Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie ; j’abandonne mon esprit à tout son libertinage ; je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit, dans l’allée de Foi, nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées ce sont mes catins.

Le début du Neveu de Rameau de Denis Diderot me ravit toujours tant je me sens proche alors en esprit du grand maître d’oeuvre de l’Encyclopédie… toute proportion gardée, évidemment.  🙂 Continuer la lecture de Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’histoire en bande dessinée

Dans un article intitulé  « L’Histoire par la bande » paru dans le LivresHebdo n° 1143 (29 septembre 2017), Anne-Laure Walter présente une nouvelle collection L’histoire dessinée de la France, issue de la collaboration de l’équipe de la Revue dessinée et des éditions La découverte. Elle en profite pour faire un bref panorama des éditeurs de bandes-dessinées qui dédient actuellement des collections à l’histoire : Continuer la lecture de L’histoire en bande dessinée

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Ami des enfans de Berquin

Dans la fameuse annexe de la bibliothèque familiale que j’ai plusieurs fois évoquée ici, j’ai découvert douze petits volumes in-16 de L’Ami des enfans (oui, ça s’écrivait comme ça avant la réforme orthographique de 1835) mis en ordre par Jean-Joseph Regnault-Warin (1773-1844) dans une édition de 1824 publiée à Paris chez Louis Mame-Delaunay (1775-1839). En cette période de Restauration, cet imprimeur-libraire royaliste juge bon de réimprimer ce qui fut initialement un périodique pour enfants français paru en en vingt-quatre volumes in-12 aux cours des années 1782 et 1783 et qui eut un succès certain dans les dernières années de l’Ancien Régime. L’écrivain et pédagogue Arnaud Berquin (1747-1791) en était le fondateur ainsi que celui de L’Ami de l’adolescence paru les deux années suivantes. On trouve dans les deux périodiques des histoires morales, des dialogues, des drames en un, deux ou trois actes, des poèmes, visant toujours l’éducation enfantine, ce qui explique qu’après la tourmente révolutionnaire les éditions se succédent pendant tout le XIXsiècle bourgeois et bien pensant jusqu’en 1910. Voici ce qu’en dit le prospectus inséré dans le premier volume en janvier 1782 : Continuer la lecture de L’Ami des enfans de Berquin

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Un petit livre très-naïf et, dans le genre qui lui est propre, très-curieux, est : Les Paraboles du père Bonaventure, in-18,12 pag., Pont-à-Mousson, 1841; in-18, 10 pag., Épinal, Pellerin, S. D. Le véritable auteur est le père Giraudeau, jésuite, qui le publia en 1760, sous le pseudonyme de père Bonaventure. On l’a bien souvent réimprimé, notamment dans la Bibliothèque bleue de la veuve Oudot, et dernièrement encore la Société de Saint-Victor pour la propagation des bons livres, en a donné une édition complète sous le titre de: Histoires et paraboles du P. Bonaventure-Giraudeau, in-12, 261 pag., Plancy, 1850. Mais il n’y a peut-être pas deux exemplaires de ces éditions qui se ressemblent ou qui soient conformes à l’original. Il a été continué par Champion de Nilon, autre jésuite, en 1786. Dans les éditions que j’ai sous les yeux, il se compose de trois paraboles seulement (on en compte ordinairement environ une quarantaine), suivies chacune d’un commentaire ou paraphrase qui en explique le sens moral […]

Histoire des livres populaires et de la littérature de colportage par Charles Nisard

Une annexe de la bibliothèque familiale recèle un exemplaire des Histoires et paraboles du Père Bonaventure Giraudeau. Il s’agit d’une édition imprimée par J. Petit à Besançon en 1824, édition qui n’est visiblement pas celle que Charles Nisard a sous les yeux, car elle contient bien plus que trois paraboles. De 1766 à 1903, ce livre a connu plus de cent tirages ou rééditions, avec de fortes variations de contenu.

Continuer la lecture de Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

L’exemplaire de L’amitié Scythe dont je vous ai parlé voici plus de trois ans est relié avec un ouvrage de la même époque, paru à Paris chez Sébastien Jorry en 1766 : Euménie et Gondamir, histoire française du tems où commença la monarchie. Son ton est emphatique comme pour le livre sus-nommé. Il met en scène les amours contrariées de deux jeunes gens, l’une Gauloise et l’autre François, entendez par là Franc, car nous sommes au temps de Childéric, le père de Clovis. Un méchant préfet romain ourdit un soulèvement contre ce bon roi et les deux amoureux se retrouvent dans la tourmente, mais voici que… le livre a fini par me tomber des mains et je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire ! Continuer la lecture de Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un panorama de San Francisco (1887) et quelques blogs bibliophiliques

San Francisco en 1887, Eadweard Muybridge. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

En complément d’une ancienne chronique sur les panoramas, je vous propose ci-dessus ce panorama de San Francisco (1887) par Eadweard Muybridge.

Je l’ai trouvé chez L’ours danseur, blog qui vaut le détour, de même même que ses trois voisins sur Redux.online, dont voici la présentation :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Fin du livre et bibliothèques de l’avenir selon Octave Uzanne

Dans Les Contes pour les bibliophiles qu’Octave Uzanne et Albert Robida ont publiés en 1895 figure un texte intitulé « La fin du livre« , publié initialement en anglais dans le n° 2 du Scribner’s Magazine du mois d’août 1894. Le narrateur s’y inquiète de l’avenir du livre face aux nouvelles technologies d’alors, à savoir le kinétoscope et le phonographe.  André Lange en donne une bonne présentation sur son site consacré à l’histoire de la télévision.

Si vous souhaitez le lire, vous trouverez sur Wikisource et le Projet Gutenberg, à moins que vous ne préfériez  un vrai livre sur papier. Dans ce cas, je vous renvoie à la réédition parue 2008 aux éditions Manucius dont je vous ai déjà parlé au sujet du Musée de la conversation.

Octave Uzanne est revenu sur le sujet dans un article paru dans la Revue Franco-Allemande, au mois de février de l’année 1901 : « Les bibliothèques de l’avenir. » Voir aussi ici et .

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est sensé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lectures d’enfances, une série d’été France Culture

Quelles sont vos premières lectures, vos lectures d’enfance ? C’est la question posée par la réalisatrice Marguerite Gateau à trente comédiens en 1988. Cette collection toute simple a un double mérite :
Elle s’entend comme une série de rencontres avec des comédiens et comédiennes que nous aimons ou avons aimés, dont les voix nous ravissent. Et elle nous replonge dans nos propres souvenirs de lectures.
S’il existe une mémoire collective, c’est peut-être celle de l’enfance, constituée de toute une littérature transmise de génération en génération. Et l’on s’étonnera d’entendre parler d’une époque où l’on se cachait pour lire, le soir, sous les couvertures. La lampe électrique est l’héroïne de cette collection qui s’entend aussi comme la trace d’une pratique et d’une époque, celle où l’on cherchait tout dans les livres. Cette collection s’adresse aux adultes nostalgiques et aux enfants en quête de belles histoires.
La collection sera suivie en fin d’été par une série de lectures de contes d’Oscar Wilde et de contes du monde entier.

Ecouter les émissions

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts