Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Quelques critiques de la société de consommation

En complément de mes chroniques sur la décroissance, je voudrais assembler ici quelques documents sur la critique de la société de consommation. Moquée par Boris Vian (La complainte du progrès)…

Jacques Debroncard (J’suis heureux)…

Continuer la lecture de Quelques critiques de la société de consommation

Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Continuer la lecture de Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Cinéma : quelques sites

Cette webographie comporte pour l’instant deux parties.

  • La première concerne les sites consacrés au cinéma. Peut-être faudra-il la diviser en sous-parties actualité, histoire, critique…
  • La seconde signale quelques plateformes proposant des films gratuits en ligne.

Je verrai ultérieurement si j’ai le temps d’aborder tel ou tel réalisateur ou tel ou tel film. Autant dire qu’il y aura des mises à jour.

Voir aussi mes chroniques abordant le cinéma.

Continuer la lecture de Cinéma : quelques sites

Rire pour résister au franglais

Le devoir de la comédie étant de corriger les hommes en les divertissant, j’ai cru que, dans l ’emploi où je me trouve, je n’avais rien de mieux à faire que d’attaquer par des peintures ridicules les vices de mon siècle.

Molière, Premier placet présenté au Roi. Sur la comédie du Tartuffe

Parler vous franglais ?  questionnait René Etiemble en 1964. Comme le mal n’a fait que perdurer et s’accroître depuis plus de cinquante ans, Gérard Cartier a publié l’an dernier aux éditions Obsidiane Du franglais au volapük ou Le perroquet aztèque. Il s’agit encore d’un pamphlet, à la fois fort instructif et désespérant, contre le snobisme imbécile qui consiste à farcir notre langue d’anglicismes inutiles doublonnant avec des mots français, comme nous le rappelle l’Académie française ou Le Figaro sur le mode dire ne pas dire. Cependant charges ou leçons se révèlent inefficaces face à ceux de nos contemporains qui s’acharnent à dispatcher ce qu’il faudrait répartir ou distribuer. Le plis est prit, hélas, depuis trop longtemps.

Continuer la lecture de Rire pour résister au franglais

George Sand et le choléra

À peine établie à Paris avec Solange, George Sand tomba de nouveau malade, et cette fois elle inspira plus de craintes encore à ses amis qui prirent la maladie pour un des premiers cas du choléra qui venait d’éclater à Paris. Elle écrit à sa mère : « Mes amis et mes portiers épouvantés ont décidé que j’avais le choléra ; le médecin a eu beau les assurer du contraire. Ils le croient et le croiront toujours. Deux de mes plus dévoués sont couchés dans mon salon, l’un par terre, l’autre je ne sais où. Je m’éveille et m’étonne beaucoup du grand aria que je vois autour de moi, car je vous assure que j’étais bien moins malade qu’ils ne me font. J’ai eu quelques symptômes du choléra, mais si légers, qu’une tasse de thé et des couvertures les ont dissipés et que j’ai dormi comme un sonneur jusqu’à midi[4]. » Il est à croire que ce choléra n’était pas bien effrayant et qu’en général George Sand avait des notions fort peu exactes sur cette maladie, car, lorsqu’elle écrivit un an plus tard, Lélia, dans une scène des plus importantes du roman, elle représenta son héroïne parlant philosophie avec ses amis au milieu d’une attaque trèsintense de choléra, et terrassant le pusillanime moine Magnus par la force de son esprit et de sa libre pensée. George Sand est sans doute l’unique romancière qui ait condamné son héroïne à souffrir de cette maladie si peu poétique ; il est fort probable qu’elle même ne l’a jamais eue et que c’est à tort que ses amis ont eu peur pour elle. Si nous nous sommes permis de citer ici ce passage peut-être peu intéressant de la lettre de George Sand à sa mère, c’est parce que nous avons voulu par là excuser quelque peu cette scène de Lélia absolument invraisemblable.

Wladimir Karénine, George Sand, sa vie et ses œuvres

Une collecte d’informations sur les références aux bibliothèques et aux bibliothécaires dans les œuvres de fiction

Vous trouverez ci-dessous un message de Clément Noual sur la liste Bibliopat. L’initiative me semble intéressante, car Drôles de bibliothèques (1994) et Ecrire la bibliothèque aujourd’hui, (2007) , bien qu’excellents, commencent à dater un peu. Au temps de Wikipédia et des réseaux, il est bon de les compléter en faisant à un grand nombre d’informateurs.

Continuer la lecture de Une collecte d’informations sur les références aux bibliothèques et aux bibliothécaires dans les œuvres de fiction

Shiyali Ramamrita Ranganathan et la classification à facettes

Cela faisait longtemps que je pensais faire une chronique sur Shiyali Ramamrita Ranganathan et la classification à facettes. Or, lors des échanges sur le parfait bibliothécaire qui ont eu lieu surla liste Bibliopat, Paul Paumier nous a fait profité d’une excellente synthèse sur la question, avec des précisions d’Emmanuelle Bermès. C’est cette dernière que je reproduis ci-dessous

____________

Continuer la lecture de Shiyali Ramamrita Ranganathan et la classification à facettes