en matière politique grandit avec l’abstention1, il peut être intéressant de voir ce qu’il pouvait être dit sur cette question voici 150 ans. En examinant une liste d’ouvrages du XIXe siècle proposés en don par la Bibliothèque municipale de Toulouse, j’y ai trouvé le titre suivant, dont il existe une version numérisée su Gallica : Essai sur l’indifférence en matière politique d’un certain Armand Granel, avocat. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais je le signale, à tout hasard…

  1. Encore faudrait-il être sûr que cette dernière est toujours l’indice d’une indifférence et non d’une grande exigence que le système politique actuel ne peut satisfaire…

Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Après l’apocalypse dans la bande dessinée

Le site Bédéthèque propose de nombreux thèmes. Celui intitulé Après l’apocalypse présente près de 200 séries de bandes-dessinées – les classiques Jérémiah, Neige, Le Tranceperceneige, et d’autres moins connues – dont les histoires se déroulent après l’effondrement de notre monde, que celui-ci soit dû à l’apocalypse nucléaire, à l’épuisement des ressources, au dérèglement climatique, au chaos politique et j’en passe…

Continuer la lecture de Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve