Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Du plagiat

Un site de référence

L’actualité accorde une place de plus en plus importance aux affaires de plagiat. Auteurs et ouvrages sont mis en cause dans la presse et les recours aux tribunaux pour dénoncer des contrefaçons se banalisent. La question du plagiat littéraire se pose d’autant plus que les possibilités techniques de reproduction de textes sont désormais à la portée de tous (photocopie, numérisation…).

Mais surtout, la notion de plagiat est au coeur du processus de création littéraire : où est la limite entre l’emprunt servile et l’imitation créatrice, entre le plagiat et l’oeuvre originale ?

Le texte ci dessus est extrait du site Le plagiat créé par Hélène Maurel-Indart, professeur à la faculté des Lettres de l’Université François-Rabelais à Tours et auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème :

Du Plagiat, Presses Universitaires de France, collection « Perspectives Critiques », 1999, 234 p. Nouvelle édition actualisée et très augmentés de quatre chapitres et d’analyses complémentaires en 2011 dans la collection Folio Essais, Gallimard.

Le Plagiat littéraire, Actes du colloque international de Tours (1-2 février 2001), textes réunis dans Littérature et Nation, n°27, Presses Universitaires François-Rabelais, Tours, 2002.

Plagiats, les Coulisses de l’écriture, Editions de la Différence, 2007 : le thème du plagiat actualisé et élargi aux faux, aux suites, aux écritures collectives, aux nouvelles données juridiques de l’Internet et du monde de l’édition. Présenté le 10 décembre 2005 dans le cadre de l’HDR.

Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule, Paris, Éditions Léo Scheer, coll. “Documents”, 2013.

Les règles du savoir-plagier“, Magazine littéraire, no 495,

Ressource essentielle sur la question notamment, son site comporte notamment des bibliographies des articles et ouvrages critiques sur le plagiat et des œuvres de fictions ayant ce thème.

Mise à jour du 31 ma 2021. Ce site semble avoir disparu et c’est bien dommage.

Ouvrages et citations

Ce qui précède me donne matière à recherche sur internet pour les ouvrages tombés dans le domaine public disponibles sur internet :

Anatole France. « Apologie pour le plagiat », in La Vie littéraire, quatrième série, Calmann-Lévy, 1924, p. 157-167, disponible dans GallicaThe Project Gutenberg, Munseys

Rémy de Gourmont, Promenades littéraires, troisième série, chap. 4,  « Propos variés », « La propriété littéraire »,  Mercure de France, 1919, disponible dans Gallica.

Marmontel, Éléments de littérature, art. « plagiat », 1787, disponible dans Google livres.

Georges Maurevert. Le livre des plagiats. A. Fayard, 1922, disponible sur Archive.org.

 Alfred Mortier, Dramaturgie de Paris, chap. IX « Plagiat et imitation », p. 333 et suiv., Ed. Radot, 1917, disponible dans Gallica..

Charles Nodier, Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres,. 2e éd., Crapelet, 1828, disponible dans Archive.org, Google livres

Voir notamment les notes détaillées où sont présentés plusieurs cas de plagiats. Par exemple :

Note A  : Montaigne plagié par Corneille

Note I : plagiats commis par Voltaire selon Fréron

Note K : Montaigne plagié par Pascal

Voir aussi sa bibliographie, même si celle-ci s’adresse plutôt à des latinistes…

Rééditions récentes chez Droz,en 2003, dans une édition établie, présentée et annotée par par Jean-François Jeandillou (cf. compte-rendus de Daniel Sangsue, Romantisme, 2003, vol. 33, n°  122, p. 149-150, disponible dans Persée et Marc Escola, disponible dans Fabula) et chez Payot en 2011 avec une préface de Maxime Rovere.

Joseph-Marie Quérard, Les supercheries littéraires dévoilées, galerie des écrivains français de toute l’Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facécieux ou bizarres. Paris, 1847-1853. 5 vol. Une 2e édition par Gustave Brunet en 1866 avec de nouvelles notice. Réédition de 1964 chez Maisonneuve & Larose accessible sur Gallica.

Jean de Soudier de Richesource (pseudonyme de Jean Oudart), Le Masque des orateurs, Paris, 1667, disponible sur Gallica, Europeana.

Richesource est l’nventeur du plagianisme, “technique d’amplification visant à permettre aux auteurs peu imaginatif de reprendre les textes existants en dissimulant leur source” (cf. Le dictionnaire du littéraire, art. « Plagiat », PUF, 2002). Pour en savoir plus, voir l’article de C. G. Roscioni, « L’Abbé de Richesource e il “Plagianisme” », Micromégas. Rivista di Studi e Confronti Italiani e Francesi Roma, 1978, vol. 5, no1, pp. 25-36. Voici ce que j’ai trouvé sur cet auteur dans une note d’une édition des œuvres de Boileau :

Richesource.  ] JEAN de Soudier, Ecuyer, Sieur de Richesource , étoit un misérable Déclamateur, façon de Pédant, qui prenoit la qualité de Modérateur de l’Académie des Orateurs, parce qu’il faisoit des Leçons publiques d’Eloquence, dans une Chambre qu’il occupoit à la Place Dauphine. Il avait composé quelques Ouvrages parmi lesquels il y en a un de Critique  intitulé Camouflet des Auteurs ; & chaque Critique est une Camouflade. Bross.

Voyez Sat. III. 176 DE ST MARC

Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. « Plagiat », 1764. disponible su Gallica, Wikisource.

Ne pas oublier, que, comme nous le rappelle joliment Jean Giraudoux (Siegfried, acte I, scène 6),

Le plagiat est la base de toutes les littératures, excepté de la première, qui d’ailleurs est inconnue.

C’est qu’il est parfois difficile de faire la différence entre le plagiat et l’inspiration

Plagiaires et plagiés

Une liste (bien évidemment non exhaustive) de plagiaires et de plagiés des siècles passés complètera prochainement cette chronique. Pour une liste des plagiaires plus récents, voir celle du site Du plagiat.

Alphonse de Lamartine

Molière

Blaise Pascal

Thierry Ardisson

Étienne Klein

Divers aspects du plagiats

Sur le plagiat et la supposition d’auteur, voir aussi sur Fabula, le cours d’Antoine Compagnon Qu’est-ce qu’un auteur ?, avec sa dixième leçon : La disparition élocutoire du poète.

Sur le plagiat par anticipation cher à l’Oulipo, je ne saurais trop vous recommander la lecture du Voyage d’hiver de Georges Perec et de l’ouvrage de Pierre Bayard, Le Plagiat par anticipation, Ed. de Minuit, 2009. Voir aussi l’atelelier de création littéraiure de Fabula..

Cependant, si le plagiat est une des formes des impostures et mystifications littéraires et un des dimensions de l‘intertextualité, il touche aussi la science, l’enseignement et la recherche.

Formations, sites et outils en ligne

Accrodoc (BU Lyon 2)

C’est quoi le plagiat ? (Université d’Angers)

Citer ses sources et éviter le plagiat (Diapason)

Citer ses sources – Eviter le plagiat (BU Tours)

Comment ne pas plagier (Bib’INSA)

Comment reconnaître les cas de plagiat (InfoTrack – Université de Genève)

Compilatio, logiciel d’aide à la détection de plagiat

Droits d’auteur, plagiat, contrats avec les éditeurs…: éviter le plagiat (BU Paris Descartes)

Ethique scientifique – Droit d’auteur et plagiat, un cours de Ahmed Boubakeur et K. Fenineche (ENP)

Éviter le plagiat (Université de Louvain)

Éviter le plagiat : des solutions pour tous ! (réseau de l’Université de Québec)

Guide sur le plagiat : refusez le vol d’idée (Université de Reims)

Intégrité académique (Université d’Ottawa)  avec notamment deux brochures :

Intégrité fraude et plagiat (Université de Montréal)

Lutter contre le plagiat (BU Lyon 3 Jean Moulin)

Prévention du plagiat (Collège Lionel-Groulx, Canada)

Rédiger un travail (Infosphère – UQAM)

Ressources sur le plagiat (Scribbr)

Qu’est-ce que le plagiat ? (Centrale Lille)

(Dernière mise à jour : 25 octobre 2019)

Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

(Dernière mise à jour : 28 janvier 2016)

La Sainte Parenté ou la Sainte Parenté de Sainte Anne, entourage de Hans Leinberger
Sainte Parenté, anonyme

Lors de la visite de l’exposition Tours 1500, je suis tombé en arrêt devant un groupe sculpté venu de l’église de Baugy. Attribué à Michel Colomb et vandalisé lors des guerres de religion (ou de la Révolution, je ne me souviens plus bien), il représente une Sainte Parenté. Comme nous allons voir, tout autant que celui de Bücherwurm abordé dans une précédente chronique, un tel titre peut renvoyer à plusieurs représentations. Continuer la lecture de Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

Un ami de Rousseau… et de Voltaire : Paul-Claude Moultou

Dans une chronique de G. Lenôtre intitulé Le fils de Rousseau, j’ai pu lire dernièrement le passage suivant :

[…] Thiébaut de Berneaud, l’auteur d’un Voyage à l’île des Peupliers, indiquait, en 1826, une autre piste qui semblait assez sérieuse, car elle avait pour point de départ un souvenir personnel difficile à mettre en doute : « Ma mère, dit-il, était connue par son enthousiasme pour Rousseau. En 1790, un jeune homme nouvellement arrivé dans le département des Vosges, où elle était fixée, se présenta à elle comme étant le fils du philosophe. Il déclara qu’il portait sur une épaule et au talon un signe que son père y avait imprimé avant de le mettre aux Enfants-Trouvés et que le secret de sa naissance lui avait été révélé à Genève par M. Moultou, l’ami le plus fidèle de Jean-Jacques. Son intention était de se rendre à Paris et de se faire reconnaître par l’Assemblée nationale : il était, en effet, porteur de lettres de recommandation de M. Moultou dans lesquelles étaient attestés les faits qu’il avançait. […] »

Les spécialistes de l’œuvre de Rousseau connaissent de longue date Paul-Claude Moultou (Montpellier, 1731 – Coinsins, 1787), pasteur protestant qui réussit l’exploit d’être à la fois l’ami du philosophe genevois et du patriarche de Ferney(1). Comme je ne fait pas partie de cette illustre corporation, j’ai récolté quelques informations sur le sujet.

Je n’ai malheureusement pas pu consulter en ligne l’ouvrage de Francis De Crue de Stoutz, L’ami de Rousseau et des Necker paru 1926(2) et la notice du Dictionnaire historique de la Suisse. est bien succincte. Quant à l’introduction que son arrière-petit-fils donne à la publication de la correspondance de Jean-Jacques Rousseau(3), elle trace de son aïeul un portrait  marqué par la piété filiale. Il n’en est pas moins intéressant. En voici quelques extraits, le texte complet étant accessible sur Archive.org, Online books et  Wikisource :

M. Moultou était originaire de Montpellier. Son père, qui appartenait à la religion réformée, se trouvant enveloppé dans les nouvelles persécutions dont les protestants eurent à souffrir sous le règne de Louis XV, l’emmena de sa ville natale, et le conduisit à Genève, où il fut élevé. Il s’y voua au saint ministère, et devint bientôt un des meilleurs citoyens de sa patrie adoptive. La liaison de Rousseau avec Moultou remonte, comme on peut le voir dans les Confessions, à l’époque d’un voyage que le premier fit à Genève en 1755 ; c’est à ce moment aussi qu’ils commencèrent à s’écrire ; leur correspondance fut dès lors des plus suivies, et ne cessa que bien des années plus tard, lorsqu’une hypocondrie profonde fit négliger à Rousseau les personnes mêmes qui lui étaient le plus dévouées. Les lettres que celui- ci adressait à Moultou, et qui font partie de la Correspondance dans les éditions des œuvres de Jean-Jacques, prouvent assez, par leur nombre et par l’importance des matières qui y sont traitées, la haute estime et la confiance sans bornes que le philosophe avait pour le ministre genevois.

[…]

Lors des troubles que la condamnation de l’Emile suscita à Genève, Moultou fut un des plus ardents défenseurs de Rousseau. Secondé par le professeur Jala-bert et par le colonel Charles Pictet, il chercha à agir sur le Conseil par tous les moyens que lui suggéra son attachement pour Jean-Jacques, afin de prévenir l’arrêt injuste qui condamnait au bûcher le livre de son ami. Tous ses efforts furent inutiles, et cet arrêt, dont il ne prévoyait que trop les funestes conséquences, ne tarda pas à être prononcé.

[…]

Peu de semaines seulement avant la mort de Rousseau, Moultou devint possesseur des manuscrits que le philosophe lui avait dès longtemps destinés. Le plus important de tous ces manuscrits, alors inédits était celui des Confessions, le même qui servit pour la première édition qu’on fit de ce livre fameux, et qui, depuis ce moment, a toujours été soigneusement conservé par les descendants de M. Moultou.

[…]

J’ai déjà parlé plus haut des relations simultanées qu’eut Moultou avec Rousseau et avec Voltaire. Les deux noms célèbres que je viens de prononcer me justi-fieront si, dans l’esquisse que je fais de la vie de mon arrière-grand-père, je reviens avec quelques détails sur les rapports de ce dernier avec le patriarche de Ferney. Le rapprochement de ces deux hommes eut un but entièrement philanthropique : ce fut la défense des protestants du midi de la France, alors injustement et cruellement persécutés. Le triste état dans lequel ils se trouvaient depuis la révocation de l’édit de Nantes leur avait attiré une sympathie presque universelle, et avait fini par leur créer de nombreux et de puissants amis. Voltaire, entre autres, venait d’élever sa voix en leur faveur ; ce fait, et le désir de travailler à la délivrance de ses coréligionnaires, lièrent Moutltou avec le philosophe, qui ne tarda pas à être captivé par les qualités aimables et par la vivacité d’esprit du prédicateur protestant.

La correspondance encore inédite de Voltaire et de Moultou serait digne, à bien des égards, d’être publiée.

[…]

Rousseau connaissait les motifs qui rapprochaient son ami du philosophe de Ferney ; il sut les apprécier et jamais il ne témoigna aucun déplaisir de cette liai-son. Ce qui le prouve, c’est que, deux jours après lui avoir remis ses manuscrits, Rousseau demandait à Moultou, qui le quittait :

« Où allez-vous, mon cher, finir votre matinée ?

— Chez Voltaire, lui répondit Moultou.

— Que vous êtes heureux, lui répliqua Rousseau, vous allez passer d’agréables moments*! »

Je ne saurais mieux faire, pour terminer ce que j’avais à dire sur M. Monltou, que d’emprunter encore les quelques lignes suivantes à un écrit de son fils, que celui-ci destinait à la publicité, mais qui, par diffé-rentes raisons, n’a jamais vu le jour : « Mon père a beaucoup fait pour la gloire des autres et peu pour la sienne. Sa plus grande ambition a toujours été de faire triompher la vérité. Il fut un des plus ardents défenseurs de sa patrie adoptive ; il y fut estimé de ceux dont il combattait les opinions, et aimé de ceux dont il défendait les droits. Il captiva, par l’élévation de son âme et par la bonté de son cœur, l’amitié de Rousseau, et, par les charmes de son esprit, celle de Voltaire. L’un et l’autre avaient su lire dans le cœur de mon père, et ils y avaient trouvé cette philanthropie qui lie les hommes et qui attache pour jamais à celui qui la possède. J’ai la douce conviction que mon père, avec une modestie bien remarquable dans un siècle d’orgueil, a fait faire un premier pas aux principes de tolérance qui existent actuellement dans une grande partie de l’Europe, sa correspondance, que j’ai sous les yeux, avec Rousseau, Voltaire, Montesquieu, l’abbé Raynal, Malesherbes, la duchesse d’Enville, Necker, Slaahope, son parent de Montclar, Delisle, Victor de Bonsteten, Vilvielle, le prince Eugène, Louis de Wurtemberg, etc. , m’assure que, s’il est mort sur cette terre par le fait de sa modestie, il vil là où il voulait vivre.»

« Je devais faire connaître au public celui dont les vertus captivèrent si fortement l’amitié d’Abauzit, de Rousseau et de Voltaire. »

M. Moultou ne survécut que peu à ses illustres amis. Sa mort prématurée empêcha qu’il ne fît connaître au public les écrits de Rousseau, dont il était le dé- positaire, et, après lui, son fils aîné ne s’occupa que de la publication des Confessions. Presque immédiatement après cette époque éclata en France la tourmente révolulionnaire de 89 ; les contre-coups inévitables qu’en ressentit Genève amenèrent dans la plupart des familles de cette ville une perturbation assez violente pour changer momentanément le cours de leurs occupations et la nature de leurs intérêts : ces événements firent oublier les manuscrits de Jean-Jacques, qui demeurèrent ensevelis au fond d’un tiroir pendant un temps assez considérable. Plus tard, M. G. Moultou eut un instant le projet de les publier, ainsi que la correspondance de Voltaire avec son père ; il fit, dans ce but, une préface dont j’ai emprunté le passage relatif au travail de Rousseau sur la Corse, et que j’ai placé, comme on le verra, en tête de ce travail. Cette publication fut encore arrêtée par un motif que j’ignore, et ce n’est que dernièrement, en parcourant avec un vif intérêt le portefeuille où se trouvaient renfermés les ouvrages inconnus jusqu’à ce jour du philosophe genevois, que je formai le projet d’en faire part au public et de compléter ainsi le recueil de ses œuvres.

Ce texte riche d’informations n’est pas pour autant exempt de quelques erreurs. Ainsi Moultou a-t-il survécut quand même neuf ans à ses illustres amis et il a eu le temps de s’occuper avec Pierre-Alexandre DuPeyrou et René-Louis Girardin de l’édition posthumes des œuvres de Rousseau, la Collection complete des oeuvres de J.J. Rousseau, citoyen de Geneve (Archive.org), parue entre 1780 et 1789. Celle ne s’est pas faite sans difficulté selon Raymond Birn(4).

La bibliothèque de Genève est détentrice de nombeux papiers de Paul Moultou (correspondances, notes, sermon) ainsi que des papiers de Jean-Jacques Rousseau dont Georges Streckeisen-Moultou lui a fait don(5). Parmi ces derniers, des lettres échangées entre le pasteur et le philosophe.

____________________________________________________________

(1) Certaine de ses lettres concernant ses visites à Ferney  figure de l’édition Besterman de la correspondance de Voltaire.et sont accessibles en ligne sur le site de The Voltaire Society of America.

(2) Francis De Crue de Stoutz, L’ami de Rousseau et des Necker : Paul Moultou à Paris en 1778. H. Champion, 1926. Sur cet ouvrage, je vous renvoie aux deux articles suivants :

 S. Etienne. « De Crue (Francis). L’ami de Rousseau et des Necker : Paul Moultou à Paris en 1778 », Revue belge de philologie et d’histoire, 1931, vol.10 n° 3,  p. 640. Disponible sur Persée.

Ernest Seillière. « L’éditeur des « Confessions » de Rousseau », Le Figaro. Supplément littéraire du dimanche, nouvelle série, n° 419, samedi 16 avril 1927. Disponible sur Gallica.

(3) Georges Streckeisen-Moultou. J.-J. Rousseau, ses amis et ses ennemis : correspondance  avec une introduction de M. Jules Levallois ; et une appréciation critique de M. Sainte-Beuve,… Paris : Michel-Lévy frères, 1865. 2 vol. ; in-8. D’après la notice de la BNF, l'”appréciation critique” de Sainte-Beuve est, en fait, l’étude sur Mme de Verdelin parue dans le Constitutionnel des 27 février et 6 mars 1865, et recueillie au T. IX des Nouveaux lundis. Cette notice est également accessible sur le site Valmorency.

(4) Raymond Birn. Les « Oeuvres complètes » de Rousseau sous l’Ancien Régime, Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, 1997, n° 41, p.231-264. Très partiellement visible sur Google livres.  

(5) Aubert Fernand, Catalogue des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau qui se trouvent à Genève, Genève, 1938.  

 

 

 

Saint Saturnin, le premier disciple

A l’entrée de l’excellente exposition Tours 1500 qui s’achève ce dimanche, j’ai pu admirer trois tapisseries relatant des épisodes de la vie de saint Saturnin. Il y en avait sept ou huit à l’origine. Celles qui subsistent évoquent :

la vocation de Saturnin quand Jean Baptiste déclare dans un superbe phylactère (en latin, mais je donne la traduction) : “Moi je vous baptise dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’esprit saint” ;

les adieux de saint Pierre et de saint Saturnin ;

le martyre du saint en trois étapes, deux en arrière plan avec Saturnin qui chasse le démon, puis qui refuse de sacrifier un taureau dans un temple païen, et la dernière en avant-plan, avec le saint tiré par un taureau dévalant les marches du Capitole sur lequel éclate sa tête et son cerveau.

Le nom de ce personnage n’évoquait rien pour moi, si ce n’est certain caneton bavard de mon enfance gaullienne et pompidoulienne. Quant à le situer dans l’histoire du christianisme, j’ignorait complètement qu’il fut un disciple de Jean-Baptiste, avant de devenir celui de Jésus, très précisément son premier disciple, celui qui garde sa tunique lors du baptême dans le Jourdain.

J’avoue que le début du récit de sa vie telle qu’elle nous est dépeinte dans le tome XIII des Petits Bollandistes(1) me font un peu douter l’historicité ce personnage de même que son appartenance aux soixante-douze disciples de Jésus :

Saint Saturnin, premier évêque de Toulouse, était fils d’Egée, roi d’Achaïe, en Grèce, et de Cassandre, femme de race arabe et fille de Ptolémée, roi des Ninivites.

Ne trouvez-vous pas cette généalogie un peu surprenante ? En fait, il semble qu’a été plaqué sur le personnage historique d’un martyre du milieu du IIIe siècle une vie inventée pour donner à Toulouse une place éminente en faisant de son premier évêque un membre de la toute première communauté chrétienne. Peut-être s’agissait aussi de montrer que dès l’origine le message du Christ ne s’adressait pas seulement aux Juifs, mais aussi aux Gentils dont Saturnin est un parfait représentant par sa double origine.

De quand daterait cette légende  ? Voici ce que j’ai pu trouvé sur le site des Jacobins de Toulouse où sont présentées les tapisseries exposées actuellement à Tours :

La tenture relate l’histoire de saint Saturnin (appelé aussi Sernin), premier évêque de Toulouse, martyrisé en 250. Les premiers éléments écrits connus(2) concernant sa vie remontent au milieu du Ve siècle et se font l’écho d’un culte déjà ancien : Saturnin, chef de l’Église chrétienne de Toulouse refuse de sacrifier aux idoles devant le capitole de la cité ; pour son martyre, il est attaché à la queue du taureau prévu pour le sacrifice païen. Au milieu du IXe siècle, l’hagiographie du saint s’amplifie : non plus disciple des Apôtres mais du Christ, il part évangéliser l’Aquitaine mais aussi le Nord de l’Espagne. Au XIe siècle, sa légende est fixée définitivement, avec tous les miracles qui lui sont attribués. Saturnin assiste au baptême du Christ dont il garde la tunique au bord du Jourdain. Ayant reçu le Saint- Esprit en même temps que les Apôtres le jour de la Pentecôte, il suit saint Pierre à Rome qui lui donne la mission d’évangéliser la Gaule. À Toulouse, il guérit la fille du gouverneur romain Antonius qui était lépreuse, en la plongeant dans la piscine baptismale.

En 1516, une nouvelle compilation, due à Nicolas Bertrand est imprimée […]

C’est en 1525 que Jacques de Beaune, baron de Semblançay et Surintendant des finances du roi, passe commande des tapisseries pour l’église Saint Saturnin de Tours. Sans doute ne les vit-il jamais, son royal employeur et débiteur l’ayant envoyé se faire pendre au gibet de Montfaucon en août 1527.

Finalement, peu importe que Saturnin ait été réellement ou non le premier disciple du Galiléen, ou même qu’il ait ou non existé. Seul compte le fait que les chrétiens y aient cru pendant des siècles avec les conséquences que cela a pu avoir sur l’expression artistique  religieuse.

 ___________________________________________________

 (1) Autres sources sur saint Saturnin :

Pedro de Ribadeneyra. Les nouvelles fleurs des vies des Saints. Volume 2. Lyon : chez Jean & Claude Carterton, 1680 >> Google livres

Jean Durand. Les caractères des Saints pour tous les jours de l’année. Rouen : chez Eustache Viret, 1728 >> Google livres

(2) Il s”agit notamment de la Passio sancti Saturnini. Cf.  Wikipédia.

Napoléon (6) Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?

(Dernière mise à jour : 19/09/2012)

Dans une avant-critique parue dans le Livres hebdo n° 909 (11 mai 2012), Laurent Lemire nous présente un ouvrage du logicien, économiste et théologien anglican Richard Wathely (1787-1863) intitulé Peut-on prouver l’existence de Napoléon ? Ce livre doit paraître le 6 juin prochain aux éditions Vendémiaire dans la traduction de 1835 et vous pouvez en écouter un extrait sur YoutubeLe texte original, publié en 1828 sous le titre Historic Doubts relative to Napoleon Bonaparte est accessible sur Google livres en plusieurs exemplaires (exemplaire 1 ; exemplaire 2) et sur le site du projet Gutenberg.
Continuer la lecture de Napoléon (6) Peut-on prouver l’existence de Napoléon ?

Lettre de M. Burke à un membre de l’Assemblée national de France

Le 9 mai prochain doit paraître, dans la petite collection des éditions Mille et une nuits, Lettre à un membre de l’Assemblée nationale sur la Révolution et Rousseau du célèbre réactionnaire anglais Edmund Burke.Publié en 1791 peu après Réflexions sur la Révolution en France, ce texte durcit les vues de l’auteur sur les événements révolutionnaires et le rôle joué par Jean-Jacques Rousseau.

En attendant de lire cette édition établie par Patrick Thierry qui a également révisé la traduction, je vous invite à feuilleter sur Google livres la première édition de la traduction française publiée à Paris par le libraire Louis Artaud en novembre 1791.  Précédé d’un assez long  “Avant-propos du traducteur” (p. 1-24), il s’agit d’un pamphlet adressé au constituant François-Louis Thibault de Menonville. A en croire la notice de la BNF, il est “paru la même année, même adresse, dans au moins cinq compositions typographiques différentes”.

Si vous préférez lire ce texte dans sa langue et son édition d’origine, parue en janvier 1791 sous le titre A Letter from Mr. Burke to a member of the National Assembly, in answer to some objections to his book on French affairs, vous pouvez également le faire sur Google livres.

J’en profite pour rappeler que cette année 2012 est celle du tricentenaire Jean-Jacques Rousseau et que ce dernier n’avait pas que des amis, comme le montre le cas d’Edmund Burke, mais aussi de Joseph de Maistre.

Apocryphes bibliques : petite webographie

Depuis ma chronique sur l’araignée salvatice en terre chrétienne, je n’ai pas encore trouvé l’éventuel apocryphe d’où serait extrait cet épisode de la grotte et de l’araignée sauvant la Sainte Famille de ses poursuivants.Il est vrai que les évangiles apocryphes sont si nombreux et qu’il y a tant à lire par ailleurs… En attendant, je me constitue une petite webographie sur les apocryphes bibliques en général, tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. Des mises à jour seront faites plus ou moins régulièrement. Comme d’habitude, si vous avez des suggestions… (Dernière mise à jour : 05 octobre 2018)
Continuer la lecture de Apocryphes bibliques : petite webographie

Joseph de Maistre contre Rousseau

Pour lire dans le bus, j’ai pris hier matin un des petits livres des éditions Mille et une nuits qui peuplent mes rayons et sont bien commodes à glisser dans la poche de mon blouson. J’ai choisi un peu par hasard un ouvrage de Joseph de Maistre(1), Contre Rousseau : de l’état de nature, paru en 2008 avec des notes et une postface de Yannis Constantinidès(2).

Que le comte savoisien ne soit pas ni un démocrate ni un progressiste est incontestable. N’est-il pas un des piliers de la pensée contre-révolutionnaire de la Restauration à nos jours en passant par les divers courants d’extrême-droite, nazisme compris(3) ? Sans doute, mais il n’est pas sans intérêt de le lire pour son style alerte et caustique et comme témoin d’une époque, celle qui va des Lumières à la Restauration en passant par le choc de la Révolution et de l’Empire.

Champion de la réaction royaliste et catholique, il semble avoir détesté tout particulièrement les livres du philosophe genevois, dont il attaque le Contrat social dans un autre ouvrage posthume, Etude sur la souveraineté(4). Cependant, rien n’est simple et Jean-Yves Pranchère a souligné que cette relation était bien plus complexe qu’il n’y paraît(5).

L’opposition idéologique de Maistre et de Rousseau n’a pas seulement marqué les écrits du premier contre les idées du second. Elle a cristallisé l’opposition politique des conservateurs et des républicains.

A la fin du [XIXe] siècle sous l’impulsion de François Descote et du baron Costa, chefs de file de la droite, Chambéry rend hommage à deux de ses illustres citoyens : Joseph et Xavier de Maistre. Le groupe est réalisé par le sculpteur parisien Ernest Dubois recommandé au comité par Ernest Daudet. Cette célébration est peu appréciée par la gauche qui n’oublie pas que Joseph de Maistre a été le grand théoricien de la contre-révolution. Le parti progressiste prendra sa revanche en 1910 en faisant ériger à son tour une statue à Jean-Jacques Rousseau, inspirateur de la Révolution. C’est la guerre des statues !(6)

________________________________________________

 

(1) Voir sur cet auteur, outre l’article de Wikipédia, le site anglophone qui lui est consacré par Caroline Armenteros et dont voici la présentation dans les signets de la BNF :

Site consacré à Joseph de Maistre (1753-1821), théoricien des Contre-Lumières. Propose notamment une liste des oeuvres numérisées disponibles en ligne et une bibliographie très complète. Comporte des liens vers d’autres sites consacrés à cette époque, ainsi qu’une description des principales archives détentrices de ses manuscrits.

(2) Initialement intitulé Examen d’un écrit de J.-J. Rousseau sur l’inégalité des conditions parmi les hommes et paru à titre posthume, ce texte est accessible tant sur Gallica que sur Google livres. Il n’est cependant pas inutile d’en avoir une édition annotée, car bien des allusions, claires pour les contemporains de l’auteur le sont un peu moins pour nous.

(3) Voir sur ce sujet l’article de Jean Zaganiaris, « Réflexions sur une « intimité » : Joseph de Maistre et Carl Schmitt », L’Homme et la société 2/2001 (n° 140-141), p. 147-167, disponible su Cairn.

(4) Disponible sur Gallica et sur Google livres et repris par en 1992 par les Presses universitaires de France sous le titre De la souveraineté du peuple : un anti-contrat social, dans une édition établie, présentée et annotée par Jean-Louis Darcel.

(5) « Maistre dans la dialectique des Lumières », communication au 51e congrès de lAssociation internationale des études francaises, Cahiers de l’Association internationale des études fr5ncaises, 2000, vol.  52, p. 103-115, disponible sur Persée. Voir du même auteur, L’autorité contre les Lumières : la philosophie de Joseph de Maistre, Librairie Droz, 2004, partiellement consultable sur Google livres.

(6) Cf. l’article Annick Bogey, « Le patrimoine architectural de Savoie au XIXe » , sur le site Sabaudia.org. La maison des Charmettes a consacré à cette guerre des statues une exposition du 15 mai au 31 décembre 2010 : voir le dossier de presse. Sur la statue de Rousseau, voir aussi l’article de Marie-Gabrielle Maistre dans Rousseau Studies.

Bande dessinée et propagande (1) L’aventure de Célestin Tournevis

Dès le début de l’Occupation, les Allemands, qui manquent d’ouvriers pour remplacer les hommes engagés au combat, ouvrent des bureaux de placement pour inciter les Français à aller travailler en Allemagne. Ils lancent des campagnes de recrutement par la presse et par voie d’affichage qui promettent aux travailleurs volontaires un salaire égal à celui des ouvriers allemands, les mêmes avantages sociaux ainsi qu’une prime d’éloignement. Les travailleurs volontaires sont cependant assez peu nombreux à se présenter.

Extrait du site du Mémorial de Quineville.

L’aventure de Célestin Tournevis est une courte bande dessinée destinée à encourager les travailleurs français à venir en Allemagne.  Comme vous le verrez, dans la bande dessinée, le sort du travailleur français en Allemagne est largement idéalisé, comme dans les bandes actualités de l’époque. Célestin Tournevis en est tout étonné, lui qui, dans la veine doloriste et expiatoire de Vichy, s’attendait au sort beaucoup plus dur que lui avait décrit le chagrin Têtenbois.

L'aventure de Célestin Tournevis
Pour lire l’histoire cliquez sur l’image ou voyez l’exemplaire des archives départementales de la Somme

Elle sera détourné par la Résistance avec La mésaventure de Célestin Tournevis.

La mésaventure de Célestin Tournevis
 

L’occupant allemand et Vichy constatant le peu de succès de leur propagande, ce sera l’instauration du tristement célèbre S.T.O. (service du travail obligatoire).

Lire sur le sujet :

L’ouvrage de Helga Elisabeth Bories-Sawala, Dans la gueule du loup: les Français requis du travail en Allemagne (Presses Univ. Septentrion, 2010) et notamment la partie intitulée Le recrutement de main d’œuvre sur une base « libre » (p. 44-50).

« Communiquer pour résister », plaquette de préparation du Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2013.

Dernière mise à jour : 16 mai 2024.