Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Alephia 2053 – 2053 أليفيا, une Dystopie arabe

En visitant le site de la bibliothèque de l’Institut du monde arabe, j’ai trouvé un article sur Alephia 2053 – 2053 أليفيا, un film d’animation dystopique dont l’action se passe à Alephia, un pays arabe imaginaire dominé par une dictature. Cette dernière est confrontée à une population révoltée qui réclame « la chute du régime ». Toute ressemblance avec la réalité de certains pays arabes, dix ans après les printemps arabes est purement fortuite… Ceci dit, l’action est un peu simpliste,ce qui explique sans doute son succès.

Les gravures du Struthof par Henri Gayot et quelques ressources sur l’art des camps

En regardant ce soir sur Arte un intéressant documentaire sur les procès de Rastatt, j’ai découvert les gravures que le résistant rochellois Henri Gayot a consacrées au camp du Struthof où il fut interné avec d’autres condamnés « Nuit et brouillard ».

  • Le Struthof- Natzwiller, Paris, diffusé par la Fédération des Déportés, Internés résistants patriotes, 1945 ( ?) (15 dessins à l’encre avec commentaires). Ces dessins sont visibles en ligne avec un dossier sur le site Les résistances (France 3) et une exposition sur celui du lycée Laennec de Pont-l’Abbé.

Pour resituer ces gravures dans l’art des camps, voici quelques documents :

L’art japonais dans les collections numérisées de la Bibliothèque d’État de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin)

En cherchant tout autre chose, j’ai découvert, dans les collections numérisées de la Bibliothèque d’État de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin), de nombreux documents de la fin du XIXe et du début du XXe siècle sur l’art japonais en français, anglais allemand et même japonais. J’ai pensé que cette ressource pourrait compléter utilement mes chroniques sur les estampes japonaises.

Continuer la lecture de L’art japonais dans les collections numérisées de la Bibliothèque d’État de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin)

Norman Rockwell en quelques mots

Pourquoi ces lignes ? C’est que je viens de lire un billet d’Arol Ketch consacré à Ruby Bridges, la première écolière noire à intégrer une école blanche en 1960. En cette occasion, la communauté blanche ne se montra pas sous son meilleur jour et les manifestations de racisme exacerbé incitèrent l’État fédéral à placer la fillette sous la protection de policiers. Cela inspira au peintre Norman Rockwell un magnifique tableau intitulé Notre problème à tous (The Problem We All Live With).

Continuer la lecture de Norman Rockwell en quelques mots

L’âge classique du cinéma français (1930-1960)

Webographie

Sites généraux
La Belle Equipe

Ce site rend hommage à l’âge d’or du Cinéma Français à travers les revues d’époque.

Cinémathèque François Vinneuil

Cette chaîne Youtube propose notamment les avis critiques de François Vinnneuil, alias Lucien Rebatet (1903-1972) parus dans la presse de 1930 à 1944, et notamment la presse collaborationniste, hélas… Du reste, une partie de ces articles ont été publiés en 2010 chez Pardès, maison d’édition qui a réédité plusieurs auteurs de cette mouvance (Robert Brasillach, Abel Bonnard, Pierre Drieu La Rochelle…).

Continuer la lecture de L’âge classique du cinéma français (1930-1960)

Les épigrammes de Palladas

À quoi bon la pompe et l’apprêt ?
Nu je suis né, nu je mourrai.

Anth. Pal., X, 53

Donné dans la traduction de Marguerite Yourcenar (La Couronne et la Lyre) , le distique ci-dessus est de Palladas poète grec ayant vécu à Alexandrie vers la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle, dont cents cinquante épigrammes environ sont conservés dans l’Anthologie palatine.

Marguerite Yourcenar n’hésite pas à affirmer qu’il était païen, comme la plupart des lettrés de son temps, ces païens confrontés à l’avancée d’un christianisme toujours plus sûr de lui depuis la promulgation de l’édit de Milan par Constantin en 313. Christian Lacombrade est cependant plus réservé sur la question dans un article paru en 1953 dans Pallas. Revue d’études antiques, estimant que les critiques de Palladas contre les moines regroupés en multitudes peuvent aussi bien émaner de chrétiens conséquents. Mais qu’importe après tout, cela n’enlève rien à la beauté et à la profondeurs de plusieurs de ses poèmes marqués par la fragilité de la vie, la fuite du temps…

Pour le lire, vous pouvez feuilleter l’Anthologie palatine où ses poèmes sont dispersés. Sachez cependant qu’en 1851 Marie-Louis-Jean-André-Charles Demartin du Tyrac, comte de de Marcellus avait eu la bonne idée de rassembler ses épigrammes dans le second tome de ses Épisodes littéraires en Orient, accessibles sur Gallica et sur Remacle.

La Lorelei

La Lorelei est le nom d’un rocher dressé au-dessus du Rhin près de Sankt Goarshausen, mais aussi d’une fée, digne héritière des sirènes, qui charme les bateliers imprudents… Certains de ceux qui ont appris l’allemand en leurs jeunes années se souviennent sans doute du poème de Heinrich Heine à propos de cette belle ensorceleuse. Mais connaissent-ils l’ensemble de la légende ? Clemens Brentano en a donné sa version vingt ans avant Heine et Alexandre Dumas la sienne une trentaine d’année après la parution de Das Buch der Lieder (1827). Mais lisez plutôt.

Continuer la lecture de La Lorelei

Le roi Stevan

Mendiant ayant vécu dans le Vannetais du XVIIIe siècle, le roi Stevan (Roue Stevan en breton) est connu pour ses nombreuses prophéties. En 1891, l’abbé Jean-Marie Guilloux (1848-1900) a publié sur cet étonnant personnage un long article :

  • Jean-Marie Guilloux. « Le Roi Stevan », Revue morbihannaise, vol. 1 1891, p. 51-64, 84-96 et 103-117

Il est accessible en ligne sur Google livres et sur le site de l’association Ram’Dam et une présentation en est donnée sur le site de Christian Souchon.

Ce texte a été réédité dernièrement chez Stéphane Batigne éditeur sous le titre Le roi Stevan, mendiant et prophète.