Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Festin joyeux

J’ai déjà eu l’occasion de me référer à une chronique de Gérard Oberlé parue dans le n° 474 de Lire en avril 2019 où il dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Celle publiée dans le même magazine en novembre de la même année porte sur un ouvrage intitulée Festin joyeux, ou La cuisine en musique, en vers libres que je vous invite à découvrir sur Gallica.

Et surtout, lisez chaque mois les articles que Gérard Oberlé consacre dans Lire auxlivres oubliés ou méconnus. Un vrai plaisir pour le bibliophile.

A noter que ces chroniques font suite à d’autres parues pendant plusieurs années dans le même magazine dans la rubrique Lettres à Emilie et qui ont fait l’objet d’une publication chez Grasset en 2012 sous le titre Emilie, une aventure épistolaire.

D’autre part, il a publié dans le domaine gastronomique

  • Une bibliothèque bachique (Loudmer, 1993)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une exposition d’estampes japonaises à Aix-en-Provence et quelques références bibliographiques sur le sujet

Extrait des Trente-six vues du mont Fuji: Ejiri dans la province de Suruga / Katsushika Hokusaï

Si vous passez par ma ville d’origine, je vous conseille d’aller voir à l’hôtel de Caumont une exposition consacrée aux maîtres de l’estampe japonaise, Hokusaï, Hirorishige, Utamaro et quelques autres. Les œuvre exposées sont pour la plupart issues de la collection de Georges Leskowicz consacrée à l’art de l’ukiyo-e.

Voir l’article de présentation sur le site de la revue.

Un numéro hors-série de Connaissance des arts ainsi qu’un catalogue sont consacrés à cet événement culturel qui doit durer jusqu’au 22 mars 2020.

Pour compléter la documentation sur le sujet, je vous renvoie à ma tentative de webographie sur les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme ainsi qu’aux nombreux livres figurant dans le catalogue de la BnF.

Continuer la lecture de Une exposition d’estampes japonaises à Aix-en-Provence et quelques références bibliographiques sur le sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques éloges paradoxaux

Voici quelques années, j’avais abordé le thème des éloges paradoxaux dans plusieurs chroniques. Je viens d’en découvrir toute une collection publiée par Hachette en 1925 et 1926.

Sur treize auteurs, cinq – Abel Bonnard, Émile Henriot, Eugène Marsan, Francis de Miomandre et Jean-Louis Vaudoyer – sont issus du club des Longues moustaches, qui, entre 1908 et 1911, réunissait des écrivains français autour d’Henri de Régnier au Caffè Florian à Venise. Or l’auteur de l’Éloge de la coquetterie, Gérard d’Houville, est en fait Marie de Heredia, la femme d’Henri de Régnier. Est-ce un hasard ou l’indice d’un réseau littéraire ?

Continuer la lecture de Quelques éloges paradoxaux

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chants pour toutes les résistances

Les résistances étant aussi diverses que les groupes humains subissant l’oppression sous quelque qu’elle soit, ce florilège est bien loin d’être exhaustif et fera l’objet de mises à jour régulières.

Chant des partisans ou Chant de la Libération

Pour les paroles, voir le site Résister par l’art et la littérature

Continuer la lecture de Chants pour toutes les résistances

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Théâtre : esquisse de webographie

Explorer le thème

Histoire et mémoire du théâtre

  • Au théâtre ce soir : un site entièrement consacré à l’émission de Pierrs Sabbagh par deux de ses anciens collaborateurs, Jean-Jacques Bricaire et Fred Kiriloff.

Pratique et théorie

Pièces de théâtres

Textes dans le domaine public en ligne
Textes contemporains
Signalement
  • Entractes SACD : site internet bilingue (français/anglais) hébergé par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD). Sa mission est de promouvoir l’écriture dramatique des auteurs vivants d’expression française.
Textes téléchargeables
  • Proscenium : site dédié à la diffusion de textes de théâtre d’auteurs contemporains francophones vivants non édités en diffusant en ligne et permettant le téléchargement de textes inédits de plus de 500 auteurs

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Narcisse ou l’ amant de lui-même, premier tentative littéraire de Jean-Jacques Rousseau

[…] Aussi en 1732 Mme de Warens trouvant qu’un jeune homme de 20 ans devait embrasser une carrière active, pria un sien cousin, M. d’Aubonne, agréable versificateur, d’examiner son protégé afin de savoir si elle devait en faire un commis, un abbé ou un ingénieur. M. d’Aubonne interroge le jeune sauvage et dit : « Rousseau est un garçon sans idées, très-borné, s’il n’est pas tout à fait inepte… » Ne blâmons pas trop M. d’Aubonne ; nous l’avons dit, Rousseau, dès qu’il était questionné sur des sujets littéraires, ne pouvait répondre un mot : et l’on conçoit qu’il est difficile d’augurer favorablement d’un garçon de 20 ans, qui ne sait ni parler, ni écrire.

Toutefois l’adolescent timide et rêveur sent par instinct qu’une inféconde médiocrité n’est pas son lot définitif. M. d’Aubonne envoie à Mme de Warens une comédie de sa façon, Jean-Jacques la lit, et prenant la plume… « Voyons, se dit-il, si je suis aussi bête que l’affirme M. d’Aubonne… je veux faire une pièce comme lui. » Aussitôt il invente un sujet, le distribue en scènes comiques et ne s’interrompt qu’après avoir terminé son oeuvre, qu’il intitule : Narcisse ou l’amant de lui-même. Cette pièce renferme des germes de talent ; c’est une pierre d’attente pour l’avenir, mais on n’y trouve rien qui puisse faire présager la nature et la grandeur du génie de Rousseau. Jean-Jacques se fit illusion sur la valeur dramatique de Narcisse. Dix-huit ans plus tard, lorsque le Devin du village eut assuré sa réputation, il céda à cette faiblesse paternelle que trop souvent les auteurs conservent pour les premiers produits de leur plume ; il fit représenter cette pièce à Paris, et bientôt, dans sa franchise républicaine, il prononça courageusement la condamnation littéraire de sa comédie. Le parterre l’écoutait froidement, Rousseau sort du spectacle, entre au café Procope, rendez-vous de tous les beaux esprits, et dit à haute voix, devant tout le monde : « La pièce nouvelle est tombée : elle mérite sa chute, elle m’a ennuyé. Elle est de Rousseau, de Genève…. et je suis ce Rousseau ! »

J.Gaberel. Rousseau et les Genevois

Si vous souhaitez juger par vous-même si le jugement sévère de Rousseau au sujet de sa pièce est justifié ou non, vous pouvez la lire en ligne sur le site Théâtre classique.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La tulipe, une passion hollandaise vue par la littérature française

Au XVIIe siècle, l’engouement pour la tulipe ou tulipomanie fut tel qu’il entraîna en 1637 le premier krach boursier de l’histoire. En 1642, après le krach, le prix de la tulipe n’était plus qu’au dixième de sa valeur et cent ans plus tard à deux centièmes. Cependant, l’intérêt pour cette fleur ne se démentit pas au long du XVIIe siècle et quelques centaines d’années plus tard, les œuvres de plusieurs écrivains français s’en font encore l’écho.

Alexandre Dumas. La tulipe noire. 1850

Dans cet ouvrage dont l’action se passe 35 ans après le krach de 1637, la tulipe n’a rien perdu de son pouvoir de fascination, surtout pour le héros qui cherche à créer une nouvelle variété, objet de bien des convoitises.

Miguel Zamacoïs. La fleur merveilleuse . 1910

Cette pièce en quatre actes est surtout connue pour un poème, L’accent, morceau de bravoure du valet Gobelousse. Pourtant, elle ne se limite pas à cela.

Olivier Bleys. Semper Augustus. 2007

L’action du roman se situe en pleine tulipomanie où des fortunes se font et se défont en quelques heures sur ce marché volatil où un seul bulbe de Semper Augustus – une tulipe légendaire à l’éclat sans pareil – vaut autant qu’un palais.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une défense du roman policier… de 1910

Je ne sais quel gredin, ayant commis une sale action, s’est avisé, l’autre jour de déclarer qu’il avait été entraîné dans la voie du crime par la lecture des romans policiers. Et aussitôt tous les gobeurs de lever les bras au ciel :
— Ah ! c’est bien vrai ! Ces romans corrompent les consciences ! ils invitent les apaches à fonctionner et leur dévoilent les moyens de travailler, au moindre péril possible.
C’est un thème tout fait et les variations ne manquent pas.Eh bien, n’en déplaise à tous ces débineurs de romanciers, je me permettrai de leur affirmer qu’au temps passé, les enseignements donnés au peuple et surtout aux enfants n’étaient ni plus moraux ni plus anodins.
— Mais, vous écriez-vous, il n’y avait pas de journaux avant la fin du XVIIIe siècle !
Soit ! mais il y avait les veillées, il y avait les conteurs de village, il y avait la vieille qui venait s’asseoir au coin du foyer et à qui l’on criait :
— Mère grand, une histoire !
Et selon l’époque, l’histoire, —le conte de la veillée,— était toujours le même, soit une légende brutale, des bandits traqués dans la vallée voisine et se livrant aux pires atrocités, soit une histoire de diable bête à pleurer et qui donnait aux gens le goût du pacte signé avec du sang.
Sont-ce les journaux, —et les romanciers,— qui ont créé, la popularité des Cartouche et des Mandrins, qui ont fait des héros de tous les massacreurs de peuple, —y compris Napoléon, dont on parla beaucoup trop sous le chaume ?
N’est-ce pas dans les chaumières que l’esprit clérical entretenait, par des récits absurdes et mensongers, les histoires de juifs sacrifiant des enfants ou de protestants livrant leurs filles au démon ?
Vous rappelant cette propagande du mal qui se fit pendant des siècles sous le couvert de l’ignorance, de la sottise ou du fanatisme, croyez-vous que vraiment les Gaboriau, les Ponson du Terrail et plus récemment les créateurs de “Sherlock Holmes” ou d’ “Arsène Lupin” soient de si grands criminels ?
Non, certes, car depuis Frédéric Soulié, Alexandre Dumas jusqu’à Rochebourg ou Jules Mary, les romanciers populaires, tout en compliquant leurs intrigues de crimes et d’invraisemblances, ont toujours et quand même dirigé la trame de leurs imaginations vers un dénouement de bonté et de justice. “Nick Carter” ou “Toto Fouinard” sont des chevaliers qui, Don Quichottes modernes, courent le monde pour la défense de la jeune victime, de l’orphelin ou de la veuve éplorée.
Dites que c’est bête : bon ! quoique vous ne soyez pas fichus d’en faire autant ! Mais ne répétez pas cette sottise que nos bandits trouvent en les romans actuels des incitations au crime. C’est faux ! 

Cette défense du roman policier par le romancier Jules Lermina a paru dans les colonnes de L’Aurore, le samedi 6 août 1910. Je l’ai trouvée dans l’introduction de Détectives et policiers #1, une anthologie présentée par Frédéric Serva. Elle est téléchargeable sur eBooks, un site à découvrir, ainsi que Redux, la constellation dont il fait partie.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts