Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

A propos de deux concours de plaidoiries

Depuis 22 ans, le Mémorial de Caen invite les avocats du monde entier à plaider la cause, réelle et individuelle, d’une victime dont les droits fondamentaux ont été bafoués. Chaque année, 10 avocats prononcent leur plaidoirie devant un jury composé de personnalités du monde juridique, politique, culturel engagées dans la défense des Droits de l’Homme. A ce concours de plaidoiries des avocats se sont ajoutés celui des élèves avocats depuis 2011 et celui des lycéens qui existe depuis 14 ans. Continuer la lecture de A propos de deux concours de plaidoiries

Pourquoi rire ?

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum Le Monde Le Mans en 2010. Une partie des actes de ce colloque ont été publiés fin 2011. La recension de Benoît Casen sur son blog insiste surtout sur les interventions des philosophes de même que Le Journal de la philosophie du 14 novembre 2011 sur France culture . Pourtant, comme vous le verrez dans la liste des intervenants et le sommaire, l’ouvrage touche des domaines aussi divers que la philosophie, l’histoire, la littérature et les arts du spectacle. Personnellement j’ai été très intéressé par les contributions des historiens Antoine de Baecque et Claude Gauvard sur le rire comme nouvel objet historiographique, mais il est vrai que j’ai fait des études d’histoire…
Continuer la lecture de Pourquoi rire ?

Marie-Madeleine, lectrice et pénitente

 (Dernière mis à jour : 29/05/2012)

Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)

Comment est-on passé de la représentation de Marie-Madeleine lisant par Rogier van der Weyden datant de la première moitié du XVe siècle à celle réalisée sur le même thème par Emmanuel Benner plus de quatre siècles plus tard ? Un historien de l’art vous le dirait mieux que moi.

Quelques remarques cependant. Dans le tableau d’Emmanuel Brenner, outre la nudité de la sainte qui atteint ici son point d’aboutissement, les siècles précédents ayant peu à peu rejeté les voiles qui la recouvraient(1) (je vous laissent le constater par vous-même avec les tableaux répertoriés ci-dessous), vous noterez la présence du crâne, ici relégué dans un coin. Comme motif pictural, il apparaît beaucoup plus tôt, et en position centrale, servant de lutrin, de presse-livre, d’accoudoir à une sainte dont la lecture est souvent interrompue par une lueur divine ou une sombre méditation

Nous sommes ici dans le domaine des vanités et autres memento mori. Le miroir, le pot de parfum(2) le crucifix, voire la couronne d’épines, qui s’ajoutent ou se substituent au crâne, jouent sur le même registre de la futilité de l’existence terrestre et de l’appel à la pénitence. Car cette lectrice retirée au désert est avant tout une pénitente et le livre qu’elle lit est le Livre majuscule, la Bible.

Sur ces quelques considérations générales qui valent ce qu’elles valent, je vous laisse consulter les peintures ci-dessous, représentant Marie-Madeleine avec un livre, qu’elle soit effectivement plongée dans sa lecture ou les yeux perdus dans la méditation. Pour des sélections plus générales, je vous renvoie

à celles réalisées par

Jisseo (voir aussi ici),

Bible Art Painting

Utpictura18

Wikipedia

au dossier iconographique de la thèse de Karine Lanini sur les vanités

aux résultats de recherche sur Google ou sur la base Joconde.

Quelques tableaux à travers les siècles

XVe siècle

Rogier van der Weyden.Marie-Madeleine lisant (1445). Londres, National Gallery >> voir Aparence ; voir aussi l’article qui lui est consacré sur Wikipedia

XVIe siècle

Brueghel l’Ancien. Sainte Marie-Madeleine pénitente.

Maître des figures de femmes à mi-corps. Sainte Madeleine lisant. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Frans Floris. Madeleine pénitente. Dijon, musée Magnin >> voir la base Joconde

Piero di Cosimo. Sainte Marie Madeleine (vers 1500/10). Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini >> voir Wikimedia

Adrien Ysenbrandt. La Madeleine dans un paysage (vers 1510/25). Londres, National Gallery >> voir Insecula

Ambrosius Benson, un spécialiste de ce thème >> Reading and art ou Lezen in de kunst

Marie-Madeleine lisant (vers 1525). Londres, National Gallery >> voir Paperblog

Marie-Madeleine lisant (vers 1530). Venise, Galleria Franchetti, Ca’ d’Oro >> voir Wikimedia

Sainte Marie-Madeleine lisant (15??) >> Visualphotos

Sainte Marie-Madeleine (15??) >> Christie’s

La Madeleine lisant (15??) >> Wikigallery

Tiziano Vecellio (Titien). Marie Madeleine pénitente (vers 1560). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

Domenicos Theotokopoulos (El Greco). Marie-Madeleine pénitente (1580). Budapest, Szépmüvészeti Muzeum >> voir le site du musée ou Wikipedia

Domenico Carrache. La Madeleine au désert (1591). Nancy ; musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Antonio Allegri (Le Corrège). Marie-Madeleine dans le désert ou la Lectrice (1600). Florence, Palais Pitti, Galerie Palatine  >> voir Utpictura18

XVIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Valenciennes, musée des Beaux-Arts >> voir la base Joconde

Sainte Madeleine pénitente. Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques >> voir la base Joconde

Giovanni Francisco Barbieri (Le Guerchin). Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Valentin de Boulogne. Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Giovanni Domenico Cerrini. La Madeleine en prière. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Cornélis Cornelisz (Cornélis van Haarlem). Sainte Madeleine. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Guy François. Sainte Marie-Madeleine pénitente. Paris, musée du Louvre >> voir le site du Louvre ou la base Joconde

Giovanni Martinelli. Madeleine repentante. Mâcon, musée des Ursulines >> voir la base Joconde

Johan Moreelse. Marie-Madeleine pénitente. Caen, musée des Beaux-Arts >> voir le site du Ciné club de Caen

Antiveduto Gramatica. Marie-Madeleine pénitente avec sa sœur Marthe >> voir Arcadja

Anton van Dyck. Madeleine pénitente (copie d’après). Grenoble, musée de Grenoble >> voir la base Joconde 

Hendrick Goltzius. La Madeleine pénitente et un ange (1610). , New York, Metropolitan Museum of Art >> voir Insecula

Orazio Gentileschi. Marie Madeleine en pénitence (1615). Collection privée >> voir Wikimedia

Antonio Allegri (Le Corrège). La Madeleine (vers 1618). Londres, National Gallery  >> voir Insecula

Domenico Fetti. Madeleine pénitente (vers 1617-1621). Rome, Galleria Doria Pamphilj >> voir Wikimedia

Domenico Fetti. Melancholie (vers 1620) >> voir Wikimedia (NB : Malgré son titre, cette toile reprend les éléments iconographiques caractéristiques de la représentation de Marie-Madeleine)

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1625). Detroit, Detroit Institut of Art >> voir le site du Detroit Institut of Art

Gerard Seghers. Madeleine repentante (1630). Washington, National Gallery of Art >> voir Utpcitura18

Orazio Lomi Gentileschi. Marie-Madeleine pénitente (vers 1621-1623). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Pinacothèque >> voir Guggenheim Bilbao ou Bilddatenbank

Georges de la Tour. Marie Madeleine pénitente, à la veilleuse (vers 1630-1635). Paris, musée du Louvre département des Peintures >>  voir la base Joconde

Simon Vouet. La Madeleine repentante (1633). Amiens, musée de Picardie >>  voir la base Joconde

Georges de la Tour. La Madeleine repentante (vers 1640). Washington, National Gallery, Ailsa Mellon Bruce Fund >> voir le site de Pierre-Olivier Douphis

Philippe de Champaigne. Madeleine pénitente (1648).  Rennes, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1655-1660). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie >> voir le site Niccolo Renieri et celui du Detroit Institut of Art

Pieter Cornélisz van Slingelandt. Marie-Madeleine pénitente (1657). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde et Insecula

Elisabetta Sirani. Sainte Madeleine pénitente (1663). Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie >> voir la base Joconde

Michele Rocca (Parmigianino le Jeune). Marie Madeleine pénitente (1698). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

XVIIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Pompeo Girolamo Batoni. La Madeleine repentante.  >> voir les sites Femme femme femme et Richard Gardner Antiques ou sur Wikigallery

Carlo Antonio Tavella, dit Il Solfarola. Madeleine pénitente dans un paysage de rochers ou Madeleine dans une grotte. Bordeaux, musée des beaux-arts >>  voir la base Joconde

Adriaen van der Werff,Sainte Marie-Madeleine pénitente, méditant dans la solitude (1718). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Jean-Marc Nattier. La Madeleine ou une pénitente dans le désert (vers 1742-1744). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Charles-Joseph Natoire. La Madeleine (1758). Dijon, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Carle Van Loo. La Madeleine dans le désert (1761) >> voir Utpictura18

XIXe siècle

Petrus van Schendel. Sainte Marie-Madeleine en prière. Amiens, musée de Picardie >> voir la base Joconde

William Etty. Marie-Madeleine pénitente. Grenoble, musée de Grenoble >> voir Artflakes

Jean-Baptiste Camille Corot. La Madeleine lisant (1854). Paris, musée du Louvre département des Peintures >> voir la base Joconde

Jean-Jacques Henner. La liseuse ou Marie-Madeleine lisant (vers 1880-1890). Paris, musée d”Orsay >> voir Wikimedia

Emmanuel Benner.Marie-Madeleine au désert (1886). Strasbourg, musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg >> voir Wikimedia

Alexandre Falguière. La Madeleine (1887). Pau, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

___________________
(1) Des figurations de Marie-Madeleine nue, confondue avec Marie l’Egyptienne, existent dès le Moyen-Age, mais ses longs cheveux lui servent alors de vêtements, ce qui n’est plus le cas plus tard.

(2) Celui dont la femme pécheresse a enduit les pieds et/ou les cheveux de Jésus et qui figure déjà dans le tableau de Rogier van der Weyden.

Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise-à-jour : 7 mars 2018)

Je me suis enfin procuré auprès de la BU où je travaille un ouvrage fort intéressant de Jos Coumans, bibliothécaire et secrétaire de la Nederlands Omar Khayyám Genootschap : The Rubáiyát of Omar Khayyám. An Updated Bibliography (Leiden University Press, 2010). Cet ouvrage de 249 pages, partiellement consultable sur Google livres, n’a qu’un défaut à mes yeux : celui d’être écrit en anglais, qui n’est pas la langue étrangère que je maîtrise le mieux. Continuer la lecture de Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

Carl Schleicher. Der Bücherwurm
Hermann Fenner-Brehmer. Der Bücherwurm

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg (voir ci-dessus), j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Eduard Swoboda.Ein kleiner Bücherwurm

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  “ver de livre”, est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur “dévoreur de livre” : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’hui encore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art. Continuer la lecture de Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

Jean-Jacques Rousseau : petite webographie pour un tricentenaire

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législatives en France, évènements au total bien futiles auprès de l’anniversaire qu’il convient de commémorer : celui de la naissance, voici 300 ans, de l’auteur du Contrat social. Bref tour d’horizon en attendant des compléments futurs.

Le fameux philosophe et littérateur ayant pas mal parcouru l’actuelle région Rhône-Alpes du temps de sa jeunesse et plus tard, l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation a créé le le blog Rousseau 2012 sur lequel vous trouverez entre autres choses deux bibliographies, l’une de ses textes, l’autre des essais qui lui sont consacrés, toutes deux rédigées par Catherine Goffaux-H. (Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu) sous la conduite de Michael O’Dea (enseignant et chercheur, université Lumière-Lyon 2).

Si vous souhaitez une bibliographie plus développée des écrits relatifs à Jean-Jacques Rousseau, voyez la bibliographie mondiale de Rousseau disponible le site Rousseau studies créé dans le cadre du  programme autour de Rousseau initié par le  Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF). Ce même site propose une anthologie de textes sur Rousseau.

 Ses textes sont également accessibles, en nombre plus ou moins important, sur Athéna, Les Classiques des sciences sociales, Gallica, Wikisources….

Kobayashi Takuya, spécialiste la botanique de Rousseau, a réalisé le site Chronologie de Jean-Jacques Rousseau.

Pour aller plus loin, voir le choix de liens bien fourni proposé par le site de l’Espace Rousseau.

Les Grands Hommes de la France

En 1776, Charles Claude Flahaud de La Billarderie, comte d’Angiviller, directeur des Bâtiments du roi, décide de commander aux quatre meilleurs sculpteurs de l’Académie royale des statues représentant des Français illustres. Celles-ci sont présentées par groupe de quatre, au fur et à mesure de la progression des livraisons, au Salon qui se tient alors tous les deux ans au Louvre. Ces statues des Hommes illustres de la France, ou des Grands Hommes de la France, destinée à décorer l’actuelle Grande Galerie du Louvre, restent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en réserve dans la salle des Antiques avant l’être envoyées pour la plupart à l’Institut.

Cependant, dès 1782, d’Angiviller, qui administre également la manufacture royale de porcelaine de Sèvres, fait réaliser par les artistes eux-mêmes des réductions en terre cuite de leurs œuvres, pour les faire copier en biscuit de porcelaine. Louis XVI achète les premiers exemplaires en biscuit, exposés dans sa bibliothèque à Versailles. Les Grands Hommes sont également l’objet de présents diplomatiques. Vingt-trois Hommes illustres en porcelaine, sur les vingt-sept exécutés en marbre, voient ainsi le jour avant la fin de l’Ancien Régime : Racine, le Chancelier d’Aguesseau, Corneille, le Chancelier de l’Hôpital, Fénelon, Catinat, Sully, Vauban, Molière, Montesquieu, La Fontaine, Tourville, Condé, Molé, Duquesne, Bayard, Luxembourg, Rollin, Montaussier, Descartes, Pascal, Turenne.

Le Directoire commande en complément de cette série une statue de Michel de Montaigne, dont le modèle en terre cuite date de 1798 et le marbre est exposé au Salon de 1800, et une autre de D’Alembert.

En 1806, Napoléon Ier choisit seize figures sur les vingt trois de la série originale et émet le souhait d’en ajouter douze autres : Guillaume le conquérant, Duguesclin, Gustave-Adolphe, Frédéric II, César, Annibal, Homère, Virgile, Le Tasse, Christophe Colomb, le premier Médicis, et le Prince Eugène. Seuls Homère, Virgile et Le Tasse sont réalisés sous son règne. 

Comme sous Louis XVI, la série des Grands Hommes est utilisée comme présents diplomatiques : au Grand Duc Charles II de Bade à l’occasion de son mariage le 6 avril 1806 avec la nièce adoptive de l’Empereur, Stéphanie de Beauharnais, par l’inermédiaire du baron de Gensau, conseiller de légation à la cour de Bade auquel huit statues de Grands Hommes sont livrés entre décembre 1806 et juillet 1807 ; à Charles-Maurice de Talleyrand Périgord, prince de Bénévent…

Le texte ci-dessus, qui tient beaucoup du centon, s’est nourrit des informations puisées notamment sur la base Atlas du musée du Louvre, sur le site du spécialiste en porcelaine Cyrille Froissart, sur Histoires de photographie et dans une récente chronique de Bertrand Galimard Flavigny : « Les hommes illustres en biscuit », in  Petites affiches, 28 novembre 2011, n° 236, p. 23.

Pour aller plus loin, je vous propose ces quelques références bibliographiques :

Francis H. Dowley. « D’Angiviller’s Grands Hommes and the Significant Moment » The Art Bulletin, Vol. 39, No. 4 (Dec. 1957), p. 259-277.

Elizabeth Susan Done, Courtauld Institute of Art. Le Comte d’Angiviller and Les grands hommes de la France. University of London (Courtauld Institute of Art), 1976. 120 pages

A. McClellan. « La série des Grands hommes de la France du comte d’Angiviller et la politique des Parlements », Clodion et la sculpture française de la fin du xviiie siècle, Actes du colloque du musée du Louvre, 20-21 mars 1992, Paris, 1993

Rosemarie Stratmann-Dölhler. « Zur Hochseit von Stephanie de Beauharnais – Höfische Geschenke aus der kaiserlichen Porzellanmanufaktur Sèvres, », Weltkunst, janvier 1995, pp. 16-19.

Tamara Préaud. « Les Grands Hommes en Sculptures à Sèvres au XIXème siècle », The French Porcelain Society Journal,Vol. II, 2005, pp.120-132.

Pour voir à quoi ressemblent ces Grands Hommes, tant en statues qu’en biscuits, j’ai utilisé, outre la base Atlas et le site de Cyrille Froissart, les sites suivants : Culture.fr et Insecula. Je n’ai pas encore la liste complète des vingt-sept Grands Hommes exécutés en marbre ni d’images pour l’ensemble de ceux que j’ai pu répertorier (voir liste ci-dessous). Si vous avez des informations…

Liste initiale des Grands hommes de la France classé dans l’ordre chronologique (il en manque encore 2 et j’ajouterai les sculpteurs ultérieurement)

  1. Bertand Du Guesclin, connétable de France (1320-1380), par Jean-Joseph Foucou (1739-1821) achevé sous le Directoire et exposé au salon de 1799 (cf. message ci-dessous de Georges Balsa)
  2. Pierre Terrail Le Vieux, seigneur de Bayard (1476-1524).
  3. Michel de L’ Hospital (vers 1504-1573), par Étienne Goix (1731-1823)
  4. Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641)
  5. Mathieu Molé (1584-1656), par Étienne Goix (1731-1823) (voir l’article de Louvre passion)
  6. Nicolas Poussin (1594-1665), par Pierre Julien (1731-1804)
  7. René Descartes (1596-1650), par Augustin Pajou (1730-1809)
  8. Pierre Corneille (1606-1684), par Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)
  9. Abraham Duquesne, lieutenant général des Armées Navales (1610-1688)
  10. Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier (1610-1690), par Louis-Philippe Mouchy (1734-1801)
  11. Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne (1611-1675), par Augustin Pajou (1730-1809)
  12. Louis II de Bourbon, duc d’Enghien, Prince de Condé (1621-1686)
  13. Jean de La Fontaine (1621-1695), par Pierre Julien (1731-1804)
  14. Molière (1622-1673), écrivain et comédien, par Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)
  15. Blaise Pascal (1623-1662), par Augustin Pajou (1730-1809)
  16. Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704), par Augustin Pajou (1730-1809)
  17. François Henri de Montmorency, duc de Luxembourg, maréchal de France (1628-1695)
  18. Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707), par Charles-Antoine Bridan (1730-1805)
  19. Nicolas de Catinat de La Fauconnerie maréchal de France (1637-1712)
  20. Jean Racine (1639-1699), par Louis-Simon (1743-1809)
  21. Anne-Hilarion de Cotentin, comte de Tourville (1642-1701)
  22. François de Salignac de La Mothe-Fénelon (1651-1715), par Félix Lecomte (1737-1817)
  23. Charles Rollin (1661-1741), par Félix Lecomte (1737-1817)
  24. Henri François d’Aguesseau (1668-1751), par Pierre-François Berruer (1733-1797)
  25. Charles de Secondat, baron de Montesquieu (1689-1755), par Claude Michel, alias Clodion

Liste des Grands Hommes ajoutés sous le Directoire

  1. Michel de Montaigne, par Jean-Baptiste Stouf (1742-1826)
  2. D’Alembert, par Félix Lecomte (1737-1817)

Liste des Grands Hommes ajoutés sous l’Empire

  1. Guillaume le conquérant (non réalisée)
  2. Duguesclin (non réalisée)
  3. Gustave-Adolphe (non réalisée)
  4. Frédéric II (non réalisée)
  5. César (non réalisée)
  6. Annibal (non réalisée)
  7. Homère
  8. Virgile
  9. Le Tasse
  10. Christophe Colomb (non réalisée)
  11. Le premier Médicis (non réalisée)
  12. Le Prince Eugène (non réalisée)

L’araignée salvatrice en terre chrétienne

Peut-être avez-vous lu ma chronique du 20 octobre dernier, où je vous contais comment le thème d’une histoire musulmane (ou juive) – Mahomet (ou David) sauvé de ses poursuivants par une araignée – avait été repris par le cinéma et la bande dessinée dans de tout autre contexte.

Un courriel de Pascal Esnault nous apprenait que cet épisode de la grotte et de l’araignée apparaît également dans les légendes chrétiennes avec la Sainte Famille à la place de Mahomet ou de David. L’épisode n’apparaissant pas dans les évangiles canoniques et aucune indication n’étant donnée sur la première manifestation de cette légende, je ne pouvais que conclure ma réponse ainsi :

Y a-t-il eu influence des versions juives ou musulmanes et à quelle époque (Croisades, Reconquista) ? Ou bien cette légende remonte-t-elle au temps des premiers apocryphes ? A suivre.

Depuis, si je n’ai toujours pas trouvé quand cette légende est apparue, j’en ai trouvé d’autres applications à quelques saints personnages chrétiens. Si j’en crois le tome 2 du Traité d’Iconographie Chrétienne de Xavier Barbier de Montault (Liberius ; Scribd), Camion, évêque en Afrique, a pour emblème l’araignée, car il fut sauvé de ses persécuteurs par sa toile. Il en est de même pour Félix, prêtre à Nole : une araignée tendit sa toile à l’entrée de la grotte où il s’était caché. Idem pour sainte Teuteria de Vérone.

Cela ressemble bien au schéma connu, sauf que cette fois ce ne sont pas les premiers rôles, mais des seconds couteaux qui nous rejouent l’histoire : un obscur évêque d’Afrique, un prêtre d’origine syrienne actif en Campanie au IIIe siècle et une noble anglo-saxonne du VIIe siècle venue à Vérone pour fuir les assiduités d’un roi païen. Rien de commun entre eux, sauf à imaginer que la légende, venue d’Afrique du Nord, serait remontée à partir du Sud de l’Italie jusqu’à la Vénétie et au Trentin. Hypothèse bien fragile…

Dans le même Traité, l’araignée apparait deux fois dans un autre contexte. Ainsi Conrad, évêque de Constance, a-t-il pour emblème le

calice, dans lequel tomba une araignée pendant qu’il célébrait et qu’il avala avec le précieux sang ; il la rendit ensuite par la bouche.

Norbert, évêque de Magdebourg, fut victime d’une pareille aventure, à ceci près que l’araignée lui sortit par le nez. Avec ces saints des Xe et XIIe  siècles, nous constatons qu’en terre allemande, l’araignée n’est plus salvatrice, mais une impureté à rejeter du corps du prêtre comme du sang du Christ. Curieux retournement.

Que conclure ? Pas grand chose, si ce n’est qu’il faut continuer la collecte des informations sur ce thème pour démêler ce fil d’Ariane.

Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Tout le monde sait ou devrait savoir ce que vaut un livre comme Les Protocoles des Sages de Sion : un faux créé de toute pièce par l’Okhrana, la police secrète tsariste. Dès 1939, Henri Rollin, membre du deuxième bureau français, a montré dans L’Apocalypse de notre temps (réédité aux Éditions Allia en 1991 et en 2005) le processus de création et d’utilisation de ce texte par les pro-tsaristes, puis les fascistes, nazis et autres courants d’extrême-droite. En 1992, un historien en littérature russe, Mikhail Lépekhine a découvert le nom du faussaire grâce à l’ouverture des archives soviétiques. Ces faits sont connus ou devraient l’être de tous. J’y reviendrai peut-être dans une autre chonique.

Par contre, il n’est pas dit qu’en dehors des spécialistes et d’une certaine droite, beaucoup de gens aient entendu parler du Précis de l’Affaire Dreyfus de Henri Dutrait-Crozon. Moi-même, je ne l’ai découvert que par hasard, parmi les liens du site d’un dessinateur lié à l’extrême-droite(1). Cet ouvrage est pourtant à l’affaire Dreyfus ce que les écrits de Faurisson et autres révisionnistes sont au génocide juif. Paru en 1909, il a servi de référence au courant anti-dreyfusard jusqu’à aujourd’hui. N’est-il pas cité en termes élogieux sur un certain nombre de sites et blogs au contenu douteux ? Continuer la lecture de Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Les traductions anglaises des Rubaiyat

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres. Voir la chronique que je lui ai consacrée.

M. Bayate-Mokhtari,Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais”, extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland

Scott Jermyn. « Loaves of Bread and Jugs of Wine : Three translations of Omar Khayyam », Meta, vol. 34 n° 2, juin 1989, p. , 242–252. Une étude comparative assez pertinente, il me semble, des traductions de Fitzgerald, d’Arberry et de Ali-Shah et Graves.  (Référence indiquée par Jean-Louis Breuil)

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Dernière mise à jour :  30 novembre 2022.

Continuer la lecture de Les traductions anglaises des Rubaiyat