Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Le Caravage est grand

J’ai vu cet après-midi Caravage, un beau film franco-italien réalisé par Michele Placido autour des dernières années de la vie de ce géant de la peinture italienne. Au début du récit, nous sommes en 1610, l’année même de sa mort et l’Ombre, un espion du Vatican, est chargé par le pape Paul V d’enquêter sur le peintre qui a fuit Rome quatre ans auparavant après avoir tué un homme lors d’un duel.

Continuer la lecture de Le Caravage est grand

Illustrateurs de science-fiction (1) Chris Foss

Au temps lointain de mon adolescence, je lisais beaucoup d’ouvrages de science-fiction(1). En me laissant puiser dans sa bibliothèque et m’abonnant à Fiction, ma tante m’avait fait découvrir ce domaine littéraire totalement ignoré de mes parents.

Ouvrage sur la chaîne Youtube Sci-fi Art

A la Noël 1978, elle m’avait offert 21st Century Foss, superbe ouvrage rassemblant de nombreuses illustrations de Chris(topher) Foss, dont celles conçues pour le projet d’adaptation de Dune par Alejandro Jodorowsky.

Continuer la lecture de Illustrateurs de science-fiction (1) Chris Foss

L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

De même que le traité d’Amiens, le traité du 30 mai 1814 fut suivi d’une véritable invasion pacifique. En 1814-15, comme en 1802-3, un grand nombre d’Anglais franchirent le détroit et vinrent se distraire en France (voir le Journal de Paris du 28 juin 1814). L’afflux des insulaires eut encore pour résultat la publication de nombreuses estampes satiriques. Mais tandis qu’en 1803 les caricatures contre les Anglais avaient un caractère nettement politique, celles qui parurent sous la Restauration ridiculisèrent surtout les moeurs des gens d’Outre-Manche

Extrait de la notice bibliographique de l’estampe à la BnF

Encore une gravure venue de l’héritage familial. Comme La Promenade à cheval présentée précédemment, elle a été publiée par Aaron Martinet (1762-1841), même si cela ne figure explicitement pas sur la gravure.En bas à droite de l’estampe, la mention “G. de Ca..” désigne le dessinateur et graveur Godissard de Cari, caricaturiste surtout connu par le Musée grotesque, un recueil de caricatures publié par Martinet sous la Restauration. L’exemplaire que j’ai en ma possession porte sur son bord supérieur “Musée Grotesque N° 5”. Je vous en donne ci-dessous une bien médiocre photographie…

Continuer la lecture de L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Continuer la lecture de La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

La Martinerie à l’hôtel Gouïn

Fondé par trois soeurs passionnées de tapisserie, l’Atelier de la Martinerie investit l’Hôtel Goüin jusqu’au 8 janvier. Michelle, Pat et Jacqueline sont issues des Beaux Arts de Paris. Elles dessinent et créent d’extraordinaires tapisseries depuis 1956 à Ports-sur-Vienne, dans leur château de Hauteclaire. Leur univers onirique est notamment marqué par l’oeuvre du poète mystique Kabîr (1440-1518) qui était lui aussi tisserand.

Continuer la lecture de La Martinerie à l’hôtel Gouïn

Léo Marchutz et les rues d’Aix

Je découvre tous les jours ma profonde ignorance au sujet de l’histoire culturelle et artistique de ma ville d’origine. Encore dernièrement, à l’occasion d’une formation sur le site Richelieu de la BnF, j’ai appris qu’une prochaine table ronde intitulée Les rues d’Aix de Léo Marchutz était organisée par l’ITEM au 5, rue Vivienne le 15 décembre prochain. Or j’avoue à ma grande honte que j’ignorais jusqu’au nom de celui que la Société Paul Cézanne présente comme un admirateur et défenseur de Cézanne. Mais peut-être êtes-vous dans le même cas.

Continuer la lecture de Léo Marchutz et les rues d’Aix

Les Choses. Une histoire de la nature morte depuis la Préhistoire

Le musée du Louvre accueille du 12 octobre 2022 au 23 janvier 2023 une exposition intitulée Les Choses, une histoire de la nature morte organisée par l’historienne d’histoire de l’art Laurence Bertrand Dorléac. La dernière grande rétrospective consacréée à ce genre trop méconnu date de 1952, à l’Orangerie. C’est dire l’importance de cet évènement artistique et culturel. D’une grande variété, les œuvres présentées sont de toutes les époques et de toutes les régions du monde, et comme le sujet est de ceux qui m’intéressent, je vais rassembler quelques informations, en espérant pouvoir visiter cette exposition avant la fin janvier. Sinon, je me contenterai du catalogue

Continuer la lecture de Les Choses. Une histoire de la nature morte depuis la Préhistoire

Noël dystopiques

A l’approche d’un Noël qui s’annonce calamiteux, je voudrais vous inviter à (re)lire deux bandes-dessinées où cette fête est au centre de dystopies. Les Pères Noël y constituent d’inquiétantes milices, à mille lieues du sympathique bonhomme au couleur de Coca Cola, et la fête obligatoire se révèle une vraie dictature.

Les éditions originales de ces histoires sont parues entre 1997 et 1999, ce qui ne nous rajeunit pas. Elles sont signées Tronchet et O’Groj et il serait tentant de les placer du côté de la bande dessinée humoristique, catégorie à laquelle elles appartiennent indubitablement. Cependant le rire est jaune, pour ne pas dire tragique et désespéré. Non, ce n’est pas de la gaudriole et leurs résonances avec le monde actuel sont plutôt faites pour nous interroger sur la société que nous souhaitons.

Continuer la lecture de Noël dystopiques

Voyage au Mont Sinaï par Louis de Tesson

Le plus ancien ouvrage sur le monde arabe conservé à la BU des Deux Lions est un exemplaire de la deuxième édition du Voyage au Mont Sinaï publiée par Louis de Tesson en 1846 chez Alfred Mame à Tours, dans la collection Bibliothèque des écoles chrétiennes. Il s’agit d’un héritage de la bibliothèque d’URBAMA issu du fonds Barbey.

Lire la suite sur le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Je voudrais vous présenter ici deux autres gravures, cette fois d’après Jenny Berger-Desoras. Tout comme les gravures abolitionnistes d’après George Morland que je vous ai présentées en janvier dernier, elles me sont chères, même si les exemplaires auxquels je pense ne sont pas en couleur, au contraire de ceux que j’ai pu trouver en ligne. Les deux tableaux dont elles sont inspirées figuraient en 1817 (qu’en est-il aujourd’hui ?) dans les collections du musées de la ville de Lille.

Comme vous le verrez, les sujets sont plus légers que pour les gravures faites d’après Georges Morand ou Pierre-Alexandre Wille, sans aller jusqu’à friser l’érotisme coquin du Réfractaire amoureux. Autant de gravures que j’ai connues grâce aux collections familiales…

Continuer la lecture de Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras