Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

La Chine et la philosophie des Chinois dans l’Encyclopédie

Voici deux articles de attribués à Diderot parus dans l’Encyclopédie. Il donne une idée de ce que les philosophes des Lumières savaient de la Chine et de la philosophie chinoise.

Continuer la lecture de La Chine et la philosophie des Chinois dans l’Encyclopédie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour du site Omar Khayyam Nederland

Le maître d’œuvre du site Omar Khayyam Nederland est Jos Coumans, bibliothécaire et auteur d’une bibliographie sur les robâyiât. Il est secrétaire de la Nederlands Omar Khayyám Genootschap dont ce site est l’expression. Il propose en outre trois autres sites :

Omariana.nl, site dédié à l’actualité des parutions et des congrès consacrés à Omar Khayyam, avec notamment un bulletin d’information.

Omar Khayyam in Nederland, un site en néerlandais.

Concordances of the rubáiyát

Continuer la lecture de Autour du site Omar Khayyam Nederland

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

George Palante : une webographie de ses œuvres en ligne

En discutant avec une collègue d’un roman, Le Sang noir, dont l’auteur, Louis Guilloux, évoque son ami le philosophe Georges Palante à travers le portrait du professeur Cripure, je me suis souvenu que Michel Onfray avait consacré un ouvrage à ce philosophe « nietzschéen de gauche ». Je me suis aussi souvenu que j’avais commencé à établir voici plusieurs mois une webographie de ses ouvrages accessibles en ligne. La voici, mais il faudra sans doute des mises à jour… Continuer la lecture de George Palante : une webographie de ses œuvres en ligne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’homme dans l’infini

Que l’homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu’il éloigne sa vue des objets bas qui l’environnent. Qu’il regarde cette éclatante lumière mise comme une lampe éternelle pour éclairer l’univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu’il s’étonne de ce que ce vaste tour lui‑même n’est qu’une pointe très délicate à l’égard de celui que ces astres, qui roulent dans le firmament, embrassent. Mais si notre vue s’arrête là que l’imagination passe outre, elle se lassera plutôt de concevoir que la nature de fournir. Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche, nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin c’est le plus grand caractère sensible de la toute‑puissance de Dieu que notre imagination se perde dans cette pensée. Continuer la lecture de L’homme dans l’infini

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Pavillon noir, une pièce de théâtre pour la réflexion et l’action

J’ai vu mardi dernier Pavillon noir au théâtre Olympia de Tours. Fruit de la rencontre entre le collectif d’auteurs Traverse et le collectif d’acteurs OS’O, cette pièce étonnante nous parle du deep web et des zadistes, de la résistance civique et de la répression policière, des pirates haktivistes et des menaces pesant sur nos libertés via internet. C’est un spectacle très réussi, tant sur le plan formel que sur le contenu, que je vous recommande.

Continuer la lecture de Pavillon noir, une pièce de théâtre pour la réflexion et l’action

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une historienne politisée… et ce n’est pas un défaut, bien au contraire !

Grâce à Arrêt sur images, j’ai découvert certaines chroniques de Mathilde Larrère sur divers aspects de l’histoire souvent en rapport avec l’actualité,par exemple le rapprochement abusif des obsèques d’un certain Johnnny Halliday et de celles de Victor HugoContinuer la lecture de Une historienne politisée… et ce n’est pas un défaut, bien au contraire !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de ténèbres

Avez-vous vu ce dimanche sur France 2 le documentaire intitulé  Les chasseurs de ténèbres consacré à Serge et Beate Klarsfeld ? Il est encore visible sur le site de la chaîne publique de télévision. Je vous le recommande chaudement.

Un grand moment de ce documentaire : le jour où Beate Klarsfeld a giflé l’ancien nazi Kurt Kiesinger devenu chancelier d’Allemagne de l’Ouest, le 7 novembre 1968.

Continuer la lecture de Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de ténèbres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour d’Angelus Silesius et du Cherubinischer Wandersmann

Die Ros’ ist ohn’ Warum, sie blühet, weil sie blühet.
Sie achtet nicht ihrer selbst, fragt nicht, ob man sie siehet.

La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit,
N’a pour elle-même aucune attention, ne demande pas si on la voit.

Le distique ci-dessus est sans doute le plus célèbre de ceux  extraits du Cherubinischer Wandersmann d’Angelus Silesius. Ce n’est pourtant pas le seul, loin s’en faut, puisque cet ouvrage mystique, paru pour la première fois en 1657 sous le titre Geistreiche Sinn- und Schlussreime, ne contient pas moins de 1676 distiques et 10 sonnets. Il a inspiré des philosophes comme Leibniz, Ludwig Wittgenstein, Martin Heidegger ou Leszek Kołakowski.

Je vais tenter de rassembler ici un peu de documentation sur l’ouvrage et son auteur. Continuer la lecture de Autour d’Angelus Silesius et du Cherubinischer Wandersmann

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Voici la couverture d’un ouvrage de C. A. Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914)(1) dont l’illustration reprend un portrait du chef de la tribu de Ngaiterangi, Tomika Te Mutu peint par  Gottfried Lindauer en  1880. Ce tableau fait partie des nombreux portraits de maori réalisé par cet artiste néozélandais originaire de l’Empire austro-hongrois. Plusieurs représentent des chefs maoris arborant de superbes tatouages faciaux ou tā moko et habillés à l’européenne, comme ceux de Hori Ngakapa Te Whanaunga ou du major Waata Pihikete Kukutai. Ce contraste entre les éléments culturels disparates rassemblés sur une même personne est une des manifestations du métissage culturel qui a accompagné l’expansion européenne dans le monde(3). On ne pouvait rêver meilleure illustration pour le livre de C. A. Bayly,. Continuer la lecture de Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts