Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Front noir (1963-1968)

Les Éditions Non-Lieu publient un ouvrage consacré à la revue Front Noir (1963-1968) qui cherchait à concilier les positions politiques radicales du socialisme des conseils et une expression artistique sans concessions fidèle aux exigences de la Révolution surréaliste.

Pour en savoir un peu plus sur cette revue, lire un article de Zones-subversives. Celui-ci puise ses informations dans un ouvrage du fondateur de la revue, Louis Janover, intitulé Surréalisme, art et politique (Galilée, 1980).

Lire les numéros de la revue en ligne (1963-1967) sur le site Fragments d’Histoire de la gauche radicale.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Baigai tu – 百丐圖 – Rouleau des mendiants et personnages de rue

Le Baigai tu – 百丐圖 est un rouleau horizontal et anonyme datant vraisemblablement de la dynastie des Qing (1644-1911). Il représente une succession de scènes évoquant 47 mendiants et autres personnages de rue.

Réalisé en couleurs et à l’encre sur papier, il fait partie des collections numérisées de la bibliothèque des hautes études chinoises accessibles sur Salamandre, bibliothèque numérique patrimoniale et catalogue des archives du Collège de France.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le tour de la France par deux enfants : quelques liens

Articles et dossiers en ligne sur cet ouvrage

L’article d Wikipédia

Martine Watrelot. Aux sources du “Tour de la France par deux enfants”. Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 46 n° 2,‎ avril-juin 1999, p. 311-324.

A l’école de le République : réflexions sur un manuel scolaire à succès : Le Tour de la France par deux enfants, un dossier de 41 pages réalisé par l’ICEM (Institut Coopératif de l’Ecole Moderne – Pédagogie Freinet)

Au sujet des éditions

Les éditions disponibles en ligne

ArchiveGallicaGoogleWikisourceDemassieux
1877pdf
1878oui
1884oui
1889oui
1901oui
1902oui
1904ouioui
1922ouioui
1923pdfhtml
1951oui

En 1904, avec la séparation de l’église et de l’état, texte et gravures ont été modifiés et toutes les références à la religion ont été gommées : le site de Nicolas Demassieux contient un fichier avec toutes les différences entre la version de 1877 et celle de 1923. Il comporte aussi de plusieurs index et une galerie des gravures.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Voyage d’hiver de Georges Perec, un petit supplément bibliographique

Peut-être vous souvenez vous que j’ai consacré voici quelques années deux chroniques au Voyage d’hiver de Georges Perec et à ses suites. Je viens de trouver deux articles en ligne qui me semblent bien intéressants. Tous deux sont extraits de publications des Presses universitaires de Rennes disponibles sur OpenEdition.

Sébastien Guillevic. Le Voyage d’hiver de Georges Perec ou la quête d’un Graal, dans Georges Cesbron (dir.). 37 études critiques : littérature générale, littérature française et francophe, littérature étrangère. Rennes : PUR, 1999. (Nouvelles recherches sur l’imaginaire ; cahier XXVII).

Hans Hartje. Réécrire l’histoire littéraire. Georges Perec et d’autres voyageurs d’hiver, dans Jean-Paul Engélibert et Yen-Maï Tran-Gervat (dir.) La littérature dépliée : reprise, répétition, réécriture. Rennes : PUR, 2008. (Interférences)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un citateur littéraire, Léonard Gallois

Voici quelques années, j’avais consacré une chronique au Citateur de Pigault-Lebrun. Il s’agissait d’un recueil de citations contre la religion chrétienne publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Ce titre jouissait d’une telle popularité, même au temps de la censure, qu’il a été repris pour  deux ouvrages parus chez Jean-Nicolas Barba sous la plume d’un opposant au régime de la Restauration, le libéral Léonard Gallois. Nul doute que l’éditeur, qui était aussi celui de Pigault-Lebrun, ait été pour quelque chose dans ce choix.

Les deux ouvrages de Léonard Gallois

Le citateur dramatique. Paris : Barba, 1922.

5e éd. Paris : Ledoyen, 1829.

Le citateur des fabulistes français. Paris : J. N. Barba, 1830.

Voir aussi pour ce titre l’ABU

Qui était Léonard Gallois

Gallois [Charles-André-Gustave-Léonard], historien et publiciste, né à Monaco, de parents français, le 30 novembre 1789. Persécuté en 1816 pour cause d’opinions politiques, et arrêté à Toulouse par les verdets, cet écrivain quitta la France et se retira dans sa ville natale, où il fonda un journal dont la publication ne tarda pas à êtra défendue. Il revintalors à Paris, où il rédigea Aristarque et le Bulletin des Chambres, et publia des brochures politiques, dont plusieurs furent déférées aux tribunaux. M. Léonard Gallois, qui s’est signalé parmi les champions les plus énergiques du parti libéral sous la Restauration, a donné ses soins à beaucoup de compilations utiles et de traductions estimées. [Voy. la Biog. de Rabbe . Suppl., et la France littér., t. III, p. 248.]

Joseph Marie Quérard. La littérature française contemporaine, vol.4

Voir aussi la notice Wikipédia.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire, anticipation et uchronie et dystopie : La Grande Librairie du 30 octobre 2019

Le thème de la semaine était « Faut il écrire ou réécrire l’histoire? »

Les invités et leurs livres

Laurent Binet. Civilizations (Grasset)

Léonora Miano. Rouge impératrice (Grasset)

Michelle Perrot. Le chemin des femmes. (Robert Laffont, Bouquins)

Margaret Atwood. Les Testaments (Robert Laffont), suite de La Servante écarlate et Booker Prize 2019

Suggestions du libraire de La Flibuste à Fontenay-sous-Bois

Jack London. Le talon de fer > lire en ligne

Jack Finney. Le voyage de Simon Morley

Roland C. Wagner. Rêves de gloire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: “A nous, Science humaine”. Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: “Et maintentant?”

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

J’ai reçu hier ce message du plus grand intérêt pour ceux qui s’intéressent à l’estampe et à la gravure. Donc, je diffuse…

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les Nouvelles de l’estampe viennent d’inaugurer leur espace sur OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/
C’est sur cette plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales, qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française, que notre revue, la seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change bien sûr pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Bien à vous,
Rémi Mathis
Rédacteur en chef

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Commune est en lutte

Chanson de Jean-Roger Caussimon et Philippe Sarde
écrite pour le film Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier (1975)

Sans doute, mon amour, on n’a pas eu de chance
Il y avait la guerre
Et nous avions vingt ans
L’hiver de 70 fut hiver de souffrance
Et pire est la misère
En ce nouveau printemps…
Les lilas vont fleurir les hauteurs de Bell’ville
Les versants de la Butte
Et le Bois de Meudon…
Nous irons les cueillir en des temps plus faciles…

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons…

Suite du texte de la chanson

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Romans de la fin d’un monde

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.
 
Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins ; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire.
 
Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie… ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les œuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.

Paul Valéry, La Crise de l’ Esprit, première lettre (1919)

Avant la fin du monde à laquelle j’ai consacré trois chroniques récécentes, il y a eu de multiples fins d’un monde au cours de la longue histoire de l’humanité. Fin de l’Empire perse face à Alexandre, fin de l’Empire romain d’Occident par pourrissement interne, fin de la Chrétienté médiévale avec la déflagration de la Réforme.

Continuer la lecture de Romans de la fin d’un monde

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts