Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Quelques critiques de la société de consommation

En complément de mes chroniques sur la décroissance, je voudrais assembler ici quelques documents sur la critique de la société de consommation. Moquée par Boris Vian (La complainte du progrès)…

Jacques Debroncard (J’suis heureux)…

Continuer la lecture de Quelques critiques de la société de consommation

Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Continuer la lecture de Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Le temps des ouvriers

Je voudrais vous recommander chaleureusement Le temps des ouvriers, un fabuleux documentaire de Stan Neumann sur l’histoire du monde ouvrier européen du début du XVIIIe siècle à nos jours. Ses quatre parties sont actuellement visibles sur le site d’Arte et sur sa chaîne Youtube.

Le Temps de l’usine (1700-1820)

Le Temps des barricades (1820-1890)

Le Temps à la chaîne (1880-1935)

Le Temps de la destruction (de 1936 à nos jours)

Une phrase à méditer d’Antonio Gramsci

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.

Antonio Gramsci, Cahiers de Prison (1948-1951, cahier 3)

J’ai trouvé cette citation dans le numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine daté du 21 avril 2020. Abonnez-vous, c’est gratuit !

La citation exacte est :

La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés.

Mais il faut bien reconnaître que la première proposée a plus d’allure et de force.

Le parisianisme, voilà l’ennemi

Comme je l’écrivais dans une précédente chronique, les accents régionaux sont issus de langues régionales disparues ou en voie de disparition pour des raisons tant politiques (jacobinisme) que sociales (parisianisme). Cependant, dans ce couple mortifère, le parisianisme est de loin le plus insidieux et le plus dangereux, car il gangrène l’esprit de bien des Français, Parisiens ou non, s’étendant ainsi à tous les domaines de la vie sociale, alors que le jacobinisme ne repose que sur des décisions et des institutions politiques.

Continuer la lecture de Le parisianisme, voilà l’ennemi

Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

On pourra perpétuellement décapiter des rois, déposer des empereurs, éventrer des présidents de la République, la situation restera la même tant qu’il y aura des mines, des usines et des chantiers. Tant que l’artificiel établi pendant des siècles d’esclavage sera considéré comme base de système de vie, il y aura exploitation de l’homme par l’homme, il y aura spoliation, sans parler de la dégradation toujours continue et aggravée de la Nature.

Émile Gravelle

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans un article fort intéressant du blog de Gallica consacré à un éphémère mensuel de la fin du XIXe, Le Naturien. Lancé en mars 1898 par l’anarchiste individualiste Émile Gravelle, il fait suite à La Nouvelle humanité que ce dernier avait fondé en 1894 Henri Zisly et Henri Beylie. Issus de l’anarchie, les naturiens développent une critique de la modernité industrielle qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence prophétique et fait d’eux les précurseurs de l’écologie radicale et de la décroissance, ainsi que du végétalisme développé chez les néo-naturiens des années 1920, comme Louis Rimbaud, notamment dans les revues Le Néo-Naturien (1922-1927) fondé par Henry Le Fèvre et Le Végétalien (1924-1929) de Georges Butaud et Sophie Zaïkowska.

Continuer la lecture de Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

Un dictionnaire bibliographique de socialistes espagnols

En cette période de confinement, je m’occupe entre autre avec du catalogage en ligne. En cherchant à identifier un auteur qui se trouvait un syndicaliste catalan, j’ai découvert le site d’une fondation portant le nom d’un homme politique espagnol du tournant des XIXe et XXe siècles, Pablo Iglesias (1850-1925), le fondateur du Parti socialiste ouvrier espagnol (Partido Socialista Obrero Español, PSOE) et du syndicat socialiste de l’Union générale des travailleurs (Unión General de Trabajadores, UGT). Parmi les ressources du site, je vous signale plus particulièrement un dictionnaire biographique du mouvement socialiste espagnol de sa fondation en 1879 à la mort de Franco en 1975.

De la rapacité des ayants-droits (suite)

Je vous ai entretenu, voici quelques temps, de tout le mal que je pensais des ayant-droits. J’ai découvert récemment une preuve de plus de leur extrême nocivité. Voir ci-dessous que j’ai pu lire sur le site de l’association En Envor. Il serait temps que les associations à vocation culturelle et/ou scientifique soient protégées contre les excès de la sphère juridico-commerciale qui mettent en danger leur existence. Mais, lisez plutôt :

Continuer la lecture de De la rapacité des ayants-droits (suite)

Épidémies : la leçon d’Elias Canetti

De tous les malheurs dont l’humanité a été affligée de tous temps, les grandes épidémies ont laissé un souvenir particulièrement vivace. Elles éclatent avec la soudaineté de catastrophes naturelles, mais alors qu’un tremblement de terre s’achève après quelques brèves secousses, l’épidémie a une durée qui peut s’étendre sur des mois ou même sur une année. Le tremblement de terre atteint d’un seul coup le sommet de l’horreur, ses victimes périssent toutes à la fois. Une épidémie de peste agit au contraire par sommation, au début quelques-uns seulement sont pris, puis les cas augmentent ; on voit des morts partout, bientôt on en voit rassemblés plus que des vivants. Il se peut que le résultat de l’épidémie soit finalement identique à celui d’un tremblement de terre. Mais les gens sont témoins de la grande mort, elle se joue et s’accroît sous leurs yeux. C’est comme s’ils participaient à une bataille qui dure plus longtemps que toutes les batailles connues. Mais l’ennemi est dissimulé, on ne peut le voir ni le rencontrer nulle part. On se contente d’attendre d’en être touché […]

Elias Canetti, Masse et Puissance(1960), « Les épidémies »

Lire la suite sur Philomag.com