Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Voici deux gravures réalisées par Jean-Jacques Avril (1744-1831) d’après deux peintures de Pierre-Alexandre Wille (1748-1821). Ces dernières sont conservées aujourd’hui à Briancourt au musée national de la coopération franco-américaines qui les a acquises en 1931. Elles ont d’abord appartenu à la famille de Maistre, puis à la galerie Van den Beigh et à Anne Morgan.

Continuer la lecture de Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

Je souhaite vous présenter brièvement deux gravures qui me sont chères, car je les connais depuis fort longtemps. Réalisées à la fin du XVIIIe siècle d’après deux tableaux du peintre  anglais George Morland mais imprimées en France, elle représentent des sujets favorables à l’abolition de l’esclavage et de la traite. Elles sont contemporaines de la première abolition en 1794.

Dénommé aussi The Slave Trade, le tableau Execrable human Traffick, or The Affectionate Slaves a été peint en 1789. Les gravures dont il a fait l’objet en France s’intitulent Traite des nègres. En noir et blanc (voir plus de détails ici) …

Continuer la lecture de Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

La Révolution, l’Empire et la Restauration en quelques séries et feuilletons télévisés des années 1970-1980

Quand j’étais enfant et adolescent, il existait un certain nombre de séries et de feuilletons télévisés se déroulant entre la fin de la Révolution et les débuts de la Monarchie de Juillet, une période dont l’unité réside dans l’ascension d’un certain général devenu empereur (cf. Vidocq ; Schulmeister), puis par son souvenir persistant, des conspirations bonapartistes de la Restauration (cf. Les Mohicans de Paris ; Ardéchois Cœur-Fidèle) au retour de ses cendres en 1840.

Il pouvait s’agir d’adaptations de mémoires de contemporains (Vidocq, Schulmeister) et de romans du XIXe siècle ou de créations purement télévisuelles. Des noms reviennent fréquemment parmi les scénariste et les réalisateurs : Marcel Bluwal, Jean Chatenet, Jean Cosmos, Stellio Lorenzi

Je vous propose ici une brève sélection de ces créations télévisuelles d’un autre temps. Je pense que cela vaudrais la peine que quelqu’un prennent la peine de les étudier plus avant…

Continuer la lecture de La Révolution, l’Empire et la Restauration en quelques séries et feuilletons télévisés des années 1970-1980

Les premiers livres lus par Borges

Au célèbre bibliothécaire-écrivain et à sa Bibliothèque de Babel

Le premier roman que j’ai lu jusqu’au bout fut Huckleberry Finn. Vinrent après Roughing It et Flush Days in California. J’ai aussi lu les livres du capitaine Marryat, Les Premiers hommes dans la lune de Wells, Edgar Allan Poe et une édition en un volume de Longfellow, L’Ile au trésor, Dickens, Don Quichotte, Tom’s Brown School Days, les Contes de Grimm, Lewis Carroll, Les Aventures de Mr. Verdant Green (un livre oublié maintenant), Les Mille et Une Nuits de Burton.

  • Jorge Luis Borges, Livre de préfaces, suivi de Essai d’autobiographie, Paris, Gallimard, 1980, p. 277. Citation trouvée dans un article de Florent Souillot, “Borges et Don Quichotte”, Revue de littérature comparée, n° 320, 2006, p. 459-473.

La citation ci-dessus m’a incité à chercher quels ont été les premiers romans lus par Jorge Luis Borges (1899-1986), un peu comme j’ai fait pour la bibliothèque de Léon Morin.

Continuer la lecture de Les premiers livres lus par Borges

Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Dernièrement, en recherchant certaines séries télévisées des années 1970-1980, je me suis rappelé de l’une d’elles, diffusée en 1978. J’avais alors 14 ans et j’étais fort friand de science-fiction, domaine auquel appartient Le mutant. Cette mini-série télévisée, écrite par Alain Page et réalisée par Bernard Toublanc-Michel, reprend un thème fort à la mode, surtout à partir de l’entre deux-guerres, avec notamment Le Nouvel Adam (The New Adam) de Stanley G. Weinbaum. On pourrait cependant en trouver des racines plus anciennes, comme nous le verrons chemin faisant.

Continuer la lecture de Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Le Tour du monde en 80 jours et ses adaptations

En regardant sur France 2 une série adaptée de façon très infidèle, mais néanmoins fort plaisante du célébrissime roman de Jules Verne, Le Tour du monde en 80 jours,

j’ai voulu en savoir un peu plus sur ses autres adaptations. J’ai ainsi trouvé Le Tour du monde en 80 jours et ses adaptations : quelle actualité pour le Voyage extraordinaire de Jules Verne ? par Bertille Würgel, un mémoire de master soutenu en 2012. A lire pour commencer, ainsi que sa bibliographie.

Continuer la lecture de Le Tour du monde en 80 jours et ses adaptations

Autour du chien de Jean de Nivelle : deux chansons d’autrefois

Le chien de Jean de Nivelle est-il un canidé ?

Cadet Rousselle a trois gros chiens,
L’un court au lièvr’, l’autre au lapin
L’troisièm’ s’enfuit quand on l’appelle
Comm’le chien de Jean de Nivelle.
Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,
Cadet Rousselle est bon enfant.

Plus qu’au personnage historique de Jean de Nivelle (1422-1477), cet extrait de Cadet Rousselle renvoie à une autre chanson, datant sans doute du règne de Louis XI. Il y est aussi question de trois chiens, dont un, ma foi, est guère obéissant.

Continuer la lecture de Autour du chien de Jean de Nivelle : deux chansons d’autrefois

Sur Fritz Zorn

Je suis en train de relire Mars de Fritz Zorn. Ma première lecture de ce récit d’une vie hors de la vie dont la conclusion logique est de mourir du cancer remonte au début des années 1980, j’avais alors entre dix-huit et vingt ans. Ce pamphlet d’une noire ironie contre des “gens biens” égoïstes et coincés m’avait alors fortement marqué, ainsi que ses réflexions sur l’origine psycho-somatique de sa maladie.

Je ne ferai pas ici un énième article sur cet ouvrage – vous en trouverez plus loin une petite sélection – et me contenterai de rassembler un peu de documentation en ligne ou pas.

Citations

L’incipit donne bien le ton de l’ouvrage :

Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. Je descends d’une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu’on appelle aussi la Rive Dorée. J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée, c’est pourquoi j’ai sans doute une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement j’ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l’on en juge d’après ce que je viens de dire.

Continuer la lecture de Sur Fritz Zorn

Les séries télévisées, nouvel opium du peuple ou art majeur du XXI. siècle ?

L’émission Interdit d’interdire de Frédéric Taddeï était consacrée ce 24 novembre aux séries télévisées avec ce titre un rien provocateur : Séries télés, nouvel opium du peuple ? Le présentateur recevait :

  • François Bégaudeau : écrivain, critique littéraire, scénariste, acteur et réalisateur.

Je ne sais pas si ce genre d’émissions-débats font vraiment avancer le schmilblick, mais cela a au moins le mérite de susciter des curiosités et des questionnements et de donner envie de rechercher un peu de documentation sur le sujet. L’ébauche ci-dessous fera l’objet de mises à jour.

Continuer la lecture de Les séries télévisées, nouvel opium du peuple ou art majeur du XXI. siècle ?

21 recettes pratiques de mort violente, le premier album de Jean Bruller (Vercors)

En cherchant des informations sur les origines des Éditions de minuit et sur Vercors, j’ai découvert son premier ouvrage, du temps il était encore dessinateur et s’appelait Jean Bruller. Nous sommes alors en 1926, et ses 21 recettes pratiques de mort violente précédées d’un petit manuel du parfait suicidé ne trouvent pas d’éditeur. C’est à cette occasion qu’il rencontre pour la première fois Pierre de Lescure. Celui-ci tient une librairie religieuse, l’Office central de librairie et de bibliographie, rue des Saints-Pères, et Jean Bruller obtenir des souscriptions pour son album. Voici comment il raconte, dans La bataille du Silence, ce premier contact avec celui qui, sous l’Occupation, fondera avec lui les Éditions de minuit :

Il tournait les pages de mon album, lisant les commentaires, silencieux, impassible, sans sourire une seule fois. […] Quand enfin il eut terminé, il leva ses yeux inquiétants puis, souriant pour la première fois, et le sourire ne faisait qu’agrandir le rectangle de chair sans en changer la forme, il me demanda si j’accepterais d’être attaché à sa librairie.

L’album est publié en 425 exemplaires cette année-là.

Continuer la lecture de 21 recettes pratiques de mort violente, le premier album de Jean Bruller (Vercors)